• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Louise Michel au fil de la plume

Louise Michel au fil de la plume

La Commune, éternellement.

Il est des moments rares et fragiles dans l’existence qui laissent entrevoir la possibilité d’échapper à notre triste condition humaine, de sortir de la gangue visqueuse dans laquelle nous engluent médias et publicité, dirigeants et institution afin de ne faire de nous que des moutons bêlants et obéissants. J’ai eu le bonheur immense de participer à un moment qui élève la conscience, rend meilleur et plus respectueux en compagnie d’autres curieux de mon acabit venus écouter Marie Daude dire des textes de Louise Michel.

Folie pure me direz-vous dans une époque vouée au divertissement, à la foutaise, à l’insipide, au factice que d’aller se confronter à la rugosité d’une vie marquée par le drame de la Commune de Paris. Les éclats ne seront pas de rire et personne ne songera à se taper fort sur le ventre. L’émotion est parfois un joyau pur, nous fûmes récompensés de notre hardiesse !

Un dispositif scène on ne peut plus simple : un pupitre derrière lequel Marie Daude se tiendra parfois, une table et une chaise pour se poser à d’autres moments. Elle passe de l’un à l’autre, se déplaçant avec son lutrin, qu’elle regarde à peine tant le texte est maîtrisé. À quatre vingt deux ans, elle prétend par coquetterie avoir besoin de ce filet de secours. Au lieu de quoi, il donne une dimension toute autre à ce qui se trame sous nos yeux…

La présence de ce porte-document nous donne à penser que l’actrice n’est autre que Louise Michel, écrivant devant nous ses mémoires. Ce n’est au demeurant pas une incarnation, nulle volonté ici de jouer de cette confusion. Louise telle que nous la présente la dame n’a pas une présence physique, elle est au-delà d’une enveloppe charnelle. Dans cette osmose magnifique, elle donne non pas corps mais bien âme à la glorieuse anarchiste.

Marie Daude nous fait pénétrer au cœur de sa singularité, de son intimité, de ses interrogations, ses espoirs, ses colères. Nous voyons se dessiner devant nous une figure emblématique de la femme qui refuse de baisser les armes, de se plier devant le pouvoir inique et la puissance de la force. Elle se dresse, ses mots s’élèvent alors comme des forteresses qui demeureront éternellement symbole de cette utopie qui l’anima.

Naturellement pour parvenir à une telle symbiose entre la narratrice et son sujet, il a fallu que Marie Daude pénètre au cœur de la pensée de Louise. C’est à ce travail de compréhension au plus intime, au plus singulier de son combat qu’elle nous entraîne. Nous ne sommes plus des auditeurs d’une lecture dite avec talent, nous dépassons largement ce stade pour devenir des témoins directs, oculaires presque, de la révolte de la Commune.

Les mots se font images, les phrases sont des drames qui se déroulent devant nous, auxquels nous prenons part. Nous sommes dans la mêlée, nous sentons la poudre et le sang. Nous retenons notre souffle, effrayés par la férocité de la bataille, la monstruosité implacable d’un pouvoir qui assassine les siens. La Commune renaît et cette fois, elle triomphe par la force du verbe de Louise.

Il en ira de même pour les autres épisodes de cette fresque immobile. La Nouvelle Calédonie nous convie au voyage, nous partageons le sort des déportés, nous vivons leurs inquiétudes, leurs chagrins, leurs misères comme auparavant nous avions vibré au combat de l’institutrice pour se dresser contre l’usurpateur.

Le message de Louise Michel n’a pas pris une ride, il est d’une actualité essentielle. Marie Daude le figure, non pas par une quelconque astuce scénique. Elle porte la puissance d’une parole qui n’a nul besoin d’images pour sidérer véritablement ceux qui l’entendent. Il n’est pas possible de sortir indemne de cette représentation. C’est véritablement une prouesse dramatique de très haut vol. Merci et encore bravo pour cette formidable prouesse.

Admirativement sien.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 février 09:56

    Merci pour ce bon moment.

    Deux citations, si vous permettez :

    « Voici la lutte universelle :
    Dans l’air plane la Liberté !
    A la bataille nous appelle
    La clameur du déshérité !...
    ... L’aurore a chassé l’ombre épaisse,
    Et le Monde nouveau se dresse
    A l’horizon ensanglanté ! »

    Louise Michel - 1830-1905 - Le chant des captifs

    « Tout plébiscite, grâce à l’apeurement, à l’ignorance, donne toujours la majorité contre le droit, c’est-à-dire au gouvernement qui l’invoque. »
    Louise Michel - 1830-1905 - La Commune

    On est loin du monde des illusionnistes.


    • C'est Nabum C’est Nabum 29 février 14:33

      @Séraphin Lampion

      Merci

      Elle est indispensable cette dame


    • juluch juluch 27 février 11:29

      on ne s’arrête pas parce que on vieillit,

      on vieillit parce que on s’arrête....

      merci Nbum !!


      • C'est Nabum C’est Nabum 29 février 14:33

        @juluch

        Continuons


      • Hervé Hum Hervé Hum 27 février 15:46

        j’avais pris cette citation de Louise Michel, tout autant d’actualité

        "Ce n’est pas une miette de pain, c’est la moisson du monde entier qu’il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.

        "

        Et c’est bien là le hic, le fait que à l’instar des affiches derrière la photo de la dame, il y a deux affirmations contradictoires, puisque ,comme l’écrit une affiche pour partager les richesses, il faut la mondialisation, alors qu’une autre écrit l’inverse en disant que la mondialisation, c’est la guerre.

        Bref, encore une dame qui confond l’outil (la mondialisation) et la main qui le tient (exploiteur ou non) !


        • C'est Nabum C’est Nabum 29 février 14:34

          @Hervé Hum

          heureusement vous ne confondez pas


        • moldovalak moldovalak 27 février 22:26

          Enfant j’habitais Porte Champerret on ne disait pas « de ». Je me demandais qui pouvait être cette Louise Michel ....et cette station où je n’allais jamais. Un jour on m’a parlé de La Commune, du Père Lachaise et de Louise...

          Et je suis allé jusqu’à la station plus loin , juste comme ça ...pour voir les panneaux de faïence bleue...

          Je vous parle d’un temps où le métro était un lieu sûr et chaleureux....

          Qui s’en rappelle ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès