• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

No Future !

La jeunesse européenne vue par le « Washington Post  :

"Même les diplômés se retrouvent coincés sans travail ou dans des emplois sans avenir, poursuit le quotidien. Cette situation est en train de miner les fondations des sociétés européennes. Ce taux de chômage élevé est à mettre en relation avec l'augmentation de la criminalité dans la jeunesse et une augmentation des cas de dépression."

La jeunesse européenne n'est pas la seule à se retrouver en désespérance....Si l'augmentation de la criminalité est réelle, elle est aussi et surtout subie par notamment la jeunesse dans le monde entier.....

Pourquoi tant de violences brutales, parfois aveugles dans nos banlieues ?

C'est une question mille fois posée obtenant mille réponses parfois contradictoires.

Ceux qui parlent de racailles ne comprennent pas que ce sont aussi des gosses sans avenir, vivant dans des ghettos où règnent le chômage, la misère, les mafieux et la désespérance.

Comme l'écrit l'auteur du livre "Avant la chute" :

"Ils étaient jeunes, forts, ils étaient l'avenir du monde et son péril."

Il y a tant à faire...Comprendre, réfléchir et décider sans faiblesse mais avec discernement :

Les jeunes sont aussi des victimes qui ont besoin d'avoir des repères, du soutien et des projets positifs à construire.

"Avant la chute"

roman de Fabrice Humbert

éditions Lepassage

juillet 2012

177 pages

19 €

Le lecteur est tout de suite pris dans l'engrenage...Il comprend d'ailleurs que tout ne va pas être de tout repos pour les personnages centraux de cette histoire moderne...

C'est une fiction qui reflète une réalité, celle de la mondialisation du crime organisé et de la pauvreté.

Les mafieux, puissants à l'échelle internationale s'appuient sur la corruption d'une bonne partie du personnel politique de pays producteurs de drogue et même de paysconsommateurs.

Ces cartels de la drogue ont besoin pour prospérer des paysans pauvres de Colombie et d'ailleurs à qui on fait miroiter une vie plus facile.

Les cultures vivrières traditionnelles rapportent peu et la famine étant toute proche, des hommes acceptent de.passer à culture du coca. Tout va très bien ou à peu près, jusqu'au moment où l'accord avec le gouvernement saute.

La construction de l'histoire est originale puisqu'il s'agit, au premier abord de la vie de personnages différents vivant tr-s loin les uns des autres. :

En Colombie c'est une famille de paysans , privée de son "chef de famille" assassiné qui va essayer de partir rejoindre "l'Eldorado" américain en traversant clandestinement le Mexique.

Au Mexique, le Sénateur Urribal, ancien policier essaye de tirer son épingle du jeu en établissant des relations politiques avec le pouvoir et en se protégeant des cartels de la drogue qu'il a pourtant plus ou moins soutenu, du moins par sa passivité.

En France, un enfant de quartier, brillant à l'école, protégé par son grand frère caïd devient le témoin de la chute d'un pouvoir remplacé par un autre, plus organisé qui lui, ne fait pas de détails.

Son père finit par expliquer l'évolution de cette cité qui se délabre : "ça a pas toujours été comme ça....Je j'ai pas connu mais il paraît qu'avant il y avait des champs ici. Puis on a construit des usines, avec des habitations autour. Et pui les usines sont parties et les gens sont restés. Et nous on est là."

L'auteur nous fait passer d'un pays à l'autre sans déboussoler son lecteur qui comprend que le fil conducteur reliant ces personnages, c'est la toute puissante armée du crime fortement mondialisée

C'est un roman noir, très noir qui ne laisse personne indemne...

Y a-t-il une once de clarté pour tous ceux et celles qui sont instrumentalisés, martyrisés, appauvris ?

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 septembre 2012 08:16

    L’Europe et la France, volent au secours de ses marchés financiers mais pas de sa jeunesse, dont les droits élémentaires en matière d’éducation, de travail et de logement sont de plus en plus bafoués. Les generations qui viennent vivront moins bien que leur parents, voir :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/09/05/sauvez-les-jeunes-pas-les-banques/


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 septembre 2012 08:49

      Bonjour,

      Si Chalot ! il y a un futur !
      Même s’il semble qu’il faille aller le chercher loin ! Il suffit d’agir pour espérer. RESTEZ DEBOUT, merde à la fin !

      Cet après-midi, par exemple, au tribunal de Nice, procès de ces alternatifs « qui ont osé chanter et danser quand c’était interdit » (François Béranger dans le texte), en d’autre termes, qui ont fait carnaval ni à l’endroit indiqué, ni au moment indiqué : résultat, tabassage et interpellation, vous vous souvenez ? Vive la police de M. Estrosi !

      Vous voulez un nouvel exemple d’espérance ? Regardez cette petite leçon venue de Pékin et Varsovie jusqu’au casino de Monte-Carlo, et bougez le cul de devant l’écran, la rue est à vous, bon sang ! Bravo mademoiselle, tant qu’il en reste comme vous, j’y croirai.


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 septembre 2012 11:11

        Déjà 3 moinssages... j’ai parlé vrai, semble-t-il... MERCI !


      • bnosec bnosec 12 septembre 2012 07:52

        Waouh !!!
        Une bande de crasseux a dansé et chanté en dehors de tout carnaval ?!
        L’espoir renait en moi !

         smiley


      • CHALOT CHALOT 11 septembre 2012 11:43

        Désolé mais « c’est quoi » des moinssages ?
        No future ! c’est un titre qui correspond bien au livre...Ces paysannes et ces jeunes sont livrés aux trafiquants de drogue.....
        Le futur pour moi est possible que si l’on renverse le système capitaliste mais ce n’était pas le sujet de mon article


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 septembre 2012 12:14

          Salut Chalot,
          Un « moinssage » c’est le contraire d’un « plussage », je te propose de poser la question sur le web pour plus de précisions...
          Pour revenir au sujet, si tu as suivi mon lien, le second, je crois, tu verras que No Future (« Les jeunes sont aussi des victimes qui ont besoin d’avoir des repères, du soutien et des projets positifs à construire. »), expression issue -ou plutôt remise au goût du jour- comme tu le sais du premier single des Sex-Pistols, et que le meilleur moyen pour une jeunesse qui cherche à « ne pas tomber dans la désespérance » passe peut-être par la créativité et surement par l’imagination... dont manquaient peut être Johnny Rotten ?
          Je ne pense pas trahir l’auteur de ce bouquin qui a ainsi fait sien ce slogan punk, ni l’auteur (est-ce toi ?) du post-it (voir sur le web pour traduction !) trombonné (idem) à sa couverture sur la photo jointe : si « l’argent mène le monde »... « la volonté de s’en sortir aussi » : Nous y voilà cette petite chinoise a tout compris !


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 septembre 2012 12:16

          Mais je dois ajouter, sur ce coup, tu m’as donné envie de lire ce bouquin, merci.


        • mortelune mortelune 11 septembre 2012 12:01

          « ...augmentation de la criminalité dans la jeunesse et une augmentation des cas de dépression. »

          Les merdias amerloques sont encore pire que les notres quand il s’agit de faire circuler de la désinformation. Leurs astuces ? Il est quasi impossible de prouver qu’ils mentent sans devoir le prouver et argumenter. Comme si le devoir de vérité devait davantage d’efforts que la malhonnêteté intellectuelle. 

          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 septembre 2012 12:19

            « Comme si le devoir de vérité devait (demandait... ?) davantage d’efforts que la malhonnêteté intellectuelle. »...

            Pas mal ça... ça force la méditation !


          • lsga lsga 11 septembre 2012 16:37

            Les merdias amerloques sont encore pire que les notres quand il s’agit de faire circuler de la désinformation. 


            C’est faux. Les médias américains sont certes corrompus, mais c’est incomparable avec les médias Français. 


            Aux USA, la liberté d’expression est totale. D’ailleurs, ceux qui défendent les théories alternatives sur le 11 septembre ont droit de citer.

            Bref, ne vous trompez pas : la Vème république est bien pire que les USA. 


          • Aldous Aldous 11 septembre 2012 17:56

            La voie de la droiture demande de la rigueur, de la contrainte, des efforts et des renoncements.


            C’est bien pour celà que les Tartuffes la singent tout en suivant la pente des vices et des compromissions.

            Mais je juste peut contempler avec l’esprit serein sa grâce interieure.

            C’est pourquoi l’ethique est le pendant de l’esthétique.

            S’il n’y a quelquechose a comprendre chez les philosophes grecs c’est cela : Une vie humainement reussie se fonde sur ces deux piliers, l’Ethique et ’lEsthétique.



          • lsga lsga 11 septembre 2012 18:06

            C’est pourquoi l’ethique est le pendant de l’esthétique.

            ROLF !

            Mais oui c’est bien connu : quand on est pas beau on est méchant...

            kalos kagathos : Caca de kéké gateux

          • lsga lsga 11 septembre 2012 23:57

            hey ! G cherché l’élégance...


            j’ai cherché à faire jolie : parce que quand C jolie, Aldous il croit que c vrai et que c gentil... 

            Et, si tu crois que c facile de trouver une allitération sur Kalos Kagatos, je t’en pris, vazy smiley

            Je suis très fier de mon :
            kalos kagathos : Caca de kéké gateux

          • mortelune mortelune 13 septembre 2012 02:29

            @Isba

            « Aux USA, la liberté d’expression est totale. D’ailleurs, ceux qui défendent les théories alternatives sur le 11 septembre ont droit de citer. »
            Dans un de vos anciens commentaires vous avez montrez un manque évident d’ouverture d’esprit en écrivant « Je ne comprend pas votre charabia ». je vois que vous ne comprenez vraiment pas grand chose à rien et que vous écrivez surtout des niaiseries. 
            La liberté d’expression n’est pas totale au usa loin de là et si vous aviez deux ou 3 amis étasuniens vous le sauriez vite. Voulez-vous ouvrir deux secondes vos yeux candides à la désinformation systématique qui est faites dans le monde à partir des USA ?


          • CHALOT CHALOT 11 septembre 2012 12:43

            Le titre NO FUTURE ne vient pas de l’auteur du livre mais de moi même....En hommage aux punks que je connais bien
            Je refuse de lire les SMS que j’efface et ne connais pas les lol, les plussages et autres....
            Vive la langue française ...Je résiste
            Merci pour votre contribution


            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 septembre 2012 13:19

              Eh bé.... peur de rien... T’effaces le sms et résistes aux néologismes... Ventrebleu ! Vois-tu, pour moi, les tueurs de la langue ne sont pas, mais vraiment pas, du côté que tu penses... Ne pas faire évoluer langue, c’est la tuer, et à refuser les néologismes divers dans notre fière et altière francacophonie, c’est faire le lit d’autres langages qui n’attendent pas l’académie pour se répandre... Mais nous auront sûrement l’occasion d’en disserter plus tard... et sur un fil plus adapté !
              D’ici-là,
              Vale !
               


            • anar75 anar75 12 septembre 2012 02:36

              kikoo tu trouv ke jeu fé evaulué la lang la ?


            • CHALOT CHALOT 11 septembre 2012 13:33

              Quand les néologismes ne sont compris que par une toute petite partie de la population « branchée », il ne s’agit pas de l’enrichissement de la langue.
              Mais il faudra en reparler sur un autre fil


              • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 septembre 2012 13:38

                « ...néologismes (...) compris que par une toute petite partie de la population... »

                celui-là de pléonasme... !


              • celui qui maugréé celui qui maugréé 11 septembre 2012 15:19

                Coté US ce n’est pas mirobolant non plus, la prochaine crise bancaire va sans doute dériver de la chute du marché de l’emploi US. Celle ci va empêcher les jeunes diplômés de rembourser leurs prêts étudiants ( surtout les prêts quasi usuriers souscrits auprès auprès des banques et non des institutions) . Les sommes seraient conséquentes semble t il.

                Je dirais que l’équation suivante :

                crime paie + travail ne paie plus ( quand on en a ) = gros problèmes en vue.

                pour contrer cela il faut contrer les deux variables et comme je le répète sans cesse les grand dogmes politiques ne sont capable de reconnaitre une seule des variables ( tantôt l’une tantôt l’autre)


                • Aldous Aldous 11 septembre 2012 18:01

                  Surtout, la notion de ’jeunesse européenne’ c’est de l’ordre de la mythologie. Ca n’existe pas.


                  Encore un article pour ricain moyen qui divise le monde en gros morceaux : les européens, les bazanés, les citrons, les Tacos, les soviets et nous !

                  Et ça prétend etre un journal de référence !


                • anar75 anar75 12 septembre 2012 02:31

                  C’est eux qui parlent, enfumage, pour que le peuple ne voit pas sa jeunesse qui doit s’endetter sur une vie presque pour pouvoir étudier (jusqu’à 50.000 dollars par an)


                  • Ruut Ruut 12 septembre 2012 07:52

                    Il est vrais que les présidents ne montrent pas l’exemple.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires