• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le printemps est un barbare qui déchire les robes...

Le printemps est un barbare qui déchire les robes...

"Le printemps est un barbare qui déchire les robes, s'engouffre dans les villes, saccage les citadelles de la raison. Le printemps est une cathédrale de feuillage et de désir qui surgit dans les ruines de l'hiver."

C'est ainsi que René Frégni décrit l'irruption du printemps, dans un tableau à la fois brutal et poétique... Le printemps assimilé à un barbare semble tout emporter sur son passage...

 "Un barbare" ! Quelle violence, quelle cruauté, quelle sauvagerie surgissent, à la seule évocation de ce mot ! Les sonorités nous révèlent un être primitif et fruste.

 

La répétition redondante de la même syllabe restitue une sorte d'aspect primaire, d'autant que la gutturale "r" , consonne assez dure correspond bien à cette notion d'âpreté et de férocité...

La labiale "b" réitérée semble, aussi, nous montrer un être dont le langage est hésitant, rudimentaire, peu développé.

Ce mot très ancien nous vient directement du grec, "barbaros" : il désigne, à l'origine, l'étranger, celui qui parle un autre langage peu compréhensible, celui qui ne maîtrise pas la langue grecque...

Le "barbarisme" s'applique, ainsi, à des incorrections, des fautes de langue...

Terme particulièment expressif, le mot "barbare", formation d'onomatopée, évoque des bruits incompréhensibles... Il qualifie, à l'origine, tous les peuples qui ne sont pas gréco-latins...

Il en vient à désigner, ensuite, des êtres sauvages, grossiers, inhumains, cruels...

Quel mot éloquent ! Ce mot nous parle de langues différentes, jugées vulgaires, inintéressantes, il nous dit aussi toute la cruauté du monde : les guerres, les meurtres, les destructions, les exactions, la violence...

Il nous raconte des siècles de férocité, d'inhumanité, il nous dit également une forme d'intolérance puisque le barbare est, dans l'antiquité, celui qui parle une langue différente...

Il nous raconte notre monde fait de fureur, de fanatisme, de haines, il nous dit la brutalité, le mépris, l'arrogance des êtres humains.

L'homme n'a-t-il pas été le plus barbare des animaux, au cours des siècles et ne l'est-il pas encore, maintenant ?

Des guerres inhumaines se perpétuent, irrémédiablement, elles révèlent toutes les formes de barbarie qui traversent le monde.

Ce terme peut être utilisé aussi, dans un sens imagé, comme le montre la description du printemps, dans l'extrait de René Frégni. On y voit le printemps s'emparer du monde, dans une personnification pleine de violence et d'expressivité...

On apprécie ce type de barbarie qui s'abat sur la nature, la transforme, lorsque des feuillages et des désirs nouveaux apparaissent.

Le mot restitue, alors, toute cette force de la nature qui balaie les rigueurs de l'hiver.

On le voit : le mot "barbare", venu directement du passé, a connu une belle continuité, dans notre langue, avec une évolution de sens notable.

Ce terme à connotations péjoratives peut être employé dans un sens figuré, pour traduire une forme d'impétuosité et d'emportement. Venu du grec, il nous fait remonter aux sources de notre langue... plein de résonances, il évoque tout un passé et toute une histoire.

Comment ne pas apprécier toutes les nuances de ce mot, si riche de sens ?

Comment ne pas en voir tous les éclats et toute la force ?

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/04/le-printemps-est-un-barbare-qui-dechire-les-robes.html

 

Vidéo :


Moyenne des avis sur cet article :  1.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • arthes arthes 18 avril 18:35

     smiley

    E L P ?

    ça déchire !!!

    Et, « en même temps » et (gnééééé), chuis pas surprise....Si vraiment vous existez en tant que personne unique et pas un composite de plusieurs clavistes , mais je vais partir du principe que c’est vraiment vous et votre choix musical..

    Maintenant...

    Poésie musicale beautiful, et barbare orientale chrétienne (j’y tiens, c’est à l’origine de tout et cela contient tout , na smiley )https://youtu.be/ZRnzTTYk7_Q


    • JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 18:44

      Réveillez-vous picards,

      Picards et bourguignons !

      Apprenez la manière d’avoir de bons bâtons,

      Car voici le printemps, et aussi la saison

      Pour aller à la guerre, donner des horions

      hon honhonhononhonhon, hon !

      Tel parle de la guerre,

      qui ne sait pas que c’est :

      Je vous jure mon âme, que c’est un piteux fait !

      Et maint homme d’arme et gentil compagnon,

      Y ont perdu la vie, et robe et chaperon !

      Hon...

      ...


      • Clocel Clocel 18 avril 19:44

        «   »Un barbare" ! Quelle violence, quelle cruauté, quelle sauvagerie surgissent, à la seule évocation de ce mot ! Les sonorités nous révèlent un être primitif et fruste."

         Hou... ! Quelle force d’évocation Rosemar, je vois d’ici la turgescence !

        Polissonne va... ! smiley

        Ah... Le printemps...


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 avril 19:59

          @Clocel

          Rosemar va finir par nous faire du porno soft en culotte de coton .


        • Clocel Clocel 18 avril 20:34

          @Aita Pea Pea

          Elle aurait tôt fait de nous transformer une innocente petite culotte blanche en drapeau japonais ! smiley


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 avril 20:46

          @Clocel

          Au moins avec les labiales pas besoin de regarder ce qu’elles nous font .


        • Fergus Fergus 19 avril 09:22

          Bonjour, Clocel et Aita Pea Pea

          Le printemps, c’est aussi le retour des mini-jupes. Mais quid de cet accessoire ?

          « La mini-jupe a une double fonction thermique : elle rafraîchit les filles et échauffe les garçons. » André-Paul Roussilhe (À l’ombre des platanes)

          Vraie fausse citation tirée des 200 qui ont été publiées sur ce site, réparties dans 5 articles destinés à « piéger les pédants ».


          • Aristide Aristide 19 avril 10:28

            @Fergus

            La pédanterie à l’épreuve de l’auto-promotion. 


          • dixit la vévéritude 19 avril 14:17

            Bonjour,

            Je ne voudrais pas être désobligeant,mais vous n’avez que cela à foutre dans la vie ? Peu importe le mot barbare qui aurait pu être remplacé par un autre mot.C’est le sens du texte dans son ensemble qui compte,non ? et je suis certain que pendant ce temps de bons et utiles articles passent à la trappe ! Est-ce volontaire ? Mais pour me répondre honnêtement disséqueriez vous toutes les consonnes et voyelles ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès