• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La taverne de Münchausen

La taverne de Münchausen

Par la compagnie des femmes à barbe. Mise en scène : Gwen Aduh. Avec (en alternance) :
Gwen Aduh, Arnaud Aymard, Aurélie de Cazanove, Jeanne Ferron, Stanislas Hilairet, Lula Hugot, Pépito Matéo, Yann de Monterno, Calixte de Nigremont, Miren Pradier, Fred Tousch, Valérie Véril… et des invités-surprise ! Costumes : Aurélie de Cazanove.

Le Baron Münchausen, mythomane notoire du 18ème siècle, est connu pour ses récits fantasques lors de soirées dans le grand monde. Ici, des personnages nous content des exploits à partir d’un thème tiré au hasard ; les histoires sont récompensées par des pièces d’or distribuées par un ecclésiastique-arbitre. Il y a un vainqueur, donc… le public !

Au Montfort les 14 décembre 2013 et 4, 5, 6 et 7 juin 2014. Tournée aussi.

Au commencement était le verbe. Pas de spectaculaire excessif dans ce spectacle. Des narrateurs au milieu de leur public. Ils sont d’un autre temps, costumés, fardés et perruqués comme des Nobles de l’Ancien Régime. On prendra dans cette différence d’époque la distance nécessaire. La compagnie a d’autres ambiances pour donner d’autres types de distance (le saloon, par exemple).

Le public, accueilli dans une taverne, un cabaret, va assister à une joute verbale, une joute de récits extraordinaires comme nous en a laissé le fameux Baron de Münchausen.

Les personnages-comédiens sont présentés par un meneur de jeu, son Eminence. Ils arrivent comme des bateleurs, les uns après les autres, sortant de la coulisse, faisant petite révérence et bon mot, pour commencer. Ils ont des noms impossibles de menteurs professionnels, ais de haute compagnie : la comtesse Olympe de Pachassé de Montalenvert, le comte Jean Chrysostome de Méreyeux… Ils ont des personnages, et ils créent leur texte. Les trois qui ne racontent pas peuvent intervenir pour aider ou pour compliquer le récit en cours

Au début, il est difficile à croire à cette improvisation du texte lui-même. Les narrateurs vont porter le boniment à un paroxysme jamais atteint et assez inimaginable. Les récits se passent dans l’aventure, la liberté exquise avec la réalité. Ils débutent toujours très loin du « sujet », de leur but… On voit les comédiens annoncer des généralités, tout comme s’ils cherchaient leur texte : « ce fut une aventure qui me laissa un des plus beaux souvenirs de ma vie et je suis très heureuse de vous la raconter aujourd’hui… » Suivent les rencontres inopinées en haut des arbres avec le cousin très agréable d’une marquise honnie, les calamars géants qui attaquent une barque traversant l’océan atlantique sans rien demander à personne, dans le but, ignoré encore, d’apprendre l’usage du peigne aux indiens emplumés… Le meneur fait quelques synthèses parfois. Les autres jouteurs ont le droit de prendre la parole pour insuffler une suite à l’histoire, un détour, une complication ; ce peut être amical, malgré soi, et donner des pistes ; ce peut être juste un frein, une côte qui ralentit le récit, un accident à éliminer d’un trait nerveux… Il reste de beaux souvenirs, qu’on n’entendra plus, chaque soir ayant sa faconde, sa patte, et son incomparable singularité : Ah ! le combat « mélodique » (il y eut aussi un inoubliable sirtaki endiablé avec une jeune femme répondant au doux nom de Foutrakis) donc le combat par chansons interposées du siphon et de l’alouette (aussi incongru que la rencontre du parapluie et de la machine à coudre sur une table de dissection) : « Ainsi font, font, font les petites marionnettes… » contre « je te plumerai la tête, je te plumerai la tête… » d’où les indiens ainsi mis « en cheveux » durent apprendre à se servir du peigne… L’histoire n’a pas dit si les emperruqués s’étaient eux aussi mis en cheveux, au milieu des grandes plaines du Nouveau Monde et de leurs nouveaux amis. Chacun le verra à sa guise… En tout cas, chapeau ! Comme disait Barbara dont le nom est liée aux barbes : « Et pour tant de beauté, merci et chapeau bas ! »


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires