• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mass effect : néant intersidéral

Mass effect : néant intersidéral

Le dernier jeu de Bioware brille par son absence de qualités.

Depuis la sortie de Mass Effect, fin novembre 2007, 1,6 millions de copies ont été vendues. Est-ce là le signe, comme pour Halo 3, qui excède 8 millions de jeux vendus, que Microsoft sait désormais allier la qualité et la quantité ? Car dans la presse spécialisée, comme celle grand public, les journalistes trouvent toutes les qualités à ces deux titres, et les gratifient des notes les plus hautes.

Un tel consensus peut étonner, voire irriter, tant les qualités de Mass Effect, du studio Bioware, sont peu nombreuses. Dans un futur proche, le joueur incarne le commandant Shepard, de l’Alliance humaine, chargé de démasquer un traître en quête de l’arme absolue. Mass Effect devait être une odyssée de l’espace, décrivant le parcours épique du héros.

Certes, reconnaissons que les développeurs ont choisi de ne pas utiliser ad libitum les mêmes licences, et ont créé un titre original. Mais la mécanique de jeu est tout sauf novatrice, reproduite de titre en titre, d’année en année, depuis Star Wars, Knights of the old Republic (2003). Seule l’esthétique et la qualité des graphismes change : le héros est flanqué de deux adjuvants qui l’accompagnent dans une quête dont le seul enjeu est de savoir si l’on est pragmatique et cynique, ou conciliant et attentif au bien commun.

Mass Effect se voulait aussi épique, engageant dans la bataille toutes les formes de vie qui peuplent l’univers. Au final, en guise de vaste complot intergalactique, l’on apprend que c’est un vaisseau spatial, doté d’une forme d’intelligence presque parfaite, qui endoctrine tous ceux qui l’approchent, dans le but d’annéantir toute forme de vie...

Comme dans Star Wars, les auteurs se sont également essayés à décrire la complexité des relations entre les différents peuples aliens. Une fois encore l’intrigue politique tourne souvent au ridicule, poussant inconsciemment ou non, sans cesse à la défiance à l’égard des instances intergalactiques. Le Conseil, sorte d’ONU intersidérale, est décrit avec tous les défauts de la bureaucratie.

Notons, enfin, qu’on ne saurait pas même accorder de dimension contemplative au jeu. Certes, les graphismes émanent d’une console de nouvelle génération. Toutefois, le joueur n’aura guère le loisir d’éprouver la biodiversité des milliards de galaxies. En guise de voyage, Mass Effect propose de dévider une trame linéaire, sur des planètes sans caractère.


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Xav 9 janvier 2008 11:03

    Article un brin lapidaire pour un jeu, certes pas exempt de défauts, mais qui reste une expérience ludique nettement au-dessus de la moyenne.

    Ah c’est sur que l’on est pas dans un RPG pur et dur et les puristes iront plutôt voir du coté de l’excellent Oblivion, mais tout de même, l’intrigue est particulièrement prenante et bien rythmée malgré sa brèveté (à peine 15h de jeu pour compléter la quête principale !!!), les dialogues dynamiques très réussis et c’est loin d’être décevant d’un point de vue technique.

    Donc finalement un très bon jeu qui laisse augurer le meilleur pour les 2 prochains épisodes prévus, même s’il ne mérite sans doute pas complètement l’accueil dithyrambique de la presse spécialisée et qui aura eu pour effet maheureux de relativement éclipser la sortie d’un autre excellent titre : Assassin’s Creed.


    • Abydos 9 janvier 2008 11:04

      Je ne comprends pas qu’on puisse poster un message sur ce jeu, en se limitant qu’a la pochette de celui-ci, car au vue de ce que vous énoncez, vous n’avez jamais fait tourner le jeu ! Quand agoravox ramene les trolls du forum Jeux video.com sa en devient barbant ! Faut il un jeu de l’esprit des "lapins crétin" pour vous plaires ?

      Mass Effect fait partie de ces jeux qui marque une generation et sorte le joueur de sa torpeur, qui n’est pas qu’un panpan dans la jungle ! L’histoire à le mérite de nous faire réflechir, avec des choix moraux, mais aussi nous plonges dans un grand thriller galactique ! Nous incarnons un humain, la race la plus méprisées de la galaxie, bref le bas de l’échelle, et oui sa change on est pas les gentils américain garant de la paix !

      Bref je ne comprends pourquoi ecrire un article si ce n’est pour rien expliquer, ou réduire les véritables qualité intrinsèque du jeu a du néant....

      - Les graphismes

      -Le scénario qui vous tient en haleine durant 15heures

      - Les différentes classe de votre personnage a choisir pour une approche psychologiques différentes (héros de guerre, traumatisé de guerre etc)

      - La possibilité de ce crée un personnage de A à Z

      - Une galaxie regorgeant de peuple et de race (pas des formes humanoides) differentes, à la diplomatie différentes, a la culture complexe

      -Un jeu ouvert sur son temps, un jeu adulte et réflechit, que ce soit au niveau des sentiments, ou la scene homosexuelle entre deux personnages

      - La possibilités d’explorer la galaxie (certe les planetes SECONDAIRES sont le plus souvent désertiques

      Bref vous ne reprenez aucun de ses points pour agumenter, c’est vraiment dommage, votre but n’étant que de descendre le jeu !


      • minimanu 9 janvier 2008 11:17

        Je pense deja que vous n’avez pas bien replacé ce jeu dans son contexte... Vous ne notez nulle part qu’il s’agit du premier volet de la trilogie. De plus, il s’agit d’un jeu qui n’est pas un MMORPG mais un jeu de role avec un seul intervenant mais dirigeant effectivement au total 3 personnages. Pas de connexion au live.

        La mecanique du jeu n’est certes pas novatrice, sauf sur certains points qui sont tres agreables : 

        - on peut faire des dialogues fluides avec des possibilites de choix multiples d’intervention. Meme si parfois on aboutit a un resultat similaire, l’ensemble est bien mené. et on a l’avantage de voire des scenes cinematiques comme si nous etions dans un film avec la possibilite d’interagir directement dessus.

        - on a un certain nombre de missions secondaires pas forcement difficiles, mais qui ont le merite de faire decouvrir des minis intrigues et des planetes, des systemes, etc...

        - la gestion des competences dans des combats en temps reel est bien rendue. Simple mais efficace, elle permet des combinaisons qui ne sont parfois pas si evidentes que cela.

        - une gestion des personnages fluides. Peu de bugs graphiques.

        La duree du jeu est d’une vingtaine d’heure et encore si on n’a pas fait toutes les missions secondaires. Vous trouverez peu de jeux actuels avec une telle duree... et l’on peut recommencer sans probleme dans differents niveaux de difficultes.

        Ce premier volet ne fait que poser les fondations de la trilogie. Certes vous n’allez pas l’acheter (la trilogie, sinon ca ne valait pas le coup de descendre ce jeu devant tout le monde). Mais elle laisse presager un aspect plus riche dans les prochains volets. Maintenant que le moteur graphique est developpé, les concepteurs vont pouvoir mettre l’accent sur l’intrigue... Un peu comme certains films. Mais vous n’avez pas du les aimer non plus...

        Concernant Halo3, il est par rapport aux deux autres opus, plus court, mais graphiquement et dans l’intensite beaucoup plus impressionnant.
        Il reprend la possibilité de jouer en live (la, on se retrouve immerge dans un FPS a la counter strike avec). on aime ou on n’aime pas. Mais l’ensemble est bien gere et fluide. Je pourrais developper les qualites et les defauts de ces jeux mais en fait la vraie question est :

        qu’est ce que fait cette article sur un site comme celui la ?
        Le fond de votre pensee, ce qui vous a irrite, c’est le fait que ces jeux aient ete encenses ?

        c’est contrariant pour vous que des jeux d’une qualite reconnue par beaucoup de joueurs n’aient pas ete au niveau de vos attentes ?

        Revendez les sur un site d’echange et n’en parlez pas, laissez aux gens leur plaisir de decouvrir un jeu de ce type et evitez de deflorer les intrigues.


        • minimanu 9 janvier 2008 11:21

          Vu la rapidite des reactions a l’article allant dans le meme sens, le neant intersideral pourrait bien se trouver ailleurs que dans le jeu, mais peut etre dans votre position

           


        • Mathieu L. 9 janvier 2008 12:00

          Effectivement ce genre d’article n’est pas forcément à sa place sur un site comme agoravox. Je ne viens pas ici pour y parler de jeux videos.

          A bon entendeur.


        • Mathieu L. 9 janvier 2008 11:58

          D’autant que la critique de jeuxvideo.com est plutot dithyrambique. Personnellement il me tarde que ce soft arrive sur pc. Je ne suis pas toujours d’accord avec les critiques de jeuxvideo.com mais celle-ci semble objective au vu des screenshots et des videos. A tester donc mais sur pc.


          • hoax hoax 9 janvier 2008 12:22

            Je n’ai pas joué à ce jeux, mais c’est étonnant quand même de voir que les graphismes deviennent de plus en plus primordiaux pour la critique d’un jeux, cf les sites spécialisés.

            Car avec le dévelloppement de nouveaux moteurs graphiques, la course effrénée à plus de puissance les titres ont forcément de plus beaux graph’ que les précédents.

            De plus mettre l’accent des graphismes et autres facteurs techniques pour un jeux consôle autant jouer au foot à cloche pied à moins que ça soit moins bien optimisé pour pc, sinon c’est le "fun" qui doit primer sur une consôle car sans ça un titre n’est rien.

            Alors est ce qu’on s’y amuse au moins ? C’est le but d’un JEUX vidéo non ?


            • minimanu 9 janvier 2008 12:30

              d’accord avec vous ! mais essayez ces jeux et vous verrez qu’ils ne sont pas a ce point si mauvais... Il est clair que les jeux de role sur ordinateur sont quelquechose de tres difficile a adapter (je parle pour Mass Effect, Halo 3 etant un FPS). Toutefois, le background est pas mal développé (certains jeux de roles papier n’arrive pas a ce stade) et est épaulé par un bon moteur graphique (le coté immersif est d’autant plus fort), ca ne peut rajouter qu’au plaisir d’y jouer.


            • Laurent Checola Laurent Checola 9 janvier 2008 13:49

              Abydos : " Faut il un jeu de l’esprit des "lapins crétin" pour vous plaires ?"

              Mass Effect, c’est plutot les Cretins de l’espace... Il y avait mille références cinématographiques à utiliser : citons pele-mele : Ghost of Mars de Carpenter, Strarship Troopers de Verhoeven, et pourquoi pas 2001 de Kubrick... Meme dans le jeu vidéo, on peut citer Deus Ex.

              Il faut cesser de faire valoir qu’un jeu scenarisé est forcément de qualité.

              Vous faites également valoir : "Une galaxie regorgeant de peuple et de race (pas des formes humanoides) differentes, à la diplomatie différentes, a la culture complexe".

              Je vous mets au défi de montrer comment cette culture complexe est mise en scene dans le jeu.... On dirait seulement que vous reprenez le dépliant publicitaire du titre.

              Par ailleurs, s’agit-il d’un "jeu adulte et réfléchi" uniquement parce qu’il est possible de visionner une scène homosexuelle entre aliens ? Sur notre bonne vieille planète bleue, cela ne s’appelle pas du racolage ?

              Minimanu : "Revendez les sur un site d’echange et n’en parlez pas, laissez aux gens leur plaisir de decouvrir un jeu de ce type et evitez de deflorer les intrigues".

              Je pense qu’il faut arrêter avec cette logique de Geek et prendre le jeu vidéo, non plus comme un objet de phantasme, mais comme un objet d’art, pouvant être critiqué.

              Vous avez beau dire : le background du jeu s’il pouvait etre interessant, est complètement annexe, et ne sert en aucun cas l’intrigue du jeu. Il est simplement relayé en seconde zone, dans le "codex" du joueur, alors qu’il pouvait effectivement jouer un rôle clé.

              Par ailleurs, le résultat est d’autant plus navrant, qu’il s’agit de l’incipit d’une trilogie. Bioware assume désormais de livrer pour 70 euros, un jeu presqu’épisodique, laissant entrevoir au joueur des suites flamboyantes. Tout ceci n’est que du marketing...

              "Vu la rapidite des reactions a l’article allant dans le meme sens, le neant intersideral pourrait bien se trouver ailleurs que dans le jeu, mais peut etre dans votre position".

              Très spirituel... Je me garderai bien de faire certains parallèles avec des exemples historiques, sur l’argument majoritaire. Il ne s’agit là que d’un jeu... Il ne faudra toutefois pas que les joueurs se plaignent, si l’unique modèle de l’industrie du jeu devient Hollywood...

              Je rejoins enfin le sentiment de Hoax, qui pointe justement une derive de la critique vidéoludique contemporaine : seul l’aspect technique compte. Je ne suis pas le seul à penser que l’industrie du jeu doit gagner en crédibilité. Ce n’est pas en raisonnant sur des considérations graphiques qu’on y parviendra.

               

               


              • minimanu 10 janvier 2008 08:50

                "Très spirituel... Je me garderai bien de faire certains parallèles avec des exemples historiques, sur l’argument majoritaire. Il ne s’agit là que d’un jeu..."

                effectivement il faut bien s’en garder ! car les gouts et les couleurs n’ont rien a voir avec les theories et les analyses, l’argument majoritaire (ou non) n’etant pas revelateur d’une quelconque verite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires