• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le Grand Jeu

"Le Grand Jeu est irrémédiable ; il ne se joue qu’une fois. Nous voulons le jouer à tous les instants de notre vie."

Voici comment débute l’avant-propos du premier numéro de la revue Le Grand Jeu. En lisant des textes des auteurs du Grand Jeu, on pourrait croire que leurs auteurs sont nos contemporains. Un groupe de jeunes d’une vingtaine d’années épris d’absolu et en cela en décalage complet avec leurs contemporains occupés plutôt par l’apparence, la carrière et les idéologies de toute sorte. Pour ces poètes visionnaires, il s’agit de faire resurgir la Vie des décombres d’un rationalisme déshumanisant, d’un monde surfait dans lequel se meurent les âmes à petit feu.

Selon René Daumal (auteur notamment du Mont Analogue et traducteur de commentaires de Sri Aurobindo sur certains Upanishads), "Le Grand Jeu groupe des hommes qui n’ont qu’un Mot à dire, toujours le même Mot qui fut proféré par les Rishis védiques, les Rabbis cabalistes, les prophètes, les mystiques, les grands hérétiques de tous les temps, et les poètes, les vrais." C’est en effet par leur inactualité, leur tension vers l’éternel que les auteurs du Grand Jeu participent de notre contemporanéité, voire de notre futur dans le meilleur des cas.

Je ne saurais mieux décrire leur quête que par les termes de chercheurs d’absolus, chercheurs de Vérité, non pas une vérité dogmatique, mais un Vérité vivante, un Verbe transcendant échappant aux pesanteurs du temps et des espaces endormis. Une quête de Dieu sans mot pour le voiler, l’obscurcir, une quête du Verbe pour se laisser écrire par celui-ci… Comme tous chercheurs ou constructeurs dignes de ce nom, ce sont aussi des destructeurs d’illusions, ennemis de tous les dogmes, les mythes, les idéologies, les états, les religions et toutes ces constructions artificielles, trop souvent déracinées de la source à leur origine. Voici l’avant-propos du premier numéro de la revue du Grand Jeu et je vous invite à en lire plus sur ces jeunes poètes visionnaires, et notamment sur René Daumal et son Mont Analogue…

 

Avant-Propos

Le Grand Jeu est irrémédiable ; il ne se joue qu’une fois. Nous voulons le jouer à tous les instants de notre vie. C’est encore à « qui perd gagne ». Car il s’agit de se perdre. Nous voulons gagner. Or, le Grand Jeu est un jeu de hasard, c’est-à-dire d’adresse, ou mieux de « grâce » : la grâce de Dieu, et la grâce des gestes.

Avoir la grâce est une question d’attitude et de talisman. Rechercher l’attitude favorable et le signe qui force les mondes est notre but. Car nous croyons à tous les miracles. Attitude : il faut se mettre dans un état de réceptivité entière, pour cela être pur, avoir fait le vide en soi. De là notre tendance idéale à remettre tout en question dans tous les instants. Une certaine habitude de ce vide façonne nos esprits de jour en jour. une immense poussée d’innocence a fait craquer pour nous tous les cadres des contraintes qu’un être social a coutume d’accepter. Nous n’acceptons pas parce que nous ne comprenons plus. Pas plus les droits que les devoirs et leurs prétendues nécessités vitales. Face à ces cadavres, nous augurons peu à peu une éthique nouvelle qui se construira dans ces pages. Sur le plan de la morale des hommes qui se regardent, qui s’emboîtent le pas, qui rampent au-dessous, volent au-dessus, se devancent, se fuient, s’acclament, se huent et se regardent impassibles. Mais nous ne voulons être alors que l’action de marcher. C’est en cela que nous sommes comédiens sincères. Mauvais sont ceux qui ne se donnent pas entièrement à leur choix. Nous avons simplement le sens de l’action.

Pourquoi écrivons-nous ? Nous ne voulons pas écrire nous nous laissons écrire. C’est aussi pour nous reconnaître nous-mêmes et les uns les autres : je me regarde chaque matin dans un miroir pour me composer une figure humaine douée d’une identité dans la durée. Faute de miroirs j’aurais les faces des bêtes changeantes de mes désirs et, certains jours où le miracle me touche, je n’aurais plus de face. Car, délivrés, nous sommes à la fois des brutes brandissant les amulettes de leurs instincts de sexes et de sang, et aussi des dieux qui cherchent par leur confusion à former un total infini. Le compromis « homo sapiens » s’efface entre les deux. La connaissance discursive, les sciences humaines ne nous intéressent qu’autant qu’elles servent nos besoins immédiats. Tous les grands mystiques de toutes les religions seraient nôtres s’ils avaient brisé les carcans de leurs religions que nous ne pouvons subir.

Nous nous donnerons toujours de toutes nos forces à toutes les révolutions nouvelles. Les changements de ministère ou de régime nous importent peu. Nous, nous attachons à l’acte même de révolte une puissance capable de bien des miracles.

Aussi bien nous ne sommes pas individualistes : au lieu de nous enfermer dans notre passé, nous marchons unis tous ensemble, chacun emportant son propre cadavre sur son dos.

Car nous, nous ne formons pas un groupe littéraire, mais une union d’hommes liés à la même recherche.

Ceci est notre dernier acte en commun ; art, littérature ne sont pour nous que des moyens.

La grâce liée à l’attitude a besoin, avons-nous dit, de talismans qui lui communiquent leurs puissances, d’aliments qui nourrissent sa vie.

L’un d’entre nous disait récemment que son esprit cherchait avant tout à manger. Parmi ses sensations il cherche ce qui le peut le nourrir. En vain sa faim se traîne de musées en bibliothèques. Mais un spectacle, insignifiant en apparence, soudain lui donne sa pâture (une palissade, une huître vivante). La sensation bouleversante d’un instant a rendu d’un seul coup des forces incalculables à sa vie inquiète.

Ce sont des instants éternels que nous cherchons partout, que nos textes, nos dessins feront naître peut-être chez quelques-uns, qu’ils ont donné souvent à leurs créateurs dans le choc de leurs découvertes et dont nos essais cherchent les recettes.

C’est en de tels instants que nous absorberons tout, que nous avalerons Dieu pour en devenir transparents jusqu’à disparaître.

R. Gilbert-Lecomte.

 

En complet accord : Hendrick Cramer – René Daumal – Artür Harfaux – Maurice Henry
Pierre Minet – A. Rolland de Renéville – Joseph Sima – Roger Vailland.

Le Grand Jeu n°1. [1928]


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

marko


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires