• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les salles obscures, nouveaux lieux de culte

Les salles obscures, nouveaux lieux de culte

La rumeur court depuis quelque temps déjà : la religion est en perte de vitesse, les églises se vident de leurs fidèles, on ne croit plus. Pas si sûr. Parallèlement, le merveilleux opère un retour en force au cinéma, et les grands thèmes mythologiques et bibliques servent de trame à nombre de films.

Du Seigneur des anneaux au Monde de Narnia, en passant par Harry Potter, pour ne citer qu’eux, tous reprennent l’antique combat du Bien contre le Mal, de l’ombre contre la lumière. Les apparences changent, certes, il n’y a plus d’anges ni de démons, plus d’églises ni de croix, mais la symbolique demeure.

Le Monde de Narnia, que j’ai vu dimanche dernier, est, sous cet angle, fort intéressant. L’histoire raconte la lutte qui oppose le magnifique lion Aslan aux forces des ténèbres dans le monde magique de Narnia. Grâce à ses pouvoirs maléfiques, la sorcière blanche a plongé Narnia dans un hiver sans fin, mais une prophétie révèle que quatre enfants, filles d’Eve et fils d’Adam, aideront Aslan à rompre la malédiction...

Le personnage central d’Aslan offre des similitudes troublantes avec le Christ. Tout comme lui, il est un guide pour son peuple et, tout comme lui, il va se sacrifier pour l’amour des siens. En effet, afin de racheter la faute d’Edmund, l’un des enfants, coupable de trahison envers ses frères et soeurs, Aslan, offre sa vie à la sorcière blanche. Mais avant de mourir, une ultime humiliation l’attend : les serviteurs de la sorcière tondent sa splendide crinière, et lui ôtent de ce fait sa couronne et son pouvoir, tout comme les soldats romains raillent le Christ, roi des Juifs, en le couronnant d’épines avant sa mise en croix. La suite n’est pas moins édifiante. Le roi déchu est veillé toute la nuit par deux femmes en pleurs qui le détachent de l’autel où il gît. La scène rappelle fortement la descente de croix. D’ailleurs, le lendemain, tel le Christ ressuscité le matin de Pâques, Aslan se dresse sur son tombeau de pierre, rayonnant dans la lumière de l’aube.

D’autres projets d’inspiration biblique sont en cours d’adaptation par Hollywood. C’est le cas de la saga de Philip Pullman. A la croisée des mondes remonte ainsi à la source du péché originel à travers l’histoire de Lyra. Cette jeune fille de onze ans, accompagnée de son daemon Pantalaimon, va vivre un véritable parcours initiatique en partant à la recherche d’une mystérieuse "poussière" que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues des royaumes du Nord...

A noter, également, le projet de Terry Gilliam de porter à l’écran De bons présages, écrit par Terry Pratchett et Neil Gaiman, où un ange et un démon s’allient pour éviter l’Apocalypse dans une épopée hilarante.

Les lieux de culte se sont donc déplacés, mais le besoin de croire reste présent. Aujourd’hui comme hier, nous ressentons la nécessité de trouver nos repères au sein d’un monde en pleine mutation.

Alors, en attendant de retrouver les salles obscures, vous savez ce qui vous reste à faire. Bonne lecture !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Fred Reillier (---.---.180.233) 17 janvier 2006 11:02

    C’est pas très nouveau tout ça : les dix commandements, Ben Hur et les autres, c’était pas mal religieux je trouve. Plus près de nous, la Guerre des Etoiles c’était un peu le bien contre le mal également...

    Non ?


    • HeyJude (---.---.143.191) 17 janvier 2006 12:22

      Eh oui ! ce n’est absolument pas nouveau mais les sorties actuelles montrent que le phénomène ne se dément pas... La grande force des mythes est de traverser le temps et de sans cesse se réactualiser. Star Wars en est bien-sûr l’archétype, mais le sujet a déjà été largement été débattu non ?

      Par ailleurs, en quoi Ben Hur reprend t-il la lutte entre le bien et le mal, (l’esclave contre le pouvoir ?) ? De même, Les Dix Commandements retracent certes, un épisode la Bible mais ne constituent absolument pas une mythologie à part entière comme le font des films comme le Seigneur des Anneaux ou Star Wars.


    • (---.---.78.229) 17 janvier 2006 18:05

      A aucun moment l’auteur de Harry Potter, J.K. Rowling n’a fait revivre les morts et ses fans lui remercient de ne pas jouer « avec ca ». Oui les gens ont besoin de croire mais effectivement, ce n’est pas une grande nouveauté !


      • HeyJude (---.---.137.155) 17 janvier 2006 18:39

        Il ne s’agit pas de faire revivre les morts mais de créer une mythologie en s’inspirant des mythologies pré-existantes (catholiques, grecques et j’en passe). Le sujet de l’article est d’expliquer qu’il existe des figures archétypales dans les mythes tout comme dans les contes d’ailleurs (voir Betteilhem et la Psychanalyse des contes de fées)qui sont réutilisées aujourd’hui. La figure du messie (qu’il s’agisse du Christ ou d’un autre) est à ce sujet emblématique. La resurrection n’est qu’un aspect du personnage !

        Donc je le répète, non, le phénomène n’est pas nouveau !


      • Vrett (---.---.148.3) 17 janvier 2006 23:44

        Oui mais c’est pas nouveau. Non, je plaisante.

        Par contre, vous ne parlez pas de la religion subliminale dans les films, si je puis me permettre. Dans les films américains. Je veux dire par là, tous les « Oh mon dieu ! », les « Jésus ! », les « Si dieu nous vient en aide... », etc.

        Vous pigez ce que je veux dire ? A chaque fois que je vois un film Etats-Unien, c’est toujours le même déballage de références bibliques super-kitsches, d’expressions ultra-conservatrices, de morales de bons chrétiens... (Sans parler bien entendu du spectacle patriotique qu’ils affichent)

        Ils n’ont pas compris que le reste du monde n’en voulait plus, de leur way of life ? Bref. Je suis entièrement d’accord avec vous, le cinéma est devenu un lieu de culte. C’est pour ça que je n’y vais pas.


        • grog4u (---.---.53.209) 21 janvier 2006 17:36

          Il ne faut pas confondre culture et foi. Ces interjections souvent fréquentes dans les films anglo-saxons ne sont que le reflet de leur société, mais n’ont pas du tout le lien religieux que vous détestez. Vous pouvez entre ces interjections dans la bouche de bon nombre d’athés ou d’agnostiques. Nul doute que vos ancêtres devaient avoir des propos semblables...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires