• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Libres souvenirs sur Total Recall

Libres souvenirs sur Total Recall

J’ai vu les deux films intitulés Total Recall : celui de Paul Verhoeven, sorti à la fin du siècle dernier, en 1990 ; et celui de Len Wiseman, sorti en 2012, sous le titre augmenté : Total Recall : Mémoires programmées.

On peut envisager une troisième version dans les années qui viennent, mais je préfère me souvenir de la nouvelle qui est le prétexte de ces adaptations.

Suivant une mode contemporaine, les films sont sortis en France avec des titres anglais qui ont un rapport lointain avec le titre de la nouvelle qui est : « We can remember it for you wholesal ».

Il est donc question de mémoire, de souvenirs. Et la nouvelle elle-même a connu trois traductions en français :

De mémoire d'homme, Éditions OPTA, Fiction no 153, Paris, août 1966

Souvenirs garantis, prix raisonnables, dans Histoires de mirages, coll. « La Grande anthologie de la science fiction » no 3816, Le Livre de Poche-Hachette, 1984 (ISBN 2-253-03582-3)

Souvenirs à vendre, dans Nouvelles 1963-1981, Denoël, coll. Présences, avril 1998 (ISBN 2-207-24591-8))

La traduction littérale serait quelque chose comme « On peut s'en souvenir pour vous en gros  ou « On peut vous le rappeler au prix de gros ».

Ce n’est pas un titre très commercial pour un film d’action du XXIème siècle, et même pour les années 80 du XXème siècle. Mais ça sent bon la réclame des années 50 ou 60 (Dick l’a publiée en 1966). Et un des thèmes principaux de l’histoire qu’il raconte est la relation commerciale, la relation-client (comme on dit de nos jours). On pourrait donc opter pour un titre comme Souvenirs Services.

Douglas Quail est le mal-héros classique des nouvelles et des romans de Dick. Il rêve d’aller sur Mars, mais ses moyens financiers ne le lui permettent pas. Un peu comme l’auteur à qui on devait reprocher d’être trop souvent dans la Lune.

Comme l’écrit un autre amateur : « Remémorons-nous l’histoire de cette nouvelle. Douglas Quail est un petit fonctionnaire dont la vie n’a rien de bien palpitante. Mais comme tout le monde, il a un rêve qu’il ne pourra jamais réaliser, voyager sur Mars. Bien que possible à son époque, le voyage sur Mars est bien trop coûteux pour sa maigre solde. Un jour, il se décide donc à faire appel à une société qui peut lui implanter un souvenir plus vrai que nature. »

http://www.seigneur-des-annours.com/critiques-de-livres/souvenirs-a-vendre/

J’ai vu le premier Total Recall avant de lire la nouvelle que j’ai découverte dans le recueil en 2003 dans le recueil Minority Report. Et j’ai relu la nouvelle après avoir vu le deuxième Total Recall.

Aux films d’action produits par Hollywood, bourrés d’actions, d’effets spéciaux et de testostérone, je préfère les récits de Philip K. Dick : quelques dizaines de pages sur la vie quotidienne de gens comme vous et moi.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Kindred Kindred 27 janvier 2013 10:47

    Je me suis mal relu. Avant dernier paragraphe, il y a un « dans le recueil » de trop : le premier.


    • alphapolaris alphapolaris 27 janvier 2013 11:26

      Très déçu par le deuxième total recall... Malgré ou à cause de tous ces effets spéciaux, je préfère le premier. Dans le deuxième, tout ce qui fait la magie de l’histoire : ne pas savoir si on est dans le souvenir programmé ou la réalité n’est pas exploité, et même pire, complètement gâché.
      A la place, on a moult scènes violentes, des explosions à tous les coins... ça n’arrête pas.

      Je n’ai pas été étonné. Il suffit de mettre beaucoup d’effets spéciaux pour se targuer de faire de la science fiction. La qualité du scénario passe en dernier. Bref, on se concentre sur le contenant plutôt que sur le contenu. La bouteille est belle, mais vide.

      C’est dorénavant le cas de tous les films de SF qui sortent.


      • Nuccia Nuccia 27 janvier 2013 19:35

             

               Petit article bien documenté , travaillé , et les thèmes de Dick sont abordés avec un souci historique ; il faut m’expliquer maintenant pourquoi il recueille tant de votes contre !?

        • T.REX T.REX 1er février 2013 20:25

          à NUCCIA,

          je pense que les gens votent contre car il ne partage pas l’avis de l’auteur. En effet l’article critique négativement les films par rapport à la nouvelle, alors que de nombreux passants de l’agora ont apprécié le 1er film, voire le 2ème, et à l’inverse n’ont jamais lu la nouvelle, voire NE CONNAISSE PAS CET AUTEUR ...un génie trop méconnu du grand public à mon sens  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires