• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Mans », le film dont Steve MacQueen n’est pas le (...)

« Le Mans », le film dont Steve MacQueen n’est pas le héros

Quelle force des images dans ce film dont l’acteur principal est… la course des 24 heures du Mans. Steve MacQueen qui y joue un pilote adorait le sport automobile à tel point qu’il a tout fait pour que ce projet se réalise. Le résultat final est la référence des films sur la course automobile et bouleversera les codes esthétiques de sa retransmission télévisée.

La scène la plus mémorable est celle d’avant le départ de la course. On entend la voix du speaker qui donne moult détails sur les concurrents, les voitures et… les prévisions atmosphériques.

Puis on pénètre dans l’habitacle de la voiture,  le bruit des haut-parleurs cesse et on entend celui des battements cardiaques du pilote qui deviennent de plus en plus rapide à mesure que le drapeau du départ se baisse. Ce ralenti accentue la tension palpable de cet instant d’avant la course proprement dite.

Après, c’est une succession de plans de l’épreuve que se livrent les bolides avec des alternances de l’ambiance à l’intérieur où l’on n’entend que ce que le pilote peut entendre avec son casque sur les oreilles. La seconde d’après, le réalisateur filme les voitures du bord de la piste et on se prend pour un spectateur de cette course dans les années 7O. L’instant suivant on est à bord de l’hélicoptère qui filme le circuit de haut.

Cette alternance de point de vue et de sons plus ou moins fort crée une dynamique particulière. On se sent au cœur de l’action, au plus près des pilotes. Le film fût d’ailleurs une véritable révolution dans la manière de filmer la course automobile. On peut dire qu’il y a eu un avant et un après « Le Mans » dans la retranscription télévisuelle du sport mécanique.

Comment ne pas être transporté par ce ralentit de l’accident qui implique le personnage joué par MacQueen ? C’est le souffle coupé qu’on regarde cette scène où prisonnier de son bolide au milieu du circuit, il voit arriver une voiture vers lui qui,  en s’explosant sur les rambardes de sécurité d’un côté puis de l’autre se crash dans un ralenti au suspense incroyable. Comment mieux personnifier la mort qui frôle les pilotes qu’avec cette voiture qui pourrait lui ôté la vie dans sa course folle.

Cette esthétique automobile résolument moderne contraste avec les rares moments de dialogues s’inspirant de ceux de la série Starsky et Hutch ou de Dallas. A oublié de ce côté. Quand aux musiques utilisées elles sont du même acabit mais…  quel délice des yeux que ces dépassements sous la pluie à 300 km/heure et dans le vrombissement des « flats 12 ». C’est le film culte que tous les passionnés de course automobile doivent avoir dans leur médiathèque.

Documents joints à cet article

« Le Mans », le film dont Steve MacQueen n'est pas le héros « Le Mans », le film dont Steve MacQueen n'est pas le héros

Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • slipenfer 9 mars 2011 10:36

    @ l’auteur
    La cource dans bullit pas mal non plus
    Mais la coure que je préfère c’est celle-ci
    une sacrée défaillance de frein affolant
    insoutenable,terrifiant.
    Merci de nous rappeler ce film,en pleine
    crise du pétrole(je blague)


    • pingveno 9 mars 2011 11:08

      Nul ne conteste que le Mans est une course à part dans le monde de l’automobile. Pas même les ricains qui ont créé les « American Le Mans Series » qui ne valent pas l’original notamment parce qu’elles soient suffisamment longues pour être de l’endurance, même 12 heures ça ne permet pas de vivre le coucher et le lever du soleil dans la même course.

      Que sait-on des conditions du tournage ? Ont-ils pu par exemple enregistrer en conditions de course comme pour Michel Vaillant ?

      Quoi qu’il en soit j’aimerais bien voir ça. Où peut-on se le procurer ?


      • Valparaiso Valparaiso 9 mars 2011 16:54

        Le Mans n’est pas un film. Il n’y a pas de scénario, pas de dialogue.
        C’est un documentaire sur l’une des courses les plus célèbres au monde.

        McQueen avait pu faire les 12 heures de Sebring mais son assurance demandait trop pour qu’il fasse les 24 heures. il a trouvé l’astuce : faire un film où il allait pouvoir tourner avec la Porsche 917 sur le grand circuit.
        Cela donne un film-documentaire étrange mais captivant, montrant une époque révolue du sport-auto.
        Le Mans a été si mal traité par la fédération internationale qui cherchait à imposer la F1. combien de fois cette course a failli mourir, pour se relever à chaque fois ! Grace aux passionnés, aux élus locaux et aux constructuers allemands, anglais et japonais.
        C’est aujourd’hui une course encore très populaire où des techniques pouvant être adaptées à la route sont développées. très loin de la F1 des VIP du mégalo Ecclestone.


        • pingveno 9 mars 2011 17:41

          Ce n’est pas pour imposer la F1 mais pour imposer le fait que la FIA garde le contrôle sur toute course automobile qui existe sur Terre. Ils réclament en particulier le fait de redistribuer eux-mêmes les droits télé, ce que l’ACO ne veut absolument pas.
          Aujourd’hui depuis le fiasco du GPF1 d’Indianapolis (qui se déroulait exprès le même jour que les 24 heures) cette stratégie est en train de se retourner contre eux.
          Et dans des pays comme le Japon, la seule course des 24 heures du Mans est plus populaire que la longue saison de F1. Ce n’est pas pour rien si comme vous dites certains constructeurs sont présents aux 24 heures mais pas ou plus en F1.


        • jymb 10 mars 2011 00:22

          C’est un fait que le film est prenant : angoisse de l’entourage des pilotes qui guettent la mauvaise nouvelle tombant des hauts parleurs, fête foraine autour de la course, personnages vrais car...réels, pas de nécessité de truquages, pas d’images de synthèse.

          A compléter par le bouquin « victoire au Mans » de Clavel

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès