• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Tentation d’Eve » envoûte Le Palace de Pietragalla

« La Tentation d’Eve » envoûte Le Palace de Pietragalla

En ce 2 février, Marie-Claude Pietragalla fête ses 48 ans en jouant et dansant l’éternel féminin sur la scène du Palace.

Mettant plus que jamais sa carrière sous les bons auspices du spectacle vivant, le monde du théâtre, du cinéma et de la musique vont, peu à peu, prendre le relais à la prédominance chorégraphique de son talent.

Cependant, pour l’heure faste, c’est donc en solo que l’artiste se mesure à l’histoire de la Femme, en se focalisant, de manière universelle, sur le féminin de l’être humain.

Tel Sisyphe, La Rolling Pietra entre sur scène en s’arcboutant et poussant, devant elle, une énorme pomme rouge scintillant avec laquelle la danseuse semble ne former qu’une seule et même entité, convoitée par les lumières du show.

Dans le dédale d’une galerie de tableaux délibérément stéréotypés, l’artiste se livrant couleur chair, en alternance aux costumes emblématiques de la caricature, la voici tour à tour, primitive, mère, guerrière, libertine, ménagère, golden girl qui, tel un pantin désarticulé mimerait les arcanes de l’inconscient collectif.

Sur une musique techno lancinante de Laurent Perrier, la danseuse s’approprie la gestuelle transformiste de rôles identitaires multiples dont la clef sensitive se dédoublerait au sein de la maîtrise du masque et de la marionnette.

Cette dernière valsant entre avorton et E.T., livrés corps et âme aux bras tourbillonnants et mains lapidaires de la génitrice, va se prêter à tous les caprices fantasmatiques de l’enfantement.

Toute à la fois muse, créatrice, comédienne, Marie-Claude Pietragalla arbore le masque mystérieux d’une tragédienne grecque qui, désormais, ne cessera de se fissurer de l’intérieur pour faire apparaître, en pleine lumière, le pitre parodique qu’elle n’avait jusqu’ici osé afficher en public.

Une actrice est née sous les feux de la rampe du Palace qui en sonne l’apothéose chorégraphique en même temps que l’avènement théâtral.

A l’instar de la tentation d’Eve, la page blanche à écrire va, ainsi, se faire désirer comme une pomme Gala à croquer à pleine dents. Que vive La Pietra !...

photo © Pascal Eliott

LA TENTATION D'EVE - **** Theothea.com - direction & chorégraphie : Marie-Claude Pietragalla & Julien Derouault - avec Marie-Claude Pietragalla - Le Palace

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires