• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Michael Jackson au cinéma : this is it !

Michael Jackson au cinéma : this is it !

Ça y est ! Vu, avec un mélange de pur plaisir et d’émotion, le This is it de Kenny Ortega (USA, 1h50), film musical documentaire retraçant les préparatifs de la dernière tournée que l’artiste pop, hélas décédé le 25 juin dernier, devait offrir l’été 2009 à ses fans à l’Arena de Londres. Dans la salle UGC-Ciné-Cité-les-Halles où j’étais, agréablement métissée, l’émotion, dans les rangs, était ô combien palpable : imitations de cris suraigus du King of Pop par un aficionado juste avant l’entame du film, avec rires en cascade qui s’ensuivent, spectateurs qui battent la cadence sur des séquences électrisantes (dont le célébrissime Thriller), applaudissements du public suite au jeu de jambes trépidant de Bambi, jeune spectatrice à mes côtés en pleurs durant toute la projo (Kleenex a-t-il pensé à se faire partenaire du film ?), imitation dans la salle obscure du fameux moonwalk par un spectateur debout à la recherche de son quart d’heure de gloire et on en passe. On le sait, Jackson a toujours embrassé un public très large, et ces expressions populaires, à ne pas confondre avec populistes, sont le signe touchant que, plus de quatre mois après sa mort, la star est toujours, plus que jamais, un catalyseur bigger than life suscitant une multitude de réactions en chaîne, des plus pointues aux plus innocentes, voire maladroites, et c’est très bien ainsi.

 Ce film, d’emblée, se veut programmatique : « Pour les fans… », est-il écrit sur l’écran. Ah, ça tombe bien car, parmi beaucoup d’autres (au vu de la salle bourrée à craquer), je suis un fan, un admirateur de la première heure - dois-je l’avouer ? Je suis de la génération Off The Wall et Thriller. Aussi, chers lecteurs, un simple avertissement : si vous n’aimez pas Jackson, n’allez pas voir ce film (car Michael y est vraiment pas mal du tout et vous risqueriez d’être déçus, ce This is it n’offrant guère de munitions pour l’enterrer une deuxième fois !) et, autre petit conseil au passage, ne vous sentez point obligés de lire cet article ! Eh oui, loin de moi l’idée d’entrer ici dans une soupe de tabloïds s’excitant, la plupart du temps en vain, à fouiller ad nauseam les poubelles de la pop star la plus mythique de la seconde moitié du XXe siècle. Je préfère laisser ça aux vautours et aux pisse-froid. Pour les autres, pour les fans, ou tout simplement pour ceux qui sont intrigués par le mythe Jackson, ce This is it, formidablement rythmé, est pour vous. Le directeur artistique de MJ, Kenny Ortega, que l’on voit d’ailleurs très souvent à l’écran (ce qui tombe bien car il semble fort sympathique), a été clair au moment de la sortie de ce film-testament : « Ce film est un cadeau aux fans de Michael. Lorsque nous avons commencé à assembler les différents éléments de tournage pour le film, nous avons réalisé que nous avions enregistré quelque chose d’extraordinaire, unique et vraiment spécial. C’est un regard véritablement privé et exclusif sur le monde d’un génie créatif. » C’est vrai, et c’est en ce sens que This is it est un document très précieux, on y voit un grand artiste au travail. Développé en une quinzaine de séquences, retraçant le parcours artistique de MJ, de ses débuts avec The Jacksons jusqu’au final écologique sur fond de « messianisme jacksonien » (Earth Song) via ses tubes légendaires (Billie Jean, Thriller, Beat It, Smooth Criminal…), le ruban filmique qu’est This is it s’enroule habilement dans une mosaïque d’images quasiment toutes inédites.

 On y voit avec plaisir, et frustration (ces concerts londoniens sont partis en fumée), des tableaux scéniques, à la gloire de Michael et des mythologies américaines (Hollywood, Broadway, Motown Sound, Chicago et ses mitraillettes-camemberts, New York et son melting-pot) ; parfaits écrins pour servir, dixit Ortega à propos du Roi, « un temple du rock’n roll ». On peut dire que ce doc musical est au projet de concert 2009 de Jackson ce qu’est le making of de Thriller pour le clip éponyme : on entre dans la matrice et le sanctuaire Jackson ; à travers ces préparatifs filmés en coulisses (plus de 80 heures d’images enregistrées), il s’agit d’entrer dans la fabrique des sons & images de Jackson, et c’est un régal. De cet artiste exigeant, ô combien perfectionniste, on ne connaît que trop bien sa mécanique plaquée sur du vivant, imparable, qui a alimenté une machine de guerre tubesque redoutable durant trois décennies (70’s, 80’s et 90’s), par contre on connaît beaucoup moins un Jackson « en creux », sur la réserve, travaillant dur, hésitant, cherchant de nouvelles choses, revenant sur ses pas, bref en pleines répétitions – d’ailleurs, on l’entend dire souvent, histoire de justifier sa volonté de créer un spectacle de haute volée, « D’où les répètes, d’où les répètes ». Pour ses chorégraphies à venir, il tente des coups, il lâche ses mouvements, ça marche ou ça patine, passant d’une danse mécanique militaire sur un son new jack percutant (Jam, They Don’t Care About Us) à une grâce féline toute féminine ; Michael avait fini, après son cross over musical et physique lui ayant permis de fusionner Blanc & Noir, par mixer, dans un même corps hybride, masculin et féminin, créant ainsi une sorte de corps asexué au service de son image kitsch de divinité païenne estampillée, pour le meilleur et parfois pour le pire, United Colors of Jackson. Toujours dans cette idée de montrer le work in progress du concert, pour « le confort de son oreille », on entend la star demander aux musiciens de placer des sons moins cassants afin de ne pas écraser les voix, et pour « saint Michael », les techniciens s’exécutent fissa ! (en ce sens, ce film ne manque pas d’humour, car il ne cache pas, qu’aux yeux de son équipe, Michael est une icône, ils prennent tous des pincettes pour lui parler, il s’agit de le servir sur un plateau) ; pour l’intro lancinante de The Way You Make Me Feel, Jackson demande à son clavier de laisser traîner la note comme s’il s’agissait du mouvement cotonneux d’un homme, au petit matin, sortant du lit – jolie métaphore ; devant des écrans vidéo montrant une nouvelle vidéo de Thriller en 3D, Michael mâchouille un chewing-gum, tranquille, saluant tel cadrage ou telle lumière (rappelons qu’il s’apprêtait à devenir réalisateur après son ultime show). Pour les fans, et pour les créateurs de toutes sortes, qu’ils soient en herbe ou confirmés, c’est passionnant à suivre. D’ailleurs, avec ses costumes de scène par moments invraisemblables (Christian Audigier Superstar !) et sa volonté de ne pas trop en faire pour se réserver pour le jour J, M n’y est pas toujours à son avantage. Certes, on le sent en forme, que ce soit au niveau vocal (on lui retrouve sa superbe voix solaire sur I’ll Be There) ou physique (il bouge toujours bien même si on ne le voit pas exécuter le moonwalk sur Billie Jean, dommage), mais il s’agit tout de même, à travers cet envers du décor montré, de dévoiler un corps d’un homme de 50 ans fort maigre. De dos, il n’est pas rare de lui voir les omoplates fort saillantes et son visage déstructuré, suite aux maintes opérations chirurgicales, est souvent caché par des lunettes noires et par l’ombre d’un panama - par contre, c’est bien lui qu’on voit, ceux qui parlent de doublures me semblent à côté de la plaque ! Et je préfère le voir comme ça, dans sa vérité nue, loin de la superbe de l’époque Thriller où il était beau comme un Dieu, plutôt que de le voir retouché au Photoshop comme dans le livret de 36 pages du double album This is it.

 Ce que je retiens de This is it (du 5 sur 5 pour moi pour sa charge émotive même si, formellement, je l’aurais souhaité plus warholien, plus démultiplicateur d’images à l’instar de l’affiche-patchwork du film), c’est l’émotion grand écran qu’il distille du début à la fin : c’est magnifique de voir l’admiration que toute son équipe, superbement soudée, portait à Michael Jackson. Certes, le champ de l’image m’a intéressé (un King of Pop beaucoup plus bête de scène que monstre de foire – mille mercis à Kenny Ortega) mais c’est davantage les contrechamps qui m’ont emballé et ému. C’est à travers ces plans-là qu’on ressent l’incroyable caisse de résonance qu’était Jackson et sa sidérante force d’attraction. Lorsque Michael danse sur Billie Jean, un contrechamp poignant, et drôle, sur ses jeunes danseurs Black or White les montre ravis de voir en chair et en os le Roi du Funk danser sur… Cène - chapeau bas, respect. Autre moment révélateur du mythe Jackson, lorsqu’une choriste chante avec lui sur I Just Can’t Stop Loving You, elle est tellement enthousiasmée de chanter en duo avec son idole qu’elle ne cesse de le regarder, jusqu’à en oublier le public, et alors là, gentiment, Jackson lui dit de finir sur « I just can’t stop loving you » en regardant, non plus la superstar qu’il est, mais les gens. C’est aux spectateurs que Jackson, artiste généreux, veut, avant tout faire passer ce message d’amour. Dont acte. J’ai un tout petit bémol tout de même concernant ce doc : ne pas voir MJ, alors que c’était annoncé, sortir de son chapeau, après le moonwalk de Billie Jean et l’anty-gravity lean de Smooth Criminal (lorsqu’il se penche à 45°), un nouveau pas de danse, mais peut-être réservait-il déjà cette troisième pure création pour les anges, là-haut. Enfin, c’est un très bon film car il est puissamment, et fidèlement, jacksonien : à savoir drôle (on voit MJ, parfois taquin, faire des blagues de gosse), électrique (avec Elvis, Michael est la plus grande bête de scène de tous les temps) et tragique (on le sait, il y a Jacko le dingo derrière Bambi). Effet montagnes russes garanti : entre joie et tristesse infinie. Constamment pris dans un double mouvement, à l’instar du titre This is it, qui veut tout aussi bien dire « On y est ! » que « C’est terminé », d’un côté on s’excite à l’idée de découvrir un méga-show qui annonçait le grand come back de la star, allant certainement renaître de ses cendres, et, de l’autre, lorsqu’on est fan, on sait hélas qu’on ne reverra jamais plus de nouvelles créations du génie à l’état pur qu’était Michael Jackson (1958-2009). 

Documents joints à cet article

Michael Jackson au cinéma : this is it !

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • ruth 3 novembre 2009 10:36

     L’intégrale de Michaël Jackson en streaming avec en bonus le film THIS IS IT.


    • Piotrek Piotrek 3 novembre 2009 11:21

      La boite qui a produit ce film, c’est pas la boite qui avait signé les 80 concerts qui seraient responsables du début de la fin de Michaël Jackson ? Ou je me trompe ?


      • Bardamu 3 novembre 2009 13:06

        Maintenant qu’il est parti, pourra-t-on enfin s’intéresser à un garçon autrement plus talentueux : Prince !


        • aroame 4 novembre 2009 02:27

          Prince n’est qu’un petit valet à côté de MICHAEL JACKSON ! Il n’intéressera jamais la planète entière, malgré son talent.


        • nexus 3 novembre 2009 14:05

          Je ne suis pas habitué à aller voir les gros trucs commerciaux, mais le côté documentaire m’a attiré, et j’ai pas été déçu. C’est un beau film. Touchants sur pas mal d’aspects. Il maitrisait vraiment les trois clés qui ont fait de lui une super star : la musique, la danse et le show.


          • luatwork 3 novembre 2009 15:00

            avait on vraiment besoin d’un tel film pour savoir ce qu’était MJ ?
            non, j’ai toujours su qu’il était un grand et véritable artiste
            ce qui m’interpelle le plus dans cette histoire, c’est la production de ce film : même équipe que pour la tournée annulée
            n’est-ce pas là moyen de rentrer dans ses frais (voire plus) ?
            surtout que ce doc n’est pas estampillé « jackson’s Family », ce qui veut dire que nous allons avoir droit à la version famille dans pas longtemps
            je n’irai pas voir ce doc en salle, pas envie de me retrouver avec des « fans » de 17 ans


            • Vincent Delaury Vincent Delaury 3 novembre 2009 15:36

              luatwork : « je n’irai pas voir ce doc en salle, pas envie de me retrouver avec des »fans« de 17 ans »

              Rassurez-vous, il n’y a pas que des « djeun’s » dans la salle. Jackson étant un artiste intergénérationnel, ça brasse du monde : il est vrai, beaucoup d’ados dans la salle, mais on y croise aussi de jeunes adultes (la vingtaine), des trentenaires, des quarantenaires et beaucoup plus même ! N’ai-je point vu Morice dans un coin ?! A vérifier...


              • johnford johnford 3 novembre 2009 16:20

                Aller voir ce film en salle est ce que ça n’est pas encore engraisser des personnes sur le dos de la mort de Mickael jackson ? Allez le voir si vous voulez je à mon humble avis monsieur Jackson aurait préféré que vous le téléchargiez :)


                • Radix Radix 3 novembre 2009 16:22

                  Bonjour

                  C’est dingue ! Même avec un mec enterré depuis un moment, ils arrivent à faire encore du fric !

                  Radix


                  • franck2010 3 novembre 2009 16:26

                    Bel hommage cet article.

                    Je suis d’accord sur la présence incroyable de cet homme, Je n’ai vu que des extraits mais il est évident qu’il avait été touché par la grâce. Un geste de lui exprimait plus de choses que le même geste fait par un autre. C’est de la magie à ce niveau.

                    Je ne suis pas fan.... :).....


                    • vivre 3 novembre 2009 17:41

                      Très bel hommage, Vincent. J’ai lu avec beaucoup de plaisir ce que tu dis sur This is it.
                      J’ai adoré ton style et tes analyses. J’ai vu deux fois le film entre plaisir et larmes...
                      J’ai une interprétation différente pour le duo « I can’t stop lovin you ». J’ai l’impression que la partenaire de Michael débute vraiment et son jeu de scène n’est pas adapté (raide, godiche). Michael essaie de la guider. Finalement, il joue le sentiment amoureux à la Chaplin (cligne des yeux, hausse les épaules en rythme), il passe à la comédie pour en rire ? s’en sortir ? agacé ? Situation analogue : Michael était l’invité d’une émission TV allemande années 90, trois animateurs s’exprimaient gaiement et bruyamment entre eux. Michael, assis dans un coin de canapé, était complètement oublié. Il a commencé à retirer délicatement les pétales d’une fleur dans un vase près de l’accoudoir (avec gestuelle et mimiques de Charlot). Toute la salle s’est mise à rire. Vraiment très chouette ton article.


                      • Fidji.mc Fidji.mc 3 novembre 2009 17:54

                        Bonjour ,

                         Je n’ai pas vu le film , que des extraits et des réactions un peu « déchainées » !
                        Certes , bel hommage , émouvant ,
                        Vais-je aller le voir , je l’ignore encore
                        mais je pense que tout a contribué à en faire un événement .
                        N’y aurait-il pas une certaine manipulation ?
                        Je me pose la question moi-même car certains ont attendu toute la nuit !
                        Pourquoi une diffusion si matinale ?????
                         Fidji.mc.


                        • vivre 3 novembre 2009 18:03


                          Encore moi Vincent. Que veux-tu dire par un film plus « warholien, plus démultiplicateur d’images à l’instar de l’affiche patchwork » ?
                           
                          Pour ma part, j’ai apprécié que le film soit assez classique avec des cadrages stables ( prises de vue de travail). Cela nous a permis de voir une dernière fois Michael vraiment . Je n’ai regardé que lui la première fois ! Je n’aurais pas aimé le voir filmé avec une caméra trop dynamique comme on le fait souvent pour les diffusions TV afin de donner de la vie aux artistes... C’est souvent un « cache-misère » mais Michael n’en avait pas besoin !


                          • Fidji.mc Fidji.mc 3 novembre 2009 18:03

                            Cela a été comme commercialisé . Encore une histoire à but lucratif ?
                            Mais le film , je suppose est un bel hommage émouvant .
                            Moi qui l’aimais surtout lors de « Billie Jean » ,
                            moins par la suite , cela m’émeut quand même
                            Mais n’oublions pas que « le phénomène de groupe » existe
                            Il est très fort et présent dans cet « événement »
                            Fidji.mc.


                            • Traroth Traroth 3 novembre 2009 20:37

                              Mes pensées, comme toujours, vont aux victimes innocentes de ce pédophile qui n’a pas passé une seule journée en prison.


                              • aroame 4 novembre 2009 02:28

                                Non, mais faut-il être borné pour écrire des inepties pareilles ? Cela ne devrait pas être publié,s.v.p.


                              • Traroth Traroth 4 novembre 2009 10:12

                                Vous approuvez la pédophilie ?


                              • aroame 4 novembre 2009 02:35

                                Michael Jackson est le plus grand de tous et de tous les temps. En plus, sa personnalité si attachante, son immense générosité, sa sensibilité hors du commun, sa tendresse, son savoir-faire et son humilité tout à la fois, le classent parmi les Grands. Également son amour des enfants, (pas comme le pensent les esprits tordus ! Non, mais faut-il être tordu !), ses qualités de père, sa fougue, son talent, son feu sur scène, son talent de créateur, (il a composé presque toutes ses chansons), ses talents de danseur, sa lumière unique et irremplaçable, (Prince peut bien aller se rhabiller, aucune comparaison), sa voix de velours, sa beauté physique, en font un personnage presque céleste, même s’il était très, très physique dans ses interprétations sur scène, sexuel, sensuel, et tout. Oui, je l’aime, I love you Michael, from the most bottom of my heart.


                                • Shaytan666 Shaytan666 8 novembre 2009 12:31

                                  A quelle ligne on doit commencer à applaudir ?  smiley


                                • « O » 4 novembre 2009 09:43

                                  MDR ! le mec qui commence sa critique cinéma, par « Ca y est ! » comme si le fait qu’il ait vu un film était un événement mondial. Ridicule ! Inutile de lire l’article en conséquence.


                                  • Vincent Delaury Vincent Delaury 4 novembre 2009 18:11

                                    vivre : « Que veux-tu dire par un film plus »warholien, plus démultiplicateur d’images à l’instar de l’affiche patchwork«  ? »
                                    Eh bien, pour faire simple, que l’affiche du film, façon mosaïque ou puzzle, se retrouve à l’image. Une image qui en contienne d’autres. Images dérivées d’images, à l’infini, pour rappeler le côté pop star de MJ et dynamiser le mouvement dans l’écran. Ca peut être le split screen (l’écran dans l’écran) comme chez De Palma par exemple. Bien sûr, ça peut faire un peu daté (seventies), mais bon, le disco, Jackson a donné là-dedans ! Avec les Jackson 5, The Jacksons et... Off The Wall, son premier album solo. 


                                    • « O » 4 novembre 2009 18:52

                                      Le mec qui parle d’écran puzzle et qui cite même pas Abel Gance qui a créé le procédé. Tu vois le minable niveau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires