• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le registre fantastique vise à susciter la peur...

Le registre fantastique vise à susciter la peur...

L'épreuve anticipée de français du Baccalauréat approche... l'occasion de rappeler les caractéristiques du récit fantastique...

Le registre fantastique vise à susciter la peur, l'angoisse : il se développe, particulièrement, au XIXème siècle, grâce à des auteurs célèbres, comme Maupassant, Edgar Allan Poe, Balzac, Barbey d'Aurevilly, Théophile Gautier, H.G. Wells, Mary Shelley, Oscar Wilde...

"Le rideau cramoisi, Le portrait de Dorian Gray, Les contes du jour et de la nuit, Frankenstein, La morte amoureuse, La main d'écorché, La peau de chagrin, Le Horla", autant de titres qui résonnent en nous et qui nous rappellent des récits pleins de mystères.

Le mot "fantastique" vient d'un adjectif grec, "phantastikos", "capable d'imaginer" : cette notion est donc associée, dès les origines, à la capacité d'imaginer...

Mais curieusement, le fantastique est toujours ancré dans le réel : il fait, souvent, intervenir un témoignage à la première personne, qui paraît crédible, authentique. On trouve, au début du récit, des indications de temps et de lieux, parfois précises, qui permettent d'insérer l'histoire dans le réel.

Le fantastique se met en place progressivement : l'auteur situe souvent l'action dans un lieu isolé, coupé du monde extérieur : un vieux château, une forêt, un cimetière, une maison à l'écart....

Le moment fantastique par excellence, c'est bien évidemment, le soir, la nuit, le moment où le jour bascule, où tout devient flou et incertain...

Un des procédés essentiels de ce registre est la personnification : les objets, les paysages semblent, mystérieusement, dotés de vie, de sentiments, ce qui instaure une inquiétude, un trouble. Dans certains textes, on voit ainsi des "nuages éperdus de peur" s'enfuir sur l'horizon.

Le narrateur transfère la peur qu'il éprouve lui-même sur le paysage : on parle, parfois, de paysage-état d'âme.

La peur est donc, souvent, une des composantes essentielles du fantastique : le champ lexical de l'angoisse s'amplifie au fil du texte, la peur se fait de plus en plus présente, elle se traduit physiquement par des termes très forts, des hyperboles " tressaillir, terreur profonde, une épouvante, un gémissement de souffrance..."

La peur peut transparaître, aussi, dans la syntaxe : phrases nominales, très brèves, exclamations, interrogations.

Enfin, le fantastique fait hésiter, sans cesse, le lecteur entre une interprétation rationnelle des événements et une explication surnaturelle : le lecteur oscille entre ces deux possibilités, entre rêve et réalité...

Par exemple, un portrait semble s'animer sous les yeux du narrateur : est-ce un effet d'optique, un rêve ou est-ce que le personnage du portrait renaît à la vie, sublimé par l'oeuvre d'art ?

L'auteur peut utiliser, également, des mots qui marquent l'incertitude : "peut-être, probablement, il semble..."

Les thèmes fantastiques sont multiples : amour et mort sont souvent associés, entrelacés, on croit parfois assister à la résurrection d'un personnage, la folie peut intervenir, des femmes fatales sont mises en scène : elles provoquent leur propre malheur ou suscitent des destins tragiques... d'une beauté indescriptible, elles fascinent le narrateur, font naître des passions démesurées.

On hésite, souvent, dans le fantastique, entre la véracité d'un témoignage et le délire d'une personnalité.

Cette hésitation provoque un trouble dans l'esprit du lecteur...

Ainsi, le fantastique nous mène de la réalité vers un monde surnaturel, il nous intrigue, crée une attente, une angoisse, des interrogations...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/03/la-peur-une-des-composantes-essentielles-du-fantastique.html

Quelques exemples :

La nuit, une nouvelle de Maupassant : http://fr.wikisource.org/wiki/La_Nuit_%28Maupassant%29

La main d'écorché, autre nouvelle : http://fr.wikisource.org/wiki/La_Main_d%E2%80%99%C3%A9corch%C3%A9

La chevelure : http://fr.wikisource.org/wiki/Toine_%28recueil%29/La_Chevelure

Un article sur Le portrait ovale, de E A Poe : http://rosemar.over-blog.com/article-le-portrait-ovale-d-e-a-poe-fantastique-et-oeuvre-d-art-109709759.html

Documents joints à cet article

Le registre fantastique vise à susciter la peur...

Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

183 réactions à cet article    



    • rosemar rosemar 7 juin 18:18

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Une erreur s’est produite : mauvais titre...

    • Pere Plexe Pere Plexe 8 juin 22:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Le plus célèbre.



      • J’invite les franquaouis à lire : JEAN RAY (plusieurs pseudos) et revoir le superbe film : MALPERTUIS. surtout : La rue qui n’existe pas.


        • rosemar rosemar 7 juin 18:19

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          MERCI pour ces conseils de lecture, JEAN RAY, un auteur Belge à découvrir...

        • Robert Lavigue Robert Lavigue 7 juin 18:29

          @rosemar

          JEAN RAY, un auteur Belge à découvrir...

          Il serait temps. Il est mort en 1964 !


        • rosemar rosemar 7 juin 18:33

          @Robert Lavigue

          Et alors ? Vous avez lu toute son oeuvre ?

        • Robert Lavigue Robert Lavigue 7 juin 19:40

          @rosemar

          Vous avez lu toute son oeuvre ?

          Bien sûr que non ! Jean Ray, c’est un peu comme Simenon, le Melon de la Loire ou vous... Il pissait de la copie au km. (100 fictions et 300 narticles par an à la fin des années 30).

          Deux nuances cependant. 1) Il lui fallait crouter. 2) Il savait écrire.




          • Gollum Gollum 7 juin 13:45

            Barbey d’Aurevilly ne fut pas vraiment un auteur fantastique. Ce fut un auteur catholique, qui certes met en scène des êtres déchirés, en proie au « Mal » mais il n’y a nulle dimension fantastique chez lui.


            Vous avez dû confondre avec Villiers de l’Isle-Adam qui lui fut un réel conteur fantastique de talent.

            Enfin, dommage que vous ne citiez pas celui qui pour moi est le maître véritable du genre, à savoir HP Lovecraft..

            Lovecraft introduit en France grâce aux bons soins de Jacques Bergier.

            • @Gollum


              Vous remontez dans mon estime. Mais ne me dites pas que vous n’avez pas aussi un fort PLUTON.  smiley ou scorpion. J’ai lu il y a longtemps : l’EVE FUTUR. Mais les belges sont champions pour le Fantastique. LE GRAND MACABRE. Michel de Ghelderode. J’ai fait contruire un théâtre avec des cochons (Arllequin, danseuse,...) avec des cochons dans sa maison natale (superbe). IL remplace la crèche de Noêl.Moins neuneu.

            • Gollum Gollum 7 juin 14:31

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.


              Mais ne me dites pas que vous n’avez pas aussi un fort PLUTON.  ou scorpion.

              Houlà Mélu... vous êtes en bonne voie. smiley

              Vous remontez dans mon estime aussi pour cette performance. Ceci dit il y a encore du boulot... smiley

            • @Gollum

              je suppose que vous avez comparé nos thème :.... smiley. lune noire : 28 ème degre du scorpion.Mots-clés : frère, indien, vie, enfant, chef, tribu, croix, lumière, Soleil, sculpture, colline, rocher, oratoire, temple, croix, lever, intelligence, prière. 

              Une indienne implore le chef de sa tribu d’épargner la vie de ses petits.

              Une croix éclairée par le Soleil levant, sculptée dans une relief rocheux, près d’un oratoire.

              Un temple.

              Un relief rocheux sur lequel est taillé une croix, face au Soleil levant.

              Initiation à la valeur de la prière. Compenser ou atténuer les exigences du karma. Il faut intercéder en faveur d’individus pris au piège. Sécurité. Caractère lumineux. Dispositions d’ordre spirituel. Compassion. Intelligence subtile. Imaginatif et profond. Le plus connu de ses frères.


            • rosemar rosemar 7 juin 18:21

              @Gollum

              Barbey d’Aurevilly a aussi écrit des oeuvres fantastiques :

              « Avec L’Ensorcelée, Barbey d’Aurevilly revient à ses origines normandes en ouvrant son récit dans un paysage caractéristique du fantastique : un voyageur et son guide s’aventurent dans une lande à la nuit tombée. Blessée, la jument du voyageur se trouve dans l’impossibilité de continuer son chemin et contraint les deux compagnons à s’arrêter. Enveloppés dans le brouillard de la nuit, privés de lumière par l’absence de lune, ils entendent au loin des cloches sonner les douze coups de minuit. Intrigué par cette messe de minuit inhabituelle, l’étranger demande des explications à son guide qui lui parlera d’une mystérieuse messe des morts… Le roman s’ouvre par une description du lieu dans lequel ils se trouvent. »

            • covadonga*722 covadonga*722 7 juin 19:12

              @Gollum
               yep , la dame nous fait une anthologie du fantastique sans citer HP Lovecraft ou A Merritt comme disait l’autre ya plus qu’a tirer l’échelle 


            • #Shawford #Shawford 7 juin 19:20

              @covadonga*722

              Faut avouer... même pas de Moorcock, c’est très très vide...


            • @covadonga*722

              Lovecraft, c’est mon copain qui l’a lu. Jeune je lisais surtout Van VOGT. Mais là, nous sommes plutôt dans la science fiction. https://en.wikipedia.org/wiki/A._E._van_Vogt. LE MONDE DES A.

            • Trelawney Trelawney 7 juin 13:50

              le Cauchemar de Fussli !

              Vous savez que c’est trés sexuel comme représentation. Il ne vous ai sans doute pas venue à l’esprit que le démon représente la libido masculine et que la cheval représente l’acte sexuel qui va en découdre. Et cette femme alangui a depuis quelque temps cessé de résister.

              M’enfin rosemar est-ce un fantasme ? smiley

              • rosemar rosemar 7 juin 18:22

                @Trelawney

                Une oeuvre qui a suscité diverses interprétations, bien en relation avec le fantastique...


                • Giordano Bruno 7 juin 13:55
                  Un élément se retrouve régulièrement dans les récits fantastiques. Le personnage vivant ces événements extraordinaires est tout d’abord incrédule, rationnel. Il n’est pas disposé à croire n’importe quoi. Ce sont les faits qui l’y contraindront. Cette technique narrative permet à l’auteur de confondre la vision de son personnage avec celle du lecteur et permettre ainsi à ce dernier de mieux adopter ses conceptions ultérieures.

                  • troletbuse troletbuse 7 juin 14:00

                    Et pourtant il y a un autre récit fantastique à ce jour. C’est la chute du petit ?? sauvé par Mamoudou. J’espère qu’un réalisateur va en faire un film, un peu comme celui sur la deuxième mort de Ben Laden.


                    • troletbuse troletbuse 7 juin 14:05

                      @troletbuse

                      L’article sur Mamoudou sur AVTV a déjà disparu. Il existe toujours mais il faut bien le chercher. Je ne comprends pas qu’un exploit aussi fantastique ne fasse pas la une pendant au moins un mois, non ?  smiley
                      Ou alors AV devient bien-pensant.


                      • schuss 7 juin 14:17

                        le fantastique c’est la peur ! Non le fantastique serait plutot ce qui attrait au merveilleux de mon point de vue. j’ai lu bien des ouvrages fantastique sans qu’il y ait prédominance de la peur. dans harry potter il y a beaucoup de scenes fantastiques qui ne relevent pas du sentiment de peur.


                        • Fergus Fergus 7 juin 17:20

                          Bonjour, schuss

                          Je partage totalement votre avis : le fantastique peut effectivement faire appel à la peur mais aussi au rêve ou, comme vous le soulignez, au merveilleux.

                          Un exemple cinématographique : « Edward aux mains d’argent » appartient à l’univers du fantastique. Tout comme, en littérature, différents écrits de Marcel Aymé.

                          Dans cette nouvelle " De la vie à la mort. Et vice versa...", j’ai moi-même fait une incursion dans le fantastique sans que cela soit de nature à faire peur à quiconque.


                        • rosemar rosemar 7 juin 18:27

                          @schuss

                          Eh non : il ne faut pas confondre le merveilleux et le fantastique...
                          Le merveilleux fait intervenir un monde féerique, des êtres qui ont des pouvoirs surnaturels, des fées, des ogres, des sorcières : le récit merveilleux n’est pas ancré dans le réel, à la différence du fantastique...

                        • foufouille foufouille 7 juin 18:54

                          @rosemar

                          manifestement tes connaissances dans ce domaine sont proches de zéro.


                        • rosemar rosemar 7 juin 20:30

                          @foufouille

                          RIEN à dire sur ce registre ? ! Qui n’a aucune connaissance ??

                        • L'enfoiré L’enfoiré 7 juin 14:21
                          rosemar,

                          « L’épreuve antipée de français »
                          Excusez ma méconnaissance de ce genre d’épreuve...

                          • rosemar rosemar 7 juin 18:28

                            @L’enfoiré

                            Une erreur de frappe... mais il faut lire bien sûr : « épreuve anticipée »

                          • Decouz 7 juin 14:47
                            Je méprisais un peu S. King, à tort après avoir lu « La part des ténèbres », qui peut être lu comme une réflexion sur la création qui échappe à son auteur, et qui devient dans le livre, une sorte de monstre qui cherche à rivaliser avec l’auteur. Bien sûr c’est saignant.
                            Ce n’est pas du tout un styliste comme Poe, mais il excelle pour saisir une scène, ou pour se mettre dans la peau des personnages, particulièrement des enfants.




                            • Robert Lavigue Robert Lavigue 7 juin 18:26

                              Plutôt que ce billet inutile, vous auriez pu rappeler aux candidats que pour rater son bac, il faut faire une demande motivée auprès du rectorat... 48h avant la première épreuve !


                              • rosemar rosemar 7 juin 18:32

                                @Robert Lavigue

                                La culture serait inutile ?? Vous pensez ?

                              • covadonga*722 covadonga*722 7 juin 19:13

                                @rosemar
                                La culture serait inutile ??


                                ben dans la mesure ou on plante des profs et on récolte des cruches ......

                              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 juin 19:29

                                @covadonga*722

                                Salut. Si ça t’intéresse « Moto Légende » sort un papier sur la genèse de la Norton Commando le 15 juin ...en kiosque . Sais pa si tu auras une réduc en te pointant avec le Cromwell.


                              • Robert Lavigue Robert Lavigue 7 juin 19:30

                                @rosemar

                                La culture serait inutile ?? Vous pensez ?

                                Quel rapport avec vos productions quotidiennes (et celles de vos comparses de la tête de gondole) ?

                                Pour ce qui est du bac, je me pose quand même une question à propos de vos clients.
                                91% des candidats obtiennent le bac, mais près de la moitié sont incapables de valider un semestre à l’université ?

                                L’université serait-elle trop exigeante avec votre clientèle cultivée ou seriez-vous incapable d’évaluer le niveau des crétins que vous formez ?

                                Bon, j’arrête de penser... Y’a du foot dans ma TV ce soir...

                                PS : Je vous rappelle que dans ma ville, l’université en est réduite à faire passer des tests de français aux étudiants et à imposer des cours de français aux analphabètes titulaires du bac.


                              • rosemar rosemar 7 juin 20:29

                                @Robert Lavigue

                                Rien à dire d’intéressant sur le fantastique ? Aucune lecture, aucun exemple... !! ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès