• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Marilyn Monroe - Jusqu’au cou
#6 des Tendances

Marilyn Monroe - Jusqu’au cou

Je le dis d’emblée : je ne suis pas un grand fan de Marilyn Monroe, bien qu’elle ait été apparemment aussi confortable que les amortisseurs du même nom. Voici donc un article hautement critiquable à laisser passer afin que les personnes choquées puissent dire à Pale Rider leur façon de penser.

(Norma Jeane Mortenson ou Baker, Los Angeles, 1926 – Los Angeles, 1962) Actrice et acceptable chanteuse américaine. Il lui arriva de tourner quelques films où elle fut bonne, comme Bus Stop, La rivière sans retour ou The Misfits dans lequel son naufrage apparaît grandeur nature.

Je n’ai jamais réussi à me laisser émouvoir par les récits de son enfance malheureuse ni par les chroniques de sa vie d’adulte encore plus malheureuse. Son visage non plus, aussi iconique soit-il, ne réussit pas à me toucher, même sur les photos les plus naturelles et parfois bonnes qui furent faites de son appétissante personne. Elle avait les yeux trop tombants, le sourire vraiment trop dégoulinant et la coiffure vraiment trop artificielle, comme c’était hélas la mode à l’époque.

En revanche, sur le plan anatomique, elle fut une sculpture de rêve à tous les étages, d’une perfection et d’une sensualité terribles, enveloppée juste ce qu’il faut, surtout quand, moulée dans une robe qu’on dit avoir été cousue directement sur sa nudité, elle souhaita un très lascif « Happy Birthday Mr. President » à John Fitzgerald Kennedy qui l’avait accrochée à son abondant tableau de chasse.

En résumé, Marilyn fut parfaite des pieds jusqu’au cou, le reste laissant un peu à… désirer. Je sais bien que des hommes et même des femmes vont vouloir me couper la tête. Mais de gustibus et coloribus non disputandum. Ava Gardner, c’est presque l’inverse : bizarrement, on devinait assez peu ses formes, mais son noble visage, à lui seul, suffisait à allumer des incendies. Quant à leurs vies tumultueuses, elle se valent à peu près, sinon qu’Ava vécut trente et un ans de plus que Marilyn. Elle avait le désespoir à mèche plus lente.

Petite consolation : c’est le privilège des stars tôt éteintes de resplendir dans leur légende post mortem.


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • arthes arthes 17 mai 16:22

    Chouette !!!

    Merci d avoir allumé la mèche pour la blonde incendiaire, je m attendais à plus vachard. 

    En fait, c est tout le mystère du pourquoi et comment de sa popularité immense qui suffit à faire  qu elle soit si populaire..Et que l on ait envie de comprendre le phénomène....Pas la plus belle, pas la plus intelligente, une enfance triste mais rien d extraordinaire, des films au mieux intéressants, sans être des chefs d oeuvre , beaucoup de navets..Morte jeune mais comme d autres....Et pourtant...Alors...Qu avait elle que les autres n avaient pas, et qui fait que elle fut et reste un mythe.


    • cevennevive cevennevive 17 mai 16:58

      Pale Rider,

      Et voilà ! Il est passé !

      Dommage que vous ayez mis cette photo passe partout que même les pubs ou les horribles boudins se permettent de singer !

      Enfin, c’est le choix d’un homme qui n’a vu que le physique de cette femme enfant si belle, si douce, au regard innocent même dans les plus chaudes scènes...

      Moi, femme, ce ne sont pas ses jambes que j’admire, ni ses seins, ni ses robes collantes. Et pourtant, je l’aime...

      Mais je vous pardonne ce petit machisme un peu orienté, et comme vous aimez surtout les brunes, vous ne m’aimeriez pas, alors...

      Pour ceux qui veulent voir d’autres photos, moins galvaudées, voici un site :

       On le voit très bien ici.



      • Pale Rider Pale Rider 17 mai 17:08

        @cevennevive
        Oui, c’est la photo de votre article, effectivement excellente et plus émouvante.
        Quant à la photo que j’ai présentée, vous aurez remarqué que je l’ai tronçonnée pour ne garder que le plus attrayant. Je parle physiquement, bien sûr.
        J’aime bien aussi certaines femmes à cheveux gris, surtout la mienne, qui est un ravissement quotidien. Ce qui vous indique que j’ai fait comme Macrounet, ou alors que je ne suis plus très jeune... smiley


      • victormoyal victormoyal 17 mai 17:01

        Une Amérique qui n’existe plus...

        Elle avait le talent de son époque....RIP


        • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 17:13

          Pas un mot sur son assassinat ni son assassin ni ses complices ?


          • Pale Rider Pale Rider 17 mai 17:22

            @JC_Lavau
            Ce n’était pas le sujet de cet article superficiel, et je n’ai aucune compétence à cet égard. Si Marilyn a été trucidée, il n’aura pas fallu la pousser beaucoup, de toutes façons...
            Mais je ne suis guère complotiste. Je ne vois pas quel scandale elle aurait pu révéler : on était déjà rôdés...


          • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 17:28

            @Pale Rider. Tu aimes le superficiel, toi.
            Heureusement tout le monde ne partage pas ton goût.
            JFK avait depuis longtemps l’habitude, très surveillée par le patron du FBI, de faire des confidences d’état aux femmes qu’il ne tarderait guère à décevoir au lit.


          • Pale Rider Pale Rider 17 mai 17:36

            @JC_Lavau
            Oui, mais JFQ n’en avait rien à cirer du visage d’une femme, encore moins de son coeur ou de son âme. Il n’y a qu’à voir le peu de cas qu’il faisait de son admirable épouse.
            J’ai dit que j’ai fait un article superficiel, pas que j’aime la superficialité. Je suis même d’une exigence énorme. Je suis incapable d’apprécier une femme qui n’ait pas le coeur bon et l’intelligence développée. Si vous relisez ma série d’articles sur le même thème, vous comprendrez tout. smiley


          • Raymond75 17 mai 17:44

            https://www.youtube.com/watch?v=ZQJkAWOMMwA

            Marilyn Monroe s’est suicidée encore jeune ... Elle ne sera pas abimée par le temps qui nous détruit tous et toutes.


            • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 18:31

              @Raymond75. Elle n’a pas été suicidée, mais assassinée. Il y a quand même une nuance.


            • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 19:24

              @Raymond75. Qui a injecté à Marilyn la dose 15 fois mortelle de mortelle de barbiturique, en présence de Robert Kennedy, attorney général ? Un de ses deux détectives de sécurité. L’histoire n’a pas retenu leurs noms.
              Qui étaient les complices de premier rang ? L’acteur Peter Lawford, le psychiatre Ralf Greenson, et à peine plus loin, le roi de la pègre Sam Giancana.
              Complices de second rang ? Les Kennedy ont eu assez de complices dans la police de Los Angeles et la justice pour faire ignorer puis détruire un maximum de preuves.


            • arthes arthes 18 mai 17:55

              @JC_Lavau

              Par administration forcée de suppositoire cela semble avoir été fait, encore plus sordide, ouais Peter Lawford et tous ceux que tu cites, Robert Kennedy tenait à pas de scandale etc.....Et Giancana, pas très net dans l’histoire le garçon, il avait violé Marilyn avec ses gorilles lors d’une soirée organisée par Sinatra dans la villa/ bordel
              où le « grand monde du cinéma, de la mafia, et de la politique et autres affairistes se réunissait » , enfin, ili a du fermer sa g. bien plus tard , aidé de 6 ballles dans la bouche.
              Que du beau monde...

              Et non, le suicide ne semblait vraiment pas tenter Marilyn


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 mai 17:59

              N’ empêche qu’elle savait marcher sur une grille d’extraction d’air sans coincer et péter un de ses talons, ce que ferait la moindre bécasse .


              • arthes arthes 18 mai 17:55

                @Aita Pea Pea
                La moindre bécasse n’est pas marilyn.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 18:12

                @arthes

                C’est ce que je voulais dire ...sinon c’est pas mon genre la Maryline. J’adore les tres jolies blondes mais genre longues tiges . Et si intelligente , cultivée et parlant français avec un accent a tomber...Jodie Foster. Merde elle est lesbienne ... Sniff


              • arthes arthes 18 mai 19:06

                @Aita Pea Pea

                Elle est p’être bi Jodie Foster, j’aime bien aussi cette fille.

                Marilyn, c’est son drame d’ailleurs, c’était une fille de calendrier, toute sa vie n’aura été que cela dans le fond, c’est remarquable qu’elle ai réussit à obtenir une certaine « immortalité ».


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 19:16

                @arthes

                En tant que jolie tige blonde t’aurais ta chance avec moi . En plus t’es rock n’ roll . Mais bon le gode ceinture...je tiens à ma virginité...lol


              • Aristide Aristide 18 mai 19:28

                @Aita Pea Pea

                J’adore les tres jolies blondes mais genre longues tiges . Et si intelligente , cultivée et parlant français avec un accent a tomber...Jodie Foster

                1,61 m la Jodie, comme longues tiges y’a mieux !


              • arthes arthes 18 mai 19:34

                @Aita Pea Pea

                ça c’est en option, je veux dire ce n’est pas discriminant...On zappe.

                Euh...Et le fouet sinon ??? 


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 19:37

                @arthes

                Si c’est pour monter des oeufs en neige suis pas contre.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 19:51

                @Aristide

                Fine de corps et d’esprit. Sinon Cameron Diaz ça vous irait ? Moi oui ...


              • arthes arthes 18 mai 20:01

                @Aita Pea Pea

                lol

                Moi, c’est pour faire monter la pression, mais on dira que ça produit toujours une réaction chimique.

                Ah, terrible destinée
                que la jouissance
                Au bout du fouet
                Doive à la souffrance
                Sa part de volupté


              • Positronique 17 mai 18:09

                çà va Eastwood , pas trop fatigué , 4 lignes et une photo , c’est minimaliste comme article.Je te met 1/20 pour l’encre et le papier .


                • Pale Rider Pale Rider 17 mai 18:23

                  @Positronique
                  Trop sympa : je ne l’ai même pas imprimé !
                  Je rappelle que Pale Rider n’est pas Eastwood. Il faudrait prendre le peine (ou plutôt la joie) de regarder le film.


                • S.B. S.B. 17 mai 18:12

                  Article nul et inutile qu’on peut résumer par : cette femme et son histoire ne me touchent pas mais elle avait un beau cul.

                  Quel scoop, vous êtes quelques millions dans ce cas. Ça valait la peine de le dire. C’est le genre d’écrit qui en dit beaucoup plus sur son auteur que sur l’objet du texte (sur lequel d’ailleurs il ne dit rien). C’est du « moi je » enrobé par un produit d’appel surexploité.


                  • Pale Rider Pale Rider 17 mai 18:24

                    @S.B.
                    Merci d’avoir par votre message contribué à gonfler les statistiques d’audience de cet article dont je reconnais qu’il ne va pas changer la fesse du monde.


                  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 17 mai 22:12

                    @Sabine
                    Bonsoir, vous....
                    Peut être que Pale Rider, dans son inculture (relative, nous sommes tous relatifs, isn’it ?) a voulu rendre inconsciemment hommage à ce bijou du grand Léo.
                    « Ton style, c’est ton cul... ».
                    C’est vrai que quand c’était Léo qui le chantait, « ca le faisait », comme disent les djeun’s.
                    Si c’est Raoul Du Genou, d’Azay le Rideau, ou Djamel Dialo d’Aulnay sous Bois où il n’y a pas de bois ça le fait moins...
                    Bon, c’est là, les amis....

                    https://www.youtube.com/watch?v=mTjA2VlhfAo

                    Inconcevable de chanter cela aujourd’hui, malgré la poésie et la fulgurance du texte.

                    PS : Sabine, à vous, je peux bien vous l’avouer : Marylin ne m’a jamais rien fait lever. Ni un sourcil, ni une paupière, ni le reste.
                    Vulgarité et banalité à tous les étages ( c’est la même chose, pour ceux qui connaissent l’étymologie).
                    Il y a tant d’autres femmes, connues ou pas, qui méritent un hommage appuyé (et là aussi, attention au sens étymologique du mot hommage : pour les bac moins 12, ça veut dire « je suis votre homme »).
                    A piu tarde (ou pas...)


                  • covadonga*722 covadonga*722 17 mai 22:25

                    @Sandro Ferretti
                    meme pas en reve mon bon , que je vais vous laisser balancer du poète a notre 
                    amie commune ,yep Sabine j’ai mieux en magasin 

                    Vénus callipyge 

                    Que jamais l’art abstrait, qui sévit maintenant, 
                    N’enlève à vos attraits ce volume étonnant. 
                    Au temps où les faux culs sont la majorité, 
                    Gloire à celui qui dit toute la vérité !

                    Votre dos perd son nom avec si bonne grâce, 
                    Qu’on ne peut s’empêcher de lui donner raison. 
                    Que ne suis-je, madame, un poète de race, 
                    Pour dire à sa louange un immortel blason. (bis)

                    En le voyant passer, j’en eus la chair de poule, 
                    Enfin, je vins au monde et, depuis, je lui vou’ 
                    Un culte véritable et, quand je perds aux boules, 
                    En embrassant Fanny, je ne pense qu’à vous. (bis)

                    Pour obtenir, madame, un galbe de cet ordre, 
                    Vous devez torturer les gens de votre entour, 
                    Donner aux couturiers bien du fil à retordre, 
                    Et vous devez crever votre dame d’atout. (bis)

                    C’est le duc de Bordeaux qui s’en va, tête basse, 
                    Car il ressemble au mien comme deux gouttes d’eau, 
                    S’il ressemblait au vôtre on dirait, quand il passe : 
                    « C’est un joli garçon que le duc de Bordeaux ! » (bis)

                    Ne faites aucun cas des jaloux qui professent 
                    Que vous avez placé votre orgueil un peu bas, 
                    Que vous présumez trop, en somme de vos fesses, 
                    Et surtout, par faveur, ne vous asseyez pas ! (bis)

                    Laissez-les raconter qu’en sortant de calèche 
                    La brise a fait voler votre robe et qu’on vit, 
                    Ecrite dans un coeur transpercé d’une flèche, 
                    Cette expression triviale : « A Julot pour la vi’. » (bis)

                    Laissez-les dire encor qu’à la cour d’Angleterre, 
                    Faisant la révérence aux souverains anglois, 
                    Vous êtes, patatras ! tombée assise à terre : 
                    La loi d’ la pesanteur est dur’, mais c’est la loi. (bis) 

                    Nul ne peut aujourd’hui trépasser sans voir Naples, 
                    A l’assaut des chefs-d’oeuvre ils veulent tous courir ! 
                    Mes ambitions à moi sont bien plus raisonnables : 
                    Voir votre académie, madame, et puis mourir. (bis)

                    Que jamais l’art abstrait, qui sévit maintenant, 
                    N’enlève à vos attraits ce volume étonnant. 
                    Au temps où les faux culs sont la majorité, 
                    Gloire à celui qui dit toute la vérité !


                  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 17 mai 22:52

                    @covadonga*722
                    Je vous trouve bien cavalier, monsieur le hussard. Sans doute parce que vous avez servi à Bercheny...
                    D’ailleurs, ne dit-on pas « prendre en hussard » ??.
                    Je vous souhaite une belle nuit calme.
                    Au besoin, allez à l’armoire au tableau B, pour y trouver les morphiniques qui font aller directement dans les bras de Morphée...
                    (oui, je sais, les gens ne peuvent pas comprendre. Nous, oui.).
                    Epicétou.


                  • S.B. S.B. 17 mai 23:22

                    Bonsoir les poètes,

                    Cova,
                    « Au temps où les faux culs sont la majorité, 
                    Gloire à celui qui dit toute la vérité !
                      »
                    et
                    « Voir votre académie, madame, et puis mourir »,
                    J’aime beaucoup.
                    Connaissez-vous « L’Union libre » d’André Breton ? Si non, c’est un cadeau.

                    Sandro,
                    Cette femme me touche. Je ne vois ni vulgarité ni banalité, mais une prison, un jeu surjoué jusqu’au bout pour survivre. Et comme un lapin pris par des phares, tout le monde ou presque regardait un cul, aveuglé, alors que l’essentiel était ailleurs, invisible pour les yeux. 
                    « Ton style c’est ton cœur », Léo Ferré.


                  • Xenozoid Xenozoid 17 mai 18:13

                    c’est tres french can can,avec la bouche de mètro,elle avait une culotte ?


                    • Xenozoid Xenozoid 17 mai 18:26

                      @tous
                       jai changé l’image 5 min

                      sun burns la marilyn inconnue


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 mai 18:35

                      @Xenozoid

                      Vouais, c’est mieux qu’avec la culotte en coton de Rosemar.


                    • Positronique 17 mai 19:57

                      @Aita Pea Pea

                      Petit bateau ???


                    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 20:02

                      @.
                      Car avec les culottes Petit Bateau, la vertu flotte, mais ne sombre pas.


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 mai 20:17

                      @Positronique

                      Sais pas...les vahinés préfèrent la pirogue.


                    • Positronique 17 mai 23:40

                      @Aita Pea Pea
                      Mais non couillon , c’est les culottes petit bateau et elle sont en coton.


                    • Xenozoid Xenozoid 18 mai 19:38

                      @Positronique

                      le coton a besoin d’humidité...je sort


                    • Julien S 17 mai 18:26

                      Les coiffures artificielles de l’époque, sottement dénoncées par l’auteur, étaient très érectantes, comme tout ce qui est artificiel dans la féminité. Les talons-aiguilles à embout ferré, aussi, qui faisaient un tapage des plus stimulants, disparu avec les embouts en polymères. 

                      J"ai toujours laissé sans jalousie les femmes naturelles aux écologistes et autres décroissants. 


                      • Fergus Fergus 17 mai 18:59

                        Bonsoir, Julien S

                        Je n’ai pas le même regard que vous. Personnellement, je n’ai jamais apprécié ce genre de coiffures. Ni les talons aiguilles que j’ai toujours trouvé vulgaires et absurdes comme accessoires ; j’ai d’ailleurs toujours eu un faible pour les filles en chaussures à talons plats. Le comble étant que j’ai toujours détesté les maquillages voyants, l’idéal à mes yeux étant : pas de maquillage du tout ! 

                        Tout cela sans être « écologiste » ou « décroissant » dans ma jeunesse. Inutile de dire qu’à 20 ans, j’étais atypique !  smiley


                      • Pale Rider Pale Rider 17 mai 19:05

                        @Fergus
                        Je m’étais promis d’épouser une femme que je trouverais belle sans maquillage. Ce qui est le cas. Cela dit, je ne suis pas contre un soupçon de cosmétiques, mais avec simplicité. Dans mon article sur Bellucci, j’ai souligné qu’une de ses qualités était de passer sans problème le test du no make up et de refuser la chirurgie « esthétique » (voir les affligeantes photos récentes de Kim Novak, dont je parlerai, elle qui fut naguère si prodigieusement belle).


                      • Fergus Fergus 17 mai 19:24

                        Bonsoir, Pale Rider

                        « je ne suis pas contre un soupçon de cosmétiques »

                        Moi non plus, dès lors que j’en « soupçonne » la présence. smiley

                        « les affligeantes photos récentes de Kim Novak »

                        Et de tant d’autres belles femmes plus ou moins défigurées par les bistouris. Par exemple Emmanuelle Béart.

                        Même Catherine Deneuve : certes, elle n’a pas été défigurée, mais le bas de son visage, bouche comprise, est devenu totalement inexpressif. 


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 mai 19:30

                        @Pale Rider et Fergus Comme le disait Leo Fere la féminité c’est dans le geste . Mais des Dim Up sur de jolies jambes accélèrent le désir .


                      • Pale Rider Pale Rider 17 mai 19:45

                        @Fergus
                        Oui, pour Emmanuelle Béart (qui a reconnu que c’était catastrophique), vraiment dommage. Deneuve, ça passe encore, d’autant plus qu’avec l’âge elle est plus expressive, malgré le scalpel, que dans sa jeunesse. Une femme vieillissante est parfois plus émouvante qu’une femme jeune (même Signoret, qui avait trop picolé).


                      • troletbuse troletbuse 17 mai 19:50

                        @Fergus’
                        à 20 ans, j’étais atypique


                        Mais vous n’avez pas changé : Pur macroniste estampillé LFI comme Grouniche, c’est atypique


                      • Positronique 17 mai 20:00

                        @Fergus

                        C’est toujours ce que disent les nabots ils aiment les filles sans talons .


                      • Fergus Fergus 17 mai 20:40

                        Bonsoir, Positronique

                        Perdu ! A 20 ans, 1 m 78 quand la plupart des filles mesuraient 1 m 65 !!!  smiley


                      • Julien S 17 mai 22:37

                        @Fergus
                        .
                        Il est certain qu’on ne peut pas être progressiste et féministe, et rechercher en même temps dans la femme du plaisir que la nature n’y a pas prévu. Ce ne serait ni digne ni respectueux, d’elle comme de soi-même. 


                      • Pale Rider Pale Rider 18 mai 10:03

                        @Julien S
                        « du plaisir que la nature n’y a pas prévu » ??? Vous voulez dire, comme au 19e siècle, qu’il y aurait des femmes de petite vertu pour le plaisir et l’épouse reproductrice et donc ennuyeuse ? J’espère avoir mal compris. Car le tout est parfaitement conciliable.
                        En plus, anatomiquement, rien ne distingue une courtisane d’une brave mère de famille.


                      • JC_Lavau JC_Lavau 18 mai 10:23

                        @Julien S. On a déjà fait plus clair. Tu ne peux mieux faire ?


                      • Julien S 18 mai 10:24

                        @Pale Rider
                        .
                        Non. Je dis que l’ambition de la femme de progrès soucieuse de la dignité de son sexe doit être de se contenter des charmes de la pithécanthrope, et que l’homme qui se sent excité par des artifices est un fétichiste, méprise et rabaisse la femme. L’homme de progrès se contente de la femme à l’état brut et ne va en aucun cas voir les courtisanes. 


                      • Pale Rider Pale Rider 18 mai 10:35

                        @Julien S
                        Alors là, d’accord. Et s’il y a quelques artifices, des petites touches discrètes doivent suffire. Justement, c’est pour ces raisons que je n’apprécie pas beaucoup Marilyn et que je suis très séduit par Caterina Murino.


                      • Julien S 18 mai 12:16

                        @Pale Rider
                        .
                        Ne soyez pas d’accord trop vite, car il m’arrive d’ironiser dans le genre pince-sans-rire. Plus il y a d’artifices et plus je salive. Ma différence avec les féministes est que je regarde l’artifice comme une marque d’intelligence et non d’aliénation. 


                      • JC_Lavau JC_Lavau 18 mai 13:03

                        Jusqu’à plus ample informé, l’essentiel des signaux sociaux autour de la sexualité, et des réflexes correspondants, ont été sélectionnés autour de la reproduction, alors que du fait de l’encéphalisation maximale, la gravidité, la parturition et l’élevage des enfants sont beaucoup plus longs et exposés dans l’espèce humaine que chez tous les autres mammifères. Seul l’éléphant nous dépasse en durée de gestation.
                        « Marilyn Monroe » peut difficilement être montrée en exemple : elle a été contrainte d’avorter, elle n’a jamais pu avoir d’enfants vivants, et n’aurait jamais pu en élever vu qu’elle a été assassinée à l’âge de 36 ans.


                      • Abou Antoun Abou Antoun 17 mai 19:18

                        Bonjour,

                        Le succès de Marylin a franchi les frontières.

                        Elle est une icône même en Russie ...

                        Voici un exemple d’hommage.

                        Pour les gens pressés de 00:50 à 1:40

                        Le titre de la chanson (de Glukoza) « Danse Russie, Pleure Europe ! »


                        • arthes arthes 17 mai 20:25

                          En tous les cas...J’ai tant à dire sur elle.

                          Encore danke very sehr much cher Cow boy pour ce support.

                          Que je vais agrémenter demain.

                          Et en attendant, juste un extrait où Marilyn était encore Norma, Jean dans un film où elle galéra dur (j’en reparlerai, disons qu’il fallait faire les bon choix dans les séductions, chacun voulant jouer gagnant gagnant dans ses objectifs) pour arriver à décrocher le rôle, virée par la suite, ahhhh, dur métier que celui de starlette...

                          Alors quoi, et bien...De l’humour, de la dérision, du naturel, même si ce n’est pas sa voix, pas vraiment une bonne danseuse, mais sans complexes, un mythe était en germe

                          https://youtu.be/978FKA-jSLw


                          • nono le simplet nono le simplet 18 mai 03:42

                            j’ai toujours préféré les brunes et mon actrice préférée l’était ... un indice, elle jouait dans « le beau Serge » ... la belle Gina aussi ... à 91 ans elle a encore de la « gueule » ...


                            • Julien S 19 mai 00:04

                              @nono le simplet
                              .
                              elle jouait dans « le beau Serge »
                              .
                              Ne venez pas polluer la Creuse. 


                            • nono le simplet nono le simplet 18 mai 03:46

                              té une blague ...

                              deux vieilles femmes très ridées discutent ...

                              tu te souviens quand on était jeunes on rêvait de ressembler à BB

                               ah oui ...

                              hé bé ça y est ...


                              • arthes arthes 18 mai 17:43

                                @nono le simplet
                                Mieux vaut être has been que never has been ?

                                Hé hé !


                              • arthes arthes 18 mai 17:07

                                MARILYN

                                Donc, j’en reviens avec ma question sur Marilyn : Pourquoi cette fille qui n’avait rien d’extraordinaire à la base est devenue un véritable mythe ?

                                Qu’avait elle de plus que les autres n’avaient pas , qui fait encore qu’elle les surpassa ?

                                Et quoiqu’on en dise, elle surpasse encore toutes les beautés , passées, actuelles et à venir, Marilyn c’est Marilyn, elle reste inclassable.

                                et je m’y suis extrêmement interéssée, j’ai fouillé, vraiment fouillé, observé, depuis ses débuts, sa vie, tout au moins ce que l’on peut en savoir avec des photos, vidéos, des témoignages, de sa naissance jusqu’à sa mort, son assassinat, j’en suis persuadée, à l’age de 36 ans, en pleine gloire et à l’aube soit de sa déchéance, soit d’un rebond possible et incroyable, nous ne saurons pas.

                                J’en ai conclu que : 

                                Son charme provient de ce qu’elle est constamment désarmante, un être qui n’offre aucune résistance, c’est le sentiment que j’ai d’elle et nulle autre ne peut rivaliser avec, cette femme avait une soif d’amour inouïe , un besoin de donner et de recevoir autant, elle voulait être tout simplement aimée de la terre entière et, elle avait autant besoin d’aimer la terre entière

                                C’est un amour qui se donne sans limites et qui exprime un besoin aussi désespéré d’être aimé.

                                Un narcisse, amoureux de l’amour qu’elle trouvait dans son propre reflet qu’elle voulait renvoyer à tous, le cinéma, ce fut son seul moyen , elle, mue uniquement par ce besoin d’amour à offrir et à recevoir, qui lui a donné la volonté de faire, d’endurer, sans jamais juger...a t elle jamais jugé tous les parasites autour d’elle ? Les profiteurs, de son corps, de l’argent qu’ils faisaient en exploitant son image, du couple de psychiatres qui l’abreuvaient de cachets et tentaient de la mettre sous leur dépendance, de ceux qui l’ont violée, salie, méprisée, insultés, moquée ,maltraitée ?

                                Marilyn ne pouvait faire rien d’autre que vouloir représenter l’amour, le désir, la liberté , dans l’objectif des photographes, avec lesquels elle avait une relation d’intimité et de confiance, ces derniers l’adorant et la célébrant à chaque cliché, mais sous l’oeil de la caméra, quelle autre relation singulière ; la caméra l’aimait, mais les réalisateurs la méprisaient, la jungle hollywoodienne plutôt contrainte de suivre, pour des raisons mercantiles,( ses partenaires masculins soucieux de ne surtout pas être des faire valoir envers une femme qu’ils estimèrent pour les plus rares, et méprisèrent sur le moment pour la plus part.... ) le sillon de l’ étoile naissante, contre toute logique ; Marilyn, Produit hollywodien  ? ou plutôt création personnelle qui s’imposa au monde de l’industrie impitoyable cinématographique, incarnée dans une Norma Jean devenue Marilyn mais hantée à tout jamais par Norma, , ’un être absolument sans défenses, ni calcul vénal, bref, la force du destin ? 

                                 ,

                                Miller....L’alliance de la carpe et du lapin ; Ecrivain,, intellectuel de gauche, il voulait juste la domestiquer, l’arracher à l’emprise des photographes, en faire sa chose, mais non, Marilyn est Marilyn, pour faire une analogie, elle ne s’est pas laissé couper les cheveux comme Rita Hayworth l’a fait pour plaire à son O.Wells de mari (cette dernière y a perdu son charme et sa séduction voluptueuse, un peu comme Samson perdit sa virilité lorsque Dalila lui coupit (ah ah, non coupa, mais je n’ai pu résister) sa toison) ) 

                                Marilyn resta ingérable, sans calcul, sans méchanceté, avec grande douleur, et son couple éclata...

                                Puis hollywood fricota avec la mafia, qui fricotait avec le clan kennedy, via Sinatra et Marilyn, amie avec Sinatra  tomba encore dans le lit de beaucoup, donc Jack/Jonh, qui la refila à son frérot, un sénateur très « strict religieux » en apparence, et , ce mélange fut fatal pour Marilyn, toujours utilisée, abusée, violée, méprisée, au centre de sordides conflits entre ce clan Kennedy et les mafieux qui l’avaient porté au pouvoir mais que ce clan présidentiel voulait désormais ’éloigner et combattre.

                                Elle en savait trop, en avait assez de se faire malmener, etc....Bref, fin de l’histoire un jour d’aout 1962...

                                Marilyn n’aura jamais cessé d’être Norma, elle aura toujours gardé cette expression d’enfant timide, si peu sure d’elle, et pourtant....Quelle force de caractère , quelle volonté pour obtenir autant d’amour, de reconnaissance de la part de toute la planète, car il est nul endroit où Marilyn ne soit connue, aimée , elle l’aura toujours été, une petite fille qui voulait autant aimer qu’être aimée, avec un coeur énorme, et comme je le disais au départ, désarmante, lumineuse et hors normes... Comme le look qu’elle s’est bâtit, un mélange, une harmonie , une chime devrais je dire  qu’elle seule réussit à porter au pinacle : symbole à la fois incendiaire, irrésistible, et sensuel  de l’éternel féminin indissociable de la candeur, innocence de l’enfance. .

                                ...................................................................... ................................................................

                                Bon, tout cela , c’est pour l’hommage, ensuite , de l’illustration..... Parce que il faut bien mettre en images pour l’illustrer ce que l’on pense.


                                • alinea alinea 18 mai 20:18

                                  @arthes
                                  C’est joli ça ! Mais de manière plus pragmatique, n’ayant pas l’ombre d’une once de poésie pour ce monde tout de toc, d’artifices et de pognon rempli, je pense qu’elle fut simplement la première icône publicitaire mondiale, fabriquée, vendue à une époque où les USA étendaient leur influence sur le monde entier, où ils imposèrent leur mode de vie comme summum à désirer ; il firent de même de cette femme gentille, La Femme, à désirer !
                                  Elle est un pur produit marketing, mais le premier, à un moment d’innocence des pigeons piégés !


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 20:29

                                  @alinea

                                  Bonsoir. A l’insu de son plein gré. C’est peut-être ça qui a du la deglinguer lorsqu’ elle en a vraiment pris conscience. Était elle faite pour cette vie d’artifices ? Non.


                                • alinea alinea 18 mai 20:39

                                  Aïta, ben non, je ne pense pas ! n’importe quelle paysanne serait détruite d’être ainsi instrumentalisée, même sur de la soie cousue d’or !

                                  elle était beaucoup mieux au naturel !!

                                  https://www.google.com/search?q=maryline+monroe&client=firefox-b-d&channel=trow&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=txrgUCGlZocRaM%253A%252CLVE1HHd1LIVCvM%252C%252Fm%252F04wqr&vet=1&usg=AI4_-kTyP2y-WMi6uuqCDMYryz2mbMVsjQ&sa=X&ved=2ahUKEwiV_MPF26XiAhVJ5eAKHfbnAWoQ_h0wHnoECBIQDA#imgrc=txrgUCGlZocRaM :

                                  C’est marrant, au niveau astral elle ne possède aucune caractéristique « féminine » !!

                                  mais avec mars/uranus conjoint en VIII, on comprends mieux sa mort rapide !


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 20:48

                                  @alinea

                                  Tout ce que j’espère c’est qu’elle ai connu au moins une fois un gars qui l’aimait pour ce qu’elle était et non ce qu’elle représentait.


                                • arthes arthes 18 mai 20:54

                                  @alinea

                                  Oui, il y a la machine propagande , seulement, cette machine n’a pas réussit à broyer cette fille qui n’avait pourtant rien pour s’en défendre, et c’est ce que je tente d’exprimer, Marilyn étant une simple starlette parmi des centaines d’autres,, elle avait juste un regard plus poussée sur son image et des relations avec les photographes qui le lui rendaient bien,( bref, sans notion de bien, de mal, de c’est pas bien de coucher et tout le bordel, ) , c’est comme si le destin de l’’esclave avait surpassé les maîtres , lesquels n ont jamais vu qu’une starlette au point qu’elle n’a jamais touché de gros cachets.

                                  Donc, d’où ma perception de sa personnalité., elle est autre chose qu’un « pur produit marketing » juste parce que elle est « elle même »...Un être humain on dit.
                                  Et c’est l être humain qui m’intéresse dans chaque apparence, en toutes circonstances, sans négliger le contexte, bien entendue, la poésie elle se trouve dans l’humain.


                                • Positronique 18 mai 20:54

                                  @alinea
                                  Grosse jalouse , c’est ce que disent les thons qui font fuir les hommes.


                                • Positronique 18 mai 20:58

                                  @alinea
                                  Et avec Mars dans Vénus çà donne quoi !!!! Une grosse prise de pied. Aller gros bisous partout et j’espère que t’es pas un thon monstrueux , parce que j’aime pas faire les bises sur les verrues.


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 21:10

                                  @arthes

                                  Tu devrais écrire un article sur la jolie blonde. Sinon y’a Bébert positron qui cherche des poux a Alinéa...pourrais-tu sortir le martinet...il est en demande. Excuses Bébert, j’intercéde .


                                • arthes arthes 18 mai 21:54

                                  @Aita Pea Pea

                                  J en ecrirai un sur une jolie rousse.
                                  Histoire de varier les plaisirs..

                                  Ahhh, Bebert /Donatien, même

                                  sentence , desirs/plaisirs...


                                • alinea alinea 18 mai 22:14

                                  @arthes
                                  Pourquoi Bardot en France ?
                                  Pourquoi un « best seller », alors qu’on sait tous qu’on en a lu de meilleurs ailleurs
                                  Il y a une part de « magie » mais je crois qu’en chaque starlette subsiste une personnalité qui ne s’engloutit pas totalement dans la guimauve des caprices de diva ; mais il y a des moi qui ont plus de charme, c’est évident !
                                  Ce que je voulais dire c’est qu’aucun charme ne séduit le monde entier sans marketing, et on ne saura jamais les concours de circonstances qui ont fait de Maryline la Une de l’Amérique ; assez docile mais pas trop,assez jolie mais pas trop, assez de personnalité mais pas trop, pas clivante, assez conne mais pas trop, assez intelligente mais pas trop... que toutes les femmes puissent rêver d’être elle et que tous les mecs la rêve dans leur pieu !
                                  Enfin on sait bien que les américains ont fabriqué de toutes pièces leur petit modèle de vie insignifiant sauf consommation, leur idéal féminin, et masculin...
                                  bon, faut dire que ça fait longtemps ( je n’ai jamais marché dans la combine) que je suis anti américanisme primaire !!


                                • alinea alinea 18 mai 22:17

                                  Aïta : il me prend pour un thon le con, j’suis une anguille comme fille !! ou une morue, dépend des fois, j’suis pas sardine, parfois louvine mais toujours truite aux abois !!

                                  ( on va encore dire qu’on ne comprend rien de ce que j’écris, que je suis complétement folle et tout !! manquent de fantaisie ceux-là !!)


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 22:29

                                  @alinea

                                  Refais nous un papier sur la vie , les chevaux...le dernier bin a se flinguer.


                                • Positronique 18 mai 22:54

                                  @alinea

                                  Je savais que t’étais une gourmande !!!!!


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 22:59

                                  @Positronique Bébert...reclame a Arthes...elle a un programme pour toi petit canaillou.


                                • arthes arthes 18 mai 17:42

                                  Donc, pour finir (continuer) illustrations, c’est pas bien lisible peut être, j’ai recopié un ancien billet posté dans d’autres sites sur la toile.

                                  Le but étant de faire parler les contarstes sur deux époques : Marilyn et la mise en scène époque années 50 et ce que c’est devenu de nos jours : tout est inimitables.

                                  Voila le topo :.

                                  e vais passer deux actrices pour le même tarif, même chanson, deux époques . En prem’s, années 50, Marylin. Ce qui est frappant dans l’introduction c’est la mise en scène d’un effet sadien, oui complètement sadien dans un contexte onirique où des « vierges nymphes » batifolent innocement avec leurs prétendants. Qu’y a t il de Sade ? La fontaine / lustre humaine faite d’esclaves harnachées de noir , les bras levés, immobiles en premier plan qui contraste avec le rose on ne peut plus onirique sexuel du décors et des robes flottantes des nymphes. Dans « Justine » Sade oblige de jeunes et moins jeunes gens à se dévêtir devant un public libertin et à former une ronde pour faire une fontaine, les bras levés, et attendant la saignée pour faire couler le carmin... Et c’est dans cet univers que Marylin apparait, symbole sexuel ultime, désignée, et sacrifiée, elle ne fut que cela , un symbole vivant broyé et dévolu à satisfaire toutes les appétances.

                                  Mais, elle est comme une lumière dans cette comédie hypocrite et en fait ridicule, car enfin, qui d’autre qu’elle peut porter cette robe rose bonbon grotesque avec autant de candeur, et jouer une femme vénale sans que l’on puisse penser un seul instant qu’elle le soit et que cela ait de l’importance, ni aucun intérêt ?

                                  https://youtu.be/g4UZeCn1ATI

                                  Retour à notre époque, assez proche, une scène remake : Moulin rouge, clip en bas du post.

                                  Nicole Kidman, (je n’ai vu que des extraits de ce film, je trouve ça nul) qui chante Diamonds, et du rose chaud érotique, nous passons au bleu froid métallique et Kidman est aussi sexy qu« une planche à repasser, aussi souple qu’un balais, et ce n’est même pas elle qui chante.
                                  Tout est bien pire !!!
                                  Il n’y a plus de diamants, les hommes sont frénétiques, sans plus de retenue et ils secouent leurs billets de banque comme si il s’agissait de leur..Hummm....On se croirait à la bourse, Wall Street...
                                  Du Kitch vieillot, nous passons à la vulgarité et la froideur métallique de notre temps matérialiste, et l’actrice ne sauve rien.. 
                                  Et oui, à l’ époque âge d’or hollywoodien, les théories sur l’omniprésence du sexe de Freud était la grande mode, tous les acteurs, réalisateurs se faisaient psychanalyser et peut être cela explique autant d’érotisme dans le premier extrait, mais Marilyn passait comme un »ange« , elle à eu beau être salie, traitée avec mépris comme la dernière des putain, sa seule présence »purifiait" la laideur sans qu’elle l’ai eu voulu , je finit par penser que c’est ce qui lui vaut cette aura si particulière qui lui fait traverser les modes...

                                  https://youtu.be/a1REfTIc5po : Moulin rouge

                                  • Le Gaïagénaire 18 mai 23:44

                                    @arthes 18 mai 17:42

                                    Vous cherchez la vérité ! Mais à vous lire, vous la décrivez sans le savoir. C’est troublant. Suivez votre lien ici du 17 mai à 20.25. La séquence qui suit vous dira toute la vérité de « Marilyn ». 
                                    Loin d’être un « Narcisse » mais plutôt un faux soi adaptatif pour survivre. J’en déduits que cela explique aussi d’autres réalités que vous ne décodez pas comme l’indique votre réponse à mon commentaire suivant :
                                    https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-plainte-des-femmes-augmente-215055#forum5489135

                                    Je vous invite à combler votre déficit informationnel par la fréquentation d’Alice Miller : Le Drame et la suite du Drame de l’enfant doué, ou C’est pour ton bien, ou La souffrance muette de l’enfant, etc.

                                    Cordialement


                                  • arthes arthes 19 mai 16:57

                                    @Le Gaïagénaire

                                     L’enfance de l’actrice , cruelle avec un énorme déficit d’affection et de la violence physique et de viols , s’il s’agit de cela, a contribué largement à forger un « moi » qui puisse résister aux coups, mais elle est née aussi avec un tempérament, une personnalité qui entre dans la composition de ce moi.

                                    Pourquoi parler d’une « faux soi » ? Est il moins faux que celui de tout un chacun ? 

                                    Lorsqu’on observe Marilyn à ses débuts, les quelques clichés et vidéos pris alors qu’elle était Norma et même pas starlette, on retrouve exactement cette timidité, cette sorte de « fgêne » émouvante qui transparait donc sur les photos de la star hyper maquillée, au fait de sa gloire, sous les projecteurs....Quand je parle de Narcisse, c’est vrais que je pourrais y mettre des guillemets, car en fait, j’en parle comme d’un être qui souffre de solitude et n’a pour tout compagnon affectif que son propre reflet dans son miroir, et ensuite l’objectif du photographe , et enfin la caméra : Son miroir, l’objectif, la caméra, ce sont la ces amants, et elle s’y donne sans pudeur d’une manière boulimique, raison pour laquelle ses mariages ont foiré,

                                    Pour l’autre lien, sur la plainte des femmes, nous ne sommes pas d’accord, mais je ne pense pas que cela vienne d’un déficit d’information.
                                    Merci pour le conseil avec Alice Miller, cette femme aurait sans doute mieux aidé Marilyn que les deux freudiens rapaces qu’elle avait.

                                    Mais j’ai d’autres lectures, je veux dire que je séllectionne vraiment ce que je lis, et les psy ne sont pas à l’ordre du jour.
                                     



                                  • Donatien Donatien 18 mai 20:14

                                    Saluons cette femme qui fut et demeure l’étendard et le modèle de toutes les Monica Lewinsky de ce pays et qui n’en manque pas .... ;

                                    Ad Augusta per Angusta

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès