• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Maroc : le nouveau film de Nabil Ayouch et le« triptyque dégueulasse » du (...)

Maroc : le nouveau film de Nabil Ayouch et le« triptyque dégueulasse » du cinéma marocain

Le dernier festival du cinéma marocain de Tanger tenu la semaine dernière a consacré le triomphe du film du cinéaste marocain Faouzi Bensaiidi « Volubilis » grand favori de cette édition Ce film parle de disparités sociales au Maroc, et ce à travers une histoire d’amour entre l’employée de maison Malila et le vigile Abdelkader. Faouzi Bensaïdi essaie à travers ce film de décrire le vécu de ce couple, très pauvre qui vient de réaliser son seul rêve : celui de se marier. Outre le Grand prix 2018, « Volubilis » a permis à Faouzi Bensaïdi de décrocher le prix du scénario. Les deux jeunes artistes Nadia Kounda et Mouhcine Malzi ont réussi, grâce à leur participation à ce même long-métrage, à remporter respectivement les deux prix des premiers rôles féminin et masculin.

Or c’est le dernier film de Nabil Ayouch , Ghazzya dont parlent les médias de l’Hexagone et le réalisateur invité sur les plateaux télé français car il traite plus des caricatures véhiculées sur le Maroc et la société marocaine. On y trouve à peu près de tout : de l’intolérance de la société visa à vis de la femme, une touche d'antisémitisme alors qu’il n’y a presque plus de juifs dans le pays, une jeunesse livrée elle-même sans profondeur dans les descriptions, une grogne sociale dont il décrit les manifestations de manière grossière et surtout pour l’essentiel du film une description de la femme essentiellement comme femme objet avant tout. Nabil Ayouch confirme donc dans ce film après le dernier que la femme marocaine pour lui est d’abord une femme objet. Et c’est cet aspect que je vais essayer d’aborder dans cet article.

Ainsi la femme marocaine décrite par Nabil Ayouch rentre dans le moule des caricatures véhiculées sur notre pays comme je l’ai annoncé. La présentation de la femme marocaine dans les films de Ayouch est encore une sorte d’insulte à cette femme. N’en déplaise à M Ayouch, la femme marocaine n’est pas exclusivement un objet sexuel, aguicheuse ou prostituée. C’est un membre à part entière de la société : médecin, juge, avocate, enseignante, dirigeant d’entreprise, cadre ou ingénieur technicienne ou ouvrière mais aussi la femme qui fait des kilomètres pour un sac de farine pour nourrir ses enfants. La femme mulet qui est écrasée sous des charges inhumaines alors que son homme traîne dans les cafés s'il n'a pas abandonné femmes et enfants. La femme qui fait deux ou trois ménages par jour pour s'en sortir. La femme exploitée dans les champs et à l'usine avec un salaire de misère. Voilà la femme marocaine et voilà des thèmes qu’on aurait voulu que M Ayouch explore.

Bensalem Himmiche ancien ministre de la culture, grand écrivain et scénariste marocain de langue arabe place ce genre de film du cinéma marocain dans ce qu’il appelle un « triptyque dégueulasse » à savoir, le sexe la drogue et l’intégrisme comme si ce pays ne vit qu’avec et par cela. Voir le lien en bas de page. Nous n’avons ni défis sociaux, politiques et économiques auxquels il faut faire face et qui méritent d’avoir leurs places au cinéma, ni de réussites qu’il faut mettre en valeur pour donner des exemples et de l’espoir à notre jeunesse dans le pays. Bensalem Himmich, dénonce notamment le misérabilisme dépeint dans ces films ainsi que les subventions accordées à ce genre de films des deniers publics pour des créations artistiques qui n’en sont pas. Ayouch en a bénéficié et pour quel résultat ?

 Ainsi pour lui filmer une réalité -toujours la même- avec ses propres protagonistes -ce que fait Nabil Ayouch dans ses films- donc sans acteurs (souvent pour ne pas les payer) c’est tout sauf du cinéma. C’est plutôt de l’arnaque : arnaque de l’état avec l’obtention de subvention et arnaque du public en lui refilant des documentaires au lieu et place de films de cinéma. Pour lui « c’est d’abord insulter la femme marocaine volontairement et avec préméditation, en le transformant en une vulgaire marchandise et vendeuse pour son corps et sa dignité en piétinant ses droits fondamentaux ... Les cinéastes dans notre pays manquent de connaissances de son histoire et de sa composition du social et de sa culture ».

 Il est vrai que le cinéma est destiné entre autres à faire à divertir et à rêver avec des fictions ; les films de ce triptyque dénoncé par M Himmich ne comportent souvent pas de fictions sous prétexte de retracer la réalité, la réalité d’après l'auteur. Il d’agit donc plus de documentaires que de cinéma que de film et de cinéma. Parler de la drogue, de la prostitution et de l'intégrisme est légitime et ne me pose aucun problème sauf qu’en faire un projet cinématographique pour toute une génération de cinéastes pose problème. Pour dire qu'il n'y a pas que ça. D'autant plus que la presse quotidienne et les réseaux sociaux en parlent chaque jour jusqu'à nous en saouler. Si les cinéastes s'y mettent aussi et en font même une marque de fabrique non non non et non

 C’est pourquoi je dis assez de misérabilisme, les questions de drogue, de prostitution, et d'intégrisme on en a notre dose quotidienne à travers la presse et les réseaux sociaux. De plus notre réalité nous la vivons chaque jour. Faites-nous plutôt rêver et divertir avec de belles fictions, de bons scénarios de beaux paysages de notre beau pays. De grâce arrêter de chercher dans les poubelles.

http://www.hespress.com/art-et-culture/265298.html7

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Montdragon Montdragon 20 mars 13:17

    Malgré de grands discours lénifiants dignes du site Slate.com, vous conviendrez que quoique vous fassiez ou disiez, nous aurons une image stéréotypée de la femme marocaine car nous l’avons chez nous en bas de l’immeuble.
    Alors la femme marocaine est-elle plus libre chez elle que chez nous ?
    Avez_vous finalement une vision anti-marxiste qui gommerait la lutte des classes ? Vos pauvres sont nos pauvres cher mai.


    • V_Parlier V_Parlier 20 mars 23:04

      A l’auteur : Le fait que ce film soit encensé par nos sélectionneurs de politiquement correct médiatiques, eux nos « éclaireurs de pensée », m’avait inspiré plus que de la méfiance.

      Le but est simple : Convaincre les gens qu’entre la charia et une vie superficielle baignée libertinage sans entraves, il n’y a rien d’autre. Ca va racoler d’autant plus efficacement étant donné les problèmes (réels quant à ceux-là) de cohabitation plus ou moins pacifique avec les différentes nuances d’islam en France.

      Ne vous étonnez pas si le but vous semble etre de pousser les gens dans la rue pour faire un « printemps ». Ca aussi c’est au programme. Enfin ça le sera si le Maroc ne file pas doux au niveau de ses relations internationales (car c’est ça qui préoccupe ses « partenaires », rien d’autre).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès