• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La vision du chien

La vision du chien

Les chiens ne voient qu’en noir et blanc, mieux que nous. Des idées fausses sur la vision canine, qui reste assez surprenante par sa médiocrité, mais qui ne doit pas être prise indépendamment des autres sens de l’animal formant un ensemble générateur de sensations.

Les informations qui suivent prennent leur source dans une documentation variée (de la thèse de doctorat vétérinaire aux études ophtalmologiques sur la vision animale). J’ai choisi, pour ne pas surcharger l’article, de ne citer aucun travail en particulier.


La vision du chien se différencie de celle de l’homme par quatre caractéristiques principales :

1 - Contrairement à ce qu’on croyait il n’y a pas si longtemps, le chien ne voit pas en noir et blanc, mais son spectre de vision est beaucoup plus étroit que le nôtre. En gros il se limite au jaune et au bleu (deux couleurs complémentaires) pour un résultat qui est plus proche d’une vision monochromatique que d’une vision colorée.

2
- Son acuité visuelle est sensiblement plus faible que celle de l’homme (6 pour 20 en échelle de grandeur), mais sa vision nocturne est nettement supérieure (5 fois moins de lumière suffit pour qu’il se dirige sans effort dans un milieu accidenté). Dans la pratique, un ciel étoilé, mais sans lune, lui permet de distinguer nettement une proie mouvante comme le fait son ancêtre le loup, reconnu pour son aptitude à la chasse nocturne. Cette particularité, commune avec le chat, est due à une pellicule fluorescente (tapetum lucidum) qui recouvre le fond de la rétine et qui joue le rôle d’amplificateur de lumière. Cette pellicule provoque l’aspect « yeux fluorescents » des chiens, la nuit venue. De plus, le chien est presbyte et distingue mal les détails à moins de 25 cm.

3
- Le champ de vision est, lui, plus important que le nôtre (ceci est à relativiser avec la race du chien) à cause de la position de ses yeux plus latérale que la nôtre. Mais la zone de coïncidence (zone de vision naturelle du relief) est ainsi plus faible.

4
- Sa fréquence de vision est beaucoup plus élevée que la nôtre. C’est plus difficile à expliquer. Disons que nous voyons un maximum de 16 images par seconde (fréquence début du cinéma amateur quand les mouvements paraissaient saccadés). A 24 images par seconde (25 pour la télévision) nous percevons les images comme un mouvement continu, sans les séparer les unes des autres. En augmentant la fréquence de vision, au cinéma par exemple, on tourne à 50 images par seconde pour obtenir, à la projection, un ralenti. On décompose nettement mieux les mouvements sur ces fameux « ralentis » cinématographiques qui correspondent à une vision canine. Conséquence : un chien est sensible à un mouvement humain à 1,5 km alors qu’il ne distinguera rien d’un objet immobile à 20 m. Il verra de la télévision une série d’images saccadées sans lien entre elles. Pas téléphage, le chien... Cette fréquence élevée donne au chien un temps de réaction plus rapide que le nôtre.

En conclusion, le chien voit moins bien avec son œil (en acuité et en couleur, pas en vitesse ni en champ) mais, comme nous l’avons dit les semaines précédentes, on ne voit pas avec son seul œil mais, aussi et surtout, avec son cerveau. Imaginons que l’on parle, à propos du chien, de perception au lieu de vision. Le chien entend beaucoup mieux que nous (avec une bande passante supérieure), sent incomparablement mieux (avec une palette d’odeurs cent fois plus étendue) et on peut même imaginer un autre sens que nous aurions entièrement perdu (on comprend mal comment ces animaux, déportés à plus de cent kilomètres, retrouvent leur niche). Avec ces trois sens, au moins, le chien crée une sorte de carte instantanée de son environnement qui lui permet de se diriger en toutes circonstances, de chasser efficacement pour se nourrir, de prévoir les dangers, bref d’évoluer aisément dans le monde qui l’entoure. La vision humaine n’est plus combinée avec d’autres sens parce que nous l’avons isolée, pensant ainsi que l’œil fonctionnait comme un instrument optique. Nos perceptions de l’environnement sont aujourd’hui presque exclusivement visuelles. Il n’en va pas de même dans le monde animal, combinant différents sens pour créer une représentation de son biotope qui, si l’on en croit ses facultés à survivre, vaut bien la nôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.94/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Nicolas 26 juillet 2007 13:51

    @l’auteur Article très intéressant, j’y ai appris beaucoup de choses. Etant fasciné par la vision de manière générale, un grand merci à toi !

    Petite remarque sur « son ancêtre le loup ». Ce qu’on m’a martelé en classe de terminale, en tout cas ce que j’ai compris, retenu et que je vais tenter d’expliquer ici, c’est la chose suivante. Le chien et le loup sont de la famille des canidés (voire une autre dénomination plus précise), donc ils ont un ancetre commun. Mais cet ancetre commun n’est ni le chien, ni le loup. Il s’agit la plupart du temps (pour tous ceux qu’on appelle « ancetre commun ») d’une espèce inconnue, et les espèces partageant cet ancetre ont évolué en parallèle. On ne peut donc pas dire qu’une des deux est l’ancetre de l’autre...


    • docdory docdory 26 juillet 2007 13:59

      @ l’auteur

      Merci de ce lumineux article ! Un des débats les plus récurrents de la philosophie est de savoir quel est le rapport entre nos perception et la réalité . On pourrait dire , n’en déplaise aux créationnistes , que la sélection naturelle a pour résultat que le « continuum sensoriel » qu’est la réalité perçue par un individu en bonne santé d’une espèce vivante donnée correspond à ce qui lui est le plus utile à percevoir en fonction de la niche écologique qui est celle de son espèce !


      • Plus robert que Redford 26 juillet 2007 14:42

        J’ajouterai que le fait pour un homme d’être en tout « médiocre » : plus taupe que hibou, plus escargot que guépard, plus boeuf que dauphin... lui a permis grâce aux nombreuses prothèses imaginées par son cerveau et réalisées par sa main, d’approcher chacun de ces surdoués dans sa performance la meilleure, avec beaucoup moins d’élégance, certes, mais quand même, une certaine efficacité...

        Merci à l’article pour son contenu scientifique, mais, foin d’anthropomorphisme ! Pif le chien ne se demande pas s’il voit mieux que Poum l’éléphant ou Imma la hyène, il se débrouille assez bien comme ça et ça lui suffit


      • jako 26 juillet 2007 18:52

        mdr Mr Leon moi j’en ai 4 mais heureusement ils sont plutot du genre Gasty smiley


      • Philippakos Philippakos 27 juillet 2007 07:59

        Anthropomorphisme, sûrement, mais c’est un article de vulgarisation et il est difficile de ne parler que de longueur d’ondes, de lux (unité d’éclairement) et autres références scientifiques peu usitées. Il est toujours plus évocateur de se référer à ce qu’on connaît le mieux (on le suppose), à savoir soi-même, l’homme c’est-à-dire.


      • squeek 27 juillet 2007 09:42

        super article !! on s’est tous demandé comment voyait nos animaux, voilà des éclairages intéressants !! mais comme doctory, une question me taraude : comment voit mon chat ????


      • docdory docdory 27 juillet 2007 11:45

        @ Actias

        Le phénomène que tu décris la s’appelle la néoténie .

        Au sens strict du terme , il s’agit de la possibilité pour une espèce de se reproduire à l’état larvaire . Le meilleur exemple en est l’axolotl , batracien urodèle d’Amérique du sud , qui peut passer toute sa vie à l’état larvaire et se reproduire ainsi ( un peu comme si des tétards se reproduisaient sans devenir grenouilles ) . De temps en temps , cet amphibien passe à l’état adulte , mais c’est facultatif .

        Un glissement sémantique fait qu’au sens large , la néoténie décrit le fait qu’une espèce vivante nait de façon particulièrement inachevée , c’est le cas de l’être humain ( et de certains primates ) qui nait quasiment dans un état semi-larvaire sans que ses os , crâniens soient soudés , sans aucune autonomie d’aucune sorte , avec une pilosité très incomplète , des reflexes archaïques etc ...


      • Mathias 26 juillet 2007 16:12

        @Actias Le fait que tous les humains naissent prématurés de plusieurs mois n’en fait pas une espèce non-viable !

        A la naissance d’un bébé dépendant en tous points de ses parents, le développement de la structuration requis pour assurer la survie du groupe social à même très probablement été un facteur d’hominisation.


        • Plus robert que Redford 26 juillet 2007 21:42

          Exact ! D’ailleurs, la capacité d’autonomie d’un oisillon tout juste sorti de son oeuf ou celle d’une « larve » de kangourou cherchant son chemin vers la poche sont voisines du zéro pointé ! Comme quoi, y a pas que l’humain qui a besoin qu’on s’occupe de lui après sa naissance.

          PS qui n’a pas grand chose à voir : j’ai un couple de ziboux moyen-ducs qui a fait quatre petits dans un pin à 30m de ma maison. Ils sont déjà gros mais il y en a un plus petit que ça fait déjà trois fois qu’il se casse la gueule de sa branche et que je l’y reperche avec moult précautions (pour moi, car la bête se défend, comme on dit « bec et ongles » qu’il a ma fois fort acérés !)

          Comme j’en prends marre, va falloir que Dame Nature y mette du sien, ou bien qu’il arrête d’être con !

          Non, mais ! des fois...


        • Jojo2 27 juillet 2007 09:46

          « on comprend mal comment ces animaux, déportés à plus de cent kilomètres, retrouvent leur niche »

          Un cas sur un million. C’est ce que donnerait une recherche aléatoire. Sinon il n’y aurait pas autant de chiens perdus dans les chenils de la SPA, souvent à moins d’un km de chez eux.


          • dperez dperez 27 juillet 2007 11:47

            Comment se fait-il que vous publiiez des articles ne tirant pas à boulets rouges contre l’empereur Sarko 1º ? Cet article est intéressant mais est hors-sujet. Allez, allez, on se resaisit. Le prochain article doit dénoncer la politique fasciste et vichyste de Sarko smiley


            • maxim maxim 27 juillet 2007 12:37

              la nature fait bien les choses ,la vision de luxe que nous humains ,possédons ,ne sert strictement à rien pour un animal dont les sens sont uniquements affutés pour la survie ....... pour les chats ( l’ animal fétiche de la famille ) la vision est elle différente ??? l’angle de vision varie t’il par rapport à l’humain ........

              pour ce qui est d’un sens de l’orientation propre au chien et au chat et de sa disposition à retrouver ses maîtres ,les cas sont rares ,et malheureusement ,en periode d’été des salauds abandonnent leurs animaux sur le bord des routes et c’est bien souvent que l’on croise des animaux affamées et tournant en rond à la recherche d’un improbable propriétaire .........


              • Philippakos Philippakos 27 juillet 2007 17:50

                Pour répondre à ceux qui ont des chats, je ne me suis pas penché sur la question mais sais qu’il en est de même pour la vision nocturne (ne pas croire qu’un chat voit dans la nuit totale, la noirceur, c’est relatif...)son système de pupille est très différent de celui du chien (pupille verticale) mais pour l’acuité je dois me renseigner et pour le spectre aussi. Pour répondre à Dom, j’ai bien parlé de l’odorat mais mon expérience m’a montré qu’il était très différent d’une race de chien à l’autre. A creuser donc aussi.


                • Harald 27 juillet 2007 18:28

                  Article extra !

                  Merci Mossieu !


                  • seigneur_canard seigneur_canard 27 juillet 2007 21:00

                    Très intéressant cet article. Il m’a permis de comprendre certains comportements pour le moins étranges de mes anciens compagnons à quatre pattes. Il permet enfin, de battre en brèche certaines inventions mercantiles à destination des chiens. Je pense en particulier à ces vidéos destinés aux chiens pour les « occuper » quand le maitre est absent. Visiblement d’aucune utilité vue le fonctionnement de la vision des canidés.

                    Par contre, je me pose des questions pour les chats. Comment voient ils les écrans ? Parce j’ai eu l’occasion d’observer différents félins captivés par des émissions de télés.


                    • haddock 27 juillet 2007 23:12

                      Tintin , veuillez faire lire cet article à Milou , c’ est fait pour lui .

                      Un ouaf pour Philippakos .


                      • bleuplanette 30 juillet 2011 13:59

                        bonjour je trouve l’article Super et je voudrais savoir si tu veux bien que je le prend pour le mettre sur mon forum

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires