• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le retour des cavaliers de l’apocalypse

Le retour des cavaliers de l’apocalypse

LA QUATRIEME GUERRE MONDIALE DANS LES LIVRES !

Pour certains commentateurs politiques, la troisième guerre mondiale a eu lieu : c'était la guerre froide et demain, on risque une quatrième guerre directement nucléaire celle-là.

Les romanciers commencent d'ailleurs à se pencher sur la question en proposant des scénarios catastrophes...

Il peut s'agir d'anticipation et non de science fiction.

Comme l'a écrit Jean Jaurès :

« Le capitalisme engendre la guerre comme la nuée porte l'orage »

Tout est possible comme le meilleur et surtout comme le pire.

Dans son roman, Philippe Guimpied n'y va pas par quatre chemins, son roman est noir, bien noir...

Que les âmes sensibles s'abstiennent !

Quant aux autres : cette lecture est captivante et invite à la réflexion

 

« Les cavaliers de l'apocalypse »

de Philippe Guimpied

Les éditions Persée

décembre 2011

302 pages

20,50 €
 

Une anticipation « abominable »


 

Ils ont osé ! La guerre nucléaire est à notre porte. Paris et une bonne partie du pays sont détruits.

Chaque survivant se débrouille, il faut coûte que coûte survivre et sauver sa peau. Il n'y a plus d'amis, de comportements civilisés, c'est la barbarie à l'état pur.

Les descriptions sont d'un réalisme qui fait froid dans le dos. L'anticipation est « abominable », certes mais oh combien réaliste.

Entre des supporters éméchés qui décident de luncher un arbitre et des hommes blessés, affamés, aveuglés par l'horreur qui devient leur lot quotidien, ce n'est qu'une question de degré dans la « folie » et l'abomination !

La loi de la jungle devient la plus forte.

Certains passages ne nous laissent pas indifférents, cette catastrophe horrible enchaîne des attitudes « inhumaine » …. Personne n'a un comportement réfléchi et un peu solidaire, même pas ce jeune couple qui s'est constitué et qui réussit à atteindre un refuge avant de décider de fuir vers une région épargnée.

Rien n'avait préparé « l'homme moderne à plonger brutalement dans ce monde de chaos. Les pantoufles avaient laissé la place à l'adaptation forcée et féroce de ce nouveau mode de vie. »

Ces millions de morts et ces milliers de barbares sont les victimes de la guerre totale qui oppose l'Europe libérale et la Russie et ses anciens alliés de l'ex bloc de l'est....

L'histoire ne balbutie pas ou presque, puisque là il n'y a pas d'opposition idéologique ….

Pourquoi ce choix par l'auteur ? Par analogie ou pour montrer l'opposition entre une Europe riche et une plus pauvre, victime du libéralisme ?

J'avoue que si le premiers tiers du livre m'a quelque peu bousculé avec des passages un peu insoutenables, la suite, sans être plus douce m'a passionné, notamment la fuite éperdue de ce couple à la recherche désespérée de leurs familles respectives et d'un havre de paix.

Je regrette que quelques fautes de frappe(s) et grammaticales n'aient pas été corrigées. Tout écrivain devrait pouvoir disposer d'une aide des correcteurs de son éditeur.


 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • XanderDjiff XanderDjiff 21 juillet 2012 13:09

    Ce livre à l’air pas mal fichu. En cas de guerre nucléaire, la France serait sans doute une des victimes principale, étant donné que nous sommes la seule puissance nucléaire autonome en Europe.

    C’est pourquoi la position pro-US actuelle de notre pays est non seulement honteuse au regard de notre histoire récente, mais surtout dangereuse pour notre peuple. La France ne doit pas etre sous influence d’une quelconque « bloc », c’est un bloc a elle seule, et qui doit faire son possible pour fédérer l’Europe autour de ses valeurs humanistes (qui sont actuellement salies, galvaudées au profit d’obscurs interets).

    Esperons que nous agirons avant que la Mort ne pleuve du ciel.



      • XanderDjiff XanderDjiff 22 juillet 2012 02:01

        En cas de ce type de guerre, je crois que la plupart des élites auront la chance de pouvoir se refugier dans de beaux abris bien confortable et equipés...

        Sinon d’accord avec vous, il n’y a aucun interet pratique a utiliser des armes nucléaires, meme les « petites armes » tactiques comme les obus a uranium appauvri contaminent le terrain pour des années.
        Mais après, dans le cadre d’un affrontement entre puissance nucléaires, ce qui n’a jamais vraiment eu lieu, le danger serait réel, en tout cas si l’un des camp tentait d’envahir l’autre, malgré les avertissement et menace de represailles qu’engendrerait cette rupture de la sanctuarisation du pays.

        Il faudrait etre fou pour prendre un tel risque, une guerre thermonucléaire n’a que des perdants. La diplomatie doit etre la regle supreme entre les puissances nucléaires. Mais quand on voit la manière dont certains pays (de plus en plus) essaient de faire cavalier seul, au mepris des instances internationales qui font autorité, on peut se poser certaines questions, sans forcément etre parano.

        L’Homme a la possibilité de detruire ce qu’il a mis des milliers d’années a construire, ou se tourner vers l’avenir et continuer à s’améliorer et a faire de grandes choses. J’espere qu’on tendra vers la seconde proposition, et qu’on ne se laissera pas embarquer dans des choses que tout le monde finirait par regretter amerement.


      • Romain Desbois 22 juillet 2012 04:57

        « Il n’y a pas de bonnes guerres , ni de mauvaises paix » Léon Tolstoï.


      • Romain Desbois 22 juillet 2012 22:01

        Très intéressante réflexion.

        Il me semble cependant que l’humain n’a cessé d’essayer de s’extraire de la loi de la nature. Certes le principe de légitime défense existera toujours comme celui de l’instinct de survie. Et à contrario il me semble que seul l’humain détruit ou fait souffrir par plaisir (dans l’état actuel de nos connaissances éthologiques)

        Mais on peut aussi se protéger autrement que par la destruction. Des répulsifs et des méthodes contraceptives peuvent régler le problème plus surement et plus durablement qu’une petite extermination.

        L’exemple de la lutte contre la rage est probant. Pendant des siècles on a essayé d’exterminer les renards sans arriver à supprimer la rage. Puis il a fallu quelques années en les vaccinant via de la nourriture pour qu’enfin on éradique la rage de nos contrées.


      • stepht 24 juillet 2012 17:13

        Vous comparez une guerre entre humains à une désinsectisation ? À partir du moment où un humain juge qu’une entité est en concurrence avec lui, il serait naturel qu’il mette en oeuvre les moyens que bons lui semble pour l’éradiquer, fût-elle une plante, un insecte, une horde d’animaux ou une civilisation ?
        Pour notre culture générale, vous avez une idée en particulier, quand vous reléguez une nation au rang de « cafards » ?
        En effet, la vie est généralement la loi de la survie du plus fort. Mais l’humain me semblait plus proche que jamais d’un atout doublé d’une responsabilité exceptionnels : la conscience.


      • travelworld travelworld 25 juillet 2012 23:32

        L’hiver nucléaire mettra tout le monde d’accord !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires