• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mystère Bouffe et Fabulages ébranlent La Comédie Française

Mystère Bouffe et Fabulages ébranlent La Comédie Française

Si la perspective eût été d’en finir avec l’idéologie de 1968, il ne fallait pas que le « Mistero Buffo » de Dario Fo fût entré au répertoire de la Comédie Française, car en provenance directe de son expression libertaire, l’auteur en revendique une réinventivité permanente de la version originale.

D’ailleurs en caution de cette démarche actualisée, Dario Fo était à la fête, l’autre soir de générale presse alors que, ovationné par la troupe, il arpentait la scène de la salle Richelieu, applaudissant lui-même, à la bonne farce faite à ceux qui espèrent figer l’emblématique Institution du spectacle vivant dans le marbre du culturellement correct.

En effet sous l’égide administratrice de Muriel Mayette, souhaitant mettre l’acteur, au centre de la démarche théâtrale, « Mystère Bouffe et Fabulages » est une véritable aubaine pour faire œuvre de pédagogie, permettant au jongleur de mots qu’est originellement le comédien, de s’affirmer, tel un porte-voix du peuple, en conteur de la tradition orale, faisant référence à l’histoire religieuse et médiévale.

Suprême pied de nez conjoncturel qui place Catherine Hiegel en posture de meneuse de revue affichant le parti du rire, La, désormais, Sociétaire honoraire du Français donnait le coup d’envoi d’une joute émulative à quatre tonalités dédoublées en deux versions, selon l’alternance des représentations.

Que la langue traduite de l’Italien ne soit pas châtiée dans les mots que celle-ci choisit de faire entendre au plus cru des récits du « Massacre des innocents », de « La Passion du Christ », de « La Résurrection de Lazare », de « La Cène », des « Noces de Cana » et d’autres fameux épisodes bibliques, correspond à une démarche assumée que l’auteur, néanmoins, souhaite déléguer à l’interprète qui ainsi, doit faire sienne sur les planches, le plaisir de raconter avec sa propre faconde, ici et maintenant, ce que les générations transmettent, d’authenticité humaine, à travers les siècles.

A l’instar des « Voltaire ’s Folies » qui poursuivent, sur le plan du syncrétisme, un semblable esprit critique permettant de régénérer les sens de l’entendement, les quatre déclamateurs se succèdent à tour de rôles, en surfant sur l’art formel du « Slam », très en vogue au sein de la jeunesse contemporaine plébiscitant le style « Stand Up ».

En contrepoint de cet exercice scandé dans une rhétorique, si possible charismatique et captivante, la mise en scène de Muriel Mayette fait appel à des tableaux ingénument figuratifs qui, inspirés de la légende picturale, se détournent, de manière triviale et prosaïque, de leur signification mystique originelle.

Dévolue à des élèves stagiaires de la Comédie Française, la composition iconoclaste du chemin de croix et de la crucifixion de Jésus, a, ainsi, pour objectif spectaculaire d’illustrer les contingences humaines liées à toute mythologie.

Pas de mystère donc, la bonne bouffe de Dario Fo est à puiser au même titre, dans ses Fabulages que dans son prix Nobel de Littérature 1997, car le même esprit anarchique gouvernant sa compréhension du monde, le place en guide éclairé du déni délibéré de toute mystification philosophique.

photo © Cat.S / Theothea.com 

MYSTERE BOUFFE ET FABULAGES - *** Theothea.com - de Dario Fo - mise en scène : Muriel Mayette - avec Yves Gasc, Catherine Hiegel, Véronique Vella, Christian Blanc, Alexandre Pavloff, Hervé Pierre, Stéphane Varupenne, Christian Hecq et les élèves comédiens - Comédie Française 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires