• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La seconde surprise de l’Amour » Çà « matche » entre Françon & (...)

« La seconde surprise de l’Amour » Çà « matche » entre Françon & Marivaux !

Pour un retour en présentiel sur les gradins d’un Théâtre, la mise en scène d’Alain Françon est un véritable régal impressionniste.

 

JPEG - 77.8 ko
La seconde surprise de l’amour
© Jean-Louis Fernandez

  

Celui qui est passé, il y a quelques mois, au plus près des affres d’une agression criminelle gratuite, donnant en retour à la saveur de la vie une profusion de sensations contradictoires dont il résulte une appréciation indicible de l’instant présent, indique que la maturation et l’élaboration de son travail artistique se sont poursuivies tout au long de sa période de convalescence durant laquelle la pièce de Marivaux non seulement ne le quittait pas des yeux mais de surcroît lui servait de soutien mobilisateur.

Il est en effet aisé de comprendre que la subtilité et la richesse du langage dont Marivaux exploite tous les interstices afin de ne rien ignorer du moindre affect pouvant laisser un doute planer au-dessus de la mêlée des ressentiments avant même celle des sentiments, puissent paradoxalement séduire un lecteur devenu vulnérable face à la succession d’inflexions contradictoires défilant devant son regard médusé sans que la raison puisse avoir les coudées franches pour oser intervenir.

Ainsi rien ne serait vraiment déterminant mais tout signe compterait en permanence…notamment en amour et en amitié comme dans la vraie vie prosaïque !

   

JPEG - 103.4 ko
La seconde surprise de l’amour
© Jean-Louis Fernandez

  

Le rapport de forces incontrôlées ou incontrôlables dans les destinées humaines serait tel qu’en s’appuyant dessus plutôt qu’en feignant de l’ignorer, permettrait d’anticiper la désillusion afin de mieux profiter de la moindre ouverture vers la reconstruction… en perspective de résilience :   

Ainsi La Marquise (Georgia Scalliet) & Le Chevalier (Pierre-François Garel), comme voisins de circonstance affligeante, l’une puisque récemment veuve l’autre parce que passé à un « chouïa » du Grand Amour, se retrouvent quasiment en tête à tête, dépités par le sort injuste fait à leur trop grande sensibilité, jusqu’à induire l’extrême susceptibilité.

Flanqués tous les deux de domestiques d’autant plus zélés que leurs propres intérêts amoureux devraient être liés à ceux de leurs maîtres respectifs dont ils seraient avant tout les confidents, tous ainsi obéissent aux règles et usages d’une carte du tendre dont personne ne détient les secrets et les caprices formels.

Disons que la Marquise et le Chevalier seraient, chacun de leur côté, prêts à accepter du réconfort venant de la part de quelqu’un ayant pu également ressentir la souffrance d’être laissé-pour-compte de l’amour.

  

 

JPEG - 125.7 ko
La seconde surprise de l’amour
© Jean-Louis Fernandez

  

Aussi l’amitié leur paraît un excellent compromis pour épancher réciproquement ce trop-plein de douleur affective contenu.  

Cependant un tiers va rapidement s’imposer à leur liaison de fortune tel l’empêcheur de tourner en rond alors même que Lisette (Suzanne De Baecque) et Lubin (Thomas Blanchard) se mêlent déjà beaucoup de compliquer les motivations entrecroisées.

De fait, ce comte (Alexandre Ruby) lui n’a aucun doute sur l’amour qu’il porte à La Marquise pour la faire revivre au mieux de ses potentialités mais toutefois les convenances et le savoir-vivre le portent néanmoins à respecter les desseins de chacun des autres protagonistes.

Il ne resterait plus alors qu’à introduire Monsieur Hortensius (Rodolphe Congé), philosophe pédant, pour brouiller définitivement tous les plans stratégiques que chacun aurait pu concevoir et mettre peut-être ainsi un terme définitif à tous les espoirs secrets en latence jusqu’à en provoquer l’impasse.

  

JPEG - 101.5 ko
La seconde surprise de l’amour
© Jean-Louis Fernandez

  

Dans ce jeu de bataille entre Amour & Amitié, tout se passerait comme si chacun, au moment de tirer la carte qui lui serait favorable, se dressait radical un mur d’incompréhension collective où finalement la jalousie et les vanités auraient beaucoup à perdre. 

Marivaux excelle à ce travail d’écriture au scalpel ; Alain Françon lui emboîte le pas en y apportant la distanciation apaisante et surtout beaucoup d’humour salvateur qu’il sait communiquer avec bonheur à ses six interprètes arborant tous aisance et véracité.

  

Photos 1 à 4 © Jean-Louis Fernandez

Photo 5 © Theothea.com

LA SECONDE SURPRISE DE L'AMOUR - **** Theothea.com - de Marivaux - mise en scène Alain Françon - avec Thomas Blanchard, Rodolphe Congé, Suzanne De Baecque, Pierre-François Garel, Alexandre Ruby et Georgia Scalliet - Théâtre Odéon Berthier 

 

JPEG - 95 ko
La seconde surprise de l’amour
© Theothea.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 20 novembre 08:50

    Ca passerait à la TV ?

    Parce que tout le monde n’est pas parisien .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Publicité