• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les adaptations cinématographiques de séries télé

Les adaptations cinématographiques de séries télé

Parfois, il arrive que l'on se retrouve un soir devant une chaîne obscure de la TNT, diffusant un mauvais blockbuster. Les personnages nous semblent familiers, sauf que dans nos souvenirs on ne les voyait pas incarnés par Will Smith, Tom Cruise ou Val Kilmer. Il se peut que l'on se pose la sempiternelle question : -"C'était pas une série télé à l'origine ?" Cette question étant souvent souivie par la réflexion : -"Mouais, c'était autre chose que ça quand même..." 

Les séries TV sont devenues un véritable filon pour les studios Hollywoodiens en mal d'imagination. Mine de rien en quelques années, on aura quasiment tout vu : des pépites, des massacres, des incompréhensions... certaines de ces adaptations auront été nanardes comme d'autres furent originales et bien trouvées. 

Les séries permettent aux studios de ne pas trop se fouler. Ainsi ils tiennent une manne quasi-inépuisable et une aubaine : avoir l'assurance d'attirer un public de fans curieux de voir un hommage à leurs feuilletons favoris, cet hommage étant le plus souvent plus ou moins réussit. Les personnages originaux, la trame et les décors sont déjà trouvés, parfois il ne suffit même pas de faire un bon scénario... Un nouveau cap a été franchit dans le domaine de l'adaptation fastoche. Non content d'empiler les remakes de séries TV et ne reculant devant rien, on adapte maintenant au cinéma des manèges de parcs d'attraction et des jouets robotisés d' Hasbro...

Les navets indignes :

Les années 90 ont vu l'émergence de nombreuses adaptations plus ou moins foireuses de grands classiques de la télévisions. Ce fut l'occasion pour Hollywood de recycler des personnages à moindre coûts et de créer des blockbusters qui non-contents de ne pas être du tout originaux ont été vidés en plus de leurs substances.

JPEG - 50.4 ko
Les misères de l’Ouest.

Les plus grands massacres cinématographiques étant sans doute Chapeau melon et bottes de cuir et Les mystères de l'Ouest qui tutoient la nanardise. Chapeau melon... a reçu un accueil plus que glacial et est surtout crédité d'un scénario indigent, la fantaisie de la série étant maladroitement retranscrite et contribue grandement à l'effet de ratage. Ce fut le dernier film de Jeremiah Chechik, qui s'est reconvertit depuis à la réalisation de séries télé de seconde zone. Uma Thurman, quant à elle allait enchaîner avec Batman et Robin... la pauvre...

Wild Wild West par contre est le premier navet de Barry Sonnenfeld, pourtant sublime réalisateur des deux volets de la Famille Addams. Le film, surfe sur la vague bankable de Will Smith (par ailleurs chanteur insupportable de la B.O.) et ne pourrait que se contenter de n'être qu'une des multiples comédies d'action de l'acteur. Sauf que là, c'est vraiment trop bâclé... A voir quand même, mais seulement pour les fans des formes de Salma Hayek...

On peut ajouter à cette catégorie des nazes les deux volets des Charlie's Angels (sympatoches mais un peu hors-sujets), Perdus Dans l'Espace : film de science-fiction médiocre et remake d'une série des années 60, sans oublier le catastrophique Ma Sorcière Bien-Aimée avec une Nicole Kidman à la ramasse et à des années-lumières du peps de son modèle.

Quant la trilogie des Mission : Impossible, c'est matière à débat. Certains fans nostalgiques du flegmatique Peter Graves (alias Jim Phelps) diront que les trois exemplaires sont mauvais. Et ils auront peut-être raison tant l'esprit originel de la série est dilué dans un cocktail boum-boum propres aux films d'actions hollywoodiens classiques. Le premier (de De Palma) et le troisième (de J.J. Abrams) sont tout de même des films d'espionnage de bonne facture. La palme du mauvais gout étant sans conteste le second opus réalisé par John Woo, indigeste et prétentieux à souhait avec un Tom Cruise au summum du bling-bling. L'adaptation du Saint avec Val Kilmer réalisé par Phillip Noyce est un peu du même tonneau. Un thriller plutôt bien ficelé mais bien loin du Simon Templar incarné par le cultissime Roger Moore. Le Deux flics à Miami remplit de testostérone de Michael Mann a également le même défaut. D'accord il y a de l'action mais le film a oublié d'être cool.

JPEG - 17.2 ko
Benêt au chapeau melon et Combi SM de cuir.

Pour ne pas être anti-américaniste et afin d'être objectif, il faut avouer que les français ne sont pas en reste avec les adaptations tout aussi désastreuses de Belphégor et de Vidocq (Les brigades du Tigre suivront quelques années plus tard). Preuve que la dénaturation d'une oeuvre singulière n'est pas propre à l'Oncle Sam.

Les réussites :

S'il ne fallait garder qu'un chef-d'oeuvre dans cette liste ce serait sans doute Les Incorruptibles. Brian De Palma aux commandes emploie Ennio Morricone, De Niro, Costner, Andy Garcia et l'oscarisé Sean Connery ! C'est quand même autre chose que Jean Reno et Emmanuelle Béard... Il réalise un véritable hommage à la série éponyme et aux films de gangsters par la même occasion. (Tout le contraire de son M.I. réalisé dix ans plus tard). Il revisite le genre en glissant des références subtiles, en étant manichéen jusqu'à l'extrême et en retranscrivant un Chicago des années 30 chaotique et pris dans cette lutte intestine.

L'autre grande réussite est indéniablement Le Fugitif. Un somptueux film policier qui se transforme en succès mondial. Une traque géniale entre un Harrison Ford qui rebooste pour l'occasion sa carrière en campant Richard Kimble et un Tommy Lee Jones oscarisé pour son rôle de flic vicieux et machiavélique. Andrew Davis a adapté ici une série tombée en désuétude en respectant l'esprit de l'original tout en y incorporant des touches personnelles. C'est également le cas pour le diptyque de La Famille Addams de Sonnenfeld qui est sublimement déjanté. Et puis que dire du casting qui est tout simplement parfait : Anjelica Huston, Raul Julia, Christopher Llyod, Christina Ricci... Quand j'avais dix ans, j'étais amoureux de Mercredi (fantasme gothique avant l'heure ? faut croire...)

A noter l'agréable surprise de l'Agence Tous Risques qui a rassuré (et même quasiment comblé) le fan que je suis, l'excellent reboot de Star Trek par J.J. Abrams qui réussit à la fois à satisfaire les fans et à ne pas dérouter les néophytes. Je place dans cette short-list l'adaptation de Starsky and Hutch qui m'a quand même bien fait rigoler, étant fan du duo Ben Stiller/Owen Wilson.

Une confession : j'ai même presque apprécié Shérif Fais-moi Peur et je dois bien être le seul. Ce film qui fait appel aux pires représentants de la génération MTV avait pourtant avait tout pour me déplaire. Putain, j'ai honte...

JPEG - 76.1 ko
Mais il n’a pas tué sa femme qu’il se tue à dire...

Quoi ? j'ai pas parlé de Sex And The City  ??? Sans doute parce que je suis un mec et que je ne les ai pas vus. Et bien je pense tout de même que ce sont deux comédies respectueuses de l'esprit de la série, qui évitent une redondance des intrigues, tout en demeurant très fin et de très bon goût ! Un peu comme Les Vacances de Mr Bean quoi...


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • orage mécanique orage mécanique 19 août 2011 10:35

    Ces films (à part la famille Adams ) ne sont quand même pas des films qui méritaient qu’on s’y attarde,

    je crois que vous êtes passé à côté du Wild Wild West à l’humour décalé et qui à certainement participé grandement à l’explosion du steampunk ce qui lui donne quand même un côté créatif que n’ont pas les autres.
    Will smith dans le rôle de James West est plutôt un pari osé pour les productions Hollywoodiennes habituelles et Kevin Kline et Kenneth Branagh ajoutent une petite touche supplémentaire improbable à la distribution.


    • Pie 3,14 19 août 2011 10:51

      Les meilleures adaptations sont généralement celles qui sont les moins respectueuses de l’original.

      Il faut soit, une vision très personnelle du réalisateur ( un De Palma par exemple) ou des acteurs puissants qui font oublier ceux de la série.
      J’ai beaucoup aimé le Starsky et Hutch avec Stiller et Wilson parce que justement ils proposent un numéro hilarant qui n’a pas grand chose à voir avec la série.

      Je ne sais pas si le genre à un avenir car aujourd’hui les meilleurs films sont souvent des séries ( the Wire, The Sopranos, Six Feet Under, Treme etc...) dont le niveau est tel que toute adaptation semble peu probable.


      • foufouille foufouille 19 août 2011 13:55

        je me souviens pas de tabassage de sdf dans la serie
        ni les tentes et cartons a la benne


      • foufouille foufouille 19 août 2011 15:16

        @ kerjean
        la BAC est connu pour faire le sale travail
        ca ressemble pas a la serie
        un peu dans le genre glauque : new york blue


      • LE CHAT LE CHAT 19 août 2011 13:38

        moi j’ai bien aimé la version de Starsky et hutch avec Ben Stiler et Owen Nilson , c’est complétement idiot , mais ça fait passer un bon moment !


        • orage mécanique orage mécanique 19 août 2011 13:59

          vous faites un petit peur dans votre défense du « vrai » Starsky et Hutch


        • LE CHAT LE CHAT 19 août 2011 14:40

          @KERJEAN

          faut rire un coup de temps en temps , ça fait du bien !

          moi , j’adore les films de parodies genre scary moovie , hot shot , superhéro moovie etc etc


        • alphapolaris alphapolaris 19 août 2011 14:20

          J’en profite pour donner l’URL d’un site incontournable pour tous les nanars : http://nanarland.com/

          Il y a du lourd... du très lourd smiley


          • Traroth Traroth 19 août 2011 16:40

            Mais « L’agence tous risques », « Shérif fais-moi peur » et « Starsky et Hutch » sont des navets épouvantables !


            • shadow66 19 août 2011 20:38

              Petit rappel : avant d’être une série TV, Vidocq est avant tout un personnage historique, aussi je ne suis pas certain que le Vidocq de Pitof fasse vraiment écho à la série TV mais plutôt au personnage historique. Un personnage qui dès 1909 a interessé le cinéma (donc avant la TV ) et qui bien avant cela a inspiré quelques écrivains (Balzac, Hugo, etc.).

              Pour plus d’infos : www.vidocq.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires