• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les Aléas de l’Art en Ligne

Les Aléas de l’Art en Ligne

Les galeries d'art c'est fini papa ! Today c'est l'art Online. Les Web Galeries ; le chat, la souris et vas y petit. Envoie ton art sur le net ! C'est facile, en 3 clics tu peux montrer au monde entier ce que t'as dans la tête, les mains, le slip, autre.

Barbara Palvin, by Y. Krilar, art numérique.

Le seul problème c'est qu'on te voie. Pour ça, peu importe ce que tu fais, mais comment tu le fait. Tu dois avant tout te faire remarquer. Bon ça c'est pas nouveau, surtout dans le domaine de l'art contemporain.

Et c'est là que ces possibilités neuves t'ouvrent les portes et les mirettes de la planète entière.

 

Instantanément.

Si t'as pas peur du noir, inscrit toi sur DeviantArt, c'est le top. C'est le plus gros réseau social d'artistes au monde ; 256 millions d'oeuvres en ligne. Aujourd'hui. Demain ce sera 256 millions plus environ ; 20 images secondes x 3600 = 72 000 œuvres à l'heure x 24 = 1 728 000 de plus.

Wikipedia : deviantART est une communauté artistique en ligne, où chacun peut s'inscrire et exposer ses propres créations graphiques ou littéraires. Le jour de son 8e anniversaire (7 août 2008), le site comptait plus de 8 millions d'inscrits et plus de 100 millions de deviations.

Autant dire que si tu veux tout voir, tu devras revenir après ta mort, débarrassé du problème du temps, réincarné en esprit multiple et sans besoin de sommeil.

Car de toute façon sache le ; à raison de 15 à 30 œuvres postées par secondes sur DeviantArt, c'est comme un film géant qui se déroule devant toi.

 

L'Inspiration Terrestre Mondiale, en temps réel.

Le problème, c'est que dans un film normal les images se suivent et s'animent de façon cohérente, à raison de 15 à 24 images secondes. Y a bien des changements entre chaque scène mais si t'as suivi, tu comprend le scénario. Là tu comprends rien.

 

Absolument rien.

C'est comme la toupie multicolore ; à l'arrêt tu vois les couleurs, quand ça tourne c'est tout blanc. C'est ton œil qui suit plus. Là c'est ton œil, ton jugement, ton cerveau qui part avec l'eau du bain.

Bien sûr, pour que tu puisses quand même saisir quelques images, déviant art bloque le newest feeling* sur ton clic, sans te montrer le défilement permanent. Après avoir capté une vingtaine d'images sur l'écran, Il suffit que tu rafraîchisses la page, actualises, même immédiatement après pour comprendre que finalement tu manques l'essentiel.

 

*dernières œuvres postées.

capture écran Deviant Art newest

dernières oeuvres postées (newest) Actualisez la page, vous allez comprendre.

Dommage. Tu n'arrives même plus à retrouver le bébé chéri que tu viens de poster à l'instant, il est déjà relégué en bas de page.

Car entre le moment où tu as vu quelques images intéressantes et la seconde d'après, au moins autant sinon plus ont été postées sur cette World Online Gallery.

 

On atteint donc ici les limites humaines cognitives.

Pourtant l'art, la peinture, c'est pas comme un livre, même si le peintre a mis des centaines voire des milliers d'heures pour faire une toile, tu peux la découvrir d'un seul coup, enfin presque. Les détails tu les découvriras plus tard.

Dans ce tourbillon démentiel qu'est la communication sur internet, quelque chose d'irrationnel intervient ; peut être sommes nous déjà trop nombreux sur la terre ?

À quoi sert un média beaucoup trop rapide pour le terrien ?

Je retourne sur ma planète...

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Piere CHALORY Piere Chalory 23 mai 2013 15:30

    Bonjour @ tous, 


    Je viens de m’apercevoir d’une erreur ;

    « Autant dire que si tu veux tout voir, tu devras revenir après ta mort, débarrassé du problème du temps, réincarné en esprit multiple et sans besoin de sommeil. »

    Réincarné en esprit multiple ne veut rien dire, c’est plutôt ’’transformé’’, enfin l’avenir nous le dira.

    Ensuite, j’ai oublié de dire qu’on peut aussi poster des livres entiers, des ebooks, sur DeviantArt ; là c’est encore pire, car vu la vitesse et le nombre des textes proposés sur cette plateforme consacrée à l’art sous toutes ses formes ( il y a environ une centaines de catégorie d’art proposée), c’est clair, faudra faire un tri...

    • alinea Alinea 23 mai 2013 18:50

      Une poubelle quoi !
      Pensait-on parvenir à l’absurde aussi vite ?? Les concepteurs du site sont sûrement de grands philosophes
      Merci pour cette visite interplanétaire  smiley


      • Piere CHALORY Piere Chalory 23 mai 2013 19:03

        Bonsoir Alinea,


        Merci de votre réaction,

        C’est vrai que c’est assez hallucinant, sur le moment je ne comprenais pas comment c’était possible, pour la philosophie du site, elle serait plutôt axée vers le N.W.O, ça fait peur. En même temps, à condition de payer une centaine de dollars, on peut rester en page d’accueil, à concurrence de 150 000 vues, pour 2 millions de vues, c’est 1000 dollars. 



        • Phi ka Sō Nathael Dunevy 24 mai 2013 07:39

          @Piere Chalory
          .
          Le lien asserpenté morelaquesistesque, fait office de conduit vers des images peu recommandables pour un gène public.
          Cela est fort dommage insultant le sérieux de l’article.


          • Piere CHALORY Piere Chalory 24 mai 2013 07:48

            Dans le genre images peu recommandables y a pire, deviant art bloque les images vraiment ’’hard’’. C’est pour ça que sur le newest streaming, certaines images sont vides. 


              smiley

          • Phi ka Sō nOiX 24 mai 2013 08:20

            @dorablePiere Chalory
             

            Je dois bien dire que je ne comprends pas un mot
            en effet de votre article. Ce n’est pas en soi le sens
            qui pose problème, c’est l’utilisation répétée du mot « tu ».

            Vous agressez tout les lecteurs potentiels, de se cultiver
            comme vous devant le monde qui regarde le monde
            qui regarde le monde qui regarde un nombrilique
            et s’enterra. Quand à des vis en tarte pomme écran,

            Le venin de Roi n’atteint pas la nOiX.
            L’homophonie est un art subtil, qui se passerait guère
            de vos pas lourds d’écume.
            Décidément la paix dans ce monde
            haine à part, tient au bout de la plume.

            Pourtant l’avouer je dois bien,
            je fut d’abord curieux de vos travaux,
            avant d’y voir l’ombiliqué du propos.


            • Piere CHALORY Piere Chalory 24 mai 2013 08:31

              Ainsi que vous le proposâtes naguère, dans un précédent commentaire, je vous suggère désormais d’éviter de cliquer sur mes articles afin de préserver l’intégrité, la pureté spirituelle affichée qui semble être votre tasse de thé. 


              Vous pouvez ajouter 15 commentaires, je n’y répondrai pas, pas plus qu’à Aura,


               smiley





            • Phi ka Sō nOiX 24 mai 2013 08:38

              @dorablePiere Chalory
              .
              J’en fais le sermon sur l’honneur vous ne vous en dépendrez pas.
              Avez-vous au moins relu votre texte, il est fichtrement attitré ?
              Je vous fais mes salutations tout de suite.


              • jno įno 24 mai 2013 10:20

                5) Qu’est ce que la discipline : une matière enseignée ou un ordre établi ?



                Bonjour monsieur Pierre Charleroi

                je me présente, je m’appelle įno

                et je rame pas mal. Et puis

                comme je ne sais pas bien faire parfois,

                j’ai décidé d’apprendre les mots,

                d’aller à l’école des aujourd’hui.

                 

                Là maintenant je suis à l’école

                juste là assis à vos côtés.

                 

                Je ne vous embêterai pas

                je vous dois même des excuses,

                j’ai eu tort. Quand on est comme moi

                si petit, quand le Sir accuse

                le garçon d’étable d’idiotie,

                c’est le premier qui a dit « quiller ».

                 

                Mais comme c’est mon premier commentaire

                pas de bouts lignes, je ne sais pas encore parler

                caurèqueteument, j’espère juste vous témoigner

                un sentiment juste envers votre titre exemplaire.

                 
                 

                Mon premier chapeau.

                 

                « C’est l’histoire d’une princesse…

                J’ai toujours voulu dire ça,

                c’est un si joli mot comme altesse

                mais je n’aime pas beaucoup ça,

                parce que halte et deux « s »

                ca peut élever des mûres,

                et comme moi j’suis un p’tit sauvage,

                les murs j’aime pas beaucoup ça.

                 

                Ma première journée

                .

                Il faut que je vous dise

                j’ai un gentil Maître.

                Il dit que je suis un millimètre,

                c’est la première fois qu’on me parle en mettre.

                 

                Il faut a-t-il dit que je précise,

                mais moi j’aime pas beaucoup ça

                la géogratie. Il dit qu’il faut la voie,

                la vue et le son de la Loire et toussa.

                 

                Ls zootrs, cux qui font fac au tablau y’m font pur,

                 

                moi j’aime bien ça les œufs durs.

                Alors je suis resté dans mon coin

                et j’ai écrit un poème pour mon professur :

                .

                Mon premier poème

                .

                Je me suis parlé j’ai réussi,

                mais pas comme tous les jours.

                Je me suis vu parler ainsi,

                ce soir est comme un nouveau jour.

                .

                Je m’a parlé, mais comme les tous les grands

                voyages ont commencé par un simple pas,

                les grands discours les grandissent courts.

                Et ce que les grands disent ne m’intéresse pas, tout court.

                .

                Cela ne me grandit en rien ils sont méchants.

                De mèche en plus dans leur chemin de « crois ».

                Cela ne me dit rien d’être grand, au secours.

                Mon ours en peluche hélas dernière mèche en recours.

                 

                Aujourd’hui c’est le soir et j’aime bien le soir

                quand il n’y a personne dans la classe où il fait noir.

                Mais le Maître il m’a donné un sceau magique, un lumoir

                féerique, il nous a remit une copie rougeoyante à blanches larmes.

                Moi je n’aime pas beaucoup ça les alarmes, alors je fais mon devoir.

                 

                Elle est bizarre cette feuille elle pose plein de questions,

                y’en a même un qui a parlé de diçertaction sur une nappe en néons.

                Moi j’aime bien les bocals, « ah non il a dit on dit les beaux quo ».

                Il l’a même redit et redit encore mon gentil professeur des mots.

                 

                Alors cette question déjà ! Ah oui c’est une histoire de papier.

                 

                C’est l’histoire d’un garçon

                qui mine de rien

                vient d’apprendre à s’habiller

                tout seul comme

                un grand, c’est l’histoire d’un

                 

                sablier de papier coloré au bout de la mine.


                • jno jno 24 mai 2013 11:22

                  13)
                  .

                  N.B : Je vous pris de m’excusez pour la méprise concernant votre nom,

                  j’ai ben noté que vous vous appeliez Piere Charlory, avec une seule ère à Pierre

                  et que vous quêtiez la piere sol aire. Vous ne vous y reprendrez plus.

                   


                  • Antoine Diederick 24 mai 2013 15:16

                    L’art des artistes doit un jour disparaître, entièrement absorbé dans le besoin de fête des hommes : l’artiste retiré à l’écart et exposant ses oeuvres aura disparu : les artistes seront alors au premier rang de ceux qui inventent pour la joie et pour la fête (p. 367/4)

                    NIETZSCHE (1844-1900) (Mauvaises pensées choisies, B )


                    Bonjour Monsieur Charoly,

                    J’ai trouvé cette citation ICI, ce sont les réflexions de Murray qui confirment bien, comme le philosophe ci dessus cité, que les Beaux-Arts sont « morts », enfin cela se discute.

                    L’art n’est plus que communication et culture, l’art est festif et joyeux, il ne se pense plus pas plus que l’artiste ne se pense....L’art est culture et donc il est aussi contre culture, c’est une esthétique du social....et de la communication.

                    L’art est un art de vivre, c’est un cahier intime du bonheur et du bonheur de masse, tout le monde est artiste un jour ou l’autre, comme Monsieur Jourdain fit de la prose sans le savoir.

                    Chez Onfray « c’est la sculpture de Soi », un vaste programme en forme d’un vitalisme de base...dormez avec art, conduisez votre voiture avec art...etc...modeler vous avec art.

                    Et c’est un savoir vivre, aussi, nous dit-on. Il s’agit donc de relire un précis du savoir vivre , l’art une civilité comme une formule de politesse.


                    Et puis, il y a les catharsis, de la super psychanalyse qui pourrait être collective, adieu les artistes maudits, cela coûte trop à la sécurité sociale...

                    Et le ministère de la Culture, une caisse enregistreuse des tendances.

                    Vive la culture, à bas l’art ?


                    Qu’en pensez-vous .


                    (bcp de super bazar l’art sur Internet ?)


                    • Piere CHALORY Piere Chalory 24 mai 2013 18:56

                      Merci de votre réaction,



                      Comme vous dites, le mot culture devient à lui seul un concept à part entière, dans lequel on peut véhiculer à peu près n’importe quoi, et certains ne s’en privent pas. Ajoutez à ça l’acculture de la majorité des clients, grugés par des marchands leur vendant n’importe quoi, des succédanés d’oeuvres d’art qui posées sur le trottoir ne seraient même pas ramassées, mais bon, je pense que l’Art, le vrai, n’est pas mort, il s’agit juste d’ouvrir les yeux...



                    • Antoine Diederick 24 mai 2013 15:18

                      Pardon j’ai écorché votre nom (Chalory et non pas Charoly).


                      • jno jno 26 mai 2013 19:33

                        Alors à vous Antoine Diederick, je dis bonjours.
                        Ceci n’est qu’une correspondance vers d’autres qu’est,
                        mais merci de votre sympa commentaire si dessus.

                        n.b : J’ai peut-être trouvé un moyen de ne plus arcocher le nom de ce monsieur.

                        ...................................................................... ..............

                        Toutes mes excuses,
                        j’avais encore oublié le châpeau de la réponse,
                        à la question d’umber 44 :

                        Un cancre a-t-il le cœur à sourire sur une photo de classe ?

                        Figurez-vous au sens lipo que mon avis était chat tôt, qui se

                        mordait la queue au numéro hasardeux de sens, si c’est deux Mi :

                        Caché au cachot du « sait pas » est sapé le cachet qu’a ton pas ?

                        Où est la clef défaite ou est la clé des fées ¿

                        La portée sort des lignes, bizarres le Si.


                      • jno jno 24 mai 2013 19:47

                        Piere Charlory
                        .
                        Dali aussi aimait beaucoup le lard, il en mettait partout
                        mais jamais à côté, toujours bien dans le propos.
                        Comme votre titre est beau, il a un parfum de friture jaloux,
                        veillons bien à lui, le feu refroidit lâchant de l’eau.


                        Je pense que c’est à cause de l’image choisie,
                        que votre article ne fait guère de remous.
                        Vous savez les gens d’ici
                        n’aiment pas les bouches à moue.


                        • jno jno 24 mai 2013 19:52

                           @vous,

                          .

                          N.B.P.S  : Je vous en prie excluez-moi de l’art glycine découlant votre honneur. J’ai bien noté que vous vous épeliez Piere Chalory, vous vous y surprendrez.


                          • jno jno 24 mai 2013 20:26

                            Bien@vous et toujours,

                            .
                            Heureusement que ce petit ourson est là,
                            pour donner un peu de relief à l’article plat.
                            Malheureusement se petit oursin en plus
                            ne comprend pas bien votre consensus.

                            N’y voyez là rien de peu recommandé,
                            où commandez le plat avant l’entrée,
                            car comme vous le disiez

                            « Là tu comprends rien, Absolument rien. »


                            Marc est de gras, mais toujours pas de lard
                            à l’omelette, « l’oeuf ou la poule » je ne sait plus bien
                            si le fou lape où la chère et tendre ?


                            • Thierry MARIÉ Thierry MARIÉ 4 septembre 2013 21:55

                              Les tableaux fixes (à l’ancienne) permettent de nous reposer de nos écrans animés de trépidations numériques. Une peinture, ça ne bouge pas (sauf si on la déplace), et c’est pas si mauvais que ça l’immobilité bien comprise. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires