• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Nourriture » indigeste

« Nourriture » indigeste

Voici comment on vous force à adopter des alignements et singeries de l'anglo-américain.

"Nourriture" indigeste

Au lecteur, à la lectrice, que la curiosité ou le hasard amène à ce texte, nous ferons remarquer la quasi-omniprésence du mot "nourriture" dans les propos qu'on tient partout en France, dans les familles, les écoles, la rue, ainsi qu'à la radio, à la télé et dans la presse, qui ont lancé le mouvement. A moins que ce ne soient les "traducteurs" de feuilletons, films, livres, articles, documentaires et dessins animés en anglais (et, ensuite, dans toute autre langue), les dialoguistes français et rédacteurs de tout poil leur ayant emboîté le pas.

Car, si, au pays d'Escoffier et de Joël Robuchon, entre autres sommités de la gastronomie, partie intégrante du patrimoine français, on nous parle sans arrêt et quasi-exclusivement de "nourriture", c'est sur le modèle de l'anglais "food", qui sert à désigner bien des choses qui se mangent. Entre autres : "de quoi manger", "provisions", "vivres", "alimentation", "repas", "plats", "mets", "aliment(s)", "victuailles", "produit(s) alimentaire(s)", "à manger", "alimentation", et... "cuisine", mot que les anglophones emploient tel quel dans un sens lié au prestige, au raffinement et à la haute qualité.

Quelques exemples, qui montrent que l'affaire est ancienne, sachant qu'il suffit d'allumer le poste ou d'ouvrir un journal pour en avoir de plus frais :

- "Il aime la nourriture exotique !", dit Mia Farrow dans "Meurtre mystérieux à Manhattan", de Woody Allen ; un Français dirait normalement "cuisine exotique" ;

- "Nourrituuure !" gémit Daffy Duck dans la version doublée de "Daffy's Southern Exposure" pour "A manger, par pitié !" ;

- "On vous apportera de la nourriture" dit un personnage à deux autres (pour "de quoi manger") dans "Impitoyable", de Clint Eastwood ;

- Un certain S. Vibert (20h00, France 2, 23/11/96) a dit que des cheminots sont venus prêter main forte aux camionneurs grévistes et leur ont apporté "de la nourriture et des toiles de tente" ;

- Dans "Modes & Travaux", en janvier 1997, La Maison du Saule (45068 Orléans Cedex) proposait, pour l'achat de l'ouvrage "Le Livre du Vinaigre", de recevoir en cadeau "La Nourriture Régénératrice. Cerveau et Santé" ;

- Dans un film sur les animaux, sur La Cinquième, le 10/3/97, on a entendu "nourriture" à plusieurs reprises, dont "Si les renardeaux n'étaient pas capables de passer d'une nourriture à l'autre, ils ne survivraient pas aux rigueurs de l’hiver arctique" ("capables de", autre envahissant alignement sur l'anglais dans cet extrait) ;

- Laurent Boussié (20h00, France 2, années 90) parle de "trois générations qui n'ont connu que l'aide sociale et les tickets de nourriture" (nous avons eu de la chance et notre langue aussi, puisqu'il ne nous a pas parlé pas de "timbres de nourriture", mot-à-mot de "food stamps") ;

- "A 15 F en moyenne le paquet de cigarettes, sur les ressources mensuelles des chômeurs fumeurs, 450 F s'envolent donc en fumée : c'est le prix d'un chariot plein de nourriture pour deux personnes pendant une semaine." lu dans "Avantages" (juin 97), rubrique "Nouveautés santé" ;

- Venue du pape en France, en 1997 ; France 2 couvre "l'événement". Au cours du journal de la mi-journée, le 23 août, un journaliste nous informe de ce que "Les premiers soins, c’est, avec la nourriture, [un souci des organisateurs]" et un autre, la quarantaine, nous dit, planté aux abords de la nonciature, que "le pape apprécie la nourriture".

Cette singerie va même à l'encontre des buts que poursuivent certains de ceux qui y sacrifient. Quand, en décembre 1996, dans l'appel de fonds des Restaurants du Cœur, on a entendu : "C'est maintenant que nous achetons la nourriture. C'est maintenant que nous avons besoin de votre aide." ; quand, récemment, l'Unicef faisait diffuser un film-appel de fonds pour les enfants afghans où l'on entendait : "Avec l'Unicef, ses tonnes de médicaments, d'eau, de nourriture, de couvertures, de tentes (...)", on peut doublement le regretter.

D'abord, parce que notre langue n'est pas l'anglais et que cet alignement sur cette langue ne transformera pas ses imitateurs - notamment ceux qui l'emploient sciemment - en "White Anglo-Saxon Protestants", les seuls "vrais" Américains. Ensuite, parce que le mot "vivres", qui renvoie au verbe français homophone "vivre", serait nettement plus en adéquation que "nourriture" avec la mission qui est celle des Restaurants du Cœur et de l'Unicef - et d'autres organismes de bienfaisance, dont un qui avait fait appel à Robert Hossein pour demander l'aide du public pour sa cause.

Au fait, on nous parle sans arrêt de la nécessité de faire court. Or, "nourriture" est plus long que "vivres", "mets", plat", etc. Mais le besoin de singer et la peur, soit de ne pas être dans le coup, soit de vieillir, qui permettent à nos macaques d'imposer leurs imitations, sont les plus forts.

On nous dira que ces macaqueries pernicieuses sont le résultat de l'influence de l'anglo-américain, que tous ces gens parlent au quotidien. Voire. Nombre de sous-titres et traductions écrites ou simultanées sont d'une médiocrité à faire peur. Et, quand on entend ces "anglicistes chevronnés" ânonner une phrase en anglais, il y a généralement au moins une faute (nous ne parlons pas de la prononciation, pour laquelle ils auront beau jeu d'incriminer leur(s) ancien(s) prof(s) d'anglais).

Au rayon des traductions pitoyables, on a baptisé "Méprise" la VF du téléfilm qu'a diffusé France 3 le 8 décembre 2001 alors que le titre américain est "DOUBLETAKE". Mais le héros de ce film se voit inviter à manger de "la nourriture chinoise" au domicile d'une jeune femme.

Reste à rebaptiser "magasins de nourriture générale" nos magasins d'alimentation générale et.. "bol nourrituresque" le bol alimentaire des cours de sciences nat'. On invoquera pour ce faire l'évolution de la langue.

En tout cas, pour ce qui est de "nourriture", les adeptes de l'évolution américanisée de notre langue semblent avoir pour horizon de ramener notre vocabulaire usuel aux 400 mots de l'Américain moyen (celui de la légende), dont, un brin démagos, ils se moquent si volontiers alors même qu'ils singent sa langue et répandent impunément et de façon maladive leurs singeries dans le prétendu langage courant.

Le même phénomène de réduction du vocabulaire - d'autant plus facile à lancer que l'anglais et le français sont à la fois proches et éloignés - se produit avec "apparaître", "à travers", "juste", "développer", "opérer", "requérir" et "requis", "dédié" et "dédier" et bien d'autres mots, expressions ou verbes français alignés sur la pratique ou l'acception anglo-américaine.

Si vous doutez de ce que vous venez de lire, demandez-vous comment il se fait, par exemple, que l'on vous propose aujourd'hui des produits "avec Javel" (anciennement, si l'on ose écrire, "à la Javel" ou "à l'eau de Javel"), sachant qu'en anglais, on parle dans ce cas de produits "with bleach".

On nous dira peut-être que le choix du vocabulaire relève d’une décision individuelle. Il n’en est rien, en fait, car, à notre époque de moyens de communication de masse, le peuple (le bon peuple) ne fait que reprendre les termes qu’il entend à longueur de jour ; c’est en particulier le cas des enfants quand ils regardent les dessins animés ou lisent les bandes dessinées et autres écrits, où cette "nourriture" abonde, par choix de quelques-uns.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Anatine 28 décembre 2016 19:22

    Il suffit de regarder une page de pub pour s’en convaincre...


    • Christian Joli 28 décembre 2016 19:26

      @Anatine

      Et d’écouter ceux qui nous parlent du haut de leur statut (journalistes, commentateurs, artistes, ministres, etc..)


    • Alren Alren 28 décembre 2016 19:24

      Faire croire aux Français que leur langue est en quelque sorte inférieure à l’anglais en utilisant de préférence des mots anglais quand il en existe de plus précis en français (la langue anglaise est beaucoup plus allusive que le français dont les « normalisateurs » au XVIe et XVIIe ont privilégié la précision, raison pour laquelle elle fut employée jusqu’en 1920 pour la rédaction de traités entre états dont le français n’était pas la langue officielle) participe d’un conditionnement à visée politique.

      Si la langue est inférieure, et sachant qu’elle est un peu « l’âme culturelle » d’un pays, c’est que les français sont quelque part inférieurs aux Étatsuniens (on ne parle pas ici des Anglais qui ont la langue des USA comme langue officielle).

      Il est donc légitime et bénéfique pour eux que les Français se placent humblement sous la tutelle des USA, qu’ils fassent les guerres d’agression qu’on leur demande, qu’ils se laissent piller par un dollar monnaie-de-singe et ponctionner leurs secrets industriels et diplomatiques par des logiciels comme comme Windows et des fichiers confidentiels confiés au « cloud » contrôlé par des firmes US.

      Voilà.


      • Alren Alren 28 décembre 2016 19:29

        @Alren

        PS Le programme de la France Insoumise, « L’avenir en commun » prévoit de renforcer la présence de la langue française dans le monde, y renforçant ainsi la place de notre pays et satisfaisant des demandes d’étrangers soucieux de variété dans les langues internationales.


      • Christian Joli 28 décembre 2016 19:29

        @Alren Merci de ce complément. Puis-je vous citer (ouvrage en cours de rédaction) ? Cordialement, Ch. Joli


      • Christian Joli 3 janvier 13:35

        @Alren

        Puis-je vous citer (ouvrage en cours de rédaction) ?
        Merci de votre réponse,
        Cordialement,
        Ch. Joli

      • ricoxy ricoxy 28 décembre 2016 21:49

         
        « Nourriture », et aussi « nutrition », qui nous gavent littéralement l’estomac. Il semble malheureusement qu’il y ait une véritable OPA de l’anglais contre le français : anglicismes, calques, similitudes de construction syntaxique, anglicismes rampants... j’en passe et des pires. Et tout cela est propagé par le joyeux clan des journalistes, secondés par les publicitaires, inimitables dans leurs rôles de traîtres.
         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Christian Joli


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires