• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Love Project » de Carole Laure en avant-première à Paris

« Love Project » de Carole Laure en avant-première à Paris

Dans le cadre de la 18ème édition du Cinéma du Québec à Paris, Carole Laure, qui en est la Présidente d'honneur, a présenté, en ouverture de cette semaine de festival qui s'est déroulée du 21 au 26 novembre au Forum des images aux Halles, son 4ème film avec de jeunes artistes "Love projet".

JPEG - 58.2 ko
LOVE PROJECT avant-première
Carole Laure photo © Theothea.com

 

Cette nouvelle édition se place sous le signe de la jeunesse dont chaque cinéaste fait un portrait singulier à travers quatorze longs et huit courts métrages.

En Première internationale, "Love projet" était rediffusé le 25 novembre, séance précédée par une Leçon de musique en présence de la réalisatrice et celle de Lewis Furey qui a composé la musique de son film.

Pendant une heure et demie, ils ont rendu compte avec simplicité et chaleur de leur travail en commun. Leur fils Tomas, comédien et musicien, jouant dans son film, était aussi présent.

La complicité de Carole Laure et de Lewis Furey remonte à près de quarante ans. Ils se sont rencontrés en 1976 sur un film de Gilles Carle dont elle est l'égérie, "la tête de Normande St-Onge" pour lequel il compose la musique. L'année suivante, L. Furey tient son 1er rôle sous la direction de Gilles Carle dans "l'ange et la femme" dont il compose également la musique. Ils se retrouvent tous les deux dans le 6ème film de Gilles Carle, "Fantastica", comédie musicale dont L. Furey a écrit la trame sonore et, enfin, dans le 7ème et dernier film du cinéaste québécois "Maria Chapdelaine".

Indissociables, Carole Laure, également chanteuse, est devenue sa muse. Il compose et devient arrangeur de ses albums. Citons "western shadows", album country, musique qu'elle nous dit adorer ou "sentiments naturels".

En 1985, Lewis Furey réalise son 1er film "Night magic", comédie musicale co-écrite avec Léonard Cohen et dans lequel elle joue.

Ils ont aussi, ensemble, accompli un certain nombre de spectacles musicaux. Richesse d'une collaboration prolifique qui, aujourd'hui, aboutit au 4ème film de Carole Laure - les 3 précédents étant "Les fils de Marie" - "CQ2" - "La capture".

Dans tous ses films, le langage des corps à une importance primordiale. Dans ce dernier, elle s'attache à une petite troupe de jeunes adultes d'âge moyen 25-30 ans qui, sous la houlette d'une metteuse en scène, vont pouvoir s'exprimer par la danse, le chant et diverses techniques corporelles. Elle va cependant opposer le cocon artistique dans lequel ils baignent quand ils répètent la nouvelle création de la meneuse de revue portant fine moustache Touga (Céline Bonnier) et leur vie extérieure souvent compliquée et parfois dure à supporter.

Alex (Benoît McGinnis) est obligé de prendre soin d'un père malade et dépressif, Louise (Magalie Lépine-Blondeau) s'occupe avec beaucoup de difficultés d'une très jeune toxicomane Eve (Alice Morel-Michaud) qui fleurte avec la prostitution, Julie (Natacha Filiatrault), mère monoparentale, irresponsable, mal dans sa peau, fréquentant psy (Louise Latraverse) délaisse son gamin Diamond (Charles-William Ross), qui se fantasme une vie de cow-boy et se réfugie de temps à autre chez un couple adepte de country, en manque d'enfant, Marc (Éric Robidoux) vit des sexualités instables, courant après un amour impossible, celui pour Eliott (Tomas Furey).

Angoisses, blessures diverses, les portraits restent parfois en suspension, on suit des pistes qui semblent nous égarer comme si Carole Laure entraînait le spectateur dans les méandres d'une réalité douteuse et le faisait s'interroger sur les risques de dériver dans un monde extérieur à l'art. Il existe un danger potentiel de sombrer dans le sordide et seule la création artistique permettra à ces jeunes de trouver une voie et d'exprimer leur vie intérieure.

"Love projet" est un film mosaïque où la danse contemporaine, la musique et le chant font oeuvre de salvation face à la réalité à la fois floue et brutale. Bien entendu, il s'agit aussi d'un besoin intense d'aimer et d'être aimé et c'est sur scène que tous ces jeunes parviendront à mieux croquer la vie et révéler leurs sentiments. C'est par la gestuelle que Louise répondra à l'amour que lui porte Alex, en s'abandonnant durant un tango qu'ils dansent ensemble, c'est aussi dans ce spectacle multidisciplinaire finalement abouti que Julie semblera trouver une sortie apaisée, s'accepter et ouvrir enfin les yeux sur son fils esseulé.

Carole Laure pose un regard aimant sur une jeunesse tourmentée vivant un quotidien pas toujours facile, mais, tournée vers la création artistique, celle-là peut se sublimer. Avec des comédiens et des danseurs lumineux, son film est éclairé d'une belle note d'espoir. Film très personnel, l' implication familiale est évidente, son compagnon ayant signé la musique et les chansons qui servent de trame dramatique au récit et son fils Tomas jouant le compositeur de musique du groupe. Et n'oublions pas, en toile de fond, au début de l'automne, la ville de Montréal, ville énergique et cinématographique à souhait.

photos © Theothea.com 

LOVE PROJECT - **.. Cat’S / Theothea.com - Film de & mise en scène Carole Laure - musique Lewis Furey - en avant-première au Forum des Images

JPEG - 86.5 ko
LOVE PROJECT avant-première
Carole Laure & Lewis Furey photo © Theothea.com

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires