• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Maruta 454 », un manga chinois sur l’histoire sino-japonaise

« Maruta 454 », un manga chinois sur l’histoire sino-japonaise

Entre la Chine et le Japon, rien ne va plus. Récemment, les Japonais ont arrêté un espion chinois qu’ils refusent de libérer à la demande de Pékin. La riposte côté chinois ne se fait pas attendre : les exportations de pièces détachées et de métaux rares au Japon sont suspendues, c’est toute l’industrie automobile nippone qui en pâtit. (Source). « Auparavant, les Chinois qui immigraient chez nous, c’étaient des gens très pauvres. Maintenant, les Chinois sont très riches, plus riches que nous, leur économie est en train de passer devant la nôtre. Nous, les Japonais, on a peur des Chinois, peur de ce qu’ils pourraient nous faire subir pour se venger, maintenant qu’ils ont la suprématie économique » (Yuki, citoyenneTokyoïte de 28 ans, propos recueillis en octobre 2010). Sur le plan de la culture, ces tensions diplomatiques, historiques et économiques entre la Chine et le Japon trouvent de nombreux échos. Sur BFM, la radio de l’économie, la chronique « Chine hebdo » du 06/10/2010 signalait la parution d’une BD s’appyant sur des faits historiques : Maruta 454 est un manhua (équivalent chinois du Manga japonais) paru le 01/10/2010, écrit par l’auteur québécois Paul-Yanic Laquerre et dessiné par les artistes chinois Pastor et Song Yang. Il est édité en France par Xiao Pan et est inédit en Chine. (Source) Petit décryptage ...

On connaît bien cette animosité entre la Chine et le Japon, pour raisons historiques et économiques, qui dure depuis plus d’un siècle. Non seulement il y a des raisons historiques, comme je disais (voir le sombre épisode du Massacre de Nankin durant la Seconde Guerre mondiale, sorte d’Oradour sur Glane puissance 10 perpétré par les Japonais en Chine), mais, pire encore, il y a cette non reconnaissance de ce massacre ou crime contre l’humanité, sorte de Shoah des Chinois et non des Juifs en l’occurence, qui est le fait d’un important courant révisionniste au Japon, auquel adhère l’Empereur en personne - même si l’actuel le fait plus discrètement que le précédent.
 
Imaginez la chancelière allemande Angela Merkel s’inclinant à la mémoire des S.S. et autres commandants des camps Nazis de la Seconde Guerre mondiale, l’événement étant retransmis en direct par toutes les chaînes de TV ...
 
Certes certains écrivains japonais et autres personnages publics ou politiques du Japon sont scandalisés par cette attitude de leur gouvernement et ont officiellement reconnu ce Massacre de Nankin, demandant pardon, mais les faits sont là : à l’issue de la Seconde Guerre mondiale et par la suite, la Chine et le Japon n’ont pas pu se mettre d’accord sur leur histoire et ne le peuvent toujours pas, contrairement à ce qu’il s’est passé pour les puissances européenne, américaine et russe au sortir de la Seconde Guerre mondiale, même si la Shoah a mis du temps à être connue et reconnue. Le procès de Nuremberg fut intenté contre 24 des principaux responsables du Troisième Reich, accusés de complot, crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l’humanité. Il se tint à Nuremberg du 20 novembre 1945 au 1er octobre 1946. 
 
L’équivalent du procès de Nuremberg au Japon : les procès de Tokyo, pour juger les criminels de guerre du régime showa (ne pas confondre avec la Shoah !) furent créés d’après la conférence de Potsdam le 19 janvier 1946. Basés sur les mêmes principes que Nuremberg, onze juges, représentant les pays alliés contre le Japon (États-Unis, URSS, Royaume-Uni, France, Pays-Bas, Chine, Australie, Nouvelle-Zélande, Canada, Inde, et Philippines) inculperont les chefs japonais de crimes contre la paix, crimes de guerre, et de crimes contre l’humanité. Autrement dit : on imagine mal Angela Merkel imputer toute la responsabilité de la Shoah aux Polonais sous prétexte que bien des camps d’extermination des Juifs étaient situés en Pologne et non en Allemagne, et/ou tenir des discours "révisionnistes" niant la réalité de la Shoah ... Européens, Américains et Russes partagent un héritage historique commun, dans les grandes lignes, puisque les faits et les responsabilités concernant la Seconde Guerre mondiale sont reconnus par tous. Imaginez que ces pays, aujourd’hui encore, s’accusent mutuellement de massacres datant de la Seconde guerre, pour lesquels il n’y aurait pas de responsable officiel ... C’est précisément la situation en Chine et au Japon.
 
Dans ce contexte, une BD a vu le jour : MARUTA 454. Elle relate des faits réels, méconnus en Europe mais non en Chine :
 
Dans les années 30, des expériences scientifiques ont été menées (à des fins d’expérimentation d’armes bactériologiques ou biologiques) par des médecins et chirurgiens japonais sur des prisonniers (cobayes humains) chinois, avec la complicité du gouvernement américain, assurant aux scientifiques japonais menant ces expérimentations 100 pour 100 nazies l’immunité pénale, à condition que lesdits scientifiques japonais communiquent aux Américains les résultats de ces expériences, qui auraient fait quelque 20.000 victimes chinoises.
 
Par la suite, ces scientifiques japonais auraient occupé des postes à responsabilité dans d’importants laboratoires pharmaceutiques. Grâce au gouvernement américain, ces scientifiques japonais criminels auraient ainsi échappé aux poursuites et au jugement (condamnation) lors des procès de Tokyo, l’équivalent pour le Japon, comme nous l’avons dit, du procès de Nuremberg. Si ces sombres pages d’histoire sont bien connues des Chinois, peu savent pourtant qu’une douzaine de "cobayes humains" chinois ont pu s’échapper à l’époque, apportant leur précieux témoignage sur les atrocités perpétrées par ces scientifiques japonais. C’est donc l’odyssée de ces rescapés que raconte la BD, inspirée de ces faits réels :
 
"Lorsque dans les années 30, la Mandchourie était sous occupation japonaise, certaines rafles visaient à alimenter en cobayes de sordides camps d’expérimentation. Le développement d’armes bactériologiques était en effet une ambition de la machine de guerre de l’empire du soleil levant, et les Chinois des victimes toutes trouvées pour tester leurs inventions ainsi que d’autres tortures en tous genres ...
 
Aucun prisonnier n’aurait dû ressortir vivant de ce type de camps, afin que soient gardés secrets les drames qui s’y jouaient, mais c’était sans compter sur une douzaine d’entre eux qui réussirent à s’échapper. Ziyang Wang, cobaye n°454, était de ceux-là ; cette bande dessinée a été réalisée sur la base de son témoignage et de celui d’une personne qui l’a aidé après qu’il a fui le camp où il était promis à la mort..." (Source)
 
Qui a dit que les mangas et autres manhuas n’étaient pas faits pour se cultiver ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • morice morice 11 novembre 2010 10:41

    faudrait quand même faire le rapport avec celui qui avait auparavant tant vanté ces faits : un partisan nationaliste...Yoshinori Kobayashi auteur aussi de mangas.. d’extrême droite.



    Depuis une dizaine d’années déferle sur le Japon une vague « révisionniste », qui rejette avec virulence la version de l’histoire nationale mettant l’accent sur les responsabilités du pays dans la « guerre de la Grande Asie » (1930-1945). Un expansionnisme qui avait débuté avec l’annexion de Taïwan en 1895 et de la Corée en 1910, puis la création de l’Etat fantoche de Mandchoukouo en 1931 (1)

    En revanche, le révisionnisme a fait une entrée remarquée dans la bande dessinée avec Yoshinori Kobayashi, dont les albums appellent à un « nouvel orgueillisme » (shin gomanizumu), néologisme récurrent de ses publications qui connaissent un immense succès (lire « Quand le Japon “oublie” ses crimes »).

    Yoshinori Kobayashi (quarante-huit ans) était déjà connu. Il devait sa renommée à une carrière de contestataire : au début des années 1990, il avait dénoncé l’Etat dans l’affaire du sang contaminé qui infecta les hémophiles, puis la secte Aum Shinrikyo (responsable de l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995). C’est au milieu des années 1990 qu’il rejoint le courant révisionniste formé autour de l’Ecole pour une vision libérale de l’histoire dirigée par le professeur de pédagogie à l’université de Tokyo, Nobukatsu Fujioka. Il est également membre de l’Association pour le renouveau des manuels d’histoire, formée en 1997 autour de Kanji Nishio, germaniste connu pour sa xénophobie anti-occidentale. Commentateur vedette à la télévision, Kobayashi joue volontiers les provocateurs, défendant ses positions avec un bagou de camelot.
    Le succès des BD de Kobayashi, comme celui des livres de ses amis révisionnistes, tel Ce que ne nous apprennent pas les manuels d’histoire (Kyokasho ga oshienai rekishi), de Nobukatsu Fujioka, s’explique par plusieurs raisons. D’abord, un renforcement de la droite nationaliste qui, depuis la fin de la guerre froide, n’hésite plus à apparaître au grand jour. Comptant des hommes politiques et des intellectuels, elle est soutenue par une partie des milieux d’affaires et des sectes religieuses, bénéficiant de la tribune de journaux comme le Sankei.

    j’ai cité cela lors de la visite de LePen au Japon, effectuée par son second Gollnisch, marié à une japonaise et prof lui-même de japonais. Il eût fallu relier le tout, car il faut davantage prévenir les plus jeunes de ce sur quoi ils peuvent tomber en mangas... il n’y a pas que celle que vous décrivez, hélas...


    Gollnisch dans ses œuvres : vous savez, j’espère, à qui il serre la main là :

    • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 11 novembre 2010 15:34

      Les Japonais ne sont pas tous des révisionnistes en puissance.
      Il est clair qu’il existe au Japon, comme dans tout pays, une droite extrémiste et révisionniste qui fait chier tout le monde, mais qui reste très minoritaire, moi même, je ne connais personne ayant ce genre d’idéologie dans ma famille, ou mes amis.

      Je trouve assez maladroit de comparer le sac de Nankin et le massacre d’Oradour sur Glane, et de mêler le tout à la Shoah, je dois dire que vous avez atteints le point Godwin en faisant ça.
      Tout ces évènements ce sont produits pour des raisons et dans des circonstances totalement différentes.

      Je vous conseille de lire« Violences et crimes du Japon en guerre, 1937-1945 » de Jean-Louis Margolin, ouvrage qui nous permet de bien remettre en perspective ces événements qui aujourd’hui servent de levier à une Chine assoiffée de pouvoir et qui instrumentalise politiquement sont passé.

      Aujourd’hui, Il est hélas de bon ton de montrer du doigt le révisionnisme au Japon qui est du fait de trois imbéciles qui n’ont rien compris et de prendre pour argent comptant un révisionnisme d’état Chinois.

      Les Japonais sont bien moins nationalistes que ce qu’on pense.


      • Tarouilan Tarouilan 11 novembre 2010 17:11

        Ha ha,...... les japonais ont souvent une âme noir de pirates, qui leur a permit par le passé de conquérir par la force, d’asservir des territoires qui historiquement ne sont pas les leurs, comme Okinawa, par exemple, leur sinistre âme noire est toujours la, de nos jours.... ! 


      • Tarouilan Tarouilan 11 novembre 2010 18:05

        Carte des invasions de ces pirates de japonais........ : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c2/Wokou.jpg

        L’âme sombre japonaise qui c’est sublimée et endurcie dans la piraterie...... :
        http://www.escale-japon.com/articles/Les_wako_et_la_piraterie_japonaise.pdf


      • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 12 novembre 2010 01:27

        « Des territoires qui historiquement ne sont pas les leurs.. »

        Où voulez vous en venir avec vos propos sur la piraterie ???


      • alberto alberto 11 novembre 2010 16:35

        Bonjour, l’auteure :

        Je ne suis pas amateur de mangas et autres manhuas, mais j’ai lu a sa sortie le livre de Mo Hayder « Tokyo » (Un thriller un peu glauque...) qui renvoie à l’histoire des massacres de Nankin.

        Sur ce sujet et celui du déroulement bâclé du procès au tribunal de Tokyo, mon avis est que la responsabilité de Mac Arthur est grandissime, tant il est aujourd’hui évident que son principal soucis était de minimiser les crimes commis par les japonnais, couverts au plus haut niveau, et de protéger la famille impériale et son entourage. Les Etats-Unis purent ensuite recueillir les fruits de leurs efforts en faisant du Japon leur principal allié en extrême-Orient. 

        Ce que je pense aussi, pour l’avoir constaté, c’est le ressentiment, pour ne pas dire la haine qu’entretiennent les chinois (du moins ceux avec qui je me suis entretenu, mais tous étaient unanimes) vis à vis du Japon et des japonnais en tant que frères ennemis, mais surtout du fait de la multitude et de l’horreur des crimes commis lors de la dernière invasion nippone. Et je crois qu’il y a là les germes d’un conflit qui, pour peu que l’on y aide, ne demande qu’à éclore...

        Je ne sais si les cliques révisionnistes au Japons en sont conscientes ?

        Pour l’instant la guerre entre mangas et manhuas n’a fait pas de victimes : à suivre !

        Bien à vous.


        • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 12 novembre 2010 01:48

          Kerjean, vous êtes manichéens et votre intervention n’est faite que de lieu commun et d’approximations.
          Toutes les civilisations ont les mains maculées de sang, et les Chinois n’en sont pas exempt.

          Je ne prétend pas être une experte, très loin de là, mais au moins j’essaye de faire avancer le débat de manière digne, d’autant plus si cela peux permettre une meilleur compréhension mutuelle de mes voisins Chinois

          Vous dites que nous nous prenons pour une sorte de race élue ???!!!
          Élue par qui ?
          Pour quoi faire ?
          Monsieur Kerjean, la guerre est fini, les Japonais ne pensent plus que l’empereur est un dieu vivant, et nous n’enseignons pas à nos enfants la haine de nos voisins.
          Il faut vraiment que vous arrêtiez de théoriser comme ça sur les Japonais, c’est énervant et débile.

          Alors ?
          On peu commencer à avoir une discussion normale sur ce Manga ?


        • amipb amipb 11 novembre 2010 21:44

          Le Japon a un passé sombre, c’est évident, mais quel pays n’en a pas ?

          Les gesticulations russes et chinoises ces derniers temps (notamment l’affaire du faux bateau de pêcheurs chinois, qui a, semble-t-il, fait un mort côté japonais), montre plus une volonté expansionniste de ces 2 pays plutôt qu’une hypothétique vengeance historique.

          Les japonais d’aujourd’hui ont effectivement tendance à glorifier un passé glorieux, mais comment ne pas les comprendre : chômage galopant, vieillissement de la population, tutelle américaine omniprésente et forte agressivité de ses voisins (Corée du Nord, Chine, Russie) ? La crise de 2008 a d’ailleurs tendance à accentuer les extrêmes.

          Le gouvernement chinois n’est pas non plus avare en torture contre son peuple : les contestataires, dissidents, tibétains et ouïghours peuvent en témoigner.


          • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 12 novembre 2010 02:11

            Il est vrai que quand on regarde l’Asie depuis l’Europe, on ne vois que gesticulation de tout côtés.
            Nos voisins ce sont enhardis depuis quelques temps et les démonstrations agressives se succèdent.
            L’affaire du bateau de pêche Chinois est un exemple parmi d’autre.

            Une fois de plus, je le répéterais sans cesse, les Japonais n’ont pas tendance à glorifier le passé, je n’ai jamais de ma vie entendu quelqu’un glorifier les périodes sombres de notre histoire, bien au contraire.
            Bon j’avoue, que j’adore regarder les fresques historiques (Jidaigeki) que diffuse la NHK chaque années, je pense pas que ça fait de moi une révisionniste.

            Bien sur, il y aura toujours les débiles de service pour aller en tenue militaire de l’époque au Yasukuni Jinja, cependant on ne réduit pas les Français à la pensée politique de Jean-Marie Lepen à ce que je sache ?

            Je m’aperçois à quel point finalement, en Europe les gens fantasment sur l’Asie...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires