• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le bal des nazes, ou les cons d’Irène

Le bal des nazes, ou les cons d’Irène

Ce n’est qu’en 2004 lorsqu’elle devint lauréate d’un prix littéraire que le nom d’Irène Némirovsky a été connu du grand public. Née en 1903, elle avait pourtant écrit autour des années trente une quinzaine de romans, dont cette « Suite française » - ou l’histoire d’une débâcle¹ - qui lui valut ce prix Renaudot, hélas ! à titre posthume : elle était morte en déportation, plus de soixante ans auparavant à Auschwitz.

D’origine russe, admiratrice de Tolstoï et Tchekhov (à qui elle a consacré une biographie), elle publia en 1930 « Le bal ». On était à peine au lendemain de la crise financière d’octobre 1929 et de ses suites à venir, le triomphe du fascisme, déjà au pouvoir en Italie, la persécution des juifs.

Dans « Le bal », œuvre intimiste, on ne perçoit guère les prémices de cette époque, mais voyons de plus près de quoi il en retourne.

Les Kampf ont réussi à passer en quelques années des fins de mois difficiles à l’opulence. Pour être reconnus par ceux qu’ils pensent être leurs pairs, en guise d’ausweis en quelque sorte, ils décident d’offrir un bal, leur premier bal. Alors c’est la valse des cartons d’invitation : surtout n’oublier personne, ne froisser aucune susceptibilité, la tâche de rédiger les adresses est dévolue à leur fille, Antoinette :

« Quatorze ans, les seins qui poussent sous la robe étroite d’écolière, et qui blessent et gênent le corps faible, enfantin Les grands pieds et ces longues flûtes avec des mains rouges au bout, des doigts tachés d’encre, et qui deviendront un jour les plus beaux bras du monde, qui sait ? … une nuque fragile, des cheveux courts, sans couleur, secs et légers … »

Imaginez la surgir devant vous dans le désordre du bain, prête à conquérir le monde avec ses mauvais désirs … À cet âge on ne doute de rien :

« Ces petites filles, avait dit la cousine Bette en regardant Hortense quand elle était revenue près d’elle, ça croit qu’on ne peut aimer qu’elles  »

(Balzac, La cousine Bette)

Elle a des raisons d’être chamboulée, la gamine. Pensez : “Depuis plusieurs mois, les Kampf se disaient « vous »”. Et puis cette fortune soudaine, inopinée, quelle en est l’origine, sinon :

« le génial coup de bourse d’Alfred Kampf, sur la baisse du franc d’abord et de la livre ensuite en 1926 » 

bref, la spéculation ; nihil novi sub sole, notez que l’extrême droite a toujours nié le patriotisme des juifs, dénoncé leur cosmopolitisme, le côté rastaquouère, de quoi alimenter ici, y compris par l’auteur (à son corps défendant ?) ce type de préjugé, typique de l’antisémitisme² de la fin de la IIIe République ; il est des temps où il ne fait pas bon s’appeler Epstein (son nom d’épouse), Bruder ou Némirovsky.

En tout cas, les Kampf peuvent ainsi désormais se payer des domestiques en livrée mais à quelques détails, habilement semés ici ou là par l’auteur, on comprend que si l’on ne naît pas riche, on peut devenir nouveau riche. Et pour le coup, le grotesque vient le disputer au sublime pour ce couple “qu’aimerait bien avoir l’air mais qui n’a pas l’air du tout” même s’il est plein aux as ; pensez, il n’hésite pas à inviter tous azimuts, jusqu’à “une centaine de maquereaux et de vieilles grues”, au moins Rosine et Alfred ne sont pas dupes, du beau linge en vérité.

Mais la mère va commettre non pas un simple impair, mais une erreur. Fatale. Elle veut tenir sa fille à distance du bal, éviter que cette jeunesse, sa progéniture, ne lui fasse de l’ombre ; Antoinette en sera toute courroucée ce qui nous vaut des monologues intérieurs dignes de Mademoiselle Else de Schintzler ; la rivalité mère-fille et ses cruautés, c’est un thème permanent du Bal, renvoie, elle, à une nouvelle de Guy de Maupassant : Yvette.

Et, comme la IIIe République qui tombera en quenouille - la IVe aura plus de chance, elle tombera en Queuille (1884-1970) ! -, tout cela tournera au vinaigre, finira en eau de boudin. Si on attendait un bal, ce sera le bal des nazes, si on guettait des gens du monde, ne resteront que des (pauvres) cons. Entre eux. Les cons d’Irène³.

(Irène Némirovsky, « Le bal », Les Cahiers Rouges, Grasset, 6 € 90)

Michel Frontère, Nîmes

Notes

¹ tout au moins dans la première partie de la Suite intitulée Tempête en juin

² curieusement Irène Némirovsky fut aussi publiée par l’hebdomadaire d’extrême droite Gringoire et admirée de Brasillach, l’écrivain collaborationniste

³ pour tout savoir sur ce classique de l’érotisme « Le con d’Irène  » … 

Post-scriptum : « Le bal » a été adapté au cinéma par le réalisateur allemand Wilhelm Thiele, dans la version française Danielle Darrieux, qui débutait, jouait le rôle d’Antoinette


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • armand armand 11 juillet 2009 14:44

    Irène Némirowska n’était pas inconnue du grand public de son vivant - en effet, l’auteur de l’article fait bien de rappeler son importante production littéraire. Des oeuvres souvent piquantes, truffées de secrets de famille et de discrètes perversions comme le lectorat, toutes tendances poilitiques confondues, savait apprécier à l’époque. ’Suite française’ écrite littéralement à l’ombre de la mort l’emporte largement sur les textes précédents, et justifie le Prix à titre posthume.
    Mais il ne faudrait pas oublier que cette fortune posthume est due en grande partie à l’inlassable activité de ses filles, Denise et Elisabeth, qui avaient mis en lieu sûr ses manuscrits.
    Cette dernière, Elisabeth Gille, connue comme ’grande dame’ de la Science Fiction française quand elle dirigeait la collection ’Présence du Futur’ s’est illustrée aussi dans son combat contre le cancer, ce ’Crabe sur la banquette-arrière’, qui a fini par avoir raison de sa vitalité. J’en profite pour rendre hommage à cette éditrice (et traductrice) exceptionnelle, qui m’a fait découvrir plusieurs auteurs passionnants. 


    • norbert gabriel norbert gabriel 11 juillet 2009 15:14

      Oui merci à Elisabeth Gille qui a fait renaître Irène Némirovsky, et merci pour son témoignage personnel, « le crabe sur la banquette arrière » est un bouquin remarquable.


      • Michel Frontère Michel Frontère 11 juillet 2009 16:01

        @ Armand :

        Merci pour votre témoignage : il complète utilement cet article, et donne un éclairage intéressant, quant au contexte. 


        • Michel Frontère Michel Frontère 11 juillet 2009 19:17

          En tant qu’auteur de l’article, je condamne le commentaire signé “Bob Gratton” qui me paraît entrer dans le cadre de l’apologie du négationnisme et n’apporte strictement rien au débat que j’ai lancé autour d’Irène Némirovski et de son livre « Le bal » : je demande donc la suppression de ce commentaire.


          • armand armand 12 juillet 2009 09:39

            Norbert, Michel,

            Je voudrais signaler à votre intention un autre auteur et grand reporter de l’entre-deux-guerres qui pâtit d’un oubli injuste, il s’agit de Marc Chadourne. Révoqué par Vichy, il se réfugia aux Etats-Unis et ne revint en France qu’au milieu des années cinquante, quand son style d’écriture n’était déjà plus à la mode. Son frère Louis Chadourne, pourtant décédé à trente ans, est paradoxalement moins oublié car il a côtoyé Blaise Cendrars et Jean Galmot.
            Ses titres les plus connus sont Vasco, Cécile de la Folie (prix Femina 1930), Absence,ainsi que de passionnants témoignages sur le Japon, la Chine, la Russie (où il était un des seuls à ne pas être dupe du système), New York dans les premiers mois du New Deal.
            Sa prose est particulièrement limpide, brillante, faisant penser parfois à Gracq en moins travaillé. Je suis actuellement en pourparlers avec un éditeur pour ressortir (enfin) deux ou trois de ses romans.


            • Elana 13 juillet 2009 15:37

              Bonjour à tous.
              Une réflexion concernant la littérature d’Irène Némirovsky qui vous intéressera peut-être : http://sonderkommando.info/actu/Irene_Nemirovsky.htm


              • Michel Frontère Michel Frontère 13 juillet 2009 19:17

                @ Elana,

                Merci d’avoir créé ce lien qui renvoie à l’exposition qui a lieu à New-York en ce moment et qui témoigne de la notoriété d’Irène Némirovsky outre-Atlantique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires