• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Marilyn Monroe, icône mondiale et star éternelle
#80 des Tendances

Marilyn Monroe, icône mondiale et star éternelle

« L’imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux. » (Marilyn Monroe).



L’actrice et la chanteuse américaine Marilyn Monroe (Norma Jeane Mortenson) est morte il y a soixante ans, le soir du 4 août 1962 dans sa résidence de Los Angeles où elle avait vécu. Star incontestable de Hollywood, Marilyn Monroe venait de fêter, deux mois auparavant, son 36e anniversaire.

La mort jeune d’une femme d’exception, aux robes vendues aux enchères, comme plus tard pour Lady Di, a toujours suscité émotion, étonnement, suspicion : suicide, assassinat, etc. ont toujours été plus ou moins imaginés, parce qu’une icône fait toujours rêver, cauchemarder, et avant tout, vendre.

Alcool, drogue, médicaments, dépression, manque de confiance en elle, Marilyn Monroe aurait plutôt été la victime d’affreux mélanges chimiques que son corps déjà usé n’a pas supportés. Elle semblait plutôt nourrir plein de projets, en recherche éperdue de reconnaissance pour son métier et pas pour sa gueule, elle rêvait d’avoir un Oscar et elle comptait jouer dans une pièce de Shakespeare pour qu’on la prît enfin au sérieux, consacrée comme une comédienne en tant que telle.

Plus victime que bénéficiaire du star system qui mouline les corps et les âmes, Marilyn Monroe est devenue, au fil des années, depuis 1948, l’icône mondiale de la femme, de la beauté, de la projection de la beauté dans un monde plein d’artifice et de paillettes. Pas étonnant qu’elle fut fascinée par Arthur Miller qu’elle a épousé en 1956, même si lui-même, très conscient, s’est senti dépossédé de lui-même : « C’est un monstre narcissique et méchant qui a pris mon énergie et m’a vidé de mon talent. ». Elle-même cherchait à se connaître au-delà d’une image artificielle et superficielle qui devait la pesait et l’abîmer, au point de détruire ses cheveux avec des produits de teinture pour être la blonde platine parfaite (elle aurait porté des perruques dans ses derniers films, tant ses cheveux étaient en mauvais état).

_yartiMonroeMarilyn05

Immortalisé deux ans plus tard par les sérigraphies d’Andy Warhol, Marilyn a fait sa dernière grande sortie publique le 19 mai 1962, pour le 45e anniversaire du Président des États-Unis John Kennedy, devant plus de 15 000 invités, au Madison Square Garden. Sa courte et laborieuse participation est restée dans les mémoires, avec une robe éclatante de mille feux, d’une nudité emballant à même la peau les plus rigoristes des jansénistes !

Elle avait réussi à s’extirper du tournage de son film du moment ("Something’s got to give" qui resta inachevé), malgré ses nombreuses absences, pour chanter le fameux happy birthday mister President. Un internaute, en commentant la vidéo de cette prestation, écrivait : « You call her as you want… saint or whore, drugged or not drugged, false or sincere, the fact is that, the President and many other famous and important people were present in that room… but Marilyn was able to tae possession of the scene and make it legendary. This woman was genius and magnetic... what a unique woman. » [qu’on peut traduire à peu près par : Vous pouvez la nommer comme vous voulez… sainte ou putain, droguée ou non, fausse ou sincère, le fait est que le Président et bien d’autres personnes célèbres et importantes étaient présentes dans cette salle… mais c’est Marilyn qui a pris possession de la scène et l’a rendue légendaire. Cette femme était géniale et magnétique… quelle femme exceptionnelle !].





Le 4 juillet 1962, dans une interview publiée le 17 août 1962 (après sa mort) dans "Life", Marilyn, très fière d’avoir été invitée, est revenue sur cette fête : « Bon sang ! Je chanterai cette chanson, même si c’est la dernière chose que je puisse faire au monde. Et je la chanterai pour tout le monde. ».

Entre 1947 et 1962, Marilyn Monroe a tourné dans une trentaine de films, parmi lesquelles certains sont considérés comme des chefs-d’œuvre du septième art, en particulier "Les hommes préfèrent les blondes" de Howard Hawks (sorti le 18 juillet 1953) avec Jane Russell, "Comment épouser un millionnaire" de Jean Negulesco (sorti le 4 novembre 1953) avec Lauren Bacall et Betty Grable, "Rivière sans retour" d’Otto Preminger (sorti le 30 avril 1954) avec Robert Mitchum, et "Certains l’aiment chaud" de Billy Wilder (sorti le 29 mars 1959) avec Tony Curtis et Jack Lemmon.

_yartiMonroeMarilyn06

Dans "Sept ans de réflexion" de Billy Wilder (sorti le 3 juin 1955) avec Tom Ewell, on trouve la séquence très célèbre de Marilyn se positionnant (en septembre 1954) au-dessus d’une bouche d’aération du métro de New York, faisant soulever sa robe quand une rame arriva et faisant ainsi découvrir ses jambes, avec cette jolie tirade : « Oh, sentez-vous la brise du métro ? » (la robe qu’elle portait pour cette séquence s’est vendue aux enchères en 2011 pour la somme de 5,6 millions de dollars).

Marilyn Monroe a eu beaucoup d’histoires d’amour, mais certaines "cibles" n’étaient pas forcément très réceptives, c’était le cas de l’acteur Clark Gable avec qui elle a joué dans "Les Désaxés" de John Huston (sorti le 1er février 1961), qui était la figure paternelle rêvée pour elle.

_yartiMonroeMarilyn02

Elle a aussi rencontré l’acteur français Yves Montand pour "Le Milliardaire" de George Cukor (sorti le 8 septembre 1960), mais Yves Montand n’appréciait pas vraiment les grands sentiments amoureux à son égard de l’actrice (qui serait tombée enceinte de lui en 1960, selon le témoignage d’une amie photographe en 2017) et l’a finalement délaissée. Simone Signoret, mise au courant, a confié un jour : « Si Marilyn est amoureuse de mon mari, c’est la preuve qu’elle a bon goût ! ». Simone Signoret a regretté que Marilyn Monroe n’ait jamais su qu’elle ne lui en avait jamais voulu pour cette aventure avec son mari qu’elle avait épousé en 1951.

D’ailleurs, le titre original du film de George Cukor était "Let’s make love" qui signifie crûment : "Faisons l’amour !" et certaines mauvaises langues ont sous-titré alors le film ainsi : "The movie whose title Marilyn Monroe and Yves Montand took too seriously" [le film dont Marilyn Monroe et Yves Montand ont pris le titre trop au sérieux]. Yves Montand, qui venait de tourner avec Simone Signoret et Mylène Demongeot dans "Les sorcières de Salem" de Raymond Rouleau (sorti le 26 avril 1957), une adaptation très libre d’une pièce d’Arthur Miller, le mari de Marilyn Monroe, n’était pas le premier choix de la production qui avait d’abord songé à confier le rôle du milliardaire à d’autres acteurs (dont Gregory Peck, Charlton Heston, Cary Grant, James Stewart et Rock Hudson) qui ont tous refusé car il était très difficile de tourner avec Marilyn Monroe (qui arrivait souvent en retard, ou ne venait pas, etc.).

Ce film n’a pas eu de succès, ce fut une mauvaise expérience pour Marilyn Monroe d’autant plus que le réalisateur, homosexuel, avait un petit faible pour Yves Montand qui, lui, n’a pas voulu quitter son épouse pour Marilyn. Dans ce titre ("Le Milliardaire"), c’est comme si c’était crescendo dans la carrière de Marilyn Monroe qui avait tourné sept ans auparavant "Comment épouser un millionnaire". On passait du millionnaire au milliardaire…

Ce soixantième anniversaire de la soudaine disparition de la star est l’occasion, à nouveau, de constater que Marilyn Monroe est toujours bien présente dans les esprits, dans la culture d’après-guerre, au point d’inspirer encore beaucoup d’artistes, dont Madonna (qui en est une sorte de copie non-conforme), qui a fait le coup du happy birthday mister President à Bill Clinton dans une fiction…

J’en propose ainsi trois exemples. Le plus connu, les sérigraphies d’Andy Warhol.

_yartiMonroeMarilyn09

Un tableau en 1967 de Salvador Dali intitulé avec sa loufoquerie habituelle "Mao Monroe".

_yartiMonroeMarilyn08

Et la chanson "Marilyn & John" interprétée en 1988 par Vanessa Paradis, qu’on risque d’avoir en boucle dans le cerveau.






Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 juillet 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Marilyn Monroe.
Arnold Schwarzenegger.
Michel Serrault.
Patrick Dewaere.
Richard Bohringer.
Jean-Louis Trintignant.
Charlotte Valandrey.
Margaret Keane.
Jean Dujardin.
Alain Resnais.
Julie Gayet.
Johnny Depp.
Amber Heard.
Jacques Morel.
Sandrine Bonnaire.
Shailene Woodley.
Gérard Jugnot.
Alain Delon.
Alfred Hitchcock.
Brigitte Bardot.
Charlie Chaplin.

_yartiMonroeMarilyn03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • cevennevive cevennevive 5 août 11:33

    Bonjour Sylvain,

    C’est dommage, vos photos de Marilyn sont affreuses. Peu importe !

    Et en ce soixantième anniversaire de sa mort, je pense à cette phrase de Lao Tseu :

    « Si quelqu’un t’a fait du mal, assieds-toi au bord de la rivière, et tu verras passer ton ennemi »

    Pourquoi j’écris cela ?

    Parce que ses assassins (c’est désormais certain) sont morts assassinés eux aussi : JFK en 1963, RFK en 1968.

    Mais vous devez croire encore à un suicide...

    Belle entre les belles, nous n’aurions de toutes les façons pas aimé la voir vieillir, devenir une vieille cocotte emplumée (mais, la connaissant bien, je ne crois pas qu’elle aurait mal vieilli).

    Je l’aime. Je l’ai toujours aimée.

    Et j’ai compulsé et étudié la réouverture de l’affaire, les questions, les réponses du petit monde qui l’entourait, de plus en plus rare vu le temps qui passe (même les dossiers en anglais), les ouvrages plus ou moins commerciaux, les livres écrits avec tendresse, d’autres avec des sentiments moins tendres, voire méchants. 

    Cette « affaire » est encore une « cold case » aux US et le restera jusqu’à la fin des temps.

    Et ce n’est pas en énumérant ses films que l’on peut connaître Marilyn. « Ils » l’ont détruite. Sauf peut-être Di maggio qui l’aimait vraiment...


    • S.B. S.B. 6 août 16:32

      @cevennevive

      « Et ce n’est pas en énumérant ses films que l’on peut connaître Marilyn »

      En effet...
      Cet article ne dit rien d’une personne dont la vie, et la fin, furent... particulièrement tragiques et affreuses. 
      Dieu, quel cas d’école...



      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 août 11:37

        Mais où est donc passé John Kennedy ?

        Vous ne l’auriez pas vu, par hasard ?

        Sa femme a-do-rait Marilyn !


        • charlyposte charlyposte 5 août 12:16

          @Séraphin Lampion
          Et Robert, y compte pour des prunes ?


        • cevennevive cevennevive 5 août 12:52

          @charlyposte, bonjour,
          D’autant plus que c’est Robert qui a été le « moteur » de cette affaire.
          JFK a juste un peu trempé son stylo après la cérémonie de son anniversaire.
          Robert visait les élections sénatoriales pour devenir gouverneur.
          Quand il a su que Marilyn allait provoquer une conférence de presse pour tout dévoiler, il a paniqué.


        • charlyposte charlyposte 5 août 13:08

          @cevennevive
          Sans oublier Luther King au même moment que Robert contre cette fameuse guerre au Vietnam.... on connaît la suite avec Nixon smiley


        • Pangloss Pangloss 5 août 16:02

          @Séraphin Lampion

          Séraphin vous avez raison concernant l’omission sur l’épisode Kennedy. Surtout quand on sait que Marylin était une des idoles du Rat Pack (Lien Wiki FR / Lien Wiki ENG, vous noterez au passage que la version française de l’article Wikipedia fait l’impasse sur ce détail) et que le leader du Rat Pack était Franck Sinatra, bien connu pour ses « crooneries » mais aussi pour ses rapports supposés avec la MAFIA. C’est le Rat Pack qui présenta Marylin Monroe aux Kennedy, j’imagine que vous aurez aisément compris dans quel but. Apparemment ce détail a échappé à la sagacité de l’auteur de l’article, politiquement correct oblige.


        • Clocel Clocel 5 août 13:09

          Un boyau qui ne surmenait pas sa salle de bain selon des rumeurs persistantes...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité