• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le Festival de Wight 1970... 40 ans après !

Le Festival de Wight 1970... 40 ans après !

Du 26 au 30 août 1970, se déroulait l’irrésistible happening pop que la révolution des mœurs et des esprits allait transformer par la suite, en modus vivendi.

Que reste-t-il de nos souvenirs quand le 3ème et ultime Festival de Wight s’éloigne dans les brumes mémorielles d’une seconde moitié de XXème siècle, qu’elle fût « rock & roll » ou « hippy », et alors même que, depuis 2002, un festival new-look a pris le relais sur l’île de Wight selon une organisation et un lieu totalement différenciés de l’évènement originel ?

Ce qui pérennise à jamais le rassemblement historique de 1970, c’est qu’il peut apparaître comme l’an 01 des soixante-huitards et autres « baba cools » célébrant l’apogée de la musique pop.

En effet, si « Woodstock 69 » avait marqué les esprits par le retentissement mondial d’un phénomène social générationnel, « Wight 70 » en tirait la quintessence musicale sous un ciel d’azur prométhéen laissant présager que ce temps suspendu au beau fixe s’imposerait comme une référence suprême, définitive et intransgressible.

Mais, si désormais, il n’ y aurait plus « d’avant Woodstock », il n’y aurait pas davantage, de « Wight d’après », car cette apothéose orgasmique avait suffisamment œuvré pour que chacun puisse en faire son miel, alors qu’inexorablement, l’ordre des choses allait reprendre sa politique du quotidien, durablement régénéré par ce sublime paroxysme de jouvence.

Alors where was « Wight 70 » ? Un immense site où, à perte de vue, l’horizon bordé par une colline brillant de mille feux, laissait les regards se perdre dans l’immensité du ciel, de la terre et de la mer réunis pour le meilleur des week-ends de cette fin août légendaire.

Who was « Wight 70 » ? Sur les multiples ferries rejoignant Southampton et Portsmouth à l’île tant convoitée, the beautiful people s’étalait par grappes multicolores tels les fruits mûrs d’une soupape morale venant d’éclore avec ses couples bigarrés d’enfants en bas âge avant que de conquérir des bus à impérial vert olive pour un immense cortège festif à travers l’île.

What was « Wight 70 » ? 300.000 ? 400 ? 500 ou 600 ? Qu’importe le nombre, pourvu qu’ils aient eu l’ivresse d’une métamorphose dont tous les témoins allaient pouvoir colporter la bonne nouvelle si peu idéologique puisque essentiellement intuitive :

« Oui, la pop music peut magnifier la face du monde à venir. »

En effet, entendre Mélanie, « Ils ont changé ma chanson… », Roger Daltrey « Feel me, touch me », Alvin Lee « Going home », The Moody blues « nights in white (or Wight, why not ? ) satin » sur le point d’inspirer « cette touffe de noir Jésus qui ruisselle dans son berceau… » si chère à Léo Ferré… Oui, tout était en germe prolifique pour que Joan Baez, Léonard Cohen, Donovan donnent le coup de grâce aux convenances d’arrière-garde.

Certes, Jimi Hendrix, Jim Morisson et Keith Moon allaient y donner leurs derniers souffles vitaux, en gageant leur inspiration artistique venue d’ailleurs au bilan d’une échelle des valeurs psychédéliques qu’il faudrait recadrer au contact de la réalité.

Cependant, lovée dans les duvets au cœur de la nuit étoilée comme en transe sous le soleil de plomb, so british, la foule du baby-boom, inventait, en direct live, la mélodie d’une partition dont il ne lui serait pas nécessaire de déposer les droits d’auteur, tant ceux-ci étaient d’emblée portés par la conviction du bien-fondé de sa loi universelle.

Alors « Wight », 40 ans après ?

Ayant officieusement ruiné ses commanditaires alors que, filmé de bout en bout avec force caméras dont, a contrario du film pour Woodstock, seuls des rushs sont sortis à ce jour dans la sphère publique, telles les vidéos dédiées aux concerts des Who et d’Hendrix, ce Festival mythique a-t-il réellement révélé l’ensemble des mystères inhérents à son aura que la mémoire collective continue de décliner sur tous les registres de la modernité ?

« The times are changing » observe le prophète !

Faudra-t-il encore attendre une décennie pour qu’un demi-siècle de légende sur Wight ose s’affranchir de l’ombre tutélaire de Woodstock afin que cet évènement historique européen soit, enfin, identifié comme le rassemblement initiatique et fondateur d’un humanisme né de la révolution multiculturelle de 68 ?

Photo © Jean-Paul Margnac

Compte-rendu du Festival 1970 & photos par Theothea.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Le chien qui danse 27 août 2010 10:38

    Bonjour l’auteur, merci pour ce rappel.

    "afin que cet évènement historique européen soit, enfin, identifié comme le rassemblement initiatique et fondateur d’un humanisme né de la révolution multiculturelle de 68 ?"

    Oula ! vous prenez des risques, y’a Pallas qui va débarquer pour vous incendier...


    • Theothea.com Theothea.com 27 août 2010 10:43

      Wait & see !....

      cordialement
      JM / Theothea.com


    • silversamourai silversamourai 27 août 2010 11:40

      Bonjour Théo,

      -O tempora, O mores-

      ....nostalgie balsamique....événement....connectivité......transmission du souffle...responsabilité...

      1848....1968.... ????....non stop !


      • Shaytan666 Shaytan666 27 août 2010 11:42

        Tous les fans de Jimi Hendrix, dont je fais partie, sont d’accords pour dire que son dernier concert à l’île de Wight, était un des plus mauvais si pas le plus mauvais de sa courte carrière, il était complètement « stone » il a p.ex. massacré Full Red House (mauvais réglage), rien de comparable avec Woodstock ou Monterey qui eux étaient du tout grand Jimi.


        • Theothea.com Theothea.com 27 août 2010 17:02

          A l’intention de Shaytan666

          Tout à fait exact !….

          Il n’empêche que ce fût la dernière prestation sur scène de Jimi Hendrix. qui mourait vingt jours plus tard. A sa décharge, celle-ci eut lieu, à mon souvenir, vers 4h00 au matin de la dernière journée, alors que l’ensemble des participants étaient épuisés de sommeil….

          On pourrait d’ailleurs faire une observation similaire pour Jim Morisson qui, lui non plus, n’est pas apparu pas au meilleur de sa forme….

          C’est pourtant ce temps suspendu sur 5 jours de soleil non stop et autant de nuits étoilées dans un site insulaire incomparable qui a engendré, avec tous ces artistes de légende, ce mémorable rassemblement musical de référence.

          En outre, n’oublions pas que Woodstock fut d’abord, avant de devenir un film mythique, un super embouteillage monstrueux de voitures complètement bloquées, alors qu’à Wight la grande majorité accédait par ferries et ensuite bus à impériale et surtout à pieds !…..

          Ce qui donna, durant plus d’une semaine, sur l’île de Wight, cette véritable atmosphère bariolée et festive, totalement inoubliable.

          cordialement

          JM / Theothea.com


        • Taverne Taverne 27 août 2010 22:57

          Peut-être que tout le monde ne connaît pas cette chanson :

           Wight is wight (Michel Delpech)

          Wight is Wight
          Dylan is Dylan
          Wight is Wight
          Viva Donovan
          C’est comme un soleil
          Dans le gris du ciel
          Wight is Wight
          Hippie, hippie, ...pie
          Hippie hippie
          Hippie hippie

          ______


          Ils sont arrivés dans l’île nue
          Sans un bagage et les pieds nus
          Comme un cyclone inattendu
          Comme une fleur avant la saison
          Comme une pluie de papillons
          A laquelle on a jamais cru

          Refrain
          Wight is Wight
          Dylan is Dylan
          Wight is Wight
          Viva Donovan
          C’est comme un soleil
          Dans le gris du ciel
          Wight is Wight
          Hippie, hippie, ...pie
          Hippie hippie
          Hippie hippie

          ______


          Toi qui a voulu t’emprisonner
          As tu le droit de condamner
          Celui qui cherche à s’évader
          Chacun mène sa vie comme il veut
          Tu ne peux plus baisser les yeux
          Car aussi vrai que tu es né


          Refrain
          Wight is Wight
          Dylan is Dylan
          Wight is Wight
          Viva Donovan
          C’est comme un soleil
          Dans le gris du ciel
          Wight is Wight
          Hippie, hippie, ...pie
          Hippie hippie
          Hippie hippie



          Refrain
          Wight is Wight
          Dylan is Dylan
          Wight is Wight
          Viva Donovan
          C’est comme un soleil
          Dans le gris du ciel
          Wight is Wight
          Hippie, hippie, ...pie
          Hippie hippie
          Hippie hippie



          Refrain
          Wight is Wight
          Dylan is Dylan
          Wight is Wight
          Viva Donovan
          C’est comme un soleil
          Dans le gris du ciel
          Wight is Wight
          Hippie, hippie, ...pie
          Hippie hippie
          Hippie hippie


          • dylan87 8 janvier 2012 16:28

            Juste une remarque les 8 photos qui suivent celles créditées Philippe LAVIGNE, sont des photos que j’avais faire parvenir il y a qq années en donnant l’autorisation de publication sous condition de me les créditer.
            Pouvez-vous le corriger ?
            Merci d’avance.
            Bien cordialement
            Alain PASERI


            • dylan87 8 janvier 2012 16:36

              Désolé, ne tenez pas compte de ma remarque, mon nom est bien signalé sous chaque photo mais en orange clair sur fond rose c’était plutôt difficile à distinguer (ajoutez-y un age avancé et une vue en déclin...)


              • Yohan Yohan 8 janvier 2012 16:44

                J’ai eu la chance de vivre ces jours mémorables pour le gamin de 17 ans que j’étais. Je me souviens de Supertramp programmé l’après midi, groupe totalement inconnu alors et de la voix chevrotante du chanteur de Family sur Weavers Answer qui marquait mon entrée dans l’enceinte mythique. En revanche, petite déception pour Jimi Hendriks qui n’a pas fait un concert extraordinaire. En tout cas, ambiance extraordinaire qui m’a marqué à jamais


                • Yohan Yohan 8 janvier 2012 17:01

                  « Jimi Hendrix qui n’a pas fait un concert extraordinaire ». ouaip... Faut dire que je m’étais endormi aussi smiley


                • Theothea.com Theothea.com 30 août 2015 04:40

                  Du mercredi 26 au dimanche 30 août 1970 avait donc lieu le fameux Festival de Wight d’anthologie un an après celui de Woodstock !…  Du mercredi 26 au dimanche 30 août 2015, cela fait donc 45 ans jour pour jour que cet évènement socio-musical a eu lieu ! Que reste-t-il de Jimi Hendrix & Jim Morisson dont c’était le chant du cygne si non l’apothéose ? C’est dans la légende fondatrice que se trouve la clef de notre mémoire collective et c’est ainsi qu’après le 3ème Festival de Wight en 1970 toute la rock music du Xxème siècle allait se trouver catapulter à jamais au cœur de la culture existentielle ! En ce dimanche 30 août 2015, saluts de nouveau aux 600000 participants de ce happening alors inégalé par la puissance évocatrice de tous ses artistes de l’époque comme Supertramp, Tony Joe White, Mélanie, Procol Harum, Chicago, Mungo Jerry, John Sebastian, Mile Davis, Emerson Lake and Palmer, The Doors, Joni Mitchell, Ten Years after, The Who, Sly and The Family Stone, Donovan, Richie Heavens, Leonard Cohen, Jethro Tull, The Moody Blues, Jimi Hendrix, Joan Baez …. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires