• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Musée de la romanité à Nîmes : bâtir un empire en 3D

Musée de la romanité à Nîmes : bâtir un empire en 3D

JPEG - 702.1 ko
Musée de la romanité - exposition bâtir un empire - Palmyre

Célébrant un succès fulgurant, le Musée de la romanité de Nîmes continue de dépoussiérer l’image même du musée d’archéologie. Porté par une objective volonté de perpétuer la mémoire historique dans un cadre résolument tourné vers le numérique et les nouvelles technologies, le centre culturel invite ses visiteurs à bâtir un empire au cœur d’une surprenante exposition 3D.

Le Musée de la romanité, un pari gagné en région

Il suffit de se promener dans Nîmes pour deviner son glorieux passé. Nombre de campagnes de fouilles archéologiques s’y sont concentrées. En 2006-2007, la découverte d’une maison romaine ornée de deux splendides mosaïques dignes des trésors de Pompéi nourrit une ambition nouvelle. Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, rêve d’un centre de la romanité qui réunirait les collections du vieux musée archéologique et les récentes découvertes. Le projet fut étudié et élaboré afin d’offrir une vision globale et adaptée aux attentes d’un public friand de renouveau. Plus qu’une approche historique classique, le Musée de la romanité devait proposer une autre façon d’appréhender l’histoire de la région. Après un concours d’architecture, une mise en chantier et des aménagements réunissant les trésors archéologiques disséminés dans la ville, le Musée de la romanité de Nîmes a ouvert ses portes le 2 juin 2018. En 18 mois, près de 400 000 visiteurs ont franchi ses portes, savouré ses collections et l’originalité de son cadre exceptionnel.

Nîmes, berceau français du monde gallo-romain

Dans un étonnant bâtiment contemporain faisant face à l’amphithéâtre romain de la ville, les collections de la cité au fort passé gallo-romain surprennent le visiteur. On peut y trouver une exposition permanente riche de quelques 5 000 trésors archéologiques régionaux mis en scène autour de 65 dispositifs multimédias ludiques. L’aventure de 25 siècles d’histoire est complète et se découvre autour de quatre grandes périodes chronologiques. La vie quotidienne entre le 1er siècle avant J.C. et le 3e siècle après J.C y est particulièrement mise en exergue. L’approche voulue aide le visiteur à décrypter le fonctionnement et l’influence de la civilisation romaine sur la Gaule. Déjà deux grandes expositions temporaires ont séduit les visiteurs, « Gladiateurs, héros du Colisée » et « Pompéi, un récit oublié ». Immersives, elles présentaient l’histoire avec le regard de ceux qui l’ont vécue. Depuis le 20 décembre 2019 et jusqu’au 8 mars 2020, une autre exposition temporaire accueille les visiteurs dans un écrin encore plus réaliste.

Iconem et Ubisoft, nouveaux acteurs des musées

Le décor de l’exposition « Bâtir un empire » repose sur des écrans et des panneaux. Mais la promesse est tenue : une immersion complète dans une reconstitution 3D des splendeurs du monde antique. Sept sites archéologiques classés par l’Unesco déploient leur visage d’autrefois. Nés de l’Empire romain, ces vestiges témoignent encore de la puissante civilisation romaine à son zénith. Aphrodisias, Baelo Claudia, Carthage, Delos, Garni, Lepcis Magna, Palmyre et bien sûr Pompéi ont ainsi fait l’objet de reconstructions 3D. Loin de la « simple » reconstitution graphique, ce travail résulte de relevés photogrammétriques menés par Iconem. Société destinée à numériser le patrimoine en danger, Iconem a œuvré en collaboration avec l’ensemble des partenaires scientifiques de ces sites. Dans les pas d’un voyageur antique, on peut découvrir amphithéâtre, cirques, colonnades, arches et autres merveilles monumentales dans des projections géantes. Ubisoft, leader connu du jeu vidéo sur fond historique, a même prêté son concours. La visite se clôt par une plongée en réalité virtuelle au cœur de Palmyre et de Lepcis Magna.

Le Musée de la romanité participe constamment à la valorisation d’un patrimoine qui se raréfie avec les décennies. Son exposition temporaire « Bâtir un empire » présente une vision surréaliste, un voyage dans le passé, aussi marquants que le meilleur des récits. A ne pas manquer d’ici le 8 mars 2020 !

Sources :

Site museedelaromanité.fr

Sciences et avenir n°876 février 2020


Moyenne des avis sur cet article :  2.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 10 février 14:07

    Colonia Augusta Nemausus. Numquam ibi fui. Pulcherrimum templum.


    • Shawford Shawford 10 février 14:12

      @DIOGÈNE du POITOU YALLAH ( smiley ^^ )

      Là t’es pile poil dans ta voie/voix, puisque si je pige presque que dalle, vu mon niveau de latin faiblard constatable à l’instant T, les vibes qui ressortent cède ton message sont quant à elles taille patron Drogo like !

      ♥️😘

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès