• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Last chance for love de Joel Hopkins

Last chance for love de Joel Hopkins

Une assurance tous risques pour une heure trente de plaisir non stop.

La Fabrique de Films VIDEO

Quel qu’ait été le film, j’y serais allée pour assister au face à face de deux de mes acteurs préférés, d’autant que je me doutais bien que ni l’un, ni l’autre, n’auraient donné leur accord pour un film médiocre et un scénario bidon. Ils ont mené leurs carrières respectives avec suffisamment d’intelligence et de discernement pour ne pas commettre, à leur âge, et avec leur expérience, une faute de goût. J’étais donc assurée que ma prise de risque était quasi nulle et que le film, que j’allais voir en cette fin d’après-midi presque printanière, serait, sans aucun doute, un très plaisant divertissement. Et il l’est.

Dustin Hoffman et Emma Thompson. La Fabrique de Films

Oui, il serait dommage de se refuser une heure trente d’un marivaudage charmant entre gens délicats que tout oppose à première vue et qu’un hasard bienveillant va réunir pour le meilleur. En ces temps de morosité ambiante, je vous conseille vivement ce remontant euphorisant qui mêle des ingrédients de qualité comme une bonne rasade d’humour et une pinçée de nostalgie, mais a eu l’audace d’éliminer de sa formule les conservateurs et autres agents nocifs et néanmoins trop courants : la violence et la vulgarité.

Aussi, déposez soucis et inquiétudes à la porte de la salle obscure et entrez vous rafraîchir et vous rasséréner avec ce tonique de qualité, en très aimable compagnie de surcroît : un Dustin Hoffman à faire fondre le coeur le plus endurci et une Emma Thompson très classe, très expressive, très attachante en délicieuse vieille fille formidablement séduisante, que l’on aimerait croiser plus souvent sur son parcours. Oui, un film sans prétention mais qui vous assure un plaisir non stop. Ce n’est pas si mal !

Dustin Hoffman et Emma Thompson. La Fabrique de Films

Le réalisateur Joel Hopkins nous offre avec cet opus - le premier Mariage et conséquences en 2002 avait déjà été remarqué et gratifié d’un Bafta et du Prix du public au Festival de Deauville - une comédie bien écrite et nous prouve, par la même occasion et pour la seconde fois, son savoir-faire, son feeling dans un divertissement aux dialogues vifs et efficaces.

L’histoire est la suivante : Harvey Shine, musicien américain, vient de débarquer à Londres pour assister au mariage de sa fille qu’il a un peu perdue de vue depuis son divorce d’avec sa mère et du re-mariage de celle-ci. Compositeur de jingles et obsédé par son travail, il n’est là que de passage, ayant un rendez-vous important à New-York le surlendemain. Mais de mauvaises nouvelles vont tout remettre en question, sa vie professionnelle comme sa vie personnelle. Mais grâce à un formidable coup de chance, il va rencontrer Kate, une célibataire bon chic, bon genre, d’une quarantaine d’années qui aime la lecture et sa vieille maman envahissante. La suite est sans surprise, mais si agréablement contée, si délicieusement interprétée, avec, à la clé, un message si plaisant à entendre, qu’on se laisse gagner par cette bonne humeur et cet optimisme qui, d’une rencontre réussie à un rendez-vous manqué mais rattrapé, tisse à petits points, avec charme et élégance, un ouvrage somme toute bien fait et bien cousu. Aussi ne boudez pas l’opportunité de passer un excellent moment avec ce couple... qui illustre si bien cette ultime chance de l’amour.
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires