• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les sulfureuses tourtes de la rue des Marmousets

Les sulfureuses tourtes de la rue des Marmousets

Au 14e siècle, il y eut dans la bonne ville de Paris un pâtissier qui avait la réputation de confectionner les meilleures tourtes à la viande qui se pouvaient déguster dans la capitale du royaume de France. Un régal ! Le roi Charles VI lui-même était, dit-on, friand de ces délicieux – et ô combien étonnants – pâtés en croûte…

JPEG

À cette époque, le cloître Notre-Dame jouxtait le flanc nord de la cathédrale. On trouvait dans ce lieu clos de murs et rigoureusement interdit à toute présence féminine moult ruelles et maisons, lesquelles servaient de logement aux chanoines. Ancêtre de l’Université, l’« école cathédrale de Paris », principalement fréquentée par des étudiants en théologie, y était également implantée. On accédait à cet enclos canonial par quatre portes sévèrement gardées. L’une d’elles était la porte des Marmousets, laquelle débouchait sur la rue éponyme*.

Parmi les quelques échoppes qui s’ouvraient sur cette voie serrée entre les maisons à encorbellements figuraient deux commerces contigus. L’un était tenu par un barbier, l’autre par un pâtissier. Deux hommes que leur état ne prédisposait pas à collaborer. Les deux compères, unis comme larrons en foire, s’entendaient pourtant si bien qu’ils décidèrent un funeste jour de l’an 1384 d’associer leurs compétences, le premier maniant le rasoir avec une grande dextérité, le second le hachoir avec un savoir-faire exemplaire.

De leur collaboration naquirent des pâtés à la viande dont la remarquable finesse, le délicieux fumet, et plus encore l’exquise saveur, conquirent très vite les bourgeois, les échevins et les nobles de Paris. Les chanoines du cloître eux-mêmes n’étaient pas insensibles à cette tentation, leurs patenôtres ne les empêchant pas – hors période de carême et jeûnes hebdomadaires, cela va de soi –, d’enrichir de bonne chère les brouets du quotidien : pour être des religieux, ces bons apôtres n’en étaient pas moins des hommes !

Tandis que se répandait en ville la nouvelle que nul pâté ne pouvait égaler les tourtes du maître pâtissier de la rue des Marmousets – le souverain lui-même, disait la vox populi, appréciait de les déguster en son palais royal –, il se trouva que, de loin en loin, quelques élèves des chanoines de Notre-Dame vinrent progressivement à abandonner les cours. On ne s’en inquiéta guère, les étudiants étant à un âge où leur motivation pouvait se trouver détournée par quelques attraits d’une tournure différente.

Parmi ces jeunes gens figurait un étudiant souabe nommé Gunther. Contrairement à ses condisciples, il n’allait pas seul dans les rues et les venelles de la ville : un schnauzer d’une grande fidélité le suivait en tous lieux et l’attendait patiemment devant l’huis lorsqu’il avait à faire dans quelque local. Comme d’autres élèves avant lui, ce Gunther fut, un jour de 1387, absent aux cours, ce qui ne manqua pas de fortement surprendre le chanoine Audibert qui se plaisait à louer le grand sérieux et la remarquable assiduité de cet étudiant.

Alors qu’il s’était engagé quelques heures plus tard dans la rue des Marmousets, le chanoine fut stupéfait de découvrir le chien de Gunther geignant en posture de grande affliction devant l’échoppe du pâtissier. Quelques chalands avaient tenté de donner de la nourriture à l’animal, mais ce n’était manifestement pas de faim qu’il souffrait. Saisi d’un doute atroce à la vue de ce schnauzer délaissé dont les gémissements lui brisaient le cœur, le chanoine Audibert fit quérir deux gens d’armes de la prévôté.

Sitôt arrivés, ceux-ci pénétrèrent dans l’échoppe à la demande du prêtre. Ils y découvrirent le plus effrayant tableau qui se puisse voir : le corps de Gunther, égorgé puis décapité par le barbier, avait été démembré et dépecé par les deux criminels qui s’affairaient à hacher les chairs de l’étudiant souabe afin de confectionner les délicieuses tourtes qui faisaient la renommée du pâtissier de la rue des Marmousets. Saisis puis entravés, les deux hommes furent sur-le-champ conduits devant le prévôt de Paris Audouin Chauveron.

D’autres restes humains ayant été découverts dans les caves, l’instruction de l’affaire et le procès des deux criminels furent rondement menés. Ils le furent avec d’autant plus de zèle et de rigueur que les magistrats, friands des tourtes à la viande de la rue des Marmousets, eurent à subir de fort désagréables nausées durant tout l’épisode judiciaire. Condamnés à subir la malemort, le barbier et le pâtissier – ou plus exactement ce qu’il restait d’eux après avoir subi la « question » – furent pendus aux plus hautes fourches du Gibet de Montfaucon et leurs dépouilles données en pitance aux freux.

***********

Vous l’avez compris, chers amis lecteurs, il s’agit là d’une « légende urbaine » médiévale, dirait-on de nos jours. Une de ces rumeurs tenaces dont nul ne connaît l’origine mais que l’on prend un malin plaisir à perpétuer en société. En l’occurrence, ce texte est la énième version d’une histoire maintes fois contée et dont l’habillage a si souvent changé qu’il serait vain de prétendre en dresser la liste. Cette narration-là, commise par votre serviteur, diffère elle-même sur plusieurs points de la plupart des autres, notamment en termes de châtiment, les criminels étant le plus souvent brûlés vifs dans des cages de fer.

En réalité, il n’existe nulle trace historique que de tels actes de barbarie aient été réellement commis. Seul un prieur de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Jacques du Breul, y fait allusion dans une chronique de 1612, mais sans apporter le moindre élément confirmant la véracité de ces abominables pratiques : « C’est de temps immémorial, que le bruit a couru qu’il y avait en la Cité de Paris, rue des Marmousets, un pâtissier meurtrier, lequel ayant occis en sa maison un homme, aidé à ce par un sien voisin Barbier, feignant raser la barbe : de la chair d’icelui faisait des pâtés qui se trouvaient meilleurs que les autres, d’autant que la chair de l’homme est plus délicate, à cause de la nourriture, que celle des autres animaux. Et que cela ayant été découvert, la Cour de Parlement ordonna qu’outre la punition du Pâtissier, sa maison soit rasée, et outre ce une pyramide ou colonne érigée audit lieu, en mémoire ignominieuse de ce détestable fait : de laquelle reste encore part et portion en ladite rue des Marmousets. »

Que cette tragique histoire ait, ou pas, réellement existé n’a guère d’importance, le plaisir morbide que l’on éprouve à la lecture ou à l’écoute de tels récits n’étant pas lié à un certificat d’authenticité. Qui peut d’ailleurs dire quel est le plus crédible, d'un évènement puisé dans la réalité, ou d'un autre dans la fiction ? Nicolas Boileau a, dans le Chant III de L’Art poétique, professé que « Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable ». À quoi l’on peut lui répondre qu’a contrario, la fiction prend souvent toutes les apparences de la vérité !

De telles légendes alliant le meurtre au cannibalisme ont sans doute existé dans de nombreux pays. Le cas le plus connu est celui de Sweeny Todd, un barbier londonien qui se chargeait d’occire certains de ses patients afin que sa maîtresse, Mrs Lovett, farcisse de leur chair ses pâtés en croûte. Cette histoire a connu un regain de succès outre-Manche lorsque Tim Burton l’a portée à l’écran en 2007 sous le titre Sweeney Todd, The Demon Barber of Fleet Street. L’histoire londonienne a-t-elle été inspirée par celle de la rue des Marmousets ? Nul ne le sait. Mais une chose est sûre : mieux vaut ne pas s’intéresser à ces barbiers et pâtissiers avant de passer à table, surtout s’il y a au menu des tourtes à la viande !

La rue des Marmousets a été intégrée en 1874 dans la rue Chanoinesse.

Autre texte où il est question d’un chien :

Le chien de Montargis suis, oyez mon édifiant récit ! (juin 2019)

Autres textes en rapport avec Paris  :

Paris : un bistrot de la « Bastoche » au printemps 1992 (février 2021)

Au cœur du « Pletzl » : 21 rue des Rosiers (janvier 2021)

La véridique histoire de « Fort Chabrol » (mai 2020)

Paris : bienvenue au musée d’Histoire de la Médecine (mars 2020)

Quel avenir pour les restes humains du musée Dupuytren ? (décembre 2019)

Toponymie parisienne : Auber qui rit, Haydn qui pleure (juin 2019)

Les femmes, grandes oubliées de la toponymie parisienne (décembre 2018)

Le bonheur d'être parisien avant les égouts (octobre 2018)

Cette « gentrification » qui chasse les classes populaires de Paris (janvier 2018)

Adieu le Bal nègre, vive le Bal Blomet (janvier 2018)

Paris romantique : les passages couverts (juin 2017)

Paris : les murs peints du quartier Nationale (mars 2017)

« La Mouzaïa », ou la campagne à Paris (octobre 2016)

Paris : Les bains-douches du Moyen Âge à nos jours (août 2016)

1957 : le cinéma et moi (juin 2016)

Paris au temps des abattoirs (mai 2016)

Le Procope, de l’Encyclopédie au Bonnet phrygien (mars 2015)

Années 50 à Paris : les petits métiers de la rue (février 2014)

Paris insolite : de la Petite Alsace à la Petite Russie (août 2013)

Connaissez-vous la plus vieille maison de Paris ? (février 2012)

Villa Montmorency, le « ghetto du Gotha » (juin 2011)

Montmartre : bienvenue au 12 rue Cortot (juin 2011)

Dans la caverne d’Ali Baba (mars 2010)

Lieu de fête, lieu de honte, le « Vel’ d’Hiv’ » aurait 100 ans (février 2010)


Moyenne des avis sur cet article :  2.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Lampion Séraphin Lampion 16 juin 08:31

    Le rapprochement entre « rumeurs » et « théories du complot » est à la mode et sert souvent à balayer des informations gênantes en les ridiculisant ou en jetant l’anathème sur ceux qui les diffusent.

    Par opposition à une vérité documentée, une rumeur est une information qui circule sans justification avérée. Pourtant, certaines rumeurs sont « vraies » et finissent par être confirmées, par exemple en mars 2015, c’était bien le copilote de Germanwings qui avait volontairement projeté son avion vers le sol. D’autres rumeurs sont « fausses » et finissent par être infirmées, comme celle comme quoi Poutine était mort parce qu’il n’avait pas été vu en public pendant dix jours : il a suffi qu’il réapparaisse pour que la rumeur cesse.

    Mais il parait que les rumeurs fausses se prolongent 6 à 8 fois plus longtemps que les rumeurs vraies. En moyenne, il faut 3 heures pour qu’une rumeur vraie soit attestée, alors que près d’une journée est nécessaire pour qu’une fausse rumeur soit démentie. Le cas cité par l’article constitue donc un record de longévité qui a certainement des explications, mais en réalité, ce phénomène tient au fait que les rumeurs dites « vraies » sont en réalité des « fuites » ou « indiscrétions », et sont le plus souvent rapidement authentifiées. Dans le cas des « théories du complot », les services de renseignements et les chargés de communication se chargent des contre-attaques.


    • Fergus Fergus 16 juin 09:16

      Bonjour, Séraphin Lampion

      « une rumeur est une information qui circule sans justification avérée »
      C’est parfaitement exact.

      « les rumeurs dites « vraies » sont en réalité des « fuites » ou « indiscrétions », et sont le plus souvent rapidement authentifiées »
      Ce qui a été le cas avec l’affaire du crash de l’avion de la German Wings.

      Les « théories du complot » relèvent à mon avis de tout autre chose dans la mesure où la majeure partie des éléments qui les constituent sont basés sur une représentation globale partisane du fonctionnement d’un camp idéologique opposé.


    • Lampion Séraphin Lampion 16 juin 09:20

      @Fergus

      ... alors, toute la propagande américaine anti-communiste à l’époque du Maccartisme (et même après) ne serait qu’une « théorie du complot », selon vous ?


    • Fergus Fergus 16 juin 09:28

      @ Séraphin Lampion

      Non, cela ne relevait à mon avis pas d’une « théorie du complot » mais d’une campagne de propagande délibérée d’état, ce qui est très différent, la représentation de la réalité n’étant pas, au niveau des concepteurs, à la base de cette campagne, contrairement à ce qui se passe dans les nébuleuses complotistes où le ressenti passionnel l’emporte le plus souvent sur l’analyse rationnelle.


    • troletbuse troletbuse 16 juin 09:30

      @Fergus
      partisane du fonctionnement d’un camp idéologique opposé

      En général, il n’y a jamais unanimité. Il y a toujours des pros et des antis, donc tous complotistes


    • troletbuse troletbuse 16 juin 09:40

      @Seraphin
      Et dans certains lieux fermés mais non confinés, la rumeur, elle passe de bouche en bouche. C’est une histoire de fêlés ou « fellés »  smiley


    • Lampion Séraphin Lampion 16 juin 09:55

      @troletbuse

      Il faut lutter contre l’inflation.


    • troletbuse troletbuse 16 juin 10:14

      @Séraphin Lampion
      Pour ceux qui ne savaient pas, merci de ce rappel éloquent smiley


    • troletbuse troletbuse 16 juin 08:51

      Plutôt que sur les tourtes, vous auriez pu faire un article sur les tartes, c’est plus d’actualité, surtout la tarte tatin.  smiley


      • Fergus Fergus 16 juin 09:17

        Bonjour, troletbuse

        D’autres l’ont fait, et ma participation à ce concours n’aurait rien apporté de plus.


      • Le Panda Le Panda 16 juin 09:17

        Bonjour, Fergus

        Mine de rien tu en connais des recettes, mais il aurait fallu savoir si Mélenchon et Macron, l’un avec unie tarte et l’autre un sac de farine aurait pu faire un bœuf Bourguignon. Nous aurions laissé entendre en Auvergne que la tarte Tatin se digère bien et sans rumeur, mais tu connais le coin mon vieux l’Auvergnat. Fais nous un article sur le Saint Nectaire et Louis XIV oui ou non ?

        Le Panda

        Patrick Juan

        PS : je dois sortir dans un mois à la date de ce jour  smiley


        • troletbuse troletbuse 16 juin 09:26

          @Le Panda
          Fergus n’aima pas les tartes surtout celle fabriquée à Tain et pourtant elle a connu un succès mondial. La gastronomie française est la meilleure du monde de l’univers. Surtout quand un président se la mange. smiley


        • Fergus Fergus 16 juin 09:38

          Bonjour, Le Panda

          Les mésaventures de Macron me laissent assez largement indifférent. Et je ne suis pas sûr que cette tarte à Tain soit de nature à contrarier sa stratégie électorale.

          Il semble effectivement avéré que Louis XIV ait découvert et apprécié le saint-nectaire. Mais il n’y a pas là de quoi en faire un fromage. 

          Personnellement, ce n’est pas le saint-nectaire que je préfère dans les formages d’Auvergne, encore que dans ma jeunesse j’en aie dégusté de fameux du côté de Compains ou La Godivelle. Mes préférences vont au bleu de Laqueuille très affinés et au salers vieux. 

          « je dois sortir dans un mois à la date de ce jour »
          Bon courage d’ici là !


        • troletbuse troletbuse 16 juin 09:44

          @Le Panda
          Quitte à me faire enfariné, je préfère que ce soit avec Francine  smiley


        • Lampion Séraphin Lampion 16 juin 09:59

          @troletbuse

          Prends un peu de soupe, mon Glaude, tu la retrouveras, ta Francine : lien.


        • troletbuse troletbuse 16 juin 10:03

          @Le Panda
          Mais je te parlais de la Francine là :
          https://www.francine.com/les-bons-produits/les-farines


        • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 16 juin 10:31

          @Le Panda
          Bonjour Ô Pannnnda (je prononce à la provençale)
           :smiley


        • Le Panda Le Panda 16 juin 16:09

          @Fergus

          Personnellement, ce n’est pas le saint-nectaire que je préfère dans les formages d’Auvergne, encore que dans ma jeunesse j’en aie dégusté de fameux du côté de Compains ou La Godivelle. Mes préférences vont au bleu de Laqueuille très affinés et au salers vieux. 
          Cela je te l’accorde ou pas, ce n’est pas mon problème, mais le Saint-Nectaire, reste l’un des meilleurs fromages d’Auvergne sauf pour ceux qui ne prennent pas le temps de le déguster réellement.
          Le courage ne me manque mon petit vieux, mais je te trouve un peu juste un peu agressif non ? Tu vois chez moi les références poussent et j’en suis « Ravi » comme un santon 

           smiley

          Tu vas perdre ton électorat bonne soirée papy mais moi je suis heureux de l’être méchant va ! 

           smiley

          Le Panda qui préfère se taire et agir bien le bonjour à tous les autres 
          Patrick Juan un petit Panda avec un grand site vive AGV 

           smiley

        • gruni gruni 16 juin 09:56

          Bonjours Fergus

          Une rumeur qui m’a fait penser à l’histoire sanglante du boucher et des trois petits enfants sauvés par St Nicolas.

          C’est vrai que la réalité dépasse parfois la fiction. Merci pour ta « narration », que j’ai lu avec un plaisir « morbide » smiley


          • Fergus Fergus 16 juin 10:01

            Bonjour, gruni

            Le fait est que cela rappelle la légende de Saint Nicolas. 
            En réalité, il y a pléthore d’histoires de ce genre sous toutes les latitudes. 

            La question concernant la rue des Marmousets n’en reste pas moins entière : y a-t-il eu un fond de vérité ? Hélas ! nous ne saurons sans doute jamais la vérité : les actes de police médiévaux ayant disparu dans l’incendie des archives de la ville lors de la Commune de Paris.


          • troletbuse troletbuse 16 juin 10:01

            @grounichou
            Tiens vous ne sortez que quand il fait Fergus.
            J’attends votre article de propagande macroniste hep dromadaire. afin de l’accueillir avecenthoumiasme  smiley


          • Aristide Aristide 16 juin 10:28

            @Fergus

            Incendie criminel d’insoumis de l’époque ...


          • troletbuse troletbuse 16 juin 10:35

            @Fergus
            Dans votre réponse à votre ami souteneur Grounichouy, vous parlez de fond de vérité mais dans votre tourte y-a-t-il un fond de veau ?


          • troletbuse troletbuse 16 juin 10:46

            Grounichou, un petit cadeau pour ta journée : Ca parle même de « sage comme un petit mouton »

            https://www.youtube.com/watch?v=Ed_sX9LvHv4

            Attention ils ont pompé l’air de la mère Michèle  smiley

            https://www.youtube.com/watch?v=VzAEd3cUmgo


          • pierre 16 juin 11:32

            @troletbuse
            calmez-vous, fergus est en train de scier


          • Lampion Séraphin Lampion 16 juin 12:39

            @pierre

            Comme disait Rameau à Diderot qui sortait de chez le coiffeur : avoir des cheveux ne vous empêche pas de scier.


          • Fergus Fergus 16 juin 12:49

            Bonjour, Aristide

            « Incendie criminel d’insoumis de l’époque »

             ????


          • Aristide Aristide 17 juin 08:53

            @Fergus

            L’incendie des archives nationales a été un acte volontaire commis par les communards qui se réclamaient d’un nouvel ordre ...

            Je vous accorde que les postures révolutionnaires des petits insoumis actuels n’ont que peu à voir avec les engagements vrais mais utopiques de la Commune de Paris.


          • Fergus Fergus 17 juin 09:08

            Bonjour, Aristide

            Il n’y a en en effet pas grand chose à voir entre les Insoumis actuels et les révolutionnaires de la Commune.
            Quant aux incendies des bâtiments officiels à compter du 23 mai, ils ont été une forme de réponse  que je réprouve  à l’avancée des troupes de Thiers, commencée deux jours plus tôt et marquée par des exécutions sommaires de sympathisants de la Commune.


          • chantecler chantecler 17 juin 09:23

            @Fergus
            C’est certain !
            Les canons de Thiers qui tiraient sur Paris étaient chargés de pâte à modeler .
            Et ceux qui évoquent « les boulets rouges de la commune » , tirés à partir des forts sud et ouest de Paris par les Versaillais , ne savent pas de quoi ils parlent .
            Sûrement une invention !


          • Aristide Aristide 17 juin 09:35

            @Fergus

            Quant aux incendies des bâtiments officiels à compter du 23 mai, ils ont été une forme de réponse ...

            La relecture insoumise du passé de la commune n’a rien à envier à la vision soviétique de la grande époque.

            Allons, il s’agissait d’un acte volontaire dont la signification dépassait largement ce piteux prétexte ... instrumentalisé postérieurement pour couvrir les exactions de la commune. D’ailleurs de nombreuses destructions avaient commencé bien avant l’avancée des versaillais.

            Il s’agissait de faire table rase, de bruler toutes les sources du passé, de ne reconnaitre rien dans ce qu’était la France de l’époque, toutes ces archives représentaient le pays qu’ils abhorraient, de nombreux bâtiments, même les oeuvres d’art avait été l’objet de ce vandalisme ...

            J’aime bien cette notion de « forme de réponse », plus proche de vous en date et en lieu, la « forme de réponse » que constituait l’incendie du Parlement de Bretagne en 1994 ne vous interroge pas ?

             


          • Fergus Fergus 17 juin 09:43

            Bonjour, chantecler

            Dites plutôt cela à Aristide. J’ai beaucoup de respect pour les Communards, et notamment pour leurs leaders. Sans les massacres commis par les troupes de Thiers lors de la Semaine sanglante, il est probable que la révolution aurait gagné tout le pays.


          • Fergus Fergus 17 juin 09:47

            @ Aristide

            Je ne vois pas ce que l’incendie du Parlement de Bretagne, causé de manière accidentelle lors d’une manifestation de marins-pêcheurs, vient faire ici en relation avec les incendies  volontaires en effet  de 1871.


          • Aristide Aristide 17 juin 09:53

            @Fergus

            Allons, il ne s’agit pas de militantisme dans cette histoire.

            Les faits sont là, que vous les manipuliez est autre chose, allant même jusqu’à faire de la fiction sur une évolution dont vous ne savez rien mis à part les élucubrations de quelques sbires qui relisent l’histoire à la lumière de leurs convictions. Les incendies et les destructions ont été exécutées par des politiques qui les ont ordonnés et ils ont appliqué la politique de la terre brulée. C’est un fait. 

            Le respect à peu à voir avec la vérité historique, la révolution de 1789 a été un bouleversement historique avec son lot de massacres, de guerres, de génocides, ... Vous la respectez ? Cela n’a aucun sens !!!


          • Aristide Aristide 17 juin 09:58

            @Fergus

            Je ne vois pas ce que l’incendie du Parlement de Bretagne, causé de manière accidentelle 

            Vous excusiez par cette formule « forme de réponse ». L’incendie a été provoqué par les marins-pêcheurs, involontairement ne change en rien le fait que c’est la conséquence d’un acte délibéré et inconscient qu’en aucun cas on ne pourrait excuser par cette « forme de réponse »...


          • Fergus Fergus 17 juin 10:02

            @ Aristide

            « Les incendies et les destructions ont été exécutées par des politiques qui les ont ordonnés et ils ont appliqué la politique de la terre brulée. »
            Ai-je dit le contraire ???


          • Aristide Aristide 17 juin 10:22

            @Fergus

            Ai-je dit le contraire ???

            Vous avez simplement écrit en « forme de réponse ». Cet argument n’est pas nouveau et est un vrai instrument de déresponsabilisation chez l’insoumis. Il consiste à faire porter la vraie responsabilité à celui qui en est la victime et qui ose le dire ou à ceux qui sont dans le camp opposé.

            Un exemple, Samuel PATTY se fait décapiter, Clémentine Autain dit

            « Mais qu’est-ce que c’est que ce pays qui a perdu la tête ? ». « Je pense que certains discours, et notamment ceux qui viennent de la droite et de l’extrême droite, mais pas seulement, alimentent aujourd’hui le climat de haine ». 

            Il s’agit de déresponsabiliser les auteurs, d’expliquer leurs exactions, leurs crimes par une sorte de légitimité que viendrait de l’adversaire. Cela marche à tous les coups, les gilets jaunes sont violents, c’est les flics qui les poussent, les petits malfrats s’en prennent à la police, c’est parce qu’ils sont contrôlés, ... 




          • troletbuse troletbuse 17 juin 10:50

            @Fergus
            Tout comme l’incendie NDP qui a été causé par un mégot d’un ouvrier de l’entreprise spécialisée pour ce type de construction (que je connais bien) mal atteint sur un échafaudage qui ne touchait pas la cathédrale.  smiley


          • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 16 juin 10:28

            OUf Fergus grand scribe de HISTORIAVOX (enfin de la ch’tite histoire) est arrivé !

            ça urgeait et immédiatement (enfin presque) l’autre scribe de CROTTESdeMOUCHESVOX accourt pour louanger

            Et on a même le Panda

            et Bendidon en prime

            AGORAAAAVOX ton univers iMPAYABLE

             smiley


            • Fergus Fergus 16 juin 12:06

              Bonjour, Bendidon

              La « ch’tite histoire » est souvent le meilleur moyen de s’intéresser à la grande et au mode de vie des périodes visitées.


            • Laconique Laconique 16 juin 14:30

              Merci pour cette évocation d’une grande époque de l’histoire de Paris.


              • Fergus Fergus 16 juin 15:21

                Bonjour, Laconique

                « une grande époque de l’histoire de Paris »
                En tout état de cause, une période du Moyen Âge très méconnue car trop peu et trop mal enseignée.
                Merci pour votre visite.


              • Pale Rider Pale Rider 16 juin 15:47

                Cette historiette eût-elle été vraie, les coupables bouchers eussent été les inventeurs de la tourte aux cailles très prisée des contrepéteurs... smiley


                • Fergus Fergus 16 juin 15:51

                  Bonjour, Pale Rider

                  Je ne suis pas très fort en contrepèterie, ni même amateur du genre.
                  Je ne lis d’ailleurs jamais L’album de la Comtesse dans Le Canard enchaîné dont je suis pourtant friand de la plupart des rubriques.


                • Lampion Séraphin Lampion 16 juin 16:12

                  @Pale Rider

                  Pour apprécier une tourte aux cailles il faut aller dans le Périgord qui est réputé pour sa cuisine, mais aussi pour son admirable beauté de sites. Un bon marc après la dînette, on termine par une petite tatin et on se couche.


                • Lampion Séraphin Lampion 16 juin 16:19

                  @Fergus

                  les contrepèteries, c’est comme les restaurants chinois : on nem ou on nem pas.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juin 16:26

                  @Séraphin Lampion
                  et si encore la forme , pour la crapuleuse on transforme le t en c .


                • Fergus Fergus 16 juin 16:49

                  @ Séraphin Lampion

                  Mieux qu’une « tatin », une croustade à l’armagnac, bien que ce ne soit pas périgourdin. Miam !


                • troletbuse troletbuse 16 juin 16:58

                  @Fergus
                  je suis pourtant friand de la plupart des rubriques.
                  Sauf celles où l’on parle de sommités qui mangeaient pendant le couvre-feu dans les restaurants clandestins  smiley


                • Pale Rider Pale Rider 16 juin 18:03

                  @Fergus
                  La tourte aux cailles. smiley
                  Amitiés, et bon appétit !


                • Pale Rider Pale Rider 16 juin 18:05

                  @Séraphin Lampion
                  Et il faut arriver à pied par la Chine, sans tenir compte de la pression des Nippons sur la Chine.


                • gnozd gnozd 16 juin 18:11

                  @Séraphin Lampion

                  "Pour apprécier une tourte aux cailles il faut aller dans le Périgord qui est réputé pour sa cuisine, mais aussi pour son admirable beauté de sites. Un bon marc après la dînette, on termine par une petite tatin et on se couche.

                  "

                  Pété de rire, j’adore ça !

                  Mais y’en a une là : Périgord qui est réputé pour sa cuisine

                   ? J’ai pas trouvé si y’en a une...


                • Fergus Fergus 16 juin 18:49

                  @ Pale Rider

                  Cette contrepèterie est un grand classique qui ne m’étais pas inconnu. smiley


                • pierre 16 juin 16:48

                  Cela m’évoque le film d’horreur « the steack house » sorti je crois dans la série « les contes de la crypte »


                  • Fergus Fergus 16 juin 16:52

                    Bonjour, pierre

                    Avis aux amateurs. Personnellement, je ne connais pas cette série.


                  • pierre 16 juin 17:16

                    @Fergus
                    On trouve cela sur youtube et autres, c’était excellent.


                  • Comme pour la fameuse peste dansante. On revient de la théorie de l’ergot de seigle. L’époque vivait comme aujourd’hui de nombreux traumatisme et l’hypothèse de la danse de Saint-Guy revient. Une forme de Tarentelle hystérique. Charcot n’était pas là... Allons pour se mettre en forme une contre-tarentule : https://www.youtube.com/watch?v=Pgcz2wGs3L0. Pour chasser la peste covidienne : une bonne danse frénétique (comme les soufis). On transpire de tous ses poses et le virus comme une passion funèbre sans ira.. Superbe scène du film d’André DElvaux : un soir, un train : https://www.youtube.com/watch?v=ZPrxrQxFlfU


                    • Fergus Fergus 17 juin 13:41

                      Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

                      « Superbe scène » en effet. 
                      Amusant que vous évoquiez Charcot : j’ai emprunté hier à la médiathèque le film « Augustine » consacré au rapport ambigu du célèbre médecin avec sa patiente.


                    • @Fergus
                       Je prévois de très grandes avancées dans le domaine de la psychanalyse. Mois des gémeaux-jumeaux, je pense qu’il est temps de réconcilier FREUD et JUNG... Une véritable révolution.....


                    • On peut même voir un carrousel macabre en Flandre à Bruges (la Venise du Nord....Au moins le surréalisme n’est pas mort...rousel+macabre+flandre&source=lnms&tbm=ischttps://www.google.com/search?q=carh&sa=X&ved=2ahUKEwjz7t2pxp7xAhWIsKQKHVF4AhUQ_AUoAXoECAEQAw&biw=1280&bih=598#imgrc=26_LjiXTxHrwiM


                      • Fergus Fergus 17 juin 13:44

                        @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        Impossible d’ouvrir ce lien.



                        • J’ai vérifié, cela marche,....


                          • troletbuse troletbuse 21 juin 12:55

                            Bravo Fergus, Le Drian, l’opportuniste, candidat PS passé LREM est en tête. Vous avez bien voté !  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité