• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le sourire de la Joconde : l’art et l’illusion

Le sourire de la Joconde : l’art et l’illusion

Mystérieux, énigmatique, insondable, le sourire de la Joconde fascine, ensorcelle, hypnotise. Quel secret Léonard de Vinci a-t-il caché dans le sourire de Monna Lisa ? Et si ce secret n’était qu’un secret d’atelier, une technique, une recette, un procédé comme il s’en transmettait autrefois de nombreux dans les ateliers des maîtres ?

Enquête sur un sourire.

Lettre imaginaire adressée à Léonard de Vinci, depuis Venise, par le jeune Salaï de sa maisonnée (extrait d’un de mes ouvrages).

Il règne à Venise une incroyable atmosphère de Venisolâtrie. Le carnaval y dure des mois durant. C’est une véritable folie. Des enfants habillés en bouffons courent dans les rues. Coiffés d’un chapeau à trois pointes, une grande cape sur les épaules, des jeunes gens échangent des regards amusés avec des jeunes femmes vêtues de gaze et portant masque. D’autres se déguisent en clowns et s’amusent à lancer avec une fronde des œufs remplis d’eau de rose à toutes les femmes qu’ils trouvent belles. L’idylle y est à l’honneur comme l’amour libertin. Les habitants ont fait de Venise la cité de tous les plaisirs.

L’homme qui monte est Titien. La foule afflue devant le palais des Doges pour voir la Flore qu’il vient de peindre. J’ai voulu la voir, moi aussi, car j’ai le sentiment qu’il est au courant de votre oeuvre. Il veut vous faire concurrence. On dit que dans cette peinture, il aurait réussi à réunir les deux visages de l’Amour.
Le portrait, en demi-figure comme sur votre tableau, est celui d’une femme très belle, au profond décolleté, somptueusement vêtue de couleurs chaudes et fortes qui se juxtaposent et se mêlent en une riche harmonie.



Le sourire est le point central. C’est un sourire à la fois moqueur et attirant. Il est moqueur dans la joue droite du fait de la subtile influence qu’exerce sur la bouche l’œil malicieux qui regarde en coin. En revanche, dans la joue gauche, il est pur, naïf et attirant.
Les deux côtés du visage sont très différents l’un de l’autre. Le côté gauche est celui d’une jeune ingénue. Le côté droit, avec sa joue très légèrement empâtée, est celui d’une ‘’bohémienne’’ rouée et experte dans tous les jeux de l’amour.
L’effet est très curieux car lorsqu’on croise son regard, même si la bouche paraît gourmande, on hésite, suivant qu’on fixe un oeil plutôt que l’autre, entre une grande courtisane et une jouvencelle.
Du côté ‘’jouvencelle’’, l’accroche-cœur de l’abondante chevelure reste discret ; du côté ‘’péripatéticienne’’, il se prolonge par une tresse insidieuse qui caresse l’épaule dénudée, puis suit la dentelle du décolleté jusque vers le creux de la gorge.
Le bras, du côté gauche, dans un geste élégant et discret, présente ostensiblement dans sa main ouverte la couronne en fleurs d’oranger des vierges.
Du côté droit, le bras droit, nu, à l’image de la gorge déshabillée de tout collier, émerge de l’ample vêtement mordoré. Avec nonchalance, la séductrice l’appuie mollement sur un voluptueux coussin brodé dont la couleur rouge vibre au contact du velours vert de la cape et dont les deux coins sont ornés de glands.

L’un se devine dans l’ombre, dans la main qui l’enserre ; l’autre pend sur le bord de la table... un gland décoré de passementerie fine.
Derrière, à l’arrière-plan, le spectateur se demande ce que l’Amour veut lui faire comprendre par son index tendu. De toute évidence, si l’on tient compte des lois de l’optique, ce n’est pas l’enfant qui se reflète dans la glace, mais moi. Ces yeux concupiscents de l’Amour, cette bouche sensuelle à demi ouverte, ces joues en feu, c’était mon désir. Alors, je me suis approché pour saisir le fruit dans le merveilleux médaillon rond à la chaude couleur agrafé sur l’épaule gauche et d’où goutte une perle.
Oubliant le triste monde qui m’entoure, je suis entré dans le tableau. Je me suis enfoncé avec délice dans le rubis d’une chair rouge pourpre aux huit facettes qui ne demandait qu’à s’ouvrir et, au moment suprême, on m’a poussé sur le côté et je me suis retrouvé par terre.


Extrait d’un de mes ouvrages dans lequel j’essaie, en m’inspirant de ses écrits, de retrouver la pensée de Léonard.

Avant de peindre le tableau de la Gioconda (la Joconde), celui que j’ai ramené à Cloux, j’ai décidé de procéder par étapes, en suivant une démarche scientifique.
J’ai demandé à Salaï de poser, le buste nu, et je l’ai peint sans autre façon en le représentant en être androgyne, c’est-à-dire indifférencié donc imparfait. Puis, pendant un certain temps, je me suis interrogé sur l’ensemble et sur tous les détails qui ne me convenaient pas. La nuit, le jour, l’image se modifiait dans mon esprit. La pose, le fond du tableau, des détails comme le pont. Du flou émergeaient des formes de plus en plus harmonieuses, des meilleurs fondus et, surtout, une atmosphère.
A cette époque, je me trouvais à Florence et j’y revenais occasionnellement lors de mes séjours à Milan et à Rome. Francesco del Giocondo était mon ami. Je me rendais fréquemment chez lui et je lui avais fait part de mon projet.
Monna Lisa, non seulement, est belle, mais il se trouve en elle tellement de qualités et de vertus que je ne pouvais pas espérer de meilleur modèle pour essayer d’exprimer tout ce qu’il y a de plus profond dans une femme.
Lorsque j’estimai que ma première phase de réflexion avait porté ses fruits, j’ai demandé à Francesco qu’il autorise son épouse à poser de nouveau pour moi.
J’ai parlé également de mon projet de tableau à Julien de Médicis qui a bien voulu m’en passer commande.
Pendant tout le temps où Monna Lisa posait, je faisais jouer de la musique par un orchestre que j’avais spécialement fait venir dans la grande salle où j’avais dressé mon chevalet. Tantôt je faisais jouer un air triste, et je peignais son côté droit mélancolique, tantôt je faisais jouer un air gai et je peignais son côté gauche.

Note  : les photos sont de l’auteur. Les tableaux représentés sont la propriété d’un collectionneur privé qui m’a donné l’autorisation de les reproduire. Pour écrire l’ouvrage d’où ce texte est extrait, je me suis beaucoup inspiré de l’ouvrage de Serge Bramly intitulé Léonard de Vinci, biographie. Par exemple : Vasari, évoquant le fameux sourire de la Joconde, confirme que le Vinci s’entoure, durant les séances de pose, de musiciens, de chanteurs et de bouffons (page 294).
Également de l’ouvrage de Giuseppe Pallanti Monna Lisa, mulier ingenua que mon épouse m’a traduit de l’italien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Castor 18 février 2008 12:31

    Une nouvelle fois merci pour la fraicheur de vos articles, leur éclairage intéressant et...leur apolitisme forcené !!

    Encore !


    • Charles Bwele Charles Bwele 18 février 2008 15:13

      @ Emile

      Ton article est tout simplement merveilleux et extrêmement enrichissant !

      Amicalement

       


      • Emile Mourey Emile Mourey 18 février 2008 15:17

        @ Charles Bwele

        Merci, et j’en ai un autre en attente toujours sur la Joconde.


      • Castor 18 février 2008 15:36

        de rien Emile, de rien !


      • adeline 18 février 2008 17:54

        J’appuie le commentaire de Charles votre article est remarquable merci à vous (les autres l’étaient probablement aussi mais je ne connais rien de rien en Gaulois)


        • Cotcodec 19 février 2008 00:05

          Superbe article riche d’enseignements, merci M. Mourey vous montrez la voie et donnez envie d’aller plus loin ! Et sans chercher à donner de leçons, bravo !

          cotcodec


          • Savinien 19 février 2008 00:15

            Si ma mémoire ne me trompe pas, un article du magazine "Science et Vie" ( ou de son supplément sur l’histoire ?), donne une piste interressante à propos du fameux sourire. Ainsi, Mona Lisa ne sourirait pas stricto sensu, et c’est nous, spectateurs, qui lui attribuons ce mystérieux sourire. Tout le génie de Léonard serait de nous amener à voir ce qu’il n’a pas explicitement dessiné... Du grand art, donc. Celà me fait songer à un autre grand peintre,français lui, et se nommant Latour, qui, aux dires des spécialistes, pouvait faire des bleues sans qu’il entre le moindre milligramme de cette couleur...

            PS : n’étant pas spécialiste de peinture, il est possible que je me plante sur l’identité du peintre français, et qu’il s’agisse en fait de Poussin. En tout cas, je suis sûre d’avoir entendu cette info à une émission culturelle, tant elle m’avait surpris.


            • Emile Mourey Emile Mourey 19 février 2008 09:15

              @ Savinien

              Très intéressant, votre commentaire. Léonard de Vinci a placé le spectateur sur une sorte de point d’équilibre où c’est lui qui décide que la Joconde sourit et cela, comme je le propose dans mon article, en juxtaposant une Joconde qui sourit et une Joconde qui ne sourit pas, en évitant, en outre, un mouvement des lèvres qui ne serait pas naturel (rictus ou autre). Le but de Léonard étant, à mon sens, d’exprimer dans ce tableau le mystère de l’Être, rien de tel que de jouer sur l’ambiguité.

               


            • moebius 19 février 2008 11:33

              faites l’expérience avec n’importe quel portrait, peinture ou photo et vous verrez que le cote gauche n’est jamais le symétrique parfait du coté droit et que donc l’expression de chaque coté n’est pas la meme . Est ce que ctte différence a été voulu et caculé par la peintre , nous ne pouvons a vrai dire pas l’affirmer. la fascination qu’exerce ce portrait vient plutot de fait qu’on a la sensation que la regard vous suit lorsque le regardeur se déplace. C’est un vieux truc de peintre et de sculpteur ici magistralement mis en oeuvre et digne de figurer dans un cabinet de curiosité


              • Emile Mourey Emile Mourey 19 février 2008 12:21

                @ moebius

                La fascination qu’exerce ce portrait vient AUSSI de...


              • Emile Mourey Emile Mourey 19 février 2008 12:26

                mais surtout parce que son regard va au-delà du spectateur, derrière lui, ou se perdant dans le lointain.


              • italiasempre 19 février 2008 11:43

                Votre article est une merveille , et ,en tant que florentine, touche particulierment mon coeur.

                Merci et, je l’espere, a tres bientot.


                • Martin Lucas Martin Lucas 19 février 2008 13:20

                  La Joconde, en plus de n’être pas particulièrement belle, avait les dents noires.

                  Leonard de vinci a peint des tableaux bien plus beaux que cette Joconde, phénomène social plus qu’artistique.

                  La Joconde est le symbole même de la manipulation des masses, et de leur incapacité à forger leur propre jugement, à construire leur propre monde esthétique.


                  • Emile Mourey Emile Mourey 19 février 2008 14:55

                    @ Martin Lucas

                    En effet, c’est la mode, dans certains milieux, de dénigrer et de dire le contraire de ce que nos prédécesseurs ont été pourtant unanimes à affirmer. Et puis, quand on veut se faire de la pub pour un roman, cela fait moderne de prendre le contre-pied de tout ce qui a été dit précédemment ou, tout simplement, d’inventer des "choses" qui n’ont jamais existées. C’est ainsi que j’ai lu sur la toile un texte absolument abracadabran où de multiples spécialistes de la santé découvraient à Monna Lisa tellement de maux physiques que c’est vraiment un miracle qu’elle ait pu survivre jusqu’à un âge relativement avancé, comme cela est prouvé par son acte de décès. Et que si elle ne souriait pas franchement, c’est parce qu’elle ne voulait pas montrer ses dents et que si elle ne voulait pas montrer ses dents, c’était parce qu’elles étaient cariées etc... Voilà vos sources !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article

Art


Palmarès



Partenaires