• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Nous Y Voilà ! » Torreton & Kolinka de concert à La Comédie des (...)

« Nous Y Voilà ! » Torreton & Kolinka de concert à La Comédie des Champs-Elysées

Nous y voilà, installés dans la salle de la Comédie des Champs Élysées, attendant que la scène s'ouvre sur une ribambelle d'instruments de musique enveloppés dans les effluves d'encens nous assurant que le spectacle sera pleinement musical.

 

JPEG - 76.5 ko
NOUS Y VOILA
© Stéphanie Fagadau

  

'' Nous y voilà ! '', cette formulation, de par sa forme exclamative sonnant comme une claque, est une injonction qui va nous interpeler tout au long de cette soirée sur le constat de l'état affligeant dans lequel l'homme a réduit la terre, tel un leitmotiv prophétisé par ce titre emprunté au poème de l'écrivaine Fred Vargas : '' Nous y voilà, nous y sommes ! '' - « Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes ».

Apôtre de l'environnement, celle-ci est l'auteure d' un ouvrage '' l'Humanité en péril '' qui nous alerte et retentit comme une mise en demeure. L’homme court à sa perte s’il oublie d’où il vient et le poète est là pour le lui rappeler. Elle lance un cri d'alarme sur l'urgence climatique et l'avenir de la planète.

C’est sur ce bilan catastrophique et leur force de conviction que la terre souffre des excès humains que Philippe Torreton, Richard Kolinka et Aristide Rosier ont uni leur talent pour nous proposer un spectacle insolite où la poésie se mêle à la musique, habillé par les somptueuses lumières en clair-obscur de Dimitri Vassiliu.

 

JPEG - 50.6 ko
NOUS Y VOILA
© Stéphanie Fagadau

  

Le trio fait son apparition. Côté jardin, le batteur de l'ex-groupe Téléphone Richard Kolinka se place derrière ses percussions ; à jardin, le jeune Aristide Rosier s'installe derrière ses claviers.

Philippe Torreton, énergique et fougueux, déboule au centre de la scène pour asséner d'emblée le discours d'un chef indien Sitting Bull « L'homme blanc ne comprend pas nos moeurs... il traite la terre et le ciel comme des choses à acheter, piller, vendre comme les moutons... son appétit ne laissera derrière lui qu'un désert... ».

Le comédien bouscule les codes du récital poétique. Sa voix tonitruante fait entendre un florilège de textes allant du XVIe siècle à nos jours, ceux des poètes, qui comme Arthur Rimbaud, Charles Baudelaire, George Sand, Boris Vian… ont parlé du rapport de l'homme à la nature, l'ont vénérée, l'ont défendue. 

  

JPEG - 85.9 ko
NOUS Y VOILA
© Stéphanie Fagadau

 

   

Sa voix devient cri de détresse '' contre les bûcherons de la forest de Gastine '' de Pierre de Ronsard « Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras ; ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force - Des nymphes qui vivaient sous la dure écorce ? ». Si Ronsard s'indignait poétiquement à son époque sur l'abattage d'un arbre, que penser aujourd'hui de l'ampleur de la déforestation qui sert aux lobbies du bois ou à la culture du colza et de l’huile de palme, permettant de produire des biocarburants hyper polluants !  

Poignant, il clame des textes déchirants, parfois sa voix se fait chuchotement suave telle une prière. La scène devient un lieu d'exorcisme pour chasser les influences maléfiques qui accablent notre mère bienfaitrice la Terre.

Les mots crachés ou sussurés se fondent dans une musique au diapason, vibrante, éclatante, carillonnante, les baguettes frénétiques de R. Kolinka virevoltent avec une magistrale dextérité, cymbales ou hang drums mélodieux accompagnent ces alarmantes prédictions.

 

JPEG - 75.2 ko
NOUS Y VOILA
© Stéphanie Fagadau

  

R. Kolinka, au charme indéniable, chaperonne son complice et ami jusqu'à participer malicieusement aux textes par de facétieuses mimiques. C'est d'ailleurs pendant le premier confinement de 2020 que les deux artistes, voisins mitoyens relégués dans leur jardin, ont partagé des moments de poésie en postant tous les jours des petites vidéos très amusantes et ont ébauché les prémices de '' Nous y voilà ! '', on les sent très à l'affût l'un de l'autre.

Magnétique, Aristide Rosier, discret et subtil, souligne en douceur la musicalité des mots par les riches modulations d'un clavier, d'un kalimba ou par les sonorités délicates d'une guitare, devenant musique méditative et spirituelle. Il avait déjà participé avec R. Kolinka au spectacle concert '' Mec '' de Philippe Torreton joué au Théâtre Édouard VII en 2018.  

Les musiciens convoquent le jazz, le blues, le rock, mais aussi la musique électronique dans une création envoûtante aux couleurs des mots scandés par un Ph. Torreton qui a un vrai sens du rythme et bouge avec un évident feeling.

 

JPEG - 76 ko
NOUS Y VOILA
© Theothea.com

  

Les paroles proférées sont parfois d'auteurs rares faisant ainsi entendre les réflexions des Indiens d’Amérique du Nord qui savent que « l’homme blanc ne semble pas remarquer l’air qu’il respire ! »

Le chant de jubilation de Tsoai-Talee du poète Navarre Scott Momaday est sublime : « Je suis une plume dans le ciel lumineux - Je suis un cheval bleu qui galope dans la plaine... Je suis l'aigle qui joue avec le vent... Je suis un cerf qui s'éloigne au crépuscule - Je suis un vol d'oies dans le ciel d'hiver... Voyez-vous je suis vivant - je suis vivant... ».

Le poème de l'auteure Esther Granek est jubilatoire : « Je suis enceinte de prés verts... je porte en moi des pâturages... je suis enceinte de déserts... »  

Le comédien déclame également deux de ses propres textes '' Nous étions partout '' tiré de '' l'Homme averti '' et '' Mon indien ''.

 

JPEG - 109.3 ko
NOUS Y VOILA
© Theothea.com

  

Dans ce vibrant hommage, vrai coup de poing à l'estomac tellement c'est juste, puissant, émouvant, Philippe Torreton et ses merveilleux et sensibles acolytes nous invitent à retrouver cette harmonie perdue avec la nature car '' l'homme blanc '' a prélevé sans discernement avec l'idée que tout lui est dû à l'opposé de '' l'homme rouge '' précautionneux et respectueux.

Véritable performance entre concert hypnotique et incantations poétiques, le public ébahi, revigoré par l'enthousiasme communicatif de ces trois compères, se lève pour les ovationner avec d'ardents bravos et surtout un très grand Merci qui, visiblement, leur vont droit au coeur ! Un moment exceptionnel hors normes mais point hors sol !

 

photos 1 à 4 © Stéphanie Fagadau
photos 5 à 7 © Theothea.com

  

NOUS Y VOILA - **** Cat's / Theothea.com - de & avec Philippe Torreton, Richard Kolinka & Aristide Rosier - Comédie des Champs-Elysées
 
  

JPEG - 103.4 ko
NOUS Y VOILA
© Theothea.com

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité