• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Cid Flamenco » par Thomas Le Douarec au Théâtre Comédia

« Le Cid Flamenco » par Thomas Le Douarec au Théâtre Comédia

Cela aurait pu être un brillant pastiche de la fameuse tragédie de Corneille, c’est en fait la version originale du Cid sous sa forme tragi-comique qu’elle eut en 1637 avant sa version remaniée de 1682.

Plus exactement encore, Thomas Le Douarec a procédé à un habile montage de ces deux versions extrêmes, en privilégiant donc la forme initiale mais aussi en intervertissant certaines scènes, en recomposant la chronologie et en supprimant plusieurs rôles dont celui de l’Infante, afin de préserver l’espace tauromachique où il a voulu situer le drame.

Une formation de Flamenco vient épouser le souffle de cette re-création en contresignant la musicalité des alexandrins par des envolées de guitares et de pas cadencés, surgies en râles des entrailles andalouses.

Voici un Rodrigue (Olivier Bénard), comédien-danseur-chanteur en provenance des spectacles musicaux de Roger Louret, « Les années Twist » & « Les années Zazoues », ainsi que des « Amazones 1 & 2 » !

Voilà une Chimène (Clio van de Walle), sortie du Conservatoire de Paris ayant récemment joué dans le « Sainte Jeanne des abattoirs » réalisé par Bernard Sobel !

Place à un Don Fernand, roi de Castille (Florent Guyot), acteur déjà fétiche de Thomas le Douarec que celui-ci ose faire descendre des cintres sur un trône de pacotille afin de singer les contorsions maniérées de la Cour Royale !

En tout, huit comédiens en quête d’une parodie où le conflit Cornélien prend ses distances avec le purisme académique identifié traditionnellement par la règle stricte des trois unités.

En tournant par l’humour, voire la dérision gestuelle, le symbolisme attaché à l’oeuvre classique, la mise en scène s’actualise comme une corrida où taureau et toréador s’affronteraient dans un duel d’amour que le principe d’honneur serait censé arbitrer.

Le danseur (Kuky Santiago / Carlos Hernandez) et la danseuse (Melinda Sala / Karla Guzman) se chargent alors d’une émotion sombre, extravertie de tout voile, pour canaliser les flux de vengeance que l’atavisme familial dicte à celui et celle qui ne peuvent s’avouer leur inclination réciproque : « Va, je ne te hais point ».

Un CID magnifique, enjoué et drôle qui transgresse, avec une félicité diplomatique, la problématique du mélange des genres en respectant au vers près, le style et l’esprit de Corneille. Olé !...

Photo © Jean Chenel

LE CID FLAMENCO - *** Theothea.com - de Thomas Le Douarec - mise en scène : Pierre Corneille - avec Olivier Bénard, Clio Van de Walle, Marie Parouty, Jean-Pierre Bernard, Florent Guyot, Gilles Nicoleau, Aliocha Ltovich & Jean-Paul Pitolin - Théâtre Le Comédia -

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires