• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La voix des équinoxes

La voix des équinoxes

J’ai grimpé les degrés de l’escalier, me suis installé et jeté un regard circulaire. Je disposais d’une heure trente, voire plus, d’isolation phonique pour faire mon choix, laissant dériver des lambeaux de mémoire au hasard de mes arrêts-pages le long des rayons et des piles d’ouvrages

Je n’ai pas cherché à cultiver le masochisme ce jeudi soir devant mon fenestron à écouter le discours présidentiel et à supporter le bal des soumis. Cela allait me flanquer le bourdon et je n’aime pas ça. L’idée de devoir subir ce que je sais déjà sans aucun moyen de riposte décuple ma colère. Mon esprit sait ce qu’il faut admettre et ce qu’il doit refuser. J’ai donc pris la direction de mon grenier afin de faire un aller-retour dans le passé pour une invitation festive à la table des amateurs de sensations authentiques. J’avais rendez-vous avec un livre. Un livre et un auteur. Un homme libre. Autant considérer que j’avais rendez-vous dans une autre dimension.

Il me fallait un livre de circonstance. Un livre de vie et d’intelligence. Un livre que je n’écrirai jamais, mais que vous rêvez de partager comme si vous en étiez l’auteur. Un livre dont la rumeur fait le roulis de la pensée comme une vague s’échouant sur la grève et aspirant les galets qui la bordent dans un même bruit, quel qu’en soit l’endroit où cela se produit. Des pages qui prennent la mer et m’emportent loin de l’hypocrisie et de la corruption. Je me suis levé et fait le tour des piles. A chaque arrêt, un morceau d’histoire offrait sa bobine à la lumière du présent. Fresque, roman, nouvelle, essai, peu importe le genre, tout ça dansait dans le désordre d’une passion dévorante.

J’ignore comment il s’est décroché de la masse pour joindre sa singularité à notre besoin, mais Jean Grenier est venu pose son orthographe entre mes doigts. « Les îles » est un « petit » livre que j’ai découvert et lu dans les années 80. Attiré par le titre, insulaire moi-même, cela explique sans doute le choix, je l’ai lu, j’ai aimé. Je viens de le relire, je l’aime toujours autant, sinon plus. Si on ajoute à cela la préface d’Albert Camus, vous êtes paré pour un séjour sympa au pays du libre envol.

Remarque personnelle : ceci est un livre pour aller loin et non pas un ouvrage de vitesse. Bien qu’en y réfléchissant un peu…


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • hans 12 février 2009 17:52

    Toujours de si beaux articles, merci à vous encore.


    • Olga Olga 12 février 2009 17:56

       Oui, ça donne envie de lire ou d’écrire ou les deux... smiley 


    • Marsupilami Marsupilami 13 février 2009 13:22

       @ Lediazec

      Encore une fois merci pour ce très beau texte à propos de ce très beau livre. Décidément, il a l’air pas mal, ton grenier !


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 février 2009 11:59

        Vous donnez envie de lire, voire meme d’écrire.

        Vous me rappelez la formidable histoire d’Izoard Bouvier, cet homme qui tous les jours d’été, pendant la guerre de 14, plantait des centaines de glands de chénes, et racontée par Jean Giono. Aujourd’hui, on estime que trente mille chénes de haute provence seraient dus à sa quotidienne attitude... 


        • Lediazec Lediazec 14 février 2009 12:09

          Merci à vous tous.
          @ Lisa. Touché par votre exemple. Emu même. Les livres seraient mes arbres ? Ma forêt profonde ?. J’aime à le croire. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires