• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les 90 étoiles de Tata Cordy

Les 90 étoiles de Tata Cordy

« La passion fait la force. »



La passion fait la force. C’est tout elle. C’est sa devise depuis qu’elle est baronne. Ce n’est pas une plaisanterie, elle a même conçu ses armoiries : un losange rouge avec un épi de blé au centre, entre deux masques de la commedia dell’arte, un riant et un pleurant, le tout entouré de deux lions et surplombé par une couronne de baronne. La célèbre chanteuse belge est réellement baronne, anoblie par le roi des Belges, Albert II, le 11 octobre 2004. Tout ce qu’il y a de plus sérieux, madame la baronne.

Comme ce n’est pas une plaisanterie que ce samedi 16 juin 2018, Annie Cordy fête ses 90 ans. Oui, 90 ans ! L’occasion, pour sa ville natale Bruxelles, dont elle est citoyenne d’honneur depuis 2004, de baptiser, au début du mois de juillet 2018, une rue (tenue secrète) et dévoiler une fresque en son honneur. Paris aussi l’avait déjà honorée de sa Médaille de la Ville de Paris, dès 1981, remise par Jacques Chirac.

Dans le cadre de l’Ommegang (procession folklorique), l’infatigable Annie Cordy fera deux spectacles les 4 et 6 juillet 2018 à 20 heures 45 à la Grand-Place de Bruxelles. Les lions du blason représentent sa mère, une femme à l’énergie formidable dont elle a hérité. Autre consécration, sa caricature dans "Astérix chez les Belges" par René Goscinny et Albert Uderzo.

La plaisanterie et la bonne humeur, le sourire, la fêtardise, la scène, tout cela, elle connaît, plus, elle en est un peu le synonyme, la représentante… Car Annie Cordy est connue avant tout pour ses chansons qui mettent de l’ambiance, avec légèreté et couleurs. Des paillettes, mais surtout des couleurs, surtout, des couleurs vives, de la fantaisie, de la vitalité. Un peu un Henri Salvador dans sa version belge et féminine.

On a du mal à imaginer Annie Cordy avec un âge, justement. Beaucoup la connaissent plutôt sans âge, ou alors, comme on dit poliment, entre deux âges. Dans les années 1970, elle avait entre 40 et 50 ans. C’est l’entre-âge. Pas vieille, mais pas jeune non plus. Pourtant, Annie Cordy a été jeune, une très jeune femme, pleine de beauté (voir photo). Elle a débuté ainsi, une starlette comme une autre, à danser, à chanter, dans des galas, dans des concours, etc. (elle fut lauréate du Grand Prix de la Chanson en 1944, à 16 ans).

_yartiCordyAnnie02

Dès 18 ans, elle est embauchée comme meneuse de revue à Bruxelles. À 21 ans, elle est appelée pour continuer au Lido et au Moulin-Rouge, à Paris (le 1er mai 1950). Cela explique pourquoi, plus tard, elle a toujours apprécié les déguisements, les danses, la joyeuseté. Très vite, elle a élargi son champ d’action : opérettes, chansons, films. Elle a démarré avec Maurice Chevalier, Bourvil, Georges Guétary, Luis Mariano, Jean Richard, Louis de Funès, Henri Salvador, etc. Elle est devenue rapidement une star, d’autant plus célèbre qu’elle a accompagné pendant une dizaine d’années le très populaire Tour de France. Ce fut la vedette de l’Olympia dès 1955.

Un exemple d’opérette dans le film "Le Chanteur de Mexico" de Richard Pottier (sorti le 21 décembre 1956) avec Luis Mariano et Bourvil.







La bonne humeur n’interdit pas le travail, le travail, et le travail. Car en près de soixante-dix ans de carrière (elle n’a pas encore arrêté !), elle a accumulé le travail : plus de 700 chansons (avec les émissions de télévision, elle a chanté 2 000 chansons), une quarantaine de disques, une dizaine de comédies musicales et d’opérettes, une dizaine de milliers de galas ! Un dynamisme terrible, incroyable.

Pour n’en citer que trois, très connues, je propose ici "La Bonne du curé" sortie en 1974 qui reste le plus grand succès d’Annie Cordy, plus d’un million de disques vendus en un an pour les seules France et Belgique ! Près de deux millions en 1999.







Voici une autre chanson très célèbre, "Tata Yoyo" sortie en 1981, dont le disque a été vendu à plus d’un million d’exemplaires en vingt ans.







Et une autre chanson qui a eu beaucoup de succès, "Cho Ka Ka o" sortie en 1985, et reprise par Dieudonné dans une parodie bête et méchante en "Shoahnanas" qui lui a valu une condamnation en appel pour diffamation, injure et incitation à la haine et à la discrimination raciale (selon "Libération" du 28 novembre 2013).







Mais peut-on résumer la carrière d’Annie Cordy seulement à la chanson de variétés ? Certainement pas, et cela peut même surprendre. À côté d’une carrière de chanteuse, elle a suivi aussi une carrière d’actrice et de comédienne qu’elle poursuit toujours.

Une douzaine de pièces de théâtre et une centaine de films, au cinéma ou à la télévision, parfois la présence dans certaines séries (sans compter une centaine d’émissions de télévision de variétés ou de documentaires). Sa carrière au cinéma, elle l’a commencée dès 1954 au milieu de toutes les stars du moment.

Elle a tourné dans des films comme "Le Passager de la pluie" de René Clément (sorti le 21 janvier 1970) avec Marlène Jobert, Charles Bronson et Jean Piat (son premier rôle dramatique), "Le Chat" de Pierre Granier-Deferre (sorti le 24 avril 1971) avec Simone Signoret et Jean Gabin, "Elle court, elle court la banlieue" de Gérard Pirès et Claude Miller (sorti le 22 février 1973) avec Marthe Keller, Jacques Higelin, Claude Piéplu et Victor Lanoux, ou encore le rôle de la belle-mère dans "La vengeance d’une blonde" de Jeannot Szwarc (sorti le 26 janvier 1994) avec Marie-Anne Chazel, Clémentine Célarié, Christian Clavier et Thierry Lhermitte.

Ses rôles dans les films ne sont pas seulement du ressort comique mais parfois dramatique. L’un de ses derniers films lui a donné le rôle principal, celui de la "vieille" grand-mère qui veut s’émanciper en fuyant son EHPAD, dans "Les Souvenirs" de Jean-Michel Rouve (sorti le 14 janvier 2015) avec Audrey Lamy, Chantal Lauby, Michel Blanc et surtout Mathieu Spinosi.







Je propose ici "Rue Haute", film d’André Ernotte (sorti en août 1976) où elle est une poissonnière bruxelloise (avec Mort Shuman). Elle a été primée pour ce tournage.











Enfin, voici "Passage du bac", un téléfilm d’Olivier Langlois (diffusé le 5 juin 2002) où elle est adorable en "formant" un "couple" avec Charles Aznavour.







Cette boulimique à toute épreuve (théâtre, opérette, scène, plateau de cinéma) est vraiment étonnante par son dynamisme même dans les pires épreuves (la mort de son mari par exemple en 1989). Sortent cette année trois films où elle a tourné et apparemment, elle ne compte pas en rester là (sans être la seule dans ce cas, Gisèle Casadesus, par exemple, avait continué le cinéma jusqu’à près de 100 ans !).

Le site Internet de la radio RFI avait proposé il y a quelques années une biographie assez détaillée de l’artiste et son introduction résumait excellemment la carrière de la chanteuse-actrice : « Non, Annie Cordy n’est pas seulement la rigolote qui fit chanter toute la France (…) ! Outre une incroyable artiste de scène à l’énergie inépuisable, Annie Cordy est une comédienne hors pair qui a maintes fois prouvé la diversité de ses talents. Autant à l’aise dans la comédie la plus délurée que dans le drame, cette artiste continue de mener sa carrière tambour battant en dépit d’une image un rien désuète. » (septembre 2004). Mais en fait, il n’y a rien de désuet à vouloir toujours sourire à la vie… et à ses spectateurs. Bon anniversaire, Tata Nini !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (15 juin 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Annie Cordy.
Johnny Hallyday.
Louis Lumière.
Pierre Bellemare.
Meghan Markle.
Pierre Desproges.
Barbara Hannigan.
Serge Gainsbourg.
Claude François.
Henri Salvador.
Barbara chantée par Depardieu.

_yartiCordyAnnie05


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Tragico-comique au pays des cramiques. « Rue haute », sa plus belle prestation. Encore une synchro : j’ai eu le choc d’apprendre la mort d’un presque homonyme, il y a trois jours-quatre jours : Anny Cordié


    • L'enfoiré L’enfoiré 17 juin 10:01
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

       Vu l’émission « Nini la chance » hier ?
       Sa bonne humeur proverbiale, c’est son atout.
       Mais elle ferait très mal sur cette antenne.
       On ne l’a pas sur cette antenne.
       


    • Clocel Clocel 16 juin 12:07
      Mon bon Roko, z’avez raté Yvette Horner...

      Si on peut même plus compter sur vous pour le pipole...

      M’enfin ! smiley

      • Un Sylvain ne doit pas aimer les Sylvettes qu’elle soit OR NERF ou GUY LE BERT.


        • Milka Milka 16 juin 15:37

          Si Rakotoarison, maitre de l’oraison, nous parle d’elle c’est qu’elle est à l’agonie : Une pelletée pour maman, une pelletée pour papa et une pelletée pour Tata  !


          • Clocel Clocel 16 juin 18:28
            @Milka

            Nan ! Il se lancerait dans le performatif ? smiley


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 juin 09:44

            Mondieu je la croyais morte

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès