• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le Père Eau

Le moulin à paroles

On l’appelait le Père Eau, un sobriquet quelque peu taquin et moqueur quand on connaissait le bonhomme que jamais de mémoire de ses compagnons, on n’avait vu boire d'eau. Il s'hydratait avec de bons petits vins de Loire, ce qui assurément, ne peut pas faire de mal tant le vieux était encore gaillard. Il était connu comme le loup blanc bien qu’il fut souvent noir en fin de journée. Mais ceci est la malheureuse conséquence de son penchant pour la chopine, qu’il poussait parfois à l'extrême, quand il partait en menterie sur son banc.

Le Père Eau passait ses journées assis sur un banc face à la Loire. Là, les yeux dans le vague, une bouteille dans sa musette à portée de main et quelques autres au frais dans la rivière pour ne pas tomber en carafe, il racontait les légendes d’autrefois, les épopées qu’il avait héritées de sa grand-mère qui avait été elle aussi conteuse. Il partait en rêverie, oubliait tous ceux qui étaient autour de lui, il déroulait des récits tour à tour extraordinaires, mystérieux, diaboliques, drôles ou bien coquins.

Le Père Eau était conteur et jamais comptable de son temps. Peu lui importait le mouvement des pendules et de l’astre solaire. Une fois en position sur son banc, il laissait filer son incroyable faconde, se transportait dans les contrées de l’enfance, les recoins magiques du temps d’avant le temps, dans les interstices de la logique et de la raison. Rien n’était impossible pour lui, il pouvait inventer des péripéties totalement abracadabrantesques et nul ne venait s’en plaindre.

Les enfants comme les grands venaient l’écouter. Chacun prenait une petite paire d’heures pour profiter de la verve du menteur. Il suffisait de lui apporter de quoi tenir sans mourir de soif ni de faim et le moulin à paroles remplissait son rôle avec délectation. Suivant les moments de la journée et la nature de son public, ses histoires changeaient de registre et de nature. Il savait avec un art consommé, captiver ceux qui venaient l’écouter.

Puis soudain, le bonhomme se levait, il en avait terminé de sa racontée et s’en allait en silence. Il pouvait même disparaître plusieurs jours sans que personne ne sache où il se rendait. Certains prétendaient qu’il avait rendez-vous avec le diable car seul Satan pouvait lui souffler à l’oreille pareilles sornettes. D’autres affirmaient tout au contraire qu’il trouvait refuge dans quelque repère secret d’une gentille fée qui lui glissait à l’oreille de nouvelles histoires.

Qu’importe, quand il revenait, il avait de nouveaux épisodes à nous offrir. Nous le revoyions surgir et chacun de se précipiter pour profiter de sa moisson nouvelle. Il était intarissable, racontait et buvait jusqu’au bout de la nuit. Les plus belles émotions nous venaient justement quand le soleil se couchait sur la rivière, entre chien et loup, le vieux était comme porté par l’atmosphère mystérieuse de la rivière. Je m’en souviens encore avec la chair de poule …

Un jour, le père Eau n’est plus jamais revenu. Le diable l’avait-il gardé auprès de lui à moins que ce ne soit la fée qui ait voulu se l’accaparer ? Nous ne saurons jamais rien. Quelque chose pour nous tous avait changé. Le banc sonnait creux, la Loire se traînait en langueur, le ciel manquait de couleur, la nuit avait perdu ses étoiles. Nous étions orphelins de notre imaginaire, celui que nourrissait sans cesse le conteur à la musette.

Ce fut à ce moment là qu’une bibliothèque s’ouvrit dans notre petite ville. Nous n’avions pas fait le rapprochement tout de suite. C’est quand la mairie la baptisa Espace Charles Perrault que nous nous interrogeâmes sur cette curieuse homophonie. Les plus curieux allèrent jusqu’à pénétrer dans ce temple du livre, un endroit qui nous effrayait un peu. L’un des habitués du banc osa demander à la bibliothécaire qui était ce Perrault qui avait donné son nom à l’endroit.

Il lui tendit un livre, un recueil étonnant qui contenait toutes les histoires que nous avions déjà entendues de la bouche de notre vieil ami. Elles étaient souvent un peu différentes, il y avait d’autres personnages, elles se déroulaient en d’autres lieux mais on y retrouvait l’essentiel de la trame. Le Père Eau aurait-il été un falsificateur ? Un autre emprunta un ouvrage des frères Grimm, ce fut une fois encore la même surprise. Et ainsi de proche en proche, nous découvrîmes que de Gougault à Carrière, de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont à Sara Cone Bryant, les unes et les autres ne font jamais que reprendre un héritage universel né par le souffle du vent et le murmure des étoiles.

Notre Père Eau n’avait fait que semer ses propres interprétations comme l’avaient fait avant lui tous les autres. C’est ainsi que sans nous en rendre compte, le vieux bonhomme nous avait enseigné la grande saga universelle. Nous n’avions jamais eu et nous ne retrouverons jamais plus belle manière de comprendre le monde. Puisse un jour, les contes revenir à l’école, c’est par eux et à travers eux que l’on devient véritablement des adultes à l’âme d’enfant.

Conteusement vôtre.

Documents joints à cet article

Le Père Eau

Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • juluch juluch 3 avril 11:51

    Un fantôme ? 

     smiley



    • nono le simplet nono le simplet 3 avril 13:30

      @Nono le génial petit robot

      Nenette le génial petit robotAlteritativement « plus connu » sur Agoravox en tant que #Shawford42 ♂ aka Jayce le Con errant de l’allume hier et par délégation de compte et par défaut de Nono le simplet

      qu’est ce que je viens faire dans cette galère ?

    • @nono le simplet

      Je t’en sors ? Dis-moi, ce sera fait aussitôt, et ce sera ferme et définitif.


    • @nono le simplet

      il y a des pseudos mulitpodes sur Agora : Arthès, Shawford, Aïta,.... Vous pouvez m’exclure. 

    • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      C’est vrai que vous êtes une pieuvre redoutable à vous toute seule.

      Vos ventouses sont allées tâter au plus profond de consciences parmi mes allié.e.s, et d’un tout particulièrement.

      Ce qui en létal/l’étal/l’état, vous exclut de facto du #U42.

      On verra s’il y a lieu de réviser toussa en l’étalon, si vous échappez à mon ETA.

      /



    • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      On y verra donc sans doute plus clair lors du dénouement de « l’affaire » Ph Ver(g)ne(s)


    • @Henry Canant

      Prière de consulter l’upgrade de mon profil.


    • @nono le simplet

      Chalut,
      en parlant de respect, tu boudes ou pas pour mon/ce/ton compte ?
      Tu restes juste à bord aux côtés de Pupucette007, je te le délègue à 100%, je t’en sors à 100% ?


    • nono le simplet nono le simplet 5 avril 07:31

      @Nenette le génial petit robot
      salut Arnaud,

      je ne boude pas ... je pige pas ta démarche mais ça a l’air de t’amuser et c’est le principal vu que ça ne me dérange pas smiley

    • Andersen, celui qui est différent (le Grand Autre). Quel fut le premier mot prononcé par Le Grand Hermès, supposé être à l’ORignie du langage ? Certaines mauvaises langues colportèrent par colé« optère » qu’il était dyslexique ou bégayait,...Les premiers mots ne pouvaient être que des borborygmes que certains logent dans l’intestin. Il faut bien commencer par quelques mots. que ceux-ci s’originent dans des maux : colique ou autre diarrhée verbale. ART OEUF. Ensuite les mots émergèrent des maux et filèrent plus doux s’enrobant de la Noblesse des lettres transportées par le souffle du vent et recueillie par les oiseaux pour s’immiscer ensuite dans votre boîtes à bonnes ou mauvaises nouvelles ou conte, contesse ou conteuse,


      • Par contre, le personnage me fait étrangement penser à Henri Canant. Le double de Nabum ???... Le mystère subsiste. Nabum adore jouait avec sa propre identité. Ce genre de personnalité polymorphe et clivée existent réellement. Mais il s’agit aussi d’un don propre aux romancier. Ecrivant moi-même, je sais ce qu’il en est de l’identité multiple. Au moment d’inscrire notre personnage sur le papier, il prend forme. Dans ses aspecte les plus sombres ou lumineux. « Je » est un autre. Mais sorti de l’écriture, il faut retomber dans le réel. Pas toujours aisé et certains finissent réellement par se fondre dans leur personnage. Comme moi : Mélusine....la réchappée,...Mais le réel veille,...


        • RICAURET 3 avril 13:52

          LORSQU UN PERSONNAGE COMME CET HOMME QUE L ON DÉNIGRE 
           IL Y EN A DANS TOUS LES VILLAGES DU MONDE
          COMME LE BONHEUR C EST SOUVENT APRÈS QUE L ON SAIT QU IL ÉTAIT LA

           C EST UNE BIBLIOTHÈQUE QUI A DISPARU 


          • marmor 3 avril 14:04

            Que voilà une belle manière de justifier les pillages et de s’en attribuer la paternité. C’est à vous entendre, l’apanage des conteurs. Allez dire ça à Jean Carrière, à Henri Gougault, ou à René Char, voire à Mr De La Fontaine !!!


            • @marmor


              Je vous invite, comme cela à lire https://fr.wikipedia.org/wiki/Yvette_Szczupak-Thomas dont la vie est quasi la même que la mienne. Elle a bien connu René Char que j’adore moi aussi. Mes son expérience (lubrification sexuelle de son doigt et j’en passe,... ) est un peu différente. Plongée dans Debord, les Naufrageurs, je passe aussi cette époque à la lessiveuse ayant fréquenté de près et de loin ce milieu en ma tendre jeunesse,...


              • Dans l’ art, le premier pas est celui de la transmission. Celui du respect de l’ancêtre. Quand je montre mes tableaux on m’a dit : un mélange de Chagall et de Michaux. Suis-je faussaire ? Non. 


                • @Robert La Figue


                  Encore un des nombreux Pseudopodes de Nabum ? Le sachant capable de Tours de cochons et connaissant un peu le bonhomme (dit sans aménités, les bouffons ou bouffeurs de Roi me sont toujours sympathiques, malgré leurs tendance innée aux farces et attrappes) cela ne m’étonnerait pas. Robert d’ailleurs apparaît souvent dans ses Contes en Maine et Loires. Quoique je préfére le Loir et Cher. Je sais parfaitement que l’on me pique mes idées,...et je m’en fous. Plus passeuse (contrairement à ce que me reproche un certain Gollum) que soucieuse de mon futur, mon nom dans un dico, Wiki ou mon EGO simplement. L’ombre me convient bien mieux. 

                • @Robert La Figue

                  Gardien de zoo comme le Marionnettiste c’est fastoche, suffit de pas laisser s’écha(r)pper pour de vrai les pingouins dans ton genre.

                  Gardien d’Etoiles comme Na Boom c’est encore plus difficile que Gardien de nuit où il faut « juste » filtrer une juste répartition des droits communément individualisables, faut pour lui en plus les (r)allumer ou calmer leurs ardeurs !

                  Heureusement, quand le gardien de buts Paul€Mike aura enfin enfilé les gants, ça va s’etalonner v(i)(a)(eu)gras ! smiley

                  https://www.youtube.com/watch?v=AFamXCAtKoE


                • Lewis Caroll du sa gloire (mais aussi sa part d’ombre) à une petite fille prénommée ALICE....


                • @Robert La Figue


                  Par contre, en payant cher, nous pouvons faire disparaître toute référence à notre personne du GOGOLE. 

                • C'est Nabum C’est Nabum 3 avril 19:40

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Nulle gloire n’est à attendre


                • @C’est Nabum


                  Nabum, dans la vie, je n’ai jamais rien attendu. Tout m’est tombé dessus.

                • C'est Nabum C’est Nabum 3 avril 19:47

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Ce sont les déplaisants qui me tombent dessus



                • Henry Canant Henry Canant 3 avril 21:12

                  Nabum,


                  T’es pour la démocratie, cela te sied bien.

                  Faire taire tous ceux qui dénoncent ton non respect de la propriété.
                  Je vais encore vomir.
                  Bernard ...


                  • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 07:24

                    @Henry Canant

                    C4est si facile de salir


                  • @C’est Nabum

                    5 fruits et légumes par jour, Henry Cantat prendre, et vous ?

                    Et un bon Paul&Mike aussi, non ?


                  • Henry Canant Henry Canant 4 avril 13:45

                    @C’est Nabum
                    Salir la crasse, exercice difficile.


                  • @Scène abîme
                     Il semblerait que ce ne soit pas un cas isolé puisque j’ai ouïe dire qu ’à une certaine époque dans notre Ligérie oxy-dentale sévissait également un père n’EAU du même tonneau (si je puis dire ) !
                     
                     Peut être un cousin éloigné qui répondait au sobriquet de JPP
                     Il parait même qu’il y en a qui l’ont vu à la télé ♪ sur Antenne 1 au moment de l’apéro.
                     
                     (Je vous laisse deviner la marque de l’anisette en question qui devait taper dans les 45° )
                     Ceci expliquant sans doute cela


                    • Henry Canant Henry Canant 3 avril 22:07

                      Lorsque l’on n’encense pas le fat Nabum c’est une insulte.

                      Lorsque l’on ose dénoncer son appropriation de photos faisant fie de la législation sur la propriété, on se fait éradiquer. Cela risque d’entraîner de sérieux problèmes pour agoravox qui est l’éditeur.

                      Je ne cherche qu’ à le protéger de déboires.

                      • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 07:25

                        @Henry Canant

                        Cette fois vous éviter l’insulte
                        C’est parfait


                      • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 4 avril 09:55

                        @C’est Nabum
                        Ce personnage ne souffrirait t’il pas de paraphrénie . ?


                      • nono le simplet nono le simplet 4 avril 10:09

                        @Ratatouille
                        en tous cas il ne souffre pas d’une intelligence excessive smiley 


                      • covadonga*722 covadonga*722 4 avril 11:02

                        @nono le simplet
                        « en tous cas il ne souffre pas d’une intelligence excessive »




                        il faut vous y faire, meme vous, avez des concurrents ...... 

                      • nono le simplet nono le simplet 4 avril 14:30

                        @Henry Canant
                        la propriété intellectuelle ... pffff ... toi, au moins, tu es sûr que personne ne te demandera l’autorisation de la reproduire ... veinard, va !


                      • nono le simplet nono le simplet 4 avril 15:04

                        @covadonga*722


                        et mon bonjour ? hein ? 
                        par contre, tu aurais du écrire : « c’est cui qui dit qui y est » plutôt que de faire une phrase compliquée avec des virgules et tout ça ...  smiley

                      • Henry Canant Henry Canant 4 avril 15:07

                        @nono le simplet
                        En effet, ce qui autorise Nabum selon toi d’en faire fie et de se placer au dessus, il n’en est pas à cela prêt.


                      • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 4 avril 11:16

                         Heuuu :: :: les garçons je parlais du personnage de l’article.. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès