• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le manga au négatif

Le manga au négatif

Le manga, aujourdhui, est lu par beaucoup de jeunes. Effet de mode ou simple percée dans la société occidentale ? Il n’en reste pas moins très mal vu.

Le manga a toujours été un sujet épineux opposant grands fans de l’animation aux adeptes du politiquement correct.
"Manga". Ce mot, même encore aujourd’hui renvoie à une image négative. Pourtant "manga" qui veut dire "bande dessinée" en japonais comprend une multitude de genres.

C’est parce qu’ils ont été importés en France, dans les années 1980, avec des représentants particulièrement violents (mais tout de même excellents) que les mangas ont été rapidement montrés du doigt. Combat à n’en plus finir, Techniques mortelles, et autres substituts de violence, attirent les foudres des parents soucieux de la bonne intégrité psychique de leurs enfants.

Je parle de séries comme Dragon Ball Z ou encore Les chevaliers du Zodiaque. Un héros, qui devient de plus en plus puissant au fil de l’histoire, doit sauver un monde qui risque d’être annihilé par des forces obscures, cela avec des pouvoirs plus puissants et destructeurs que l’ensemble de l’armement de la planète.

Il est intéressant de voir que ces mangas ont été fortement influencés par l’histoire japonaise, notamment avec l’apocalypse des deux bombes nucléaires qui ont affecté le pays. D’où les mangas avec un monde post-apocalyptique où règne, bien évidemment, le chaos (en apparence), mais où le fond est extrèmement profond et philosophique, poussant les lecteurs à réfléchir un peu plus que ce que l’on pourrait croire. Ghost in the Shell est de cette trempe, normal, vu qu’il a été dessiné par Masamune Oshii , mangaka (celui qui dessine les mangas) mais également philosophe.

Ce n’est donc pas pour rien que l’univers des mangas est tout sauf manichéen. Il n’est pas rare d’avoir un méchant pas si méchant et réciproquement. Ceci permet de nuancer les univers et ainsi de les rendre moins naïfs, plus complexes. Les mangas ne sont donc pas creux. Loin de là. Et le scénario y est très important.

Je tiens d’ailleurs à féliciter la censure qui a réussi à dénaturer et à rendre incohérente la trame scénaristique de ces séries à cause d’une scène jugée très violente.

Mais si les mangas violents, même riches de contenu, ne satisfont pas tout le monde à cause de leur violence, il existe d’autres genres. Des mangas de sport (avec le fameux Tsubasa ou Olive et Tom en français), des shojos (manga avec des histoires d’amour, adressés à un public féminin) comme Nana, des mangas sur la musique (Beck) et bien d’autres. On peut même trouver des mangas politiques ou financiers au Japon.

Ainsi, il y a encore quelques jours, j’entendai quelqu’un dire : "De toute façon, les mangas, c’est nul et inconsistant." Eh bien, dire cela revient à dire que la bande dessinée, c’est violent, ou que le cinéma, c’est inconsistant.

Il faut prendre conscience que le manga est un genre, et qu’il y a du bon aussi bien que du mauvais.

Pour tous les curieux de la culture japonaise, en profondeur, c’est-à-dire la culture de la vie courante et non celle des livres qui reste figée, les mangas sont une vraie mine d’or. On peut parler notamment de Hikaru no Go qui permet d’avoir une approche originale de ce jeu si complexe qu’est le jeu de Go. Évitant ainsi, du moins pour les bases, les pavés rebutants pour un nouvel arrivant dans cet univers passionnant du Go.

Les mangas regorgent d’anecdotes sur les petits secrets de la vie quotidienne des Japonais. Sociologiquement parlant, c’est très intéressant. Par exemple, on peut apercevoir dans plusieurs mangas des traces du fameux art japonais, la cérémonie du thé, qui est un art très complexe.

Ainsi, on peut dire que le manga reste un domaine intelligent ( bien sûr il existe des erreurs de parcours comme dans tous les domaines) que l’on peut revendiquer sans crainte de passer pour un abruti. Il suffit juste que les gens le comprennent...


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • meta-babar (---.---.70.249) 11 juillet 2006 11:03

    O combien d’accord avec vous ! Je conseille un anime tout a fait caractéristique du style « apocalyptique » : Gilgamesh.


    • nO (---.---.128.14) 11 juillet 2006 11:05

      C’est vrai que l’image negatif du manga a encore la vie dur mais je pense que ca va mieux. On peut remarque que des chaines comme canal+ permette de voir des versions francaises d’assez bonne qualite sans perte au niveau de l’histoire et du style. Sinon la communaute des fan sub permette de voir des series qui ne sortiront probablement jamais en france. La japanimation fait parti de la culture de la plupart d’entre nous, goldorak , dragon ball , pokemon , a chaque generation ses series. Mais comme toujour les parents doivent faire attention tout ce qui est dessine n’est pas pour les enfants et ce quelqu’en soit l’origine.


      • Talion 11 juillet 2006 11:10

        Aaaahhhh !... Les mangas et l’animation Japonaise...

        On trouve des chefs-d’oeuvres incontournables dans ce genre hélas trop méconnu en France...

        Malgré celà, le marché Français reste le deuxième plus important de la planête en terme de vente de Manga et de Japanimation, juste derrière le marché Japonais.

        Ce sont essentiellement les adolescents et les jeunes adultes de moins de 30 ans qui tirent les ventes vers de tels sommets dans l’hexagone.

        Si certains n’ont jamais eu l’opportunité de découvrir ce genre (une lacune a corriger de toute urgence !...) je leur conseille plus particulièrement de visionner les titres suivants :

        - Jin-Roh (un long métrage d’animation qui mêle espionnage, trahison et conte du « petit chaperon rouge »... Sublime même si la fin reste très dure),

        - Le tombeau des lucioles (un autre long métrage mettant en scêne deux orphelins Japonais, un jeune garçon de 10 ans et sa soeur de 4 ans, au lendemain de la destruction de Tokyo par les bombardement américains... Un film magnifique et un drâme qui arracherait des larmes à Attila),

        - Patlabor 2 (un autre long métrage et triller politique au scénario absolument machiavélique),

        - Ghost in the shell 1 & 2 (deux long métrages qui mêlent cyberpunk et réflexion phylosophique autour de la condition humaine),

        - Cowboy Bebop - La série TV (une série d’animation en 26 épisodes, centré sur des chasseurs de primes dans un futur melant space-opéra, western, action, drâme et humour... LA série qu’il faut absolument voir !...),

        - Cowboy Bebop - Knockin’ on heaven’s door (Le film inspiré de la série et dont le scénario se déroule entre les épisodes 22 et 23 de cette dernière... Un long métrage au scénario somptueux et mettant en scêne des personnages d’une grande profondeur),

        Au niveau Mangas (bandes dessinées), je vous recomande plus particulièrement :

        - Berserk (13 volumes édités en France, 31 au Japon, La série se poursuivant toujours... Histoire type médiéval-fantastique),

        - « Gunnm » et sa séquelle « Gunnm last order » (9 tomes pour la première série et au moins 9 pour la seconde qui continue à être publiée au Japon... Sénario cyberpunk dans un monde post-apocalyptique),

        - Zipang (9 tomes en France et pour l’instant 17 au Japon... Scénario fantastique explorant le thême du voyage dans le temps pour un équipage de frégate Japonaise se retrouvant projeté en 1942 à la veille de la bataille de Midway... Une série excellement documentée et au scénario diabolique),

        - Death-Note (non encore édité en France... Un triller fantastique sur lequel je vous recommande de vous jeter dès sa sortie en France),

        - Coq de combat (Titre original « Shamo »... Une histoire très sombre autour d’un jeune criminel qui va découvrir le sens du terme « dépassement de sois » au travers de la pratique d’un art martial... Ce titre brise le mythe de l’existence du « bien » et du « mal » pour nous exposer une vision plus juste de la « nature humaine »),

        - Et bien d’autres titres encore...

        Bonne lecture et bon visionnage à tous !...

        P.S : Certaines bandes-son des films et séries que je vous ai cité sont de véritables petit « bijoux » artistiques... Ne manquez pas les musiques écrites par Yoko Kano en parlticulier, cette femme est un véritable « génie de la musique ».


        • Gimmygimmycheak (---.---.4.4) 11 juillet 2006 12:34

          Juste une petite précision pour ceux qui piocheraient dans cette liste (très bonne et non exhaustive) pour découvrir les mangas : Si vous étiez rebutés pas les mangas à cause de leur violence, évitez Berserk ! C’est un excellent manga que j’adore, mais c’est l’un des plus violent que je connaisse, potentiellement plus choquant à mes yeux qu’un ken le survivant par exemple, pour ceux qui ne connaissent l’univers anime/manga que par le club dorothée, qui a pas mal fait parler de lui à l’époque. ;)


        • Talion 11 juillet 2006 12:43

          Heu...

          Oui, bon d’accord la précision n’est pas inutile, mais il faut quand même reconnaitre que ce manga est probablement l’un des cinq meilleur titre qui ait été publié depuis ces vingt dernières années.

          L’histoire est formidable, le dessin magnifique, les personnages travaillés et fouillés, l’univers incroyablement détaillé, la cosmologie exploitées proprement extraordinaire et le thême sous-jacent (le pardon et la vengeance) très intéressant...

          Sans compter les rebondissement scénaristiques qui ont l’avantage indéniable de ne pas être « surfaits » ou artificiels.

          Personnellement ce titre m’a grandement impressionné et pourtant j’en ai lu des mangas...

          Après évidement, ça c’est sûr, il y a du sang et pire encore, mais ce n’est pas le thême central de ce manga...


        • Gimmygimmycheak (---.---.4.4) 11 juillet 2006 13:34

          tout à fait d’accord sur la qualité de l’oeuvre, mais comme tu donnais des références « à découvrir », je pense vraiment qu’il ne faut pas commencer par celui là à moins d’être averti.


        • thirqual (---.---.15.86) 11 juillet 2006 15:05

          Pour Berserk, il faut aussi ajouter que partir avec un esprit manichéen c’est courir à la catastrophe. J’apprécie aussi énormément le travail énorme de détail qui est fait par Kentaro Miura sur cette oeuvre, que ce soit au niveau du scénario, de l’importance de chaque scène, ou du dessin (et pour ceux qui ont le malheur de suivre l’édition française et la traduction Glenat parfois bien maladroite, attendez les planches des volumes 20 et +).

          Bon pour varier un petit peu, parce que Talion donne surtout des manga et anime tournés action... (que je trouve excellents, à part Gunmm mais on va pas commencer à en débattre ici je pense).

          Les manga de Kei Toume valent le détour, elles mettent en scène des jeunes adultes, étudiants à la limite du monde du travail, exclus et paumés dans la société japonaise.

          La nébuleuse Clamp : leurs manga, souvent adaptés en anime, vont du très connu Card Captor Sakura pour les petites filles, à RG Veda, un conte adpaté des légendes bouddhistes d’une complexité extraordinaire, en passant par des réflexions sur les androïdes (Chobits), les récits apocalyptiques (X).

          Pour le côté humour déjanté, loufoque, l’anime Excel Saga (série), passée récemment sur Canal Plus, mais bon pour l’animation japonaise encore plus que pour le reste, rien ne vaut une version sous-titrée... surtout avec le débit d’Excel.

          Plus gentillet, mais toujours aussi drôle, Azumanga Daioh, série sur une classe de lycée, et sur un groupe d’amies, stéréotypes mais pas tant que ça. Divin pour se remonter le moral en tout cas.

          Last Exile, (série) un anime sur un monde steampunk, plutôt bismarkien que victorien, doté d’une esthétique parfaite et d’une excellente trame.

          Hachimitsu no Clover, une série évoquant l’évolution de jeunes gens en fac d’art plastique.

          Dans les drames, citons l’excellent Now and Then, Here and There (connu aussi sous le nom de l’Autre Monde, un jeune garçon se retrouve projeté dans un monde aride où un dictateur fou aux commandes d’une forteresse volante sème la terreur. Le dessin date, mais la force des plans reste intacte.

          Par le réalisateur d’Akira, une série de 3 moyens-métrages sous le nom de Memories vaut le détour : 3 histoire qui n’ont rien à voir, sinon leur qualité. La première dans l’espace, sur une ficelle très connue de l’appel au secours, la visite d’un étrange palais où rien ne semble réel ; la seconde un pamphlet contre la recherche militaire et la stupidité humaine ; la troisième une journée dans un monde de type 1984, à travers les yeux d’un enfant.

          En manga, les oeuvres de Naoki Urasawa, Monster (adapté en anime aussi, série très longue par contre) et Twentieth Century Boys, parlant respectivement d’une enquête palpitante à la recherche d’un tueur torturé (nominée pour le prix du meilleur scénario au festival de bandes dessinées d’Angoulême en 2003) et d’une société secrète à laquelle se trouvent mystérieusement liés un groupe d’adultes, anciens amis d’enfance.

          Pour les jeunes fleurs bleues qui passeraient par ici, Kare Kano (Masami Tsuda) est tout indiqué.

          Angel Sanctuary (Kaori Yuki), où comment une histoire d’amour sert de prétexte à revoir l’angéologie, la mystique chrétienne et les enfers d’un point de vue original.

          Et si jamais vous êtes en manque de rêve et que vous voulez vous en mettre un grand coup, le film Utena (pas la série en 39 épisodes) vous fera passer un très étrange moment.

          Bonne découverte.

          Ah et non, remettons une baffe au manichéisme, avec Vampire Hunter D - Bloodlust. Quand un vampire enlève une jeune fille, dans un monde où vivent loups-garous, raies mantas du désert géantes, femmes-lianes, où les demeures sont protégées par des lasers et où les chevaux sont mécaniques, c’est pour la vider de son sang, n’est-ce pas ?


        • Talion 11 juillet 2006 17:17

          Sinon, puisqu’on en est à évoquer les titres un peu fleur-bleue plus susceptiles de plaire à un public féminin, je vous conseille les oeuvre de Wataru Yoshizumi, une mangaka qui est en particulier l’auteur de « Marmelade boy », « Mint na bokura », « Kimi shika Iranai », « Ultra Maniac » ou encore « Random Walk » (elle a aussi dessiné « Handsome Kanojo », mais il n’a jamais été édité en France).

          Ces titres restent des valeurs sûres pour qui aime le style Shojo (j’avoue avec une grande honte en avoir lu - et acheté - un bon paquet... Disgrace inside).

          Sinon, côté Manhwa (BD Coréenne) vous en avez également quelque-uns qui ne sont pas mal... Une mention spéciale à « trois soeurs jumelles » que je trouve pas mal.

          Bon après... Vous en avez lu un, vous les avez à peu près tous lu, le principe est relativement récurent.

          Maintenant, pour ceux qui souhaiteraient un titre un petit peu plus... Heu... Technique !... Je leur conseille de se tourner vers « Step-Up Love-Story » qui devrait vous apporter quelques conseils intéressants histoire de satisfaire Madame (c’est le Kama-Sutra en BD si vous préférez).

          A noter un truc très drôle, c’est que de l’aveux de beaucoup de vendeurs que je connais c’est l’un des titres qui marche le mieux... Pourtant peu nombreux sont ceux qui vont l’acheter ouvertement. En général les acheteurs possêdent tous un très haut talent de furtivité lorsqu’ils font enregistrer leurs achats aux caisses :D


        • colette et berthe mavallée (---.---.14.94) 13 juillet 2006 08:53

          y’a une bombe atomique qui est tombée sur tokyo ???? Mais personne ne m’avait prévenu...


        • wildchoc (---.---.110.4) 11 juillet 2006 11:34

          Je tiens à rajouter à ta liste :
          - Vision escaflowne (B.O. magnifique de Yoko Kano également).
          - Love Hina pour avoir un aperçu de l’humour japonais dans toute sa splendeur.
          - Les films de Miyazaki que l’on ne présente plus.
          - Les chroniques de Lodoss pour les fans de Tolkien.

          Ce sont certes des Mangas grands public mais en valent la peine.

          De toute façon faire une liste exhaustive est impossible.


          • Talion 11 juillet 2006 12:21

            Honte à moi !... J’avais oublié de citer les chefs-d’oeuvres de Miyazaki !...

            Mais bon d’un autre côté, ses oeuvres ont déjà un plutôt bon écho en Occident et ne sont plus trop à présenter...

            Par contre pour Love Hina, heu... Il vaut mieux être adepte du Fan-Service...

            Par contre un autre excellent Manga à citer comme représentatif de l’humour Japonais, et qui pour ne rien gâcher, n’est pas superficiel dans le sujet qu’il traite, nous avons « GTO » (Great Teacher Onizuka).

            Une merveille à s’arracher d’urgence !...

            Mais bon, pour conclure, je dirai qu’il serait effectivement vain de lister l’ensemble des titres qui valent la peine d’être vu... Il y en a vraiment pour tous les goûts...

            A noter également que la Bande-dessinée Coréenne commence également à faire une percée plus qu’honnorable dans l’hexagone en profitant de la notorité grandissante des Mangas. Je vous recommende à ce propos le « Manhwa » suivant : PRIEST (a dévorer de toute urgence pour les adeptes des histoires de vengeance, d’horreur, de Far-west et qui exploitent la mythologie Judéo-chrétienne avec anges, démons et âmes-damnées au casting)


          • Talion 11 juillet 2006 12:35

            Ah !...

            Au passage, pour ceux qui comme moi n’ont pas la chance d’avoir une librairie française à portée de main (sur Beijing, vous reconnaitrez que c’est dur...), il reste toujours la possibilité de trouver de quoi satisfaire votre impatience sur Emule en attendant de pouvoir mettre la main sur une version papier digne de ce nom.

            De plus vous trouverez la un excellent moyen de vous dispenser d’avoir à embarquer toute votre mangathèque avec vous dans vos valise. Quelques DVD gravés pêse moins lours que deux ou trois étagères remplies jusqu’à ras-bord...

            Bon, ceci étant dit, ça reste moins pratique... Mais comme on dit, « faute de grives on mange des merles ». A savoir que de temps en temps cette solution vous permet de mettre la main sur quelques titres valant le coup d’être lu mais qui ne sont pas encore sortis en France pour de sombres problèmes de licences ou autres conneries du genre.

            Certains éditeurs font insulte à nombre de chefs-d’oeuvres en ne les publiant pas ou en les publiant au compte-goutte histoire de pouvoir mieux nous tenir en halêne et vider nos poches...


          • Johan Johan 11 juillet 2006 12:37

            Le dernier manga qui m’a profondement bouleverse est Princesse Nauscicaa de Miyazaki, dans sa version BD. Il est si peu manicheen que on perd completement pied sur la fin.

            Par ailleurs, dans la collection « ecritures », je recommande « Quartier lointain ». Tres delicat.

            Certains mangas s’elevent dans les plus hautes spheres de la narration et de l’Art.


          • Talion 11 juillet 2006 12:57

            Le film « Nausicaa de la vallée du vent » a été le premier véritable long métrage de Miyazaki.

            C’est un chef d’oeuvre qu’il serait véritablement criminel de ne pas voir !...

            Seulement voilà... Encore une fois cette merveille n’a pas trouvé éditeur en France pour de sombres raisons que je préfère ne pas chercher à comprendre.

            En attendant que cette injustice soit corrigée et que les salles obscures rendent homage à cette pierre angulaire de l’animation japonaise, il reste la possibilité de trouver une version téléchargeable et fan-subée sur les réseaux P2P.

            La qualité de ces copies est du niveau d’une bonne VHS... C’est pas la panacée, mais ça permet au moins de complêter sa culture cinématographique en attendant mieux.


          • Gimmygimmycheak (---.---.4.4) 11 juillet 2006 13:54

            nausicaa sort au cinéma en France le 23 aout de cette année avec « un peu » de retard :D


          • Talion 11 juillet 2006 16:55

            >>>...un peu de retard...<<<

            Mouais... Juste 20 ans quoi...

            Et après on nous reproche d’utiliser la mule...

            J’ai d’ailleurs trouvé scandaleux que Pompoko sorte lui aussi avec un pareil délais au cinéma. Il y a vraiment des claques qui se perdent chez les éditeurs...

            Pareil pour « Tokyo-Godfathers »...

            Ou encore pour le fim « cowboy Bebop » qui n’est sorti au cinéma en France qu’en 2004, soit 3 ans après sa sortie au Japon...

            Même chose pour « le château dans le ciel » ! (là aussi 20 ans)

            Enfin bon... Une telle absence de logique chez les éditeurs me laisse sans voix...

            Il n’y a guêre que pour Jin-Roh que la situation aura été vraiment positive puisque c’est en France, et non pas au Japon, que le film a été projeté en premier.


          • nandayo (---.---.219.8) 11 juillet 2006 12:33

            J’apprécie l’article, mais je ne vois pas en quoi le manga dispose encore d’une image négative en France.

            Le choix est important par rapport à une dizaine d’années en arrière, il est considéré par les distributeurs spécialisés en produits culturels comme une part non négligeable de leurs ventes de BD.

            Les plus gros problèmes qui subsistent à mon sens sont les problèmes de référencement dans les magasins généralistes (hypermarchés notamment) car voir dans le rayon BD pour enfants, à côté de manga à base de magical girls des manga tels que Gunm (excellent certes mais pas vraiment fait pour jeunes enfants), ça peut gêner certaines personnes qui du coup condamnent l’intégralité du genre comme violent, etc.


            • Gimmygimmycheak (---.---.4.4) 11 juillet 2006 14:04

              « Les plus gros problèmes qui subsistent à mon sens sont les problèmes de référencement dans les magasins généralistes (hypermarchés notamment) car voir dans le rayon BD pour enfants, à côté de manga à base de magical girls des manga tels que Gunm (excellent certes mais pas vraiment fait pour jeunes enfants), ça peut gêner certaines personnes qui du coup condamnent l’intégralité du genre comme violent, etc. »

              Entièrement d’accord. Je pense également que le plus gros problème est là. Le public touché par les mangas est extrèmement large étant donné la diversité des thèmes touchés. Comme pour le cinéma ou les romans classiques, il y a des styles différents et il est facile pour un non initié de les considérer tous comme des ouvrages pour enfants s’ils se trouvent dans le même rayon que les livres pour enfants...

              Par ailleurs, pour ceux qui ne connaissent qu’Astérix et Tintin, les ouvrages de BD « classique » ne sont pas tous destinés aux enfants...


            • Johan Johan 11 juillet 2006 12:41

              Je suis a Londres et j’ai ete profondement choque que le Virgin Megastore de Piccadilly Circus mette les etageres de porno et les mangas cote a cote.

              C’est une veritable honte que Le Voyage de Chihiro soit a moins d’un metre 50 de titres « que rigoureusement ma mere, m’a defendu de nommer ici » (merci Brassens).


              • rdlm (---.---.114.107) 11 juillet 2006 13:00

                On peut lire ici : http://www.anime-france.info/index.php?tag/manga

                [Rappelons-nous les propos de Ségolène Royal (PS) sur l’animation japonaise, « Les mangas sont trop violents pour nos enfants », mais Demetan est une excellente série, plus saine, et surtout non japonaise]

                Sauf que : http://www.noos.org/anime/nostalgie/demetan/fiche.html

                Origine : Japon Titre original : Kerokko Demetan (Demetan l’enfant grenouille) Format : Série TV de 39 épisodes Genre : Comédie Année de production : 1973 Arrivé en France : 1983 / FR3

                Auteur : Junzô Toriumi Réalisateur : Hiroshi Sasagawa Scénario : Junzô Toriumi, Akiyoshi Sakai Character Design : Yoshitaka Amano, Tatsuo Yoshida, Masayuki Hayashi Musiques : Nobuyoshi Koshite Producteur : Tatsunoko


                • KiaN (---.---.91.72) 11 juillet 2006 13:54

                  L’article dit que l’auteur de « Ghost in the Shell » est « Masamune Oshii », et c’est une erreur.

                  L’auteur du manga « Ghost in the Shell » se nomme « Masamune Shirow » et par contre le réalisateur de l’anime « Ghost in the Shell », inspiré du manga sans en être une adaptation linéaire, se nomme « Mamoru Oshii ». I y a donc eu mélange ...

                  De plus, normalement, « manga » n’est il me semble pas censé prendre de « s » au pluriel, étant un mot étranger et dès la première ligne de l’article, une confusion est faite entre mange et anime.


                  • wildchoc (---.---.110.4) 11 juillet 2006 14:03

                    Honte à moi pour ce lapsus concernat l’auteur ! Je m’excuse pour cette erreur :s Par contre pour le « s » j’y ai songé, mais ne connaissant pas la réponse j’ai préféré le mettre. Désolé si cela choque.


                  • KiaN 11 juillet 2006 14:12

                    Celà choque surtout disons les « puristes ». Il ne serait pas étonnant que « manga » apparaisse prochainement dans certains dictionnaires, si ce n’est pas déjà le cas et là, je suppose que le « s » pour le pluriel sera de toute façon admis.


                  • wildchoc (---.---.110.4) 11 juillet 2006 14:27

                    Et oui effectivement, je pensais l’avoir mis, mais un Animé est la version dessin animé du Manga qui est la Bande Dessiné. Désolé pour cet oubli également.

                    J’en profite pour dire que « Monster »(Manga) et « Evangelion »(Anime) se doivent d’être cités également.


                  • KiaN 11 juillet 2006 14:35

                    Nombreux sont les manga et/ou animes devant être cités, et il aurait surtout je pense fallu parler d’Osamu Tezuka, auteur défunt qualifié au Japon de « Dieu » du manga et issé au même rang que Hugo chez nous.

                    Il est consideré comme le créateur du manga et de l’anime tels que nou les connaissons aujourd’hui, et à écrit les plus grand chef d’oeuvres qui soient, dans tous les genres de manga. Il a tout simplement posé les bases, instaurés les codes, et mis en places les différents genres.

                    Une de ses plus grandes oeuvres est pour moi « L’Histoire des 3 Adolf », et se doit d’être lue, que l’on soit ou non amateur de manga. C’est tout simplement magnifique.


                  • KiaN (---.---.91.72) 11 juillet 2006 14:03

                    Il est toujours possible de commander des manga par Internet et se les faire livrer, et il y a donc nulle raison de faire l’apologie du piratage !


                    • Talion 11 juillet 2006 16:42

                      Ah ! Ah ! Ah !...

                      Monsieur a de l’humour !...

                      Je ne vais pas re-commander ce que je possêde déjà et je ne vais pas commander en VO les animés et les Mangas qui ne sont pas encore sortis en France... (mon Japonais reste encore à ce jour relativement médiocre)

                      Un petit download et tout est rêglé !...

                      si je devais scanner toute ma mangathèque et encoder en DIVX tous mes DVD de japanination j’y serai encore dans 20 ans... Je ne suis pas stupide à ce point, il existe des solutions plus réalistes et plus abordables.

                      Au passage, télécharger ne m’a kamais empêché d’acheter ensuite le manga ou le DVD. Va acheter tout ce que je possêde en terme de culture Japonaise et ensuite tu pourras revenir me faire la morale.

                      La FNAC a un rayon manga moins fourni que ma bibliothèque pour te donner une idée.


                    • KiaN 12 juillet 2006 13:50

                      Oui bah c’est bien mignon tout ça, chacun fait ce qu’il veut dans son bon droit chez lui, mais c’est nullement une raison pour promouvoir ici le piratage illégal d’oeuvres japonaises, point.


                    • Océane (---.---.145.127) 11 juillet 2006 14:48

                      Il y a une parfois une image négative des mangas chez certains parents des 18-35 ans, car étant enfant, les 18-35 regardaient des dessins animés japonais parfois violents ( comme Ken le survivant ), mais pas plus violents que certains films. Sinon, le manga est arrivé à maturité, et il y a des chef d’oeuvre qui sont au niveau des meilleurs BD ou des comics américains. Et dans les animes, il y d’excellentes musiques, Yoko Kanno, comme l’a dit quelqu’un, est une excellent compositrice, et il y a au Japon des compositeurs du niveau des grands compositeurs de musique de film ( John Williams, James Horner, John Barry et tant d’autres ), comme Joe Hisaishi, Nobuo Uematsu, ou Geinoh Yamashirogumi. Bref, le manga n’est pas juste une mode, il y a des mangas vraiment géniaux, la plupart ayant été cité ( sauf peut-être kyo ou one piece )


                      • KiaN 11 juillet 2006 15:00

                        Samourai Deeper Kyo et One Piece ne sont nullement des chefs d’oeuvre, ce sont peut-être des « shônen » de qualité, mais ça s’arrête là. On peut tout à fait les aimer mais il ne faut pas éxagérer ...

                        Quant à dire que tout ce qui méritait d’être cité l’a été, c’est une folle abérration : ce serait comme donner 3 ou 4 écrivains français et prétendre ensuite avoir fait le tour de la littérature française !


                      • Talion 11 juillet 2006 16:47

                        >>>Yoko Kanno, comme l’a dit quelqu’un, est une excellent compositrice<<<

                        Dans le même registre, le compositeur Kenji Kawai qui travaille très régulièrement avec le réalisateur Mamoru Oshii, réalise des bandes originales absolument somptueuses !...

                        Le duo s’est également distingué dernièrement lors de la réalisation d’un film « Live » avec images retraivaillées par ordinateur et casting polonais : Avalon.

                        Ce film est également un véritable chef d’oeuvre à ne pas rater. Comme tous les films de Mamoru Oshii d’ailleurs...


                      • meta-babar (---.---.70.249) 11 juillet 2006 17:10

                        One piece est qd meme un très grand manga de divertissement, et en plus le scenar est genial (enfin la trame parce qu’il faut en lire beaucoup pour le voir s’étoffer). Je ne parle pas des gags géniaux :) J’en ris encore.


                      • Océane (---.---.145.127) 11 juillet 2006 16:57

                        Je connaissais pas Kenji Kawai ( ni Mamoru Oshii ), je vais donc essayer de les découvrir avec Avalon. Merci ^^


                        • Talion 11 juillet 2006 17:26

                          C’est ce duo qui a réalisé certains des plus grands titres de la Japanination.

                          Oshii est peut-être le réalisateur, mais lorsqu’il réalise un film, il considère que Kawai travaille au même niveau que lui dans la hiérarchie de son équipe.

                          Ils ont véritabement réussi a mettre en place une synergie rarement égalée dans toute l’histoire du cinéma : L’aliance ultime de l’image et de la musique au service de scénarios profond et émotionnellement intenses.

                          Les chefs d’oeuvres qu’ils ont réalisé ensemble sont en particulier les suivants :
                          - Ghost in the Shell 1 & 2,
                          - Patlabor 2,
                          - Jin-Roh (de mon point de vue ce film est le point culminant du 7ème art),
                          - Avalon (film « Live » nipo-polonais)...

                          Il y en a d’autres (comme « l’oeuf de l’ange » pas exemple), mais ces 5 là sont vraiment les incontournables...


                        • wildchoc (---.---.67.134) 11 juillet 2006 18:36

                          J’ai vu Avalon, et je trouve d’ailleur génial le fait que les voix originales soient dans en polonais(contrairement à un certain « Mémoire de Geisha » où tous les japonais parlent miraculeusement anglais parfaitement), mais je ne vois pas ce que tu veux dire par « live ». Peux-tu m’expliquer ?


                        • Talion 11 juillet 2006 19:01

                          Le terme « live » veut simplement dire que c’est un film avec de vrais acteurs et tourné en images réelles (même si là, elles sont tout de même hyper retravaillées à l’ordi...) et que ce n’est pas un film d’animation.

                          Par contre c’est effectivement une remarque judicieuse en ce qui concerne les voix : Oshii a eu tout à fait raison de diffuser son film avec les voix originelles polonaises et non pas des voix doublées.

                          Le film y gagne en profondeur, en réalisme et en autenticité.


                        • (---.---.162.15) 11 juillet 2006 18:09

                          Je n’ai rien à ajouter aux commentaires ci-dessus sur la qualité des bandes dessinées japonaises, sauf un point fondamental.

                          Nous apprenons à lire de la gauche vers la droite et nous sommes éduqués à ce sens comme par un réflexe pavlovien. Hergé, notamment, avait bien compris toutes les lois liées à ce sens de lecture. Or de nombreuses BD japonaises sont éditées en France dans le mauvais sens (pour nous bien sûr), c’est à dire dans le sens original japonais, de la droite vers la gauche.

                          Cela donne des résultats catastrophiques à la lecture. Certes ça va à peu près pour tourner les pages à l’envers, par contre on se retrouve complètement déboussolé quand on lit la page à l’envers, d’abord la fin du gag, ensuite le début.

                          Certes les jeunes ont plus de facilité à inverser le sens, mais pour de nombreux lecteurs c’est un handicap insurmontable.

                          Il est à souligner que ce sont principalement des raisons économiques qui ont amené à conserver « le mauvais sens », ainsi que la démission des éditeurs français. Dans d’autres pays, notamment aux Etats-Unis, à ce que je sais, la « remise dans le bon sens » est systématique.

                          Am.


                          • Talion 11 juillet 2006 19:15

                            Ce problème de la lecture en sens inversé n’en est plus un au bout d’un moment, vous finissez vite par vous y habituer.

                            Par contre, pour les puristes (comme moi) éditer un manga en changeant son sens de lecture pour pouvoir feuilleter les pages à l’européenne est une véritable hérésie !...

                            La lecture perd ensuite en qualité et souvent ce renversement de sens se fait par retournement en mirroir, ce qui boulverse parfois beaucoup l’histoire (Cobra avec son Psycho-gun au bras droit... Ca je ne m’en suis toujours pas remis...).

                            Les meilleures éditions sont définitivement celles qui se font dans le sens de lecture Japonais, n’y voyez surtout pas une quelconque volonté d’économiser de l’argent.

                            Ceci dit, souvent les éditeurs qui se lancent nouvellement dans l’adaptation d’un Manga en France font cette erreur en espérant toucher un plus large public.

                            J’en ai personnellement pleuré lorsque j’ai vu Berserk diffusé en sens de lecture « Occidental » lors de ses deux premières éditions. Heureusement que la dernière a réparé cette injustice !


                          • (---.---.162.15) 11 juillet 2006 19:38
                              Ce problème de la lecture en sens inversé n’en est plus un au bout d’un moment, vous finissez vite par vous y habituer.

                            C’est complètement faux, au moins pour un lecteur habitué à lire des BD. J’ai essayé sans succès et je ne suis pas le seul. Quand la lecture est régulièrement contrecarrée par des incongruités de lecture, on se lasse. Comme pour les droitiers, il y des réflexes de gaucher qu’on ne peut pas acquérir. Ou alors avec beaucoup de temps et une véritable rééducation.

                              Par contre, pour les puristes (comme moi) éditer un manga en changeant son sens de lecture pour pouvoir feuilleter les pages à l’européenne est une véritable hérésie !...

                            Les puristes nous emmerdent et les éditeurs devraient s’adresser à un large public. Leur choix n’est pas innocent, cela les a aidé à former un public captif fier de sa « pureté ». Cela explique aussi en partie pourquoi, en France, il y a un fossé entre mangas et autres bandes dessinées.

                              n’y voyez surtout pas une quelconque volonté d’économiser de l’argent.dessinées.

                            Ben voyons... Il est vrai que les japonais ont poussé en ce sens ainsi que des « critiques » dans votre genre (Jennequin et autres Joubert), irrespectueux du public (plus précisemment préférant le respect de l’artiste au respect du public). Parfois, il vaut mieux chercher l’édition américaine, comme pour « Mai the psychic girl », la barrière de la langue est alors moins génante que la barrière du sens de lecture.

                            Am. (Un des tous premiers lecteurs de mangas en France, notamment par « Le cri qui tue », Tatsumi, Tezuka...) (heureux que Tezuka ait surtout été édité en France « dans le bon sens »).


                          • wildchoc (---.---.67.134) 11 juillet 2006 19:58

                            Je pense simplement que le sens original de lecture japonais est un respect culturel. Imaginez que l’on fasse un roquefort au tofu au Japon ? on crierait au sabotage culturel ! Et de plus, et c’est le plus important, comme dit plus haut, l’effet miroir est vraiment génant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès