• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les grandes femmes roumaines dans l’histoire de France

Les grandes femmes roumaines dans l’histoire de France

Je suis tombée sur une belle publication sur les Roumains qui ont fait la France. Un livre de 40 pages contenant les profils de dix-huit personnalités qui ont laissé une marque significative sur cette nation. Mon attention s'est immédiatement portée sur les cinq seules femmes du livre. Si vous parcourez les encyclopédies en ligne, vous trouverez leurs biographies, mais les trouver rassemblées dans un livre vous donne une idée de la contribution d'une communauté à l'histoire d'un autre pays. Les voici :

 

SARMIZA BILCESCU (Bucarest, 1867-1935), issue d'une famille de l'élite libérale, a étudié le droit à l'Université de Bucarest et s'est inscrite en 1884 à la Sorbonne à Paris, devenant ainsi la première femme en Europe et dans le monde à obtenir un diplôme en Droit Français. Sa thèse, discutée le 12 juin 1890, était intitulée : « Le statut juridique de la mère en droit romain et français ». Considérée uniquement comme une femme et non comme une avocate par la société de l'époque, Sarmiza a choisi de se consacrer à la vie de famille. Elle reste cependant active dans les cercles féministes et fonde la Societatea Domnişoarelor Române (Société des jeunes femmes roumaines).

 

ANNA DE NOAILLES (Paris 1876-1933), Roumaine du côté de son père, le prince Grégoire Bibesco Bassaraba de Brancova, et grecque du côté de sa mère, Rachel Musurus, Anna de Brancovan épouse en 1897 le comte Mathieu de Noailles, entrant ainsi dans l'une des familles de la plus ancienne noblesse française. Elle s'est fait connaître avec son premier écrit, Le Cœur innombrable, et a ensuite composé des recueils de poèmes, des romans et de la prose poétique. En 1932, sa biographie, Le Livre de ma vie, est publiée. Au début du XXe siècle, son salon à l'Hôtel de Brancovan, 34 avenue Hoche, attire les meilleurs intellectuels de l'époque, dont Maurice Barrès (avec qui Anne entretiendra une longue et tourmentée amitié), Edmond Rostand, Paul Claudel, Colette, André Gide, Frédéric Mistral, Marcel Proust, Paul Valéry, Jean Cocteau, Alphonse Daudet, Pierre Loti et Max Jacob. De Noailles a été la première femme à recevoir le titre de commandeur de la Légion d'honneur. Elle a également été la première femme admise à l'Académie Royale de langue et de littérature françaises de Belgique (à la place 33 ; Colette et Cocteau lui ont succédé). L'école française de Bucarest porte son nom.

 

ELENA VACARESCU (Bucarest 1864-Paris 1947), écrivain et traductrice, a fait ses débuts en 1886 avec le volume Chants d'Aurore. À son retour de Roumanie, elle devient la première demoiselle d'honneur de la reine Elisabeth de Roumanie. Une histoire d'amour tragique avec le futur roi Ferdinand Ier de Roumanie la conduit à l'exil. À son arrivée à Paris, Elena ouvre un salon fréquenté par des personnalités telles que Marcel Proust et Anatole France. Après la Grande Guerre, elle a fondé le prix « Femina Vacarescu ». Pendant le conflit, elle avait soutenu son pays d'origine et avait réussi à rallier plusieurs personnalités françaises et européennes à la cause roumaine. En 1919, elle devient déléguée permanente de la Roumanie auprès de la Société des Nations et membre de la Commission internationale de coopération intellectuelle à Genève. Elena Vacarescu a obtenu deux diplômes de l'Académie française pour Canto d'Aurora et Rhapsodie de la Dambovita. Elle a reçu la Légion d'honneur en 1927.

 

MARTHE BIBESCU (Bucarest 1886-Paris 1973), né dans une famille noble, a épousé le prince Georges Valentin Bibesco à l'âge de 16 ans. Elle a fait ses débuts à Paris en tant que femme de lettres. En 1908 paraît son livre Les Huit-Paradis, inspiré d'un voyage en Asie mineure où son mari (aviateur et pilote) était en mission diplomatique. Le livre a reçu un accueil chaleureux de Maurice Barrès. Sa plume a peint l'aristocratie parisienne cosmopolite. Son mariage a été malheureux, bien qu'il ait été le fruit d'une grande passion. A l'âge de 17 ans, pour se consoler de l'infidélité de son mari, Marthe se retrouve dans les bras de sa cousine, Emaniol, qui se suicide en Angleterre en 1917. Marthe Bibesco a été la protagoniste d'une intense activité diplomatique et caritative. En 1912, elle entreprend la restauration de l'ensemble architectural situé à une quinzaine de kilomètres de Bucarest, que lui a offert son mari l'année précédente et qui comprend le bâtiment du XVIIIe siècle de style « Brâncovenesc ». À partir de 1916, elle a dirigé un hôpital pour les blessés à Bucarest, sous occupation allemande, se révélant être une source d'information précieuse pour le gouvernement roumain. Elle a été témoin et protagoniste des grands événements historiques de son époque. Fortement critique à l'égard du bolchevisme, Marthe Bibescu quitte la Roumanie en 1945 pour se rendre en Angleterre. De là, elle a fait tout ce qu'elle a pu (vente des émeraudes de la famille Bibescu, des tableaux qu'elle avait reçus en cadeau, des biens qu'elle avait réussi à faire sortir du pays) pour réussir à faire émigrer sa fille Valentina Bibescu et son gendre, le prince Jean Nicolas Ghika-Comanesti, tous deux assignés à résidence. Après s'être installée définitivement en France, elle ne vit que de l'écriture et continue de critiquer le régime communiste en Roumanie. Écrivain à succès, voyageuse passionnée, elle est aussi la fondatrice du Jurnal politic, dont des fragments ont été publiés par l'ancienne Editură politică.

 

ELVIRE POPESCU (Bucarest 1894-Paris 1993), exotique et désinvolte, était la reine du théâtre du Boulevard. Tristan Bernard la désigne par cette phrase : « Une coupe de champagne avec des larmes au fond ». Elvire a réalisé des études très fines. Elle s'est mariée trois fois et la rumeur a longtemps couru que le roi Ferdinand Ier de Roumanie était follement amoureux d'elle. Inspiratrice de Matisse, actrice à succès, femme fatale, elle était aussi la splendide hôtesse d'un salon à la mode dans la propriété de Mézy-sur-Seine (et plus tard dans l'avenue Foch, à Paris) qui était fréquenté par tout-Paris. Son accent étranger et son "r" sont devenus proverbiaux. Elle a déclaré : « Mon seul regret est mon accent. Cela m'a empêché de jouer les grands rôles dramatiques ou tragiques ». Elle est devenue la « Parisienne » par excellence, faisant se pâmer les cœurs. La Sala Popescu du Théâtre Marigny sur les Champs Elysées et la salle de cinéma de l'Institut français en Roumanie lui sont dédiées.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 décembre 2021 18:18

    Y’a pas Leonarda ...siff


    • wagos wagos 19 décembre 2021 10:07

      Pour Madame Ceausecu par contre, elle, bardée de faux diplômes, épouse d’un dictateur ancien cordonnier, amatrice de jeunes soldats pour agrémenter ses siestes crapuleuses ..

      Quid des belles comédies de l’époque , quand ils étaient venus chez nous en visite officielle , l’hypocrisie totale de nos politiques et de la presse mensongère...

      Elle et son tendre époux partiront tragiquement en payant la note qu’ils devaient à leur peuple .


      • voxa 19 décembre 2021 14:33

        @wagos

        « Elle et son tendre époux partiront tragiquement en payant la note qu’ils devaient à leur peuple . »

        Cela, c’est la version officielle...
        Ici en France on n’a su tout cela que quand ils ont réellement gêné ou desservi...

        Un peu comme pour la Syrie, comme pour l’ lrack, comme la Lybie...
        Et un peu comme pour tous les tyrans que la France met et maintient en place en Afrique au nom de la démocratie...
        Tant qu’ils nous sont utiles, ils peuvent bien massacrer tout le monde, on s’en fout si c’est avec des armes françaises.

        Pour les pays du golf, en attendant, par exemple, tout va bien.
        Ce sont de super pays, même si parfois ils ont une petite tendance à découper les gens en morceaux. C’est pas bien méchant, c’est juste culturel.


      • Xenozoid Xenozoid 19 décembre 2021 15:04

        @voxa

         ils vendent des armes a des pays en guerre et on entend des gens qui disent que ces armes ne sont pas utilisés et donc tout va bien,comme les médias allemand en 2015/2016 se plaignaient que les turques utilisaient les chars de fabrication allemande en syrie et contre les kurdes...gross skandal...on est bien en idiocratie et depuis un moment


      • gardiole 19 décembre 2021 10:15

        Heureusement, pour ces femmes, la France était là...


        • voxa 19 décembre 2021 19:58

          "Heureusement, pour ces femmes, la France était là...

          "

          Pour être kidnappées et violées dans des bordels militaires ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité