• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mon école communale

Mon école communale

La nostalgie n'est plus ce qu'elle était.

Je me souviens de mon école communale du temps jadis, quand le jeudi était notre milieu de semaine et que nous travaillions tout le samedi. C'était avant les soubresauts de 1968, les transformations radicales de la vieille France de l'après guerre n'avaient pas encore eu lieu !

Nous étions entre garçons, les filles avaient leur école, espace mystérieux dont nous ignorions tout. Une route nous séparait, bien plus d'ailleurs qu'un simple ruban de bitume mais un monde si différent que nous ne songions même pas à y regarder. Notre cour était bruissante de nos jeux de ballons, de nos parties de billes, des parties échevelées de gendarmes et de voleurs. Ce qui se passait en face, avec des cerceaux, des élastiques et des marelles était si loin …

La dernière année, celle de CM2, nous avions droit, privilège exceptionnel, de quitter la communale, pour aller vivre bien plus loin encore, à l'écart de tout. Un préfabriqué accueillait deux classes, la nôtre et celle des grands du certificat d'études. De grands gaillards qui n'étaient pas passés au collège, le CEG d'alors. Ils avaient échoué là et beaucoup d'entre-eux attendaient d'avoir l'âge pour entrer dans l'école des usines Simca, institution de mon village d'antan.

Nos deux maîtres étaient de récents rapatriés d'une terre lointaine. Derrière eux, nos parents les qualifiaient de « Pieds noirs », nous en ignorions les raisons. Ce que nous savions c'est qu'ils avaient le pied tout aussi chaud que la main droite. Les coups pleuvaient, bien loin des méthodes de leurs collègues des classes en dessous, de merveilleux adeptes de la méthode Freinet auxquels je dois ma vocation d'enseignant.

Le matin, il fallait remplir le poêle à fuel. L'odeur était prégnante, le froid assez vif les nombreux matins glacés. La chaleur finissait par nous envelopper juste à temps avant d'aller nous aérer pour des récréations pù le temps ne nous était pas compté.(Le directeur était si loin !) Les parties de balle au prisonnier avaient remplacé tous les autres jeux de la petite école. Le combat était rude, les fins d'études avaient deux ou trois ans de plus que nous !

Ils en faisaient des tours pendables ces garçons qui avaient bien du mal avec l'école. Des cigarettes plein les poches, des magazines « Lui » dissimulés dans leurs sacs, des pétards et autres mystères dont nous ne comprenions pas tout. Ils nous intriguaient plus qu'ils ne nous faisaient peur. Ils sentaient d'eux-mêmes que nous ne serions pas du même monde et que leur vie se ferait (du moins le croyaient-ils alors) derrière les forges de nos usines automobiles.

Que cette année loin de tout fut une belle année de bêtises et d'aventures folles ! Les douves du château étaient toutes proches, l'hiver fut si rude cette année là que la glace nous servit de terrain de jeu et que les batailles de boules de neige furent notre guerre des boutons, impitoyable et interminable.

Nos deux maîtres n'étaient pas très regardants, ni à la sécurité, ni à la morale. Ils avaient sans doute compte à régler avec le pays qui les avaient abandonnés. Nous connûmes d'étranges défis de jeunes mâles qui se découvrent, se mesurent et se comparent. Ils faisaient semblant de ne rien voir, je doute qu'il en fût vraiment ainsi.

Quand ils reprenaient la main, les claques et les coups de pied au derrière avaient leurs cibles préférées. Les pauvres garçons durent vivre une année de plomb. Mais bons princes, pour assurer notre silence, les deux lascars n'oubliaient jamais de servir tout le monde en tenant sans doute comptabilité de leur généreuse distribution.

Je me souviens encore des cahiers de composition, de ce temps suspendu où nos folies et nos bagarres étaient mises en suspens tout comme la pluie des coups. C'était alors le moment sérieux que personne ne venait contester, pour restituer à nos maîtres ce qu'ils avaient, malgré tout, réussi à nous apprendre.

Je me souviens encore que beaucoup durent passer un examen pour obtenir leur droit d'entrée en sixième. Nous n'étions que quelques-uns à échapper à cette redoutable épreuve. Ceux qui échouèrent partirent vers d'autres voies. La sentence était sans appel et leur destin se scellait bien tôt. Je n'en revis que bien peu de ces garçons poussés vers la sortie avant même qu'ils n'aient l'âge d'aller à l'usine. Cette école n'était pas si merveilleuse que ça !

Communalement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • delor 16 mai 17:18

    Il y a quelques semaine de cela, un philosophe connu dont je tairai le nom, s’est étonné dans un article publié dans un journal « libre », de ce que la sexualité des Français, surtout chez les plus jeunes, avait pris une « courbe descendante ». Je lui ai répondu : le fantasme, il n’y a plus de fantasme. Depuis la garderie (qui n’existait pas il y a quelques décennies) les humains mâles et femelles sont « mélangés », très tôt, on leur apprend tout sur le sexe et la sexualité de l’autre. les petites « femelles » savent toutes ce qu’il y a sous le pantalon et le slip des petits mâles et comment cela fonctionne. Les petits mâles savent tous ce qu’il y a sous la jupe et la culotte des petites femelles (ou du pantalon ...) et comment cela fonctionne. De plus les publicités qui étalent tout sur le sexe et la sexualité, les films pornos ou érotiques font le reste. Il n’y a plus de fantasme, de rêve ! Et puis voilà que les véritables amazones modernes que sont les féministes ultra viennent encore refroidir le peu d’ardeur qui pourrait encore subsister chez les uns/es et les autres ! On en arrve, après être passé par la poupée gonflable« à la »robote" non gonflable mais qui s’occupe paraît-il très bien ds mâles encore en chaleur ! 


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 mai 18:29

      @delor

      Puisque vous le dites


    • @delor

      Une société qui ne fantasme plus est dite alexithymique. Définition :

      Selon les observations de Nemiah et Sifneos1, les patients psychosomatiques ont en commun une difficulté marquée à décrire leurs sentiments, une absence ou une réduction de la vie fantasmatique, et la manifestation de la pensée opératoire.

      Le psychanalyste Jean Bergeret tente de situer les caractères psychosomatiques souvent associés au comportement alexithymique : « un affaiblissement du fonctionnement de la pensée au profit d’un mode d’expression passant essentiellement par le corps. » Chistian Nots aborde aussi le problème et parle de pensée intrumentalisée de 7 milliard de gueux (là je pense que Nabum va se hérisser,...)


    • ZXSpect ZXSpect 16 mai 18:32

      « Cette école n’était pas si merveilleuse que ça ! »


      Serait-ce mieux aujourd’hui ?


      Un article de C’est Nabum qui ne dénigre pas les évolutions actuelles, un article sans « canailles », « copains et gredins », « roueries du pouvoir », « passé glorieux » …. nous perturbe.


      • ETTORE ETTORE 17 mai 12:19

        Nabum@

        En voyant la photo du panneau « ATTENTION ECOLE »

        Je mesure l’importance du temps qui passe.

        Actuellement, avec ce monde dans lequel nous vivons, ce panneau ressemble plus à « DANGER ENLEVEMENT D’ENFANT »

        Triste évolution de cette société, ou malheureusement, les coups de pied au cul se perdent pour certains.


        • juluch juluch 19 mai 20:09

          De beaux souvenirs....ont a tous les notres au fond de nous....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès