• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les biographies politiques

Les biographies politiques

Certaines biographies sont des essais insipides, d'autres des oeuvres d'épigones...

Avec Jean Jacques Marie historien marxiste, il s'agit d'oeuvres politiques originales :

il nous entraîne dans une histoire vivante tout en resituant le contexte et les enjeux sans aucune caricature.

Dans ces livres consacrés à l'URSS , à la révolution russe, au stalinisme et au trotskisme, il nous offre une analyse pertinente et argumentée...On est à des années lumières des écrits officiels des bureaucrates de l'ex URSS et des anti communistes qui confondent la révolution et la contre révolution !

« Le fils oublié de Trotsky »

livre de Jean Jacques Marie

éditions du Seuil

janvier 2012

184 pages

 

Son seul « crime »

Quand Jean Jacques Marie, historien marxiste, grand connaisseur de l'histoire de la révolution russe a sorti ce livre, les militants qui le connaissent bien se sont posé toutes sortes de questions :

Quelle mouche l'a pique ?

Pourquoi un tel livre après de nombreuses œuvres de référence ?

Le lecteur a très vite la réponse à ces questionnements des personnes qui connaissent l'auteur comme écrivain et comme militant.

Il s'agit non seulement de rendre un hommage appuyé à Serge Sedov et à son courage mais aussi de revenir sur la période noire de la contre révolution stalinienne.

Serge, second fils de Trotsky n'a jamais été inscrit au parti bolchevik, il ne faisait pas de politique.

Il n'avait qu'un seul tort, c'est d'être le fils du grand révolutionnaire banni et de ne pas se désolidariser de son père.

Resté volontairement en URSS, très lié affectivement à sa mère, il est comme le dira plus tard sa première épouse « un garçon espiègle, séduisant, talentueux ...Il réussissait tout ce qu'il entretenait »

Jean Jacques Marie comme à chaque fois captive son électorat en transformant une biographie en roman réaliste et vrai. Ce n'est pas une fiction, les détails ne sont pas oubliés et c'est avec minutie qu'il nous relate les dernières années de Serge .

Serge Sedov n'est pas encarté, certes, il a souffert de l'éloignement de son père qui consacrait tout son temps au combat politique mais il refuse de renier les siens, de servir les ennemis de la révolution.

Son seul « crime » c'est d'être le fils de Trotsky, il le paye de sa vie.

La politique est présente dans ce livre avec une analyse et une description de la terreur stalinienne avec ses procès truqués, ses exterminations de militants et de militantes et de leurs proches.

L'auteur nous rappelle le silence de nombreux intellectuels et même la complicité de certains ;.

La Ligue des droits de l'Homme n'a pas brillé, loin de là pour ne pas dire plus.

Il était minuit dans le siècle pour ces révolutionnaires.

L'étincelle révolutionnaire est encore là malgré la terreur, les dénonciations, les assassinats et si certains anciens révolutionnaires avouaient des crimes qu'ils n'avaient pas commis, d'autres résistaient.

Jean Jacques Marie nous conte cette grève de la faim des centaines de trotskistes à Vorkouta, à 150 km à peine du cercle polaire.

Il y avait en URSS des bureaucrates, des lâches, des faibles mais aussi d'authentiques révolutionnaires et aussi des hommes comme Serge Sédov qui refusaient de capituler et de servir malgré eux de caution à Staline.

C'est un livre qu'on ne lâche pas avant de l'avoir terminé.

Jean-François Chalot


 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • FERAUD 16 octobre 2012 11:45

    Tiens au fait on voit l’auteur et sa moustache


    • zelectron zelectron 16 octobre 2012 12:40

      Il y a comme un parfum de réécriture de l’histoire ...


      • audrey.thesse 17 octobre 2012 09:37
        Cher zelectron,
         
        un parfum de réécriture. Quésaquo quoiqizelctronqui gna. hou la !

        il ne s’agit pas de mettre une chaussette usagée , une salade, un zelectron dans une marmite, pour faire un fumet de la littérature à plat. Encore pitié, s’il vous plait, c’est un débat rédactionnel. 
        L’effet de style godillot, pardon. il faut respecter les oeuvres littéraires maladroitement plagiées

        thesse

      • anty 16 octobre 2012 14:46

        Oui c’est la nième révision de l’histoire de l’urss.



        • CHALOT CHALOT 16 octobre 2012 15:29

          JJ Marie est historien, il parle et lit le russe couramment et les archives de l’URSS sont disponibles, il a pu ainsi ouvrir une page inconnue ou peu connue


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 16 octobre 2012 19:22

            Tout cela est intéressant, même si Trotsky n’était pas un saint et si on pourrait lui reprocher, sinon des crimes, au moins une rigueur révolutionnaire possiblement contestable. La vindicte persistante de Staline et son assassinat ne l’absolvent pas pour autant.

            D’ailleurs, si j’ai bien compris, son fils ne l’a pas toujours approuvé...
            C’est pourquoi il peut être intéressant de lire le livre de J.J. Marie, même si l’on sait que c’est un vieux trotskiste. C’est aussi un historien honnête sinon objectif (chacun sait que l’objectivité n’existe pas !)

            • audrey.thesse 17 octobre 2012 09:54

              Tout a fait réaliste. L’objectivité n’existe pas, pour de très nombreuses personnes. Néanmoins pas tous. Il existe des femmes et des hommes résignés qui tentent de faire des petites choses concrètes bien avec leurs petits moyens. Pour des humains et des enfants touchés par la misère et la violence, meme au coin de notre propre rue, cela existe.

              Mais en globalité, vous avez raison, soeur emanuelle disait : l’homme est une ordure. c’est ainsi. Et sérieusement, pour nos propres enfants, lorsque nous ne serons plus la, nous nous inquiétons tous.

              Thesse

            • jaja jaja 16 octobre 2012 23:07

              Intéressant sans doute de lire ce livre...Merci Chalot....Connaissez-vous également Anton Ciliga qui fut également interné en URSS et qui a écrit un monument sur cette période noire intitulée « 10 ans au pays du mensonge déconcertant »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires