• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mes vies secrètes de Dominique Bona

Mes vies secrètes de Dominique Bona

Le dernier ouvrage de Dominique Bona est un véritable bonheur de lecture. On ne le lit pas, on le savoure tant le style est fluide et la promenade proposée un cheminement en bonne compagnie dans les allées de l’art et de la culture. Pour une fois, Dominique Bona se raconte mais elle se raconte à travers les personnalités ou plutôt ces « autres » qui ont inspiré, depuis une trentaine d’années, sa production littéraire. En s’accordant une liberté totale, celle de narrer ce qu’ils ont été pour elle, ce qu'ils lui ont apporté au long de ce pénétrant travail de biographe, et comment ils ont contribué à faire d’elle un écrivain à part entière et une académicienne.

 

Ne sont-ce pas ces ouvrages sensibles, documentés, qui ont forgé son talent, affiné sa perception des êtres, son intuition, son acuité à aller au plus profond et à s’immerger dans le secret de leur cœur ? Le choix de ces biographies nous révèle déjà une part de sa personnalité, de sa nature, de ses exigences, mais également son souci de céder aux penchants si naturels de ses sympathies. On n’écrit pas sur Romain Gary, Berthe Morisot, Clara Malraux, Maurois ou Colette sans raison, sans qu’il y ait souterrainement une communion secrète. De même qu’on ne se consacre pas à de pareilles évocations sans qu’un choix exigeant et une inclination particulière ne vous y ait invité. Puis, le choix fixé, encore a-t-il fallu que Dominique Bona s’immerge dans l’existence la plus intime de ses amis de l’ombre alors qu’elle n’a rencontré qu’un seul de ses personnages : Clara Malraux. Les autres étaient morts, certains depuis longtemps. Aussi, pour restituer ces vies disparues, des rencontres ont-elles été nécessaires avec des descendants, des témoins, des éditeurs, sans compter les tonnes de documents à dépoussiérer, à mettre en perspective et à décrypter comme des hiéroglyphes. Et, afin de s’imprégner de l’atmosphère environnementale, se rendre en pèlerinage dans le secret des maisons et des jardins et en percevoir les plus intimes vibrations...

 

L'art de l'introspection est un art difficile qu’il faut aborder avec autant de ferveur que d’objectivité, ce qui n’est pas simple, le concevoir avec un esprit d’analyse particulièrement aiguisé, ne point se disperser et rassembler sans figer. Ce travail, l’écrivain nous le raconte de façon alerte, avec finesse et subtilité, d’une plume enjouée et caressante, nous invitant à la rejoindre dans cette lente élaboration qui est tout ensemble la vie des autres et la sienne propre et, ce, dans le souci permanent de se trouver soi-même dans cette quête passionnée d’autrui. Le résultat est un enchantement. Au long des 17 chapitres, qui composent le livre, nous voyageons en sa compagnie, suivons son travail d’investigation pour mieux capter le sens de la vie, la marche du monde, la beauté des choses. Voici comment, grâce à l’écriture de ses biographies et de ses quelques romans, Dominique Bona a réussi à forger sa propre unité.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès