• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Les chaises » d’Eugène Ionesco par Luc Bondy

« Les chaises » d’Eugène Ionesco par Luc Bondy

Micha Lescot et Dominique Reymond incarnent une performance qui fera date dans le spectacle vivant.

Formant un couple de petits vieux nonagénaires qui vont organiser une dernière fête joyeusement macabre au fin fond d’un music hall imaginaire avant que de disparaître pour le meilleur d’eux-mêmes, « mon chou » et « ma crotte » baptisés ainsi fort dignement par Ionesco, se démènent dans un marivaudage édenté afin de tuer le temps, à coups de considérations sur le monde.

Ayant précisément décidé de convier ses représentants universels à les rejoindre pour écouter le discours testament qu’ils ont l’intention de délivrer à l’opinion, le duo va s’évertuer à organiser cette ultime réception en plaçant le plus grand nombre de chaises à l’égard des invités.

Un orateur sera chargé de dispenser la bonne parole mais celle-ci va se perdre en borborygmes incompréhensibles répercutés en échos infinis dans les haut-parleurs de la salle.

Cependant, lui et elle seront aux anges d’avoir, ainsi, pu être au centre de l’attention générale avant leurs derniers saluts et les applaudissements en rappels de leur union fusionnelle.

Durant la représentation de cent minutes, deux cordes pour pendaison se balancent négligemment depuis les cintres, en premier plan de la scénographie, et c’est donc en acrobates des mots que les vieux amants côtoient celles-ci allègrement et vont s’y suspendre volontiers pour se donner du bon temps.

En choisissant de confier ces rôles emblématiques à Micha Lescot et Dominique Reymond, deux comédiens d’une souplesse mentale et physique confondante, Luc Bondy a, de toutes évidences, souhaité brosser un portrait naturaliste, charnel et touchant de l’extrême vieillesse.

Dans cette perspective, la farce noire de Ionesco a tendance à glisser de la métaphysique au surréalisme et, si ce point de vue subjectif de mise en scène ne respecte pas forcément à la lettre toutes les didascalies de l’auteur, celui-là détient, en s’appuyant sur le ballet d’une centaine de chaises telles de jubilants feux follets, l’immense vertu de sublimer l’esprit et la chair du vieillissement.

photo © Pascal Victor 

LES CHAISES - ***. Theothea.com - d’ Eugène Ionesco - mise en scène : Luc Bondy - avec Micha Lescot, Dominique Reymond & Roch Leibovici - Festival d’ Automne - Théâtre des Amandiers - Nanterre


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires