• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Monceau-la-Honte

Monceau-la-Honte

Quarante ans après Mai-68, qui dénonçait la société de consommation, d’aucuns cherchent encore comment un capitalisme aussi critiqué a pu reprendre le dessus et devenir aussi forcené. On n’a jamais vu autant de milliardaires au mètre carré sur cette planète. On n’ose plus évaluer l’échelle des salaires en France : elle était de 1 à 20 dans les années 70, je serais bien incapable de fixer un chiffre à ce jour, au-delà du millier ça ne veut plus dire grand-chose. Je ne sais pas comptabiliser l’épaisseur des parachutes dorés, et cette propension actuelle à récompenser le mauvais patron qui plante sa société, mais part quand même avec la caisse. Une masse d’argent pareille, chez certains, ça devient obscène. Mais ça ne choque plus, car tout le monde s’y est fait, à force de magazines où l’on range les yachts par taille, par prix, par pays, ou dans d’autres où l’on établit une cartographie de la Corse argentée. Dans un pays où le président lui-même joue la carte des nouveaux riches bardés d’emblèmes caractéristiques (montres, stylos, vacances en yachts, top model, etc.), plus personne ne s’en étonne. C’est grave.

Personnellement, je suis, je vous l’avoue, assez hermétique, à cet étalage de richesses : d’un yacht, je retiens la ligne, pas ce qu’il coûte, et quant à la Corse, ma norditude fondamentale qui déteste le soleil me fait préférer le Morbihan ou le Finistère. Bref, il y a bien des riches, immensément riches, et je ne cherche pas à les voir ni à les rencontrer. Trop certain d’être déçu en constatant que le milliardaire que j’ai devant moi raisonne à peine comme un gamin de 4 ans. J’en sais néanmoins quelque chose, j’ai eu la chance d’en rencontrer plusieurs, dont un en particulier pour une interview qui m’est restée comme souvenir du vide sidéral de la profession : bardé de bagues, veston rose façon Fats Domino (son développeur principal était un gay revendicatif), le gars m’avait vite fait comprendre qu’en dehors des dollars, rien ne l’intéressait, à part peut-être sa nouvelle passion pour la noix de Macadamia cultivée à Hawaii. Il y avait alors récemment investi une bonne partie de sa fortune. Deux ans après l’interview, l’île subissait deux mauvaises récoltes, ruinant les investisseurs imprudents qui avaient tout tablé sur cette culture. Le gars s’était lancé là-dedans car il adorait en manger, comme tout gamin au MacDo. Les connaisseurs retrouveront facilement le nom du gars. Appelons-le Fred, pour la circonstance. Âge mental : 8 ans. Et pourtant "leader sur son marché" du logiciel, comme on dit poliment.

Les milliardaires existent, et je me dis, à la longue, pourquoi pas. Il doit bien y en avoir d’intelligents, et même parfois d’honnêtes. Seulement voilà, parfois, l’obscénité de l’argent étalé sans vergogne vous est parfois jetée à la tête et vous écœure : on ne vient pas d’une famille ouvrière pour rien, et la cuillère dorée n’a jamais fait partie de l’attirail familial. C’est comme ça, et heureusement ça ne vous arrive pas trop souvent. Cette semaine, nous avons assisté à un événement relaté partout, je suppose (je ne lai pas vérifié) dans la presse people, exaltant cette gabegie et ce rapport malsain à l’argent. Non, il ne s’agit pas de la nouvelle Hummer de Johnny, ni de savoir si Britney Spears a retrouvé des habits disons plus hygiéniques, ou bien encore de contempler des photos d’hélicoptères de la villa à pondre du couple people Pitt-Jolie, qui semble plus doué que certains pour appliquer le rapport sur l’adoption de Colombani.

Non, cette semaine, l’événement obscène par sa "trashitude", pour parler comme notre spécialiste interne de cinéma, c’est une... entreprise de bâtiment. Celle à qui été confiée la destruction intérieure du Royal-Monceau, l’un des hôtels les plus mythiques de la jet-set de la capitale. Oui, celui de Polnareff. Dans un de ses excès dont le tout Paris a le secret, une entreprise de communication n’a rien trouvé de mieux, en effet, que d’en faire une trash-party, en demandant à ses invités de tout venir saccager, pour laisser place... au design de pacotille de Starck, c’est dire l’ampleur des restructurations attendues. Si notre homme fait dans l’hôtellerie les ravages qu’il a pu faire dans la batellerie ou la numismatique, on est pas sorti de l’auberge Monceau...

On est allé loin cette fois-ci dans l’exposition d’une tartufferie évidente, et un site web a même été créé pour l’occasion. Avec accès pour les "happy fews" (pour leur invitation) et même un film noir et blanc censé faire son Hitchcock de pacotille. Un tel mauvais goût encensé et exposé devient grave. Au générique, Philippe Starck lui-même, et l’ineffable Baffie, la potiche à reluire d’Ardisson. L’auteur des premiers sketchs de Bigard. Les pires (euh, je ne suis pas certain qu’il puisse en exister de meilleurs). Sur le site, on peut voir une parodie grotesque moquant le rôle du commissaire-priseur qui vendra les meubles de l’hôtel, joué par Nicolas Ullmann, fort mauvais acteur et roi des animations déguisées branchées, un dernier faux Lalanne piquant sa crise, et on y est... le spectacle peut commencer. C’est obscène, particulièrement obscène. A l’époque où des Français peinent à se trouver un logement ou un salaire correct, la mise en scène de la destruction gratuite d’ameublement aussi coûteux est plus révoltant qu’amusant. Même si on a vendu aux enchères le reste. Qui a bien pu avoir l’idée de ça aujourd’hui ? De quel cerveau défraîchi est sorti cette proposition de mise en scène gerbante ?

On sort du Monceau on entend "pouvoir d’achat", on voit des gens vivre chichement, on y rentre à nouveau et on voit ce que l’on fait quand on a le pouvoir de l’argent : on y casse tout par plaisir. Le mot qui revient quand on parle industrie en France ce moment : la casse. Là, on va la filmer, en faire une soirée copieusement arrosée... et le lendemain se plaindre que des zonards de banlieue ont tagué toute une rame de métro, saccagé un local associatif et brûlé une école. Or, regardez bien ces photos obscènes : nos invités vont faire de même : inscrire des slogans à la bombe, brûler les moquettes et vandaliser les chambres. Chez eux, c’est "fun". A Tourcoing, c’est un an ferme. Obscène, jamais vu aussi obscène. Répugnante mascarade de riches, répugnants invités qui se sont prêtés à ce massacre de mauvais goût. Participaient sans honte à cette escroquerie médiatique, entre autres, Jude Law, Kanye West, MC Solaar, Guillaume Canet, Sébastien Tellier, Jacques Toubon, Jack Lang, Mélanie Laurent, 2Many Djs, Axelle Lafont, Raphaël, Jean-Louis Aubert, Thomas Dutronc, venu jouer de la guitare "tzigane", car c’est bien connu, ces gens-là, Monsieur... ne sont bons qu’à tout casser.

Le nouveau propriétaire est présent, un geek de belle facture semble-t-il. Ça sent l’échappé au bon moment de start-up en déconfiture. Ça se confirme. L’heureux élu est Alexandre Allard, 39 ans, "un homme d’affaires qui a fait fortune dans l’internet" nous apprend Le Figaro sans plus de précisions. Il y en a plein qui ont fait fortune dans l’internet : les vendeurs à la sauvette de Viagra, les vendeurs de faux sacs Vuitton, bref on n’est pas vraiment renseigné. On est donc prêt à le croire, ce garçon. Le PDG d’Equation graphique, Pschitt, Diacom, Consodata, en fait. La seule société à avoir laissé sa trace dans le monde du web est la dernière. En 2000, Consodata a été revendue à Telecom Italia pour 500 millions d’euros... Son boulot ? "Constitution et exploitation de base de données comportementales"... Oui, vous avez bien lu. Les fameux aspirateurs à cookies, qui viennent fouiner chez vous pour établir des statistiques sur la façon de naviguer des internautes. Ça vaut de l’or, et plus les bases sont grandes plus les lingots sont épais. Avec Consodata, on parle de "mégabase". La firme s’appelle aujourd’hui Acxiom. Et pèse donc un demi-milliard d’euros. Pour en ramasser combien au bout, pour les utilisateurs ? Ceux qui participent bêtement aux fameuses enquêtes de consommation, fer de lance de la société. Votre opinion vaut de l’or, c’est bien connu : mais pas pour vous ! Notre homme, en fait, fortune faite, s’est alors tourné vers l’hôtellerie. Là, il a d’autres clients à "cibler". Et une grande famille à retrouver.

Vous allez me dire, comment fait-on pour passer de start-up aux VIP et à la jet-set ? C’est simple, pour ça il faut avoir de la famille, de l’argent et de bonnes relations. On commence par la famille : on trouve derrière Allard, son beau-père, Michel Junot, ancien administrateur de l’hôtel (tiens tiens...) et fils lui-même d’un des propriétaires fondateurs du Monceau. Une histoire de famille, à part que Junot a fait de la politique, et a été ancien adjoint au maire de Paris de 1977 à 1995 (avec donc qui vous savez)... il a même écrit un livre là-dessus. Bien, très bien. Avec un hic, quand même. Notre homme est depuis toujours au CNI, dont on vous a déjà parlé ici, dont l’implication droitière n’est plus à prouver, et possède quelques (lourdes) casseroles accrochées à ses basques. A la mairie de Paris, il a longtemps plaidé auprès de Chirac pour un retour en grâce de son ami d’alors, J.-M. Le Pen (il s’est fâché avec depuis). Comme il n’est plus tout jeune, il a bien connu la guerre. En effet. Il était sous-préfet d’arrondissement dans le Loiret entre 1942 et 1943. En 1997, un article du Point révèle qu’à ce titre, "il a veillé au parfait déroulement de la déportation vers Drancy d’un millier de juifs, dont cent soixante-trois enfants, le 20 septembre 1942. Tous furent exterminés à Auschwitz." On retrouve des textes signés de sa main attestant une implication toute administrative, comme un autre avait pu dire pour sa défense. "J’ai l’honneur de vous faire connaître, écrit-il, qu’un embarquement de mille israélites du camp de Pithiviers ayant lieu demain matin à partir de 17 heures à la gare de Pithiviers, la totalité des gendarmes de mon arrondissement, à une exception près par brigade, sont requis pour participer à cet embarquement." Plus tard, l’homme, pour sa défense encore, fera dans le cynisme : "On imaginait bien qu’ils ne partaient pas pour des vacances agréables. Mais je n’ai appris l’existence des camps d’extermination qu’en avril 1945, avec le retour des premiers déportés." On a déjà démontré ici que les camps de regroupement français (dont Gurs) avaient reçu des parents allemands sauvés de l’extermination attendue dès 40, mais bon... Junot s’occupait en qualité de préfet du camp de transit de Beaune-la-Rolande un camp "placé sous la double responsabilité de la préfecture du Loiret et de l’autorité allemande". A partir de ce camp, "le 17 août 1942 a eu lieu la déportation en masse des enfants, en très grande majorité français, dont les parents avaient déjà été déportés. Environ 1 500 enfants du camp de transit de Beaune-la-Rolande font partie du convoi n° 20 qui les acheminera à Drancy dans des conditions épouvantables."

Comme beaucoup de gens de Vichy, il va se trouver une âme tardive de résistant : "se découvrant gaulliste en 1944, il ne parvient pas à tromper la Commission nationale d’épuration qui le décrit comme un « modèle d’arriviste, dénué de tout scrupule. A écarter de toute fonction publique  »." L’hôtellerie n’étant pas un corps d’Etat constitué... l’homme effectue sa traversée du désert pendant un bon 32 ans, se retrouve néanmoins élu chiraquien fin 70, et administrateur d’hôtel prestigieux, sans que jamais on ne mette son parcours en parallèle avec celui de... Maurice Papon. Quand Chirac énonce son courageux discours sur la repentance, notre homme ne peut s’empêcher de s’écrier "j’ai été surpris de cette prise de position". On le comprend, ce brave homme, fonctionnaire faisant tranquillement son métier et le défendant des années après bec et ongles, qui a même gagné un procès devant la Cour européenne des droits de l’homme contre France-Info en 2003, pour la diffusion en boucle des accusations du Point. Parmi les juges, le représentant français est Pierre Truche... le procureur au procès Barbie ! La condamnation de Bruxelles est certes adroite : elle ne vise que Radio France, qui "aurait dû être plus mesurée", et non la France. L’intitulé est abscons à souhait "Dans ces circonstances, la Cour estime que les mesures prises contre les requérants n’étaient pas disproportionnées au but légitime poursuivi et peuvent, dès lors, passer pour « nécessaire dans une société démocratique ». Par conséquent, la Cour conclut à la non-violation de l’article 10 de la Convention. L’article 10 stipule : "Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations". En résumé, France Info avait le droit de le dire, mais pas autant d’insister toute la journée ! Aucune attaque juridique n’avait été menée par Junot contre Le Point, à l’origine des révélations, ni contre L’Humanité qui avait repris les infos du premier. Leurs infos étaient bien véridiques et difficilement discutables.

Bon, on a déjà vu la famille, passons aux relations. Et à l’argent qui va avec. Ce n’est guère plus reluisant. Le Royal Monceau, pour tout dire, a déjà été en travaux. Le 12 février 2007, on le ferme même pour ça. Trois cents emplois sont menacés. Marie-Antoinette Dain, sa propriétaire d’alors, présidente de Hoche Investissement, décide de le fermer après un audit pour manquement à la sécurité : en réalité, "la fermeture du Royal Monceau était une simple opportunité pour tirer avantage dans la bataille financière de ceux qui revendiquent la propriété de l’hôtel" affirme un procureur saisi du conflit entre les deux propriétaires existants. Selon Dain en effet "Notre objectif est de remettre sur pied le Royal Monceau pour ensuite en proposer l’exploitation à une chaîne de renommée internationale". Car à l’époque, ils sont... deux propriétaires, effectivement, à se chaparder l’immeuble. Dain, d’un côté, et, de l’autre, Osmane Aïdi, qui a été purement et simplement jeté dehors manu militari par la première après avoir été débouté par le tribunal de commerce, par un référé du 31 janvier 2007. "Le Syrien, réputé proche de la famille de l’ex-dirigeant Hafez el-Assad, a aussi dû délester son empire (hôtellerie notamment au Liban, ingénierie hydraulique...) de quatre établissements français, dont le Vernet à Paris et le Miramar à Port-Crouesty. Voilà des années que ce francophile, devenu ingénieur en France, luttait pour conserver son palace, en proie à de lourds déficits. C’est en 2001 qu’il s’était allié à Hoche Financement qui avait alors apporté 120 millions d’euros (le montant de sa dette cumulée). Mais les pertes s’étaient creusées depuis, et les rapports entre actionnaires envenimés", nous dit toujours Le Figaro, fort marri visiblement de l’aventure. Hoche Investissement finira bien par vendre en 2007... à Alexandre Allard, "avec le soutien financier de Qatari Barwa Real Estate"... Mais dans le conseil d’administration présenté on retrouve Osmane Aïdi, (et l’inévitable Junot !) qui détient à lui seul pour 30 % encore des parts de l’hôtel. Sorti par la porte, le Syrien est rentré par la fenêtre en ouvrant adroitement le capital de la société Compi France, le véritable propriétaire de l’hôtel. Outre les fonds Qataris, le palace fait désormais partie d’un groupe hôtelier suisse... (faut suivre, l’économie mondiale c’est quelque chose !) qui s’appelle Raffles (c’est un pur hasard...). Le groupe envisage d’ouvrir un hôtel 5 étoiles à Marrakech... voilà qui est idéal pour les jet-setteurs : de Paris à Marrakech direct, je vois déjà d’ici des candidats (et des candidates). La construction de celui-là sera assurée par "l’américain Raffles Hotels & Resorts, lequel appartient au Groupe Fairmont Raffles Hotels International". "Un des leaders mondiaux de l’hôtellerie de luxe qui compte 80 établissements implantés dans 25 pays sous l’enseigne Fairmont & Swissôtel." Derrière eux, il y a la Somed, où on trouve des fonds "d’Abu Dhabi pour le Développement", du Trésor marocain (l’Etat !) et d’autres provenant "des institutionnels privés."

Pour la démolition parisienne programmée, on a donc tout mis en scène jusqu’au bout, Allard et Starck posant même sur une photo de studio marteau piqueur à la main, en smoking et nœud pap’. Allant jusqu’au bout de ce délire de très mauvais goût, qui représente une injure à la France qui se lève tôt pour aller gagner moins. Pendant ce temps, chez Emmaüs, des armées de bénévoles s’esquintent à retaper ce qui ce soir-là est saccagé à coups de marteau ou de hache : la France de la fracture sociale, sans doute. J’apprends en finissant de rédiger cet article que je ne suis pas le seul à penser ainsi. Même l’ami de Carla pense pareil. Comme il le dit, on aurait pu songer à des associations caritatives. A minima, mais ces deux-là vivent tellement sur une autre planète. Celle de l’argent obscène.

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

137 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juillet 2008 13:05

    L ’ a raison le Morice , la vie , la vraie , c ’est manger sa merde , bon app ....


    • morice morice 1er juillet 2008 13:14

       désolé, mai ce n’est pas la bonne version à mettre en ligne !!! 


      • morice morice 1er juillet 2008 13:14

         mais pardon


      • morice morice 1er juillet 2008 13:16

         cool, merci les metteurs en ligne !! 


        • morice morice 1er juillet 2008 13:17

           par rocla (haddock) (IP:xxx.x51.101.188) le 1er juillet 2008 à 13H05 

           
          L ’ a raison le Morice , la vie , la vraie , c ’est manger sa merde , bon app ....

          il commence finaud, lui, aujourd’hui.... 

        • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juillet 2008 13:30

          Personnellement, je suis, je vous l’avoue, assez erméthique, à cet étalage de richesses : d’un yacht, je retiens la ligne, pas ce qu’il coûte, et quand à la Corse, ma norditude fondamentale qui déteste le soleil me fait préférer le Morbihan ou le Finistère. Bref, il y a bien des riches, immensément riches, et je ne cherche pas à les voir ni à les rencontrer. Trop certain d’être déçu en constatant que le milliardaire que j’ai devant moi raisonne à peine comme un gamin de quatre ans. J’en sais néanmoins quelque chose, j’ai eu la chance d’en rencontrer plusieurs, dont un particulier pour une interview qui m’est restée comme souvenir du vide sidéral de la profession : bardé de bagues, veston ....

          Morice , essayez juste de devenir non pas milliardaire , mais seulement millionnaire , vous verrez qu’ avec votre envergure intellectuelle vous serez chômeur-assediqué en moins de temps que met une trotteuse sur une Rolesque à compter les inanités par vous prononcées en soixante secondes par minute .


          • dom y loulou dom 2 juillet 2008 12:19

            inintéressants au possible ces commentaires qui ne sont qu’injures contre morice.

            si vous n’aimez pas sa manière de penser pourquoi restez-vous donc accroché à ses basques ainsi ? Pourquoi lisez-vous donc ses articles si vous ne les supportez pas ? par pur sado-masochisme ?

            C’est idiot et personne ne vous autorise à squatter ce site comme si c’était votre petit espace privé. Tout à fait lassant.


          • morice morice 1er juillet 2008 13:32

             rocla, allez jouer de la scie, ça vous évitera de débiter vos âneries.. 


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juillet 2008 13:36

              Morice y entrave que dalle il est érmethique , y a rien qui rentre ...


              • morice morice 1er juillet 2008 13:39

                 continuez Rocla continuez : vous n’étiez pas l"ami de West pour rien...


                • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juillet 2008 13:45

                  Pas dur Morice , Demian West fait de beaux articles , lui....


                  Vous devriez-vous lancer dans une filière bâches et tentures , vous rabâchez Morice


                  • morice morice 1er juillet 2008 14:07

                    Rocla, si vous avez apprécié l’événement, parlez-en, et non des absents. Car finalement, vous n’avez RIEN dit. J’en déduis que vous approuvez. Ça ne vous grandit pas des masses... 


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juillet 2008 15:56

                      qui qu’ a vu un événement ?


                    • dom y loulou dom 2 juillet 2008 12:53

                      et toi seb59... tu te crois drôle alors que t’as toujours pas compris que ceux que tu vilipendes ne t’offrent qu’un miroir de toi-même parce que c’est tout ce que tu cherches chez eux comme chez morice, tu lui projettes ce que tu es toi-même dessus. Ya une différence entre s’élargir et élargir sa perception et sa conscience et se projeter sur les autres, rien à voir. Et tu t’affiches ouvertement comme anti-humaniste... aberrant.


                    • dom y loulou dom 2 juillet 2008 13:25

                      et ben moi ce vandalisme passe-temps me fait penser aux soldats israeliens envoyés pour décompresser au pérou qui cassaient tout dans l’hôtel durant la nuit et ceux qui auraient tenté de s’interposer à leur folie ravageante seraient passés aussi pour des meubles...

                      les péruviens les honnissent même s’ils payent les frais le lendemain. Drôles de pratiques en effet. De la grande et glorieuse civilisation sans doute, digne des césars ravagés du cibouleau c’est sûr.


                    • dom y loulou dom 2 juillet 2008 13:26

                      et ben moi ce vandalisme passe-temps me fait penser aux soldats israeliens envoyés pour décompresser au pérou qui cassaient tout dans l’hôtel durant la nuit et ceux qui auraient tenté de s’interposer à leur folie ravageante seraient passés aussi pour des meubles...

                      les péruviens les honnissent même s’ils payent les frais le lendemain. Drôles de pratiques en effet. De la grande et glorieuse civilisation sans doute...


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juillet 2008 14:15

                      JE SUI LE PLUS INTéLIGAN


                      • morice morice 1er juillet 2008 14:18

                         Seb59, votre prose devient délirante. Je constate que vous appréciez cet événement auquel pourtant vous n’aviez aucune chance d’être convié... 


                        • ASINUS 1er juillet 2008 15:35

                          proverbe chinois

                          quand les riches maigrissent
                          les pauvres meurent


                          • Djanel 1er juillet 2008 17:45

                            __ Quand les riches maigrissent les pauvres meurent 

                             

                            __ La vache maigre a bouffé la vache grasse.

                             

                            Votre proverbe dit que dans les périodes de disette les pauvres sont les premier atteints ce qui est vrai.

                             

                            Le mien dit que dans ces périodes, les riches sont attaqués.

                             

                            Les deux proverbes sont justes car si on doit crever de faim tandis que d’autre s’enrichisse mourir pour mourir autant faire la révolution.


                          • Philippe D Philippe D 1er juillet 2008 15:38

                            Starck, Design de pacotille ? Par certains côtés ce n’est pas faux mais c’est quand même beaucoup trop réducteur.

                            Starck est un boulimique, qui secoue les codes esthétiques et industriels. Ses résultats sont inégaux : de temps en temps complètement ratés, souvent intéressants et parfois excellents.

                            Dans l’hôtellerie, Starck travaille sur un nouveau concept très intéressant qui doit ouvrir à l’automne, Le Mama Shelter, 1 hôtel 3 étoiles Low Cost, situé Porte de Bagnolet dans le 20° arrondissement, avec 1 chambre prévue autour de 70 €. On est là assez loin de l’univers du luxe. Attendons pour voir le résultat.

                            Dans le domaine de l’habitat, Il avait aussi proposé aux 3 Suisses les plans d’une maison écolo, en bois, qui avait alors le malheur d’être 10 ans en avance. A ma connaissance une seule maison fut construite jusqu’à maintenant d’après ses plans, dans le département du Nord.

                            Il vient de dessiner pour une entreprise italienne (évidemment) une éolienne individuelle qui pourrait fort envahir nos jardins d’ici peu.


                            • el bourrico 1er juillet 2008 15:46

                              T’as meme pas d’arguments.... tu fais pitié.

                              Toi non plus, mais tu fais même pas pitié par contre.

                              Ta réponse n’a aucune valeur, on sens derrière les vannes de celui qui n’a rien à dire à part railler. Bref, tu racontes que de la merde, alors quand tu parles d’argumentation, j’avoue que j’en ai presque mal au ventre tellement c’est comique. Pov gosse va, tu aurais du rester dans ton bac à sable.


                              • Belle lurette 1er juillet 2008 15:52

                                qu’est ce que mai 68 vient faire dans votre article ? vous mélangez tout ou bien vous consommez tout ?


                                • Olga Olga 1er juillet 2008 16:10

                                  Morice
                                  Je vous fais un petit résumé de ce que j’ai retenu à la première lecture :

                                  Britney spears, 8 ans d’âge mental, a été tondu en 44 alors qu’elle tentait de s’échapper sur le yacht de Fats Domino.
                                  Johnny et Brad se promènent en hummer, dans le maquis Corse pour essayer de faire pondre leurs jolies épouses.
                                  Philippe Starck essaie de ravager la gueule de Polnareff à coups de seau à champagne. Baffie s’est écrié : Pose mon seau, on va le finir à coups de pioche !
                                  Ensuite ce fût l’orgie : Jack Lang, à peine arrivé de tourcoing, a tout cassé avec sa guitare tzigane.
                                  Dutronc a tout de suite sorti les 500 millions piqués à Telecom Italia, pour payer la nouvelle moquette Vuitton.
                                  Junot et Allard se sont enfuis dans le Loiret pour retrouver J.-M. Le Pen, qui les dénonce aussitôt à la préfecture.
                                  Chirac dans la foulée, lance son appel sur France-info pour demander la libération de Maurice Papon.
                                  Finalement c’est Emmaüs qui paye les pots cassés et les amis de Carla continuent à élargir la fracture sociale à coups de marteau piqueur.



                                  Je fais une deuxième lecture plus appronfondie et je vous donne mon avis d’experte en patrimoines obscènes.


                                  • Lucien Morice Lucien Morice 1er juillet 2008 16:30

                                    Olga

                                    vous êtes vraiment plus douée que moi pour résumer les n’artiques à momo.

                                    Si si, j’insiste. smiley


                                  • K K 1er juillet 2008 19:53

                                    toujours excellente Olga !


                                    C’est vrai qu’on peut être choqué par des propriétaires qui cassent eux même leurs biens plutôt que de faire appel à une entreprise de démolition.

                                    Le reste du texte part un peu dans tous les sens. C’est dommage, il y a des passages informatifs.


                                  • Olga Olga 1er juillet 2008 20:51


                                    @Lucien, Dom, Seb

                                    Merci pour les compliments.

                                    @K

                                    Excellente, c’est presque trop... Géniale ou extraordinaire suffirait amplement.
                                    Je suis de corvée aujourd’hui pour résumer les passages informatifs. C’est du boulot...


                                  • Spyc 1er juillet 2008 16:40

                                    Ça sent quand même un peu le vieux con (désolé morice) dans cet article...

                                    Starck, on l’aime ou pas, mais il est quand même reconnu et ce n’est pas une raison pour le traiter de la sorte.

                                    Les riches, c’est pareil on les aimes ou pas, mais se mettre à déblattérer de cette manière par pure jalousie relève du degré 0 de la sociabilité.

                                    L’hotel, et bien il a décidé de complètement changer de déco, et oui au bout de plus de 50 ans, les goûts ont changé, et si on veut rester un hotel haut-de-gamme il faut en faire de même. D’un point de vue marketing on comprend totalement que l’hotel ait entièrement vendu son ancienne déco aux enchères et ait voulu faire de la pub sur sa réfection, qui devient ainsi une renaissance par ceux-même qui font et feront le prestige de l’hotel.

                                    Non, vraiment cet article pue la jalousie (mal placée) et part en vrille rapidement


                                    • morice morice 1er juillet 2008 16:55

                                       starck : de temps en temps complètement ratés... eu moi j’en reste souvent là...

                                      proverbe chinois 

                                      quand les riches maigrissent 
                                      les pauvres meurent

                                      l’original c’est
                                      quand les riches grossissent 
                                      les pauvres meurent


                                      • morice morice 1er juillet 2008 16:58

                                         Spyc : Non, vraiment cet article pue la jalousie (mal placée) et part en vrille rapidement

                                        euh Spyc, il vous faudra apprendre à lire... ce texte ne parle pas QUE de l’opération grotesque... Papon, ça vous dit rien ? Ah bon, vous n’avez rien compris alors.. en quoi pourrais-je être jaloux de sagouins pareils ? 


                                      • morice morice 1er juillet 2008 16:59

                                        "il a ce don pour concevoir des espaces qui se servent des splendeurs du passé, en les renouvellant de manière à la fois fine et spectaculaire". était-il obligé de mettre ça en scène ??? 


                                      • morice morice 1er juillet 2008 17:01

                                         Olga : rentrez cuver chez vous, visiblement vous n’avez pas désaoulé d’hier... 


                                      • morice morice 1er juillet 2008 17:08

                                         Il vient de dessiner pour une entreprise italienne (évidemment) une éolienne individuelle qui pourrait fort envahir nos jardins d’ici peu. 

                                        à condition qu’elle fonctionne ... Starck a oublié une chose : ce type d’éolienne Darrieus a besoin d’être lancée car par vent calme elle ne bouge pas d’un poil... 


                                      • Olga Olga 1er juillet 2008 17:09

                                        Morice

                                        Vous savez très bien que les milliardaires de la jet set, comme moi, ne dessaoulent jamais d’un jour à l’autre.

                                        Je vous ai prévenu que je faisais une deuxième lecture avant de commenter votre article. Ça vient...


                                      • morice morice 1er juillet 2008 17:10

                                         Les riches, c’est pareil on les aimes ou pas, mais se mettre à déblattérer de cette manière par pure jalousie relève du degré 0 de la sociabilité. 

                                        ou avez vous vu de la "jalousie" ? J’ai même écrit ça :Les milliardaires existent, et je me dis, à la longue, pourquoi pas. Il doit bien y en avoir d’intelligents, et même parfois d’honnêtes. Si vous avez rencontré les deux à la fois faites moi signe, c’est.... rare. 


                                      • morice morice 1er juillet 2008 17:14

                                         
                                        par Belle lurette (IP:xxx.x15.155.81) le 1er juillet 2008 à 15H52 

                                         
                                        qu’est ce que mai 68 vient faire dans votre article ? vous mélangez tout ou bien vous consommez tout ?

                                         un petit slogan ???

                                        À bas la société spectaculaire-marchande.
                                        La bourgeoisie n’a pas d’autre plaisir que de les dégrader tous
                                        Consommez plus, vous vivrez moins
                                        L’âge d’or était l’âge où l’or ne régnait pas. Le veau d’or est toujours de boue.
                                        Les armes de la critique passent par la critique des armes
                                        L’art est mort, ne consommez pas son cadavre
                                        Attention : les arrivistes et les ambitieux peuvent se travestir en "socialards".
                                        Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.
                                        Changez la vie, donc transformez son mode d’emploi
                                        Bannissons les applaudissements, le spectacle est partout...

                                        et plein d’autres : relisez Guy Debord, ça vous fera le plus grand bien..


                                      • morice morice 1er juillet 2008 17:15

                                        Olga, faites attention y’a 3 parties ; la une, la deux et la trois. Je dis ça car Spyc il a zappé les deux dernières... 


                                      • Spyc 1er juillet 2008 17:26

                                        Oh que si j’ai bien lu, et vous profitez d’une critique qui aurait pu être raisonnable sur la méthode de ravalement de cet hotel pour faire tout un procès au gérant du-dit hotel, vous mélangez dangereusement les genres :
                                        Que vient faire papon, le pen et les autres dans le processus artistique que vous vouliez décrier au début de l’article ? La réponse est simple : ils n’ont rien à y faire, si cela vous chante vous n’avez qu’à faire un second article sur agoravox sur les fréquentions peu recommandables du gérant de l’hotel.

                                        J’ai bien vu aussi qu’il y avait plusieurs parties, mais le tout ne forme absolument pas un article cohérent ni même digeste.

                                        Laissez donc les geeks et les peoples aller en paix...quant au passé rien ne sert de le ressasser en permanence pour justifier tout ce qui vous dérange dans le présent...


                                      • morice morice 1er juillet 2008 17:31

                                         Que vient faire papon, le pen et les autres dans le processus artistique que vous vouliez décrier au début de l’article ? La réponse est simple : ils n’ont rien à y faire, si cela vous chante vous n’avez qu’à faire un second article sur agoravox sur les fréquentions peu recommandables du gérant de l’hote...

                                        processus artistique ??? vous rigolez ou quoi ? 

                                        c’est ça, faut faire un SECOND article : désolé, mais moi je pense que c’est le MOMENT. 

                                        les peu recommandables, ce sont celles du BEAU PERE du gérant... apprenez à lire... 


                                      • morice morice 1er juillet 2008 17:33

                                         par Castor (IP:xxx.x7.118.17) le 1er juillet 2008 à 17H21 

                                         
                                        Racoleur, 

                                        Démago, 

                                        Sans intérêt. 

                                        venant d’un castor qui passe sa vie dans la démolition-reconstruction, je m’estime flatté...  Evidemment, l’opération de départ elle, n’est ni racoleuse ni démago... ah ah ah ah !! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires