• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les Français(es) à Hollywood, seconds rôles ou seconds couteaux (...)

Les Français(es) à Hollywood, seconds rôles ou seconds couteaux ?

Souvent seconds rôles à Hollywood, les acteurs et actrices françaises ont joué avec les plus grandes stars d'Hollywood, de Leonardo Di Caprio à Tom Hanks en passant par Brad Pitt, Naomi Watts, Viggo Mortensen ou encore Joaquin Phoenix.

Avant les années 90, les acteurs français ayant tourné avec un studio hollywoodien se comptent sur les doigts de deux mains : Claude Rains en 1943 sous l'égide de Michael Curtiz (Casablanca), Danielle Darrieux en 1951 avec Joseph L. Mankiewicz (L'Affaire Cicéron), Daniel Gélin en 1956 chez Alfred Hitchcock (l'Homme qui en savait trop), Jeanne Moreau avec Orson Welles en 1962 (le Procès), Bourvil avec Ken Annakin en 1962 (le Jour le plus Long), Claudine Auger devant la caméra de Terence Young en 1965 (Opération Tonnerre), Yves Montand en 1960 avec George Cukor où il rencontre Marilyn Monroe (le Milliardaire) puis en 1966 avec John Frankenheimer (Grand Prix), François Truffaut en 1977 chez Steven Spielberg (Rencontres du 3e Type), Michael Lonsdale en 1978 avec Lewis Gilbert (Moonraker) puis en 1985 chez John Frankenheimer (Le Pacte Holcroft), Isabelle Huppoert en 1980 avec Michael Cimino (la Porte du Paradis), Carole Bouquet en 1981 pour John Glen dans la saga James Bond (Rien que pour vos yeux). Rappelons que les films de la saga 007 sont essentiellement tournés à Pinewood près de Londres, mais étaient financés, du temps de Cubby Broccoli, en grande partie par le studio américain M.G.M. (Metro Goldwyn Mayer), partenaire d'U.A. (United Artists). On mettra à part le cas d'Emmanuelle Seigner tournant en 1987 dans Frantic pour son mari Roman Polanski, aux côtés de l'excellent Harrison Ford.

- Gérard Depardieu (1990 Green Card, 1992 1492 Christophe Colomb, 1998 l'Homme au Masque de Fer, 2000 Vatel) : le meilleur acteur de sa génération, lien entre les époques Gabin Bourvil Ventura Belmondo Delon Piccoli Carmet Montand Noiret d'une part et les générations suivantes de grands acteurs du cinéma français (Auteuil, Cluzet, Duris ..). Au début des années 90, Depardieu est au climax de sa fantastique carrière. Révélé en 1974 par les Valseuses de Blier, il a fait merveille partout : chez Francis Veber avec Pierre Richard (la Chèvre, les Compères), chez Truffaut (le Dernier Métro), chez Berri (Jean de Florette), chez Pialat (Sous le Soleil de Satan), chez Blier de nouveau (Tenue de soirée, Trop belle pour toi) ou encore dans Cyrano de Bergerac, qui lui permet de récolter un César totalement mérité du meilleur acteur début 1991. Effigie de la pub Barilla, Depardieu va surtout poursuivre sa boulimie de tournages. Peter Weir l'engage pour jouer George dans Green Card, un Français émigré à New York qui simule un mariage avec Brontë (Andie MacDowell) pour obtenir le précieux sésame de la carte verte. Vient ensuite le film évènement de Ridley Scott, 1492 Christophe Colomb, pour le 500e anniversaire de la découverte de l'Amérique par le navigateur génois. Six ans plus tard, on retrouve le virtuose acteur français dans le casting de l'Homme au Masque de Fer, via le rôle du mousquetaire Porthos, aux côtés de Leonardo Di Caprio, Gabriel Byrne, Jeremy Irons et John Malkovich (qu'il retrouvera deux ans plus tard dans un duel Jean Valjean / Javert pour une version téléviséedes Misérables). Depardieu y retrouve deux Françaises, Anne Parillaud et Judith Godrèche. Deux ans plus tard, le colosse retrouve Tim Roth et Uma Thurman dans Vatel, interprétant ce génie des fourneaux engagé par Louis XIV et le Grand Condé, avant de suicider à Chantilly du fait d'un retard dans une livraison de poissons ... Clairement, les performances stellaires de Depardieu dans ces quatre films ont convaincu les producteurs hollywoodiens de tendre la main à d'autres comédien(ne)s français(e)s. 

- Sophie Marceau (1995 Braveheart et 1999 le Monde ne suffit pas) : castée par Mel Gibson dans Braveheart en 1995, Sophie Marceau bénéficie de l'impact de ce film récompensé de l'Oscar du meilleur fim. L'actrice est choisie par la saga James Bond en 1999 pour incarner Elektra King, méchante vénéneuse et parricide qui veut faire main basse sur le pétrole du Caucase. Donnant la réplique à Pierce Brosnan, Sophie Marceau devient une star internationale, et la première Française à jouer un rôle éminent dans un 007 depuis Carole Bouquet en 1981 dans Rien que pour vos yeux.

- Juliette Binoche (1996 le Patient Anglais) : Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle, Juliette Binoche incarne Hana dans le Patient Anglais, ce film où elle partage l'affiche avec Kristin Scott Thomas, Colin Firth et Ralph Fiennes. Infirmière franco-canadienne, Hana s'occupe d'un mystérieux blessé dans un monastère de Toscane, en 1944. Voilà donc Juliette Binoche propulsée à Hollywood, elle qui avait refusé une proposition de Steven Spielberg pour Jurassic Park en 1993. La même année, sa carrière française avait explosé avec Trois Couleurs : Bleu, avant qu'elle ne joue dans le Hussard sur le Toit en 1995.

- Emmanuelle Béart (1996 Mission Impossible) : révélée en 1986 par Manon des Sources, Emmanuelle Béart avait ensuite obtenu un César en 1995 pour Nelly et Monsieur Arnaud de Claude Sautet, qui l'avait déjà casté pour Un coeur en hiver en 1992. Dix ans après l'adaptation de l'Eau des Collines de Marcel Pagnol par Claude Berri, on retrouve la fille de Guy Béart dans un blockbuster américain. L'adaptation de la série Mission Impossible par Brian de Palma dispose d'un casting impressionnant : Tom Cruise, Jon Voight et Jean Reno ... C'est Régis Wargnier, le réalisateur d'Indochine, qui permettra à l'actrice de tourner à Hollywood dans le rôle de Claire Phelps.

- Jean Reno (1996 Mission Impossible, 1998 Godzilla , 1998 Ronin et 2006 Da Vinci Code) : l'acteur fétiche de Luc Besson, après Léon en 1994, s'offre plusieurs rôles aux Etats-Unis, en marge de la version américaine des Visiteurs tournée en 2001 avec Christian Clavier et Cristina Applegate. Casté par Brian de Palma, Reno joue ensuite chez Roland Emmerich dans Godzilla et avec John Frankenheimer dans Ronin, puis dans Da Vinci Code chez Ron Howard. Mais l'on parle de trois blockbusters à fort impact commercial, pas de films à la réussite artistique indélébile.

- Anne Parillaud et Judith Godrèche (1998 l'Homme au Masque de Fer) : respectivement dans les rôles d'Anne d'Autriche et de Christine Bellefort, Anne Parillaud et Judith Godrèche tournent avec le Roi Soleil Louis XIV incarné par le phénomène Di Caprio, tout juste sorti de l'euphorie de Titanic. Mais pour l'une comme pour l'autre, ce sera un coup d'épée dans l'eau : Parillaud ne retrouvera jamais l'exposition de Nikita (1990), tandis que Godrèche sera impeccable dans l'Auberge Espagnole (2002) avec Romain Duris, ou encore dans Potiche (2010) face au trio de monstres sacrés Deneuve / Depardieu / Luchini.

- Guillaume Canet et Virgine Ledoyen (1999 la Plage) : les deux comédiens français, castés par Danny Boyle, auréolé du succès de Trainspotting (1995), tournent avec la nouvelle vedette d'Hollywood, Leonardo Di Caprio. Mais ce film manque cruellement d'envergure et tombera aux oubliettes des filmographies de Danny Boyle comme des trois acteurs principaux du projet. Pour Guillaume Canet, la consécration viendra comme réalisateur avec Ne le dis à Personne ou les Petits Mouchoirs, puis comme acteur avec des rôles profonds comme dans l'Homme qui l'aimait trop d'André Téchiné ou encore la Prochaine fois je viserai le coeur de Cédric Anger : à chaque fois, Canet incarne parfaitement des meurtiers inspirés des profils criminels de Jean-Maurice Agnelet, condamné en 2014 pour le meurtre d'Agnès Le Roux en 1977 à Nice, et Alain Lamare, le gendarme tueur. En 2015, on retrouve Canet comme Dr Ferrari dans le film de Stephen Frears consacré à Lance Armstrong, The Program. Virginie Ledoyen, elle, avait eu le privilège de tourner avec Claude Chabrol dans la magistrale adaptation de l'Analphabète de Ruth Rendell, la Cérémonie. Tournant avec une actrice du calibre d'Isabelle Huppert, la Française tombera dans le même piège que celle qui joue sa mère dans ce film tourné en Bretagne, Jacqueline Bisset : une filmographie moins percutante que sa beauté malgré des rôles cassiques (la comtesse Andrenyi en 1974 pour la Britannique chez Sidney Lumet dans le Crime de l'Orient Express, Cosette en 2000 pour Ledoyen avec Josée Dayan dans l'adaptation TV des Misérables de Victor Hugo).

- Nathalie Baye (2003 Arrête-moi si tu peux) : Steven Spielberg fait appel à Nathalie Baye pour le rôle de Paula Abagnale, mère de Frank Abagnale Jr joué par Leonardo Di Caprio, et épouse de Frank Abagnale Sr interprété par Christopher Walken. Trente ans après la Nuit Américaine de François Truffaut, l'ancienne compagne de Johnny Hallyday fait une entrée remarquée à Hollywood.

 - Lambert Wilson (2003 Matrix Revolutions) : en 2003, Wilson tourne dans le dernier volet de la trilogie Matrix des frères Wachowski, dominée par Keanu Reeves, Laurence Fishburne et Hugo Weaving (que l'on retrouvera bien plus tard dans Cloud Atlas en 2012). Bien avant des rôles plus mémorables comme Des Hommes et des Dieux ou Corporate, Lambert Wilson y incarne le rôle de Mérovingien.

- Audrey Tautou (2006 Da Vinci Code) : pour donner la réplique à Tom Hanks pour la très attendue adaptation du best-seller de Dan Brown, Ron Howard choisit Audrey Tautou, révélée cinq ans plus tôt par le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet. Le rôle de Sophie Neveu manque cependant d'épaisseur. A noter la participation de Jean-Pierre Marielle dans le rôle de Jacques Saunière, le conservateur du Musée du Louvre et grand-père de Sophie Neveu.

- Vincent Cassel (2004 Ocean's Twelve, 2007 les Promesses de l'Ombre et 2010 Black Swan) : son père Jean-Pierre avait joué chez Sidney Lumet en 1974 dans le Crime de l'Orient-Express, via le rôle de Pierre Michel. Vincent, le fils, fera bien mieux. Adversaire de George Clooney et Brad Pitt dans Ocean's Twelve chez Steven Soderbergh, le futur interprète de Jacques Mesrine franchit un palier en 2007 avec Eastern Promises de David Cronenberg, dont le titre français n'est autre que les Promesses de l'Ombre. Toujours second rôle en tant que fils de mafieux russe, Cassel - alias Kirill - crève l'écran aux côtés de Naomi Watts, Viggo Mortensen et Armin Mueller-Stahl dans le Londres angoissant du virtuose réalisateur canadien. Trois ans plus tard, Darren Aronofsky fait appel à Vincent Cassel pour Black Swan, où il joue le metteur en scène français à New York, devant diriger deux danseuses rivales pour le Lac des Cygnes de Tchaïkovski : Natalie Portman et Mila Kunis.

- Matthieu Kassovitz (2006 Munich) : avec Eric Bana, Ciaran Hinds et Daniel Craig, le réalisateur de la Haine fait partie du commando qui traque les membres de Septembre Noir à travers toute l'Europe, de Rome à Londres en passant par Paris ou Athènes. Après Amen (2002) de Costa Gavras, Kassovitz réussit de nouveau une excellente prestation d'acteur chez Steven Spielberg.

- Eva Green (2006 Casino Royale) : la fille de Marlène Jobert a l'occasion de montrer, plus encore que sa beauté, son talent de comédienne dans le vingt-et-unième film de la saga James Bond. Le nouveau 007 a pour nom Daniel Craig, et le rôel de Vesper Lynd va comme un gant à Eva Green, que l'on retrouve à Karlovy Vary (Monténégro dans le récit), sur le Lac de Côme, à Venise ... Le final éblouissant du film de Martin Campbell fait de Vesper une James Bond girl totalement à part, et donc d'Eva Green par la même occasion.

- Mathieu Amalric (2006 Munich et 2008 Quantum of Solace) : informateur d'Eric Bana dans Munich où il retrouve Michael Lonsdale sous la caméra de Steven Spielberg, Amalric joue ensuite le rôle du méchant de Quantum of Solace, deuxième 007 de l'ère Daniel Craig. Mais l'on retiendra plus de l'année 2008 la bluffante interprétation d'Amalric du rôle de François Besse, lieutenant de Jacques Mesrine en 1978 lors du braquage du casino de Deauville. Deux ans avant, c'est dans le Scaphandre et le Papillon qu'Amalric avait impressionné tout le monde, dans le rôle de Jean-Dominique Bauby.

- Marion Cotillard (2003 Big Fish, 2006 Une grande année, 2009 Public Enemies, 2010 Inception, 2011 Minuit à Paris, 2011 Contagion, 2012 The Dark Knight Rises, 2013 The Immigrant, 2016 Alliés) : révélée en 2007 par son incroyable prestation dans La Môme où elle incarne à la perfection Edith Piaf, Marion Cotillard s'ouvre en grand les portes d'Hollywood. Son Oscar attribué en février 2008 pour le rôle de la chanteuse mythique des années 40 et 50, idylle du boxeur Marcel Cerdan, lui offre le tapis rouge du cinéma américain, malgré les polémiques sur ses propos politiquement incorrects concernant la mission Apollo 11 et les attentats du 11 septembre 2001. C'est d'abord avec Michael Mann qu'elle tourne en 2009 dans Public Enemies, jouant le rôle de Billie Frechette, l'épouse du gangster John Dillinger interprété par Johnny Depp. L'année suivante, elle donne la réplique à un autre beau gosse d'Hollywood, Leonardo Di Caprio, dans Inception de Christopher Nolan. En 2011, Woody Allen lui offre le rôle d'une aristocrate des années 20 dans Minuit à Paris, face à Owen Wilson. La même année elle tourne dans Contagion avec Steven Soderbergh, au milieu d'un casting somptueux : Matt Damon, Jude Law, Kate Winslet, Gwyneth Paltrow et Laurence Fishburne. En 2012, la Française retrouve Christopher Nolan pour The Dark Knight Rises. Un an plus tard en 2013, l'actrice française joue le rôle d'une prostituée arrivant à Ellis Island dans The Immigrant de James Gray, se retrouvant à la merci d'un Joaquin Phoenix inquiétant. En 2016 enfin, Cotillard interprète Marianne Beauregard dans Alliés de Robert Zemeckis, face à Max Vatan, alias Brad Pitt, dans un film mêlant guerre et espionnage. Pour la première fois, la Française incarne un véritable premier rôle dans un blockbuster hollywoodien, signe qu'elle a définitivement intégré le cercle fermé des très grandes actrices de la décennie : Cate Blanchett, Emma Stone, Scarlett Johansson ou encore Jessica Chastain.

 - Denis Ménochet (2009 Inglorious Basterds) : comment oublier cette scène d'ouverture du film évènement de Quentin Tarantino ? Deux acteurs méconnus mais qui ce film va tout changer : Christoph Waltz alias Hans Landa, par la suite casté par Polanski (Carnage) ou par Sam Mendes (Spectre), et le Français Denis Ménochet, alias Perrier LaPadite, et qui tournera ensuite chez François Ozon (Dans la Maison) ou Stephen Frears (The Program).

- Jean Dujardin (2013 le Loup de Wall Street, 2014 Monuments Men) : oscarisé en 2012 pour The Artist, Jean Dujardin rejoint l'équipe du Loup de Wall Street de Martin Scorsese, dans le rôle d'un banquier suisse, Jean-Jacques Saurel. Ironie du sort, Dujardin retrouve Leonardo Di Caprio, qu'il avait battu pour l'Oscar du meilleur acteur alors que la star américaine avait interprété avec brio John Edgar Hoover dans J. Edgar de Clint Eastwood ... Di Caprio, alias Jordan Belfort dans le film de Scorsese, vient déposer son cash à Genève pour échapper au fisc américain. S'en suit une relation avec Saurel ... Un an plus tard, c'est chez George Clooney que l'on retrouve la nouvelle star du cinéma français, face à Matt Damon et Cate Blanchett, dans Monuments Men

- Léa Seydoux (2011 Minuit à Paris et 2015 Spectre) : ayant l'honneur de conclure Minuit à Paris avec Owen Wilson, Léa Seydoux devient James Bond girl quatre ans plus tard dans le vingt-quatrième opus de la saga, Spectre. Face à Daniel Craig et Christoph Waltz, la jeune Française donne la touche féminine apportée en début de film par Monica Bellucci.

- Romain Duris (2017 Tout l'argent du monde) : l'acteur fétiche de Cédric Klapisch tourne dans ce film sur le rapt du petit-fils du millardaire John Paul Getty, en 1973. Duris y incarne Cinquanta, un des ravisseurs italiens du jeune Getty, dans ce film de Ridley Scott qui a involontairement fait le buzz du fait du remplacement de Kevin Spacey, dans l'oeil du cyclone après le scandale Weinstein, par Christopher Plummer.

Au final, beaucoup de comédien(ne)s français(e)s ont entrouvert la porte du Nouveau Monde, mais bien peu d'entre eux ont su pérenniser leur relation avec Hollywood, Gérard Depardieu et Marion Cotillard.


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • aimable 7 mars 16:10

    Les seconds rôles venant d’autre pays permettent aux USA de pénétrer plus facilement , surtout s’ils sont très connus , les marchés des autres continents .

    Les affaires sont les affaires .


    • Axel_Borg Axel_Borg 7 mars 16:22

      @aimable,

      Pas faux mais la France est de toute façon envahie depuis les années 50 par la culture américaine en provenance des Etats-Unis : Hollywood mais aussi Coca-Cola, le rock via Elvis Presley, les jeans, le chewing-gum ...

      Idem pour les Césars dérivés en 1976 des Oscars, là où le Festival de Cannes qui aurait du avoir lieu dès 1939 (il attendra finalement 1946) avait été créé par Jean Zay pour répondre à la propagande fasciste de la Mostra de Venise de l’Italie mussolinienne.


    • Alren Alren 10 mars 13:30

      @aimable
      C’est vrai mais les réalisateurs français ont fait la même chose, à savoir utiliser des acteurs étrangers pour vendre le film au pays de ces acteurs. c’est notamment le cas avec des acteurs italiens.


    • Axel_Borg Axel_Borg 11 mars 09:24

      @Alren,

      En effet ... Gian Maria Volonte dans le Cercle Rouge de Melville, Ornella Muti dans Mort d’un Pourri de Lautner, Ugo Tognazzi dans la Cage aux Folles de Molinaro ... Les exemples abondent pour les acteurs italiens dans les films français.


    • Taverne Taverne 7 mars 16:35

      Claude Rains, le premier cité, était britannique.


      • Axel_Borg Axel_Borg 7 mars 17:25

        @Taverne,

        Bien vu, au temps pour moi je ne le savais pas, avec un (pré)nom pareil je ne m’en serais pas douté.

        Mais il y a un autre Français dans Casablanca, Marcel Dalio, qui joue le croupier Emile et que l’on retrouvera trente ans plus tard dans le rôle de Rabbi Jacob chez Gérard Oury (Les Aventures de Rabbi Jacob).

        Bref on peut en citer plein d’autres des Frenchies moins connus dans des films américains, comme Hervé Villechaize dans l’Homme au Pistolet d’Or, nain interprété récemment par Peter Dinklage (Joyeuses Funérailles) dans un téléfilm.


      • Alren Alren 10 mars 13:32

        @Taverne
        Des Britanniques, des Allemands, des Italiens ont joué dans des films d’Hollywood. Pas seulement des Français ...


      • Fred Astaire Fred Astaire 11 juin 11:22

        @Axel_Borg
        Les premiers en la matière furent Charles Boyer et Maurice Chevalier, puis Louis Jourdan, Jacques Bergerac, Jean-Pierre Aumont, Gabin, Michèle Morgan, Simone Simon, Victor Francen, Micheline Presle, et bien d’autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès