• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Marie-Antoinette is a star

Marie-Antoinette is a star

Grâce à un livre et à un film, Marie-Antoinette fait un come-back remarqué.

Mariea

Il faut tout d’abord remercier Lady Antonia Fraser. Ou si vous préférez, Mrs Harold Pinter herself. Car c’est elle, une anglaise, good God ! qui fut la première à réhabiliter Marie-Antoinette avec son excellente biographie publiée en 2002 ( et qui sort ces jours-ci en France, chez Flammarion.) La deuxième personne à remercier est une Américaine, Sofia Coppola, car en lisant le livre d’Antonia Fraser, c’est le flash, elle fera un film tiré du livre, son troisième film, très attendu.

On nous a tant de fois dit que Marie-Antoinette était vaniteuse, coquette, écervelée. Jamais une reine n’avait joui d’une réputation aussi atroce. Mais déjà, en lisant le Marie -Antoinette de Zweig, on comprend que cette jeune fille, arrivée en France à l’âge de quatorze ans pour épouser un Dauphin qu’elle n’avait jamais vu, était une parfaite victime. A la fin de sa (courte) vie, elle est une veuve digne, une mère à qui on a arraché ses enfants. Elle aura vécu l’enfer.

Cependant le livre d’Antonia Fraser est plus riche, plus documenté, (mais moins émouvant, peut-être,) que la très belle biographie de Zweig. L’histoire de la brioche ? Lady Antonia certifie que celle qui se faisait appeler "Antoine" par ses nombreux frères et soeurs, n’aurait jamais prononcé cette phrase notoire qui n’a cessé de perdurer.

En 2006, 213 ans après son exécution, Marie-Antoinette fait un come-back triomphant : un film, la couverture de plusieurs journaux, grâce à Antonia, grâce à Sofia. Une profusion de livres, inédits ou réédités, inondent les librairies. (On peut citer en vrac, Marie-Antoinette à fleur de peau, de Eric Simard, Oskar Editions, Marie-Antoinette, la rose écrasée, de Gerald Messadié, L’Archipel, Marie-Antoinette, une reine brisée, de Annie Duprat, chez Perrin. )

Atmosphères en fait même sa couverture :

Ma2

Que donnera Kristen Dunst en Habsbourg déchue ? Le buzz qui entoure le film est plutôt bon.

Marie2

Antonia Fraser et Sofia Coppola ont le mérite d’éclairer autrement un des personnages les plus méprisés, voire méconnus, de l’histoire française.

"L’Autrichienne" renaît, grâce à une Anglaise, et à une Américaine...

« J’ai appris de ma mère à ne pas craindre la mort, et je l’attendrai avec fermeté. »
Marie-Antoinette de Habsbourg

Ma


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • sigis (---.---.141.163) 16 mai 2006 18:59

    L’historiographie sur la révolution française est une des choses à revoir et à écrire sans préjujés.


    • Daniel Milan (---.---.168.77) 18 mai 2006 22:41

      Marie-Antoinette, ça ne serait pas celle qui a perdu la tête ?


      • Majesté (---.---.112.147) 22 mai 2006 15:16

        Vous citez Antonia Fraser comme étant la première à avoir réhabilité Marie-Antoinette, vous oubliez donc toutes les biographies récentes ou non qui lui ont été consacrées ! A commencer par l’excellent « Marie-Antoinette ,L’Insoumise de Simone Bertière, La correspondance trés doctement commentée par Eveline Lever parle par elle-même en ce qui concerne une »réhabilitation".André Castelot,il y a 60 ans déjà avait commencé ce plaidoyer auprès de la société contemporaine...Jean Chalon , plus controversé ,a su la défendre avec prouesse il y a 18 ans...Et je ne vous cite que les principaux ou plus récents des 180 ouvrages que je posséde ( et il en reste beaucoup à acquérir ! ) sur notre Reine aujourd’huy redevenue bien-aimée(par tous ou presque). Alors votre article plein d’éloge pour Mrs Harold Pinter et Melle Coppola manque de mémoire pour tous ces témoignages, qui ne datent que de 2005, puisqu’on a fêté le 250ème anniversaire de la naissance de Marie-Antoinette ( née le 02 novembre 1755 ), j’ai d’ailleurs assisté au colloque du 5 novembre organisé à Versailles... Bien à vous . Benjamin


        • milou (---.---.247.50) 22 mai 2006 15:45

          Si la biographie d’Antoina Fraser n’est pas mauvaise, elle n’est très certainement pas la première à donner une vision plus juste de la vie de cette petite archiduchesse de 14 ans sacrifiée sur l’autel de la politique pour que perdure l’alliance entre la France et l’Autriche. Il faut lire Simone Bertière (Marie-Antoinette, l’insoumise), Jean-Christian Petitfils (Louis XVI) pour saisir toute la dimension de cette reine martyre. Ils furent les premiers (aider dans leurs recherches par l’immense travail de Paul et Pierrette Girault de Coursac). A lire aussi : l’excellent Figaro hors-série (Marie-Antoinette, l’icone, l’insoumise) réalisé par la talentueuse équipe de Michel De Jaeghere. Le choix icono est à tomber. Les papiers sont d’une immense qualité.


          • (---.---.230.181) 27 mai 2006 00:21

            Marie Antoinette en Barbie rose, voilà qu’on l’assassine une deuxième fois.


            • (---.---.71.67) 27 mai 2006 00:46

              OK pour Marie Antoinette, mais pas OK pour Sofia Coppola. Lost in translation était bien moins bon que « Paris au mois d’août » avec Aznavour...


              • fersen (---.---.247.50) 31 mai 2006 11:45

                Je viens d’acheter le magnifique hors-série du Figaro. Rien à redire si ce n’est qu’il est une lecture indispensable à ceux qui penserait comme Sofia Coppola que j’ai pu me laisser aller à compremettre la reine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires