• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Nouvelles théories sur l’évolution. Du post-génétique au (...)

Nouvelles théories sur l’évolution. Du post-génétique au post-biologique

Nous avons sur le site Automates Intelligents essayé d'informer le plus fidèlement possible nos lecteurs sur ce qu'il faut bien nommer l'évolution des théories sur l'évolution. Tout évolue dans le cosmos tel qu'il est connu aujourd'hui. Mais c'est l'évolution de la vie, phénomène jusqu'à ce jour uniquement observé sur Terre, qui a toujours retenu l'attention, tant des scientifiques que du grand public.

D'innombrables écrits religieux, venant des grandes religions monothéistes, catholicisme et islam notamment, affirment, évidemment sans preuves aucunes, que le vivant a été créé par Dieu sous les formes qu'il manifeste aujourd'hui. L'idée que le vivant évolue serait donc à rejeter comme contraire aux Ecritures. Sans mentionner le monde musulman, particulièrement opposé à toute hypothèse concernant l'évolution de la vie, une grande majorité de croyants relevant du catholicisme ou du protestantisme évangélique, aux Etats-Unis mêmes, considèrent que la vie a été créée très récemment et n'a pas évolué – ou très peu - depuis lors. Il s'agit du Créationnisme qui, curieusement, dans une Europe réputée plus cartésienne que l'Amérique, progresse actuellement sur le Continent. Ici même, des intervenants (provocation ou aveuglement) continuent à affirmer rageusement que l'Evolution n'existe pas

Aujourd'hui, dans le monde scientifique, où nul ne nie évidemment le phénomène général qu'est l'évolution de la vie, ce fut depuis Darwin la théorie dite de l'évolutionnisme darwinien qui a été très généralement admise. Mais le darwinisme initial a lui-même évolué depuis ses origines dans la seconde moitié du 19e siècle. Le modèle initial de Darwin reposait sur une constatation, généralement partagée par tous les naturalistes et les éleveurs, que les espèces vivantes évoluent sur le mode transmission héréditaire, introduction de variations accidentelles, mise en concurrence des nouvelles espèces en résultant avec les anciennes et sélection(survie) des plus aptes à s'adapter au sein d'un milieu naturel lui-même changeant. Mais Darwin n'avait pas, compte tenu des connaissances de son époque, put expliquer les causes biologiques de ce phénomène général.

La théorie synthétique de l'évolution

Ce furent, à la suite des travaux de Mendel, ceux que nous appellerons pour simplifier les généticiens, qui ont mis en évidences les facteurs permettant la transmission des caractères, mais aussi les mutations affectant ces facteurs, et les sélections en résultant. Ces facteurs sont les gènes, identifiables au sein des ADN cellulaires. La théorie génétique de l'évolution a été nommée le modèle néo-darwinien ou théorie synthétique de l’évolution. Elle s'est construite entre 1940 et 1960 mais elle n’a cessé de se complexifier depuis compte tenu des progrès dans la connaissance des phénomènes intimes du vivant, notamment la biologie moléculaire.

Un grand nombre de travaux ont permis dans la seconde moitié du 20e siècle de préciser les modalités de l'hérédité, des mutations et plus généralement du rôle du génome dans la synthétisation des millions de protéines (ou protéome) à partir desquelles se construisent dès l'apparition de l'oeuf fécondé les différents organismes, avec leurs spécificités. Au niveau de l'évolution des espèces, la génétique dite des populations étudie la distribution et des changements de la fréquence des versions d'un gène (ou allèle) dans les populations d'êtres vivants, sous l'influence des pressions évolutives . On a pu mettre en évidence outre les mutations et la sélection naturelle, des mécanismes dits de dérive génétique, de recombinaison (recombination) et de migration expliquant les variations entre espèces.

Fin du déterminisme génétique. L'ontophylogenèse.

A partir des années 1970-1980, cependant un nombre croissant de biologistes se sont insurgés contre les abus de ce qui a été nommé le tout génétique. ou déterminisme génétique. Ils ont montré que des relations complexes s'établissaient entre les espèces et entre celles-ci et l'environnement, sans dans un premier temps affecter le génome. Un des pionniers de cette approche fut en France le biologiste Jean-Jacques Kupiec, dont nous avons présenté les recherches en leur temps 1)

Comme rappelé ci-dessus, la très grande majorité des biologistes évolutionnaires d’inspiration naturaliste (ou matérialiste) admet aujourd’hui que la formation des espèces, c’est-à-dire l’ontogenèse, nécessite pour être comprise de faire appel au darwinisme. Celui-ci peut être résumé au principe de l’évolution sur le mode variation au hasard/sélection/amplification, Par contre, en ce qui concerne la formation des individus à l’intérieur des espèces, la très grande majorité des biologistes estimait jusqu’à ces dernières années que c’était le programme génétique transmis par l’intermédiaire de l’ADN reproductif qui déterminait la séquence d’apparition des différents organes de l’embryon. Son influence se prolongeait tout au long de la vie.

Les gènes, dans l'acception qu'en donnaient les défenseurs du « tout génétique », définissaient donc dès avant la naissance les propriétés et aptitudes de l’individu. La biologie moléculaire s’était efforcée de montrer qu’il s’agissait de processus rigoureux, déterministe, excluant donc, sauf accidents, le hasard. Le terme même de programme génétique, faisant penser à un programme informatique et à des informations numériques, faisait illusion. En aucun cas pourtant, il ne s'agit d'algorithmes s'appliquant par oui ou par non. Si bien que des individus issus d'un même génome (tels les jumeaux vrais) peuvent être différents.

Certes, il était vite apparu aux biologistes moléculaires que les gènes n’intervenaient pas directement dans la fabrication de l’embryon. Des médiateurs protéiques spécifiques faisaient le relais entre le gène ou les gènes supposés contribuer à la formation de l’organisme et les cellules directement concernées par l’ordre d’apparition et l’architecture des organes. Mais il s'agissait d'un mécanisme, totalement déterministe, excluait toute variation aléatoire. sinon par accidents. Une propriété qui avait été nommée la stéréospécificité permettait d’expliquer comment les protéines synthétisées (et repliées) sous l’influence des gènes ne pouvaient correspondre qu’à un et à un seul type d’organite infracellulaire ou de cellule. L’image popularisée alors fut celle de la clef qui ne peut ouvrir qu’une seule serrure.

En ce qui concerne l’ontogenèse, c'est-à-dire la formation des espèces, l’étude plus précise du rôle des gènes avait montré que l’intervention des gènes et des protéines dont ils provoquaient la synthèse était bien plus complexe que celle résumée par le concept « un gène, un caractère ». Des gènes dits régulateurs avaient été identifiées. Le protéome ou catalogue des protéines impliquées dans la reproduction s'est révélé par ailleurs infiniment plus riche que le catalogue des gènes propres à chaque espèce. La stéréospécificité apparut alors comme loin d’être systématique, le même morceau d’ADN pouvant diriger l’assemblage de protéines différentes, dont l’une seulement intervenait dans la suite de l’embryogenèse.

Par ailleurs, il n’était plus niable que dès sa formation, l’embryon était soumis aux contraintes du milieu, notamment du milieu social dit aussi milieu culturel. Le milieu influe de façon plus ou moins importante sur le développement de l’individu, selon des modalités étudiées dans le cadre d’une approche devenue depuis systématique, l’épigénétique.

En ce qui concerne l’évolution des génomes, c’est-à-dire la phylogenèse, il était apparu parallèlement que des phénomènes difficiles à considérer comme de simples mutations aléatoires pouvaient contribuer efficacement à la formation de nouvelles espèces ou à des modifications du génome à l’intérieur d’espèces existantes. Citons par exemple le transfert horizontal de gènes (très répandu, et pas seulement chez les bactéries) ou, à une autre échelle, la sélection de groupe présentée comme agissant sur l’ADN non d’un individu isolé mais de nombreux individus au sein d’un groupe soumis à une pression sélective. Il s’agissait en quelque sorte de mutations orientées. Jean-Jacques Kupiec a démontré le fonctionnement probabiliste des gènes et le caractère également probabiliste des interactions entre protéines synthétisées par ces gènes au cours de l’ontogenèse. Il a nommé cette théorie l'ontophylogenèse.

La théorie étendue de l'évolution, ou synthèse étendue

Dans la ligne des travaux étudiant les relations complexes entre ontogenèse et phylogenèse, de nombreuses recherches ont été menées depuis le début du présent siècle. Nous avons le plus fidèlement possible relaté les résultats de celles-ci dès qu'elles faisaient l'objet de publication. Un livre récent en propose une liste assortie de commentaires détaillés. Il s'agit de Evolution - the Extended Synthesis, par Massimo Pigliucci et Gerd Müller. 2)

Les auteurs, qui ont été choisis principalement parmi des biologistes, montrent que depuis le livre fondateur de Julian Huxley's Evolution : The Modern Synthesis, des progrès considérables ont été faits, tant dans le domaine de la biologie proprement dit que dans celui des développements théoriques pouvant en être déduits. En conséquence, les théories de l'évolution incluent aujourd'hui des domaines de recherche qui étaient insoupçonnée des auteurs de la théorie synthétique de l'évolution. Pour un petit nombre de ces auteurs, les nouvelles recherches ne remettent pas fondamentalement en cause les bases de la théorie synthétique. Pour la plupart au contraire, elles obligent à les redéfinir radicalement.

Ils aboutissent ainsi à ce qui a été nommé dans le titre du livre une nouvelle Synthèse intéressant l'évolution, qualifiée de Synthèse Etendue. Il ne s'agit pas, comme certains polémistes le disent volontiers (pour qui le darwinisme reste une bête noire), d'affirmer que désormais Darwin est démenti. En effet, comme précédemment avec la théorie synthétique de l'évolution, les postulats fondamentaux posés par Darwin ne sont pas modifiés, mais ils sont considérablement enrichis et étendus. Il est bien dans la logique de la science matérialiste de procéder ainsi.

Nous avons sur ce site, au fil du temps, publié des articles précisant les nouvelles recherches et leurs apports. Le lecteur curieux pourra les y retrouver. L'ouvrage présenté ici, Evolution - the Extended Synthesis, en fournit des analyses très complètes. Il n'est évidemment pas possible de les résumer. Nous y renvoyons le lecteur.

Le schéma proposé en libre accès par les auteurs du livre, en donne une image très parlante. Dans le centre en blanc on retrouve les concepts rendus célèbres par Darwin. Dans la bulle en gris clair, sont mentionnés ceux de la théorie Synthétique. Enfin, dans la bulle gris sombre, figurent les nouveaux concepts constituant la Synthèse Etendue telle que définie par les auteurs. Parmi ceux-ci, citons la théorie de l'Eco-devo, la construction de niches, les théories de l'évolution épigénétique, la sélection à multi-niveaux (incluant la sélection de groupe) , la théorie du réplicateur et les théories récentes intéressant l'évolution génomique (par exemple les transferts de gènes).

Vers une approche post-biologique de l'évolution

Par post-biologique, nous entendons ici une évolution qui continuerait à intéresser un grand nombre d'organismes biologiques ou de gènes d'origine biologique, mais associée avec des processus ou organismes relevant de la vie génétiquement modifiée ou artificielle, de l'intelligence artificielle adaptative et d'une robotiques de plus en plus autonome. On aboutira à des animaux ou humains dits augmentés, à des cerveaux artificiels et, comme l'a depuis longtemps étudié Alain Cardon, à des consciences artificielles animant des organismes artificiels pouvant ne plus conserver que de lointains rapports avec l'humain. On remarquera que les biologistes auteurs du livre précédent font à peine allusion à ces recherches ou les ignorent. C'est sans doute un effet de ce que l'on nomme l'enfermement disciplinaire.

Il a par contre toujours été dans le coeur éditorial de notre site de signaler les progrès continus et accélérés se déroulant dans les différents domaines scientifiques et technologiques intéressés par ces recherches. Nous avons par ailleurs incité les lecteurs à réfléchir aux conséquences économiques, politiques et philosophiques de tels travaux. Certains sont publiquement documentés par des chercheurs universitaires, mais d'autres, en bien plus grand nombre, relèvent désormais du secret défense. Autrement dit, ils sont mis au service de petites minorités d'humains disposant des pouvoirs militaires et économiques, entraînant la capacité de dominer par la contrainte de très larges majorités d'humains désormais asservis.

Dans la suite de ces développements inégalitaires, les concepts de transhumains ou de post-humains sont devenus aujourd'hui très populaires. Ils font l'objet de nombreux débats. Il faut bien voir cependant que l'accès au post-humanisme restera le privilèges des minorités dominantes évoquées ci-dessus. Ceci pour deux raisons, d'une part parce que cet accès supposera des moyens économiques considérables, hors de la portée du tout venant des humains. D'une part et tout autant parce qu'il s'agira d'instruments de pouvoirs et que ceux disposant du pouvoir ne le partagent pas.

Parallèlement donc à l'émergence d 'organismes biologiques relevant du post-humain, subsisteront des effectifs innombrables de populations relevant de l'humain traditionnel. Celles-ci subiront de plein fouet les conséquences des changements climatiques et des raretés innombrables prévus pour la fin du siècle. Il sera vite tentant alors de qualifier les plus démunis d'entre eux de sous-humains, surtout s'ils se réfugient dans différentes formes de violence. Effectivement, ainsi qualifiés et rejetés, ils le deviendront de plus en plus.

Les différentes formes de vie augmentée et vie artificielle évoquées ici affecteront aussi les organismes biologiques traditionnels, qu'il s'agisse des micro-organismes ou des formes les plus complexes du monde animal et du monde végétal. En ce qui les concerne, la compétition darwinienne pour la survie continuera évidemment à s'exercer. On peut prévoir qu'en sortiront victorieuses les différentes espèces virales ou bactériennes présentes sur Terre depuis les quelques milliards d'années pendant lesquelles la vie s'est développée. Tout laisse craindre au contraire que la plupart des espèces complexes ne puissent pas s'adapter spontanément, faute de temps et face aux agressions multiples qu'elles subiront.

Dans le meilleur des cas, elles ne survivront que dans des zoos et musées, ainsi que sous forme de banques de gènes censés pouvoir repeupler la Terre après les grandes extinctions devant marquer ce que l'on nomme désormais les formes ultimes de l'anthropocène.

Rappelons que nous avons proposé d'utiliser te terme de systèmes bioanthropotechniques pour désigner les symbioses durables et évolutives s'étant établies depuis l'apparition des premiers outils au temps des australopithèques, et culminant aujourd'hui avec l'explosion des technologies de l'artificiel que nous venons d'évoquer. Ce terme n'est pas là uniquement pour créer gratuitement un concept original. Nous l'avonsexplicité dans différents articles et ouvrages (3) .Nous comptons publier prochainement sur ce site, en accès libre, un petit essai actualisant le concept de complexe bio-anthropotechnique, tant au regard de l'évolution des théories et pratiques intéressant la composante biologique de ces complexes que de l'évolution des technologies associées.

 

Notes

1) Voir Jean-Jacques Kupiec. Ni Dieu ni gène. Pour une autre théorie de l’hérédité (Seuil, 2000), suivi de L'origine des individus
http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2009/mai/oringinesindividus.html

2) Evolution - the Extended Synthesis, par Massimo Pigliucci et Gerd Müller. 2010 avec rééditions. The MIT Press Cambridge, Massachusetts, London,
Lire aussi
http://mitpress.mit.edu/books/evolution-extended-synthesis
Lire aussi http://www.nature.com/news/does-evolutionary-theory-need-a-rethink-1.16080?WT.ec_id=NATURE-20141009r
Lire aussi http://mitpress.mit.edu/sites/default/files/titles/content/9780262513678_sch_0001.pdf

3) Voir notamment JP. Baquiast, Le paradoxe du Sapiens. JP. Bayol, 2010


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 2 janvier 2015 08:42

    salut il est dit

    Dans la suite de ces développements inégalitaires, les concepts de transhumains ou de post-humains sont devenus aujourd’hui très populaires. Ils font l’objet de nombreux débats. Il faut bien voir cependant que l’accès au post-humanisme restera le privilèges des minorités dominantes évoquées ci-dessus. Ceci pour deux raisons, d’une part parce que cet accès supposera des moyens économiques considérables, hors de la portée du tout venant des humains. D’une part et tout autant parce qu’il s’agira d’instruments de pouvoirs et que ceux disposant du pouvoir ne le partagent pas.

    Tout est dit ...........la théorie de l’évolution , évolution veut dire changement, ah mon dieu il y a eu des changements c’est incroyable madame michu !!! a eu pour moi un but clair jamais avoué..il fallait justifier le voleur du collectif par des mots ,des théories...plus c’est complexe et chiant plus c’est bon........
    L’empire du moment, de darwin, criminel ,voleur,assassin a voulu passer pour un mec bien.......le résultat est ce gloubiboulga pseudo scientifique....

    certes il y a eu un début à la matière....ah dites donc , il y a eu un début à la matière ??? incroyable...c’est fou ce qu’on fait de nos jours !!

    si il n’y a pas eu de début alors tout est infini...pas possible ....ah bon ??

    La démence est si épaisse que on peut la toucher, on n’arrête pas le progrès !!

    bonne chance aux couillons qui vont se faire plumer de leur vivant pour finir comme programme binaire mort dans un ordi.......

    Qu’est ce qu’on mange ???????


    • La mouche du coche La mouche du coche 2 janvier 2015 13:01

      Attention, ce commentaire nécessite de RÉFLÉCHIR. je vais vous faire du mal à certains mais la doctrine de l’évolution est une vaste supercherie. 

      .

      En résumé, les principales critiques des opposants au darwinisme me semblent recevables et toutes dirimantes (elles étaient déjà formulées en son temps par Darwin lui-même et les darwiniens feraient bien de le lire) :

      .

      • Absence dans la nature de fossiles “intermédiaires” bizarres, imparfaits, avec des moignons, des bouts d’ailes, des écailles à la place de plumes, etc. que réclame OBLIGATOIREMENT cette théorie alors qu’on a plus de 150 ans de recherches archéologiques derrière nous. .

      • présence très ancienne par contre de fossiles très sophistiqués comme les araignées, oiseaux, etc. qui détruit l’idée d’une évolution allant nécessairement dans le sens d’une complexification croissante de la cellule vers le mammifère. .

      Je devrais m’arrêter là, cela suffirait, mais il y a encore :

      • Théorie évolutionniste du HASARD, mot qui n’explique rien alors qu’une théorie scientifique digne de ce nom a pour mission de SIMPLIFIER et PRÉDIRE, ce que la théorie darwinienne ne fait pas. Avec Newton, on peut prédire la trajectoire d’une pomme, que peut-on prédire avec Darwin ? En réalité le mot HASARD n’est qu’un mot-valise pour dire “je ne sais pas”. On pourrait le remplacer aussi bien par CARAMBAR ou DIEU. Cela expliquerait tout autant, c’est-à-dire rien du tout. Tout ceci n’est pas scientifique.
      .
      Devant de telles difficultés, les évolutionnistes devraient s’arrêter et chercher une autre théorie plus précise, plus scientifique et plus sérieuse, mais ils ne le font pas, et ceci nous alerte qu’ils ne sont plus des scientifiques mais de nouveaux clercs d’une religion absconse, comprise uniquement par eux comme sous l’ancienne Égypte. De ces religions bidons, l’histoire en est gorgée et l’évolutionnisme n’est juste que la dernière. Elle disparaitra comme les autres. smiley
      .
      .
      .
      P
      our approfondir, vous pouvez suivre le fil de commentaires ici ;http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/article/darwin-les-origines-de-l-homme-et-40181 et là : http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/article/une-video-plus-facile-sur-l-40194

    • Enabomber Enabomber 2 janvier 2015 17:02

      @la mouche
      Au-delà des arguments sortis de la naphtaline, en général on essaie de détruire une théorie pour laisser la place à une autre. Alors accouche de la tienne et qu’on en finisse.


    • Automates Intelligents (JP Baquiast) 2 janvier 2015 17:26

      C’est bien certain. La vie a été créée il y a 5000 ans, peu après le grand canyon du Colorado. Tout le monde sait cela, sauf quelques darwinens attardés.


    • La mouche du coche La mouche du coche 2 janvier 2015 19:54

      J’en ai bien une mais je ne la dirais pas parce que je veux juste mettre le nez dans leur pipi aux évolutionnistes pour leur faire perdre de leur superbe et montrer leur bouffonnerie. L’important pour l’instant est qu’il comprennent qu’ils ne sont que des moutons annonnants ce qu’ils ont appris à l’école.


    • Enabomber Enabomber 2 janvier 2015 19:59

      Ouais, en bref encore une « théorie révolutionnaire » réchauffée. Dommage que l’école justement ne t’ait rien appris, bouffon.


    • La mouche du coche La mouche du coche 2 janvier 2015 20:12

      Vous m’avez l’air bien conformiste pour un unabomber. Que pensez vous du 11 septembre ? smiley


    • trevize trevize 2 janvier 2015 20:41

      "J’en ai bien une mais je ne la dirais pas parce que je veux juste mettre le nez dans leur pipi aux évolutionnistes pour leur faire perdre de leur superbe et montrer leur bouffonnerie. L’important pour l’instant est qu’il comprennent qu’ils ne sont que des moutons annonnants ce qu’ils ont appris à l’école.« 

      Il n’existe »d’évolutionnistes« que dans votre tête de mouche.

      Ce qui existe par contre c’est une théorie de l’évolution, théorie malléable qui contient quelques zones d’ombres, et qui n’attend que des preuves pour... évoluer aussi.
      A la différence des religions et de leurs dogmes rigides.

      Le coup de »j’ai une explication mais je la montre pas" on le connaît bien. Des tas de petits malins, quand on creuse un peu on s’aperçoit qu’ils sont tous prêts à donner leurs informations contre un tas de pognon ; ceux qui se font encore avoir s’aperçoivent qu’ils ont juste acheté le délire personnel d’un charlatan.

      Vous ne mettez le nez dans le pipi de personne, ne montrez rien, et ne faites rien comprendre à personne avec votre tirade moisie.


    • La mouche du coche La mouche du coche 3 janvier 2015 15:12

      Si les évolutionnistes avouaient que leur théorie est une religion, il serait bien difficile pour moi de les contrer. Mais comme ils se réclament de la science, il est facile de leur répondre puisqu’ils n’ont pas de preuves de ce qu’ils avancent et pour cause... Cette discussion n’est que du bonheur pour moi. je gagne à tous les coups smiley


    • Enabomber Enabomber 6 janvier 2015 15:17

      Le 11 septembre ? J’en pense que c’est après le 10 et avant le 12 smiley


    • Le p’tit Charles 2 janvier 2015 10:57

      L’évolution génétique n’a en effet aucune limite..Au moyen âge on vivait 40 ans et le plus grand des chevaliers faisait 1,70 cm...Aujourd’hui on vit 75/80 ans et beaucoup de gens dépassent les 2 mètres...Il est étrange de voir certains « scientifiques » vouloir trouver les origines de la vie et de l’évolution..surtout dans un monde de chaos.. ?

      Autant chercher une aiguille dans une meule de foin... !

      • SamAgora95 SamAgora95 2 janvier 2015 12:19

        Vous confondez l’espérance de vie (qui est une moyen) avec l’âge maximum d’un individu.


        Au moyen âge il y avait aussi des vieux de 90 ans, seulement la forte mortalité infantile faisait baisser drastiquement la moyenne ce qui donne ces fameux 40 ans d’espérance de vie.
        Je dirais même qu’au contraire, au moyen-âge lorsqu’un individu atteignait l’age adulte, il était plus robuste et vivait plus longtemps (sans médecine sophistiquée) que de nos jours, 





      • Zip_N Zip_N 2 janvier 2015 12:34

        Je cite « au moyen-âge lorsqu’un individu atteignait l’age adulte, il était plus robuste et vivait plus longtemps (sans médecine sophistiquée) que de nos jours,  »

        Il y avait une grande différence ? c’’est à cause de quoi qu’il vivait plus longtemps ? et les pygmées d’amazonie vivaient plus longtemps avant que de nos jours ? l’homme est moins robuste que son vieil ancêtre le singe, c’est la robustesse ?


      • SamAgora95 SamAgora95 2 janvier 2015 12:53

        Je ne dis pas qu’ils vivaient plus longtemps, mais simplement que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.


        Les enfants qui réussissent à traverser les mauvaises conditions de l’époques qui entraînaient une vaccination naturelle et douloureuse (en choppe tout les maladies possibles et imaginables), donnent des adultes très résistants.

      • Le p’tit Charles 2 janvier 2015 12:57

        A ma connaissance l’humanité fait partie de l’évolution ou alors nous sommes une espèce à part non classable...Alors 40 ou 80 ans c’est la même chose..une partie de l’évolution tout simplement.. !


      • Zip_N Zip_N 4 janvier 2015 13:37

        Je cite, « il était plus robuste et vivait plus longtemps » Je cite, « Je ne dis pas qu’ils vivaient plus longtemps »

        Vous avez raison c’est moi qui ai mal lu, merci pour ce complément de réponse, je dois être fatigué., surement un coup de soleil ou quelque chose comme ça...


      • Zip_N Zip_N 2 janvier 2015 10:58


        A mon avis l’auteur confond : culture et loisir, technologie et religion.


        • Zip_N Zip_N 2 janvier 2015 11:10

          « le vivant a été créé par Dieu sous les formes qu’il manifeste aujourd’hui. L’idée que le vivant évolue serait donc à rejeter comme contraire aux Ecritures. »

          Il a pas été créer mais engendré, transformé. Vous commencez mal, la transformation, et l’engendrement et l’évolution du vivant est le propre des écritures religieuses.


          • Zip_N Zip_N 2 janvier 2015 11:14

            Vous mettez tout dans le même sac rajoutez encore, l’impérmanence bouddhique par exemple c’est le propre de l’évolution. Bonne nuit !


            • Crab2 2 janvier 2015 15:36

              Une fois de plus, inutile de débattre avec l’auteur de l’article, l’Évolution n’est pas une Théorie, mais un FAIT


              •  C BARRATIER C BARRATIER 2 janvier 2015 15:58

                LASCAUX, CHAUVET témoignent d’une humanité plus ancienne que les 5000 ans de la prétendue divine création. Personne ne peut contester les millions d’années de présence de la vie sur la planète Terre, les dinosaures très anciens étant loin des premières manifestations de la vie.

                Nous devons donc renoncer à tout créationnisme, théorie non vérifiée par l’archéologie ou l’expérience. Que des êtres vivants mutent, non seulement on l’observe, mais on peut le provoquer. Le virus de la grippe est un tout petit exemple.

                Les équipes qui travaillent sur la succession des types d’humanoïdes mais encore des...ammonites, bien plus anciennes font régulièrement des découvertes. Que l’homo sapiens, pas si sapiens qu’il l’imagine prenne sa part dans l’évolution des choses est normal, il fait partie de la nature et concerné par des interactions ils ne produit d’ailleurs pas forcément ce qu’il voudrait produire comme effets...Il a su lui même modifier génétiquement des plantes, produire des races animales par sélection et aide au développement des espèces choisies, il a été moteur d’évolutions, et je ne doute pas que ses nouvelles technologies comme l’informatique produise à terme des évolutions sur lui même.

                La science fiction qui envisage des super hommes (le mot super est contestable) m’interpelle, c’est du domaine du possible, et on aurait là une approche totalement différente de la culture de l’inégalité, je voudrais bien savoir où se situent les « inégalitaires » dans cette prospective qui combat ce que je défends le plus : l’égalité.
                Voir en table des news:République : ses ennemis réactionnaires contre l’égalité

                 

                 

                http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=271




                • La mouche du coche La mouche du coche 2 janvier 2015 19:56

                  Vous n’avez plus de métier ?


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 2 janvier 2015 18:01

                  On peut étendre autant qu’on veut la soupe conceptuelle autour du noyau darwinien, celui-ci reste adamantin. Le principe darwinien de reproduction différentielle suffit pour comprendre l’évolution. Le reste n’est que commentaires plus ou moins avisés.
                   
                  Autrement dit j’ai peur que l’auteur s’enthousiasme un peu vite.
                   
                  J’ai peur aussi qu’il égare le lecteur : ontogenèse comme l’étymologie l’indique désigne la genèse de... l’individu. Phylogenèse, comme l’étymologie l’indique désigne la genèse du phylum, donc l’évolution des espèces.
                  Quant à l’évolution du génome, c’est peu de dire que le naturaliste comme l’homme du commun s’en bat l’oeil et qu’il n’a pas besoin d’un nom pour ça...


                  • La mouche du coche La mouche du coche 2 janvier 2015 19:55

                    Où sont les formes intermédiaires entre les espèces, monsieur le « scientifique » ? smiley


                  • Enabomber Enabomber 2 janvier 2015 20:03

                    Yaka lire Dawkins, c’est expliqué très clairement.


                  • La mouche du coche La mouche du coche 2 janvier 2015 20:10

                    Ben justement si vous l’aviez lu vous sauriez que dans son dernier chapitre il dit que sa théorie ne marche que si on en trouve, et comme on n’en trouve pas, cela montre que vous êtes des BOUFFONS smiley


                  • trevize trevize 2 janvier 2015 20:52

                    La mouche, vous ne comprenez pas la science en fait. Allez prêcher dans une église.
                    La science n’a pas besoin d’expliquer tout pour obtenir des réussites, atteindre des vérités.

                    Vous, vous dites : absence d’espèces intermédiaires = théorie fausse.
                    La science dit : on a compris certaines parties de l’affaire, et d’autres un peu moins.

                    Par exemple, la science a progressé pendant longtemps dans le domaine de l’électricité, sans même avoir jamais vu un électron. Personne n’en n’a encore vu de ses yeux d’ailleurs. Pourtant nous avons une certaine connaissance de ce phénomène. De même, on savait soigner et prévenir certaines maladies bien avant d’avoir vu les agents biologiques qui en sont les causes.


                  • La mouche du coche La mouche du coche 3 janvier 2015 08:57

                    Ah. enfin un argument. « la science a progressé pendant longtemps dans le domaine de l’électricité, sans même avoir jamais vu un électron. »
                    .
                    Oui mais les scientifiques qui ont découvert l’électricité ont d’abord travaillé sur les OBSERVATIONS, sur le phénomène électrique, dont ils ont CONSTATE ce qu’il produisait comme effets, PUIS ils en ont déduit leur théorie.
                    .
                    Or en évolutionnisme, on ne VOIT RIEN. Pas de formes intermédiaires, pas de moignons, pas de mutants qui dure plus d’une vie. On est dans le FANTASME, la RELIGION. on parle de « zone d’ombre » alors qu’il n’y a juste RIEN ; smiley


                  • trevize trevize 3 janvier 2015 11:10

                    Je m’apprêtais à répondre, mais je m’abstiens. Parce que comme un autre lecteur vous le faisait remarquer plus haut, vous ne faites que taper violemment sur cette théorie (notamment à coups d’insultes) sans jamais dévoiler votre conception des choses.

                    Autrement dit, argumenter avec vous consiste à s’agiter sur une scène éblouissante pendant que vous nous jetez des fruits pourris, bien tranquillement caché dans l’ombre.

                    Vous êtes comme gros macho, peut-être même êtes-vous gros macho. On ne peut pas savoir si vous êtes créationniste, ou si vous avez une idée révolutionnaire sur le sujet.

                    Si vous écrivez un jour un article sur votre vision de tout ça, je viendrais le commenter. Autrement, c’est suicidaire de parler avec vous


                  • La mouche du coche La mouche du coche 3 janvier 2015 11:58

                    C’est vrai. C’est un peu trop tôt pour parler d’une autre théorie. Pour l’instant, l’important est que les évolutionnistes doivent s’excuser de l’être, comme un ivrogne se cache pour boire. Ils doivent désormais se justifier, prouver qu’ils ont raison et comme ils n’y arrivent évidemment pas, c’est un plaisir de les contrer. 2015 sera l’année de la vérité ! smiley


                  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 3 janvier 2015 13:02

                    @ la mouche

                    Permettez que je vous imite platement et que je m’amuse moi aussi de vous mettre au défi.

                    Essayez je vous prie de me démontrer que le principe de reproduction différentielle ne suffit pas à expliquer l’évolution des espèces.

                    J’ai l’audace de penser que ce principe est inattaquable car d’une impeccable logique et je serais fort aise si vous pouviez me prouver que j’ai tort car j’aurais alors appris quelque chose d’extraordinaire.

                    Allez la mouche, au boulot... Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours etc. smiley


                  • Automates Intelligents (JP Baquiast) 3 janvier 2015 14:42

                    A Salvador. Vous avez raison. Il faut lire dans l’article phylogenèse à la place de ontogenèse et réciproquement. Voila ce que c’est qu’utiliser des mots trop savants pour une petite tête pas évoluée comme la mienne


                  • La mouche du coche La mouche du coche 3 janvier 2015 15:00

                     smiley smiley smiley
                    .
                    Encore une escroquerie évolutionniste : l’ontogénèse récapitule la phylogénèse.
                    .
                    Allez les évolutionnistes ! Cherchez dans les échographies de vos enfants le petit cochon qui s’y cache !!!!
                    .
                     smiley smiley smiley


                  • trevize trevize 3 janvier 2015 17:59

                    « C’est vrai. C’est un peu trop tôt pour parler d’une autre théorie »
                    Je n’ai absolument pas dit que c’était trop tôt. C’est vous qui le dites.

                    Ce que je sais, c’est que quand on a une information, on la délivre, et on ne se moque pas de celui qui ne sait pas. Vous n’êtes là que pour vous moquer, pour attaquer. Ce qui me suffit à conclure que vous n’avez rien d’autre à proposer, à part le créationnisme.

                    Comme on ne sait rien de vous, on ne sait même pas à quelle religion vous appartenez. Si c’est la religion catholique, je vous invite à aller jeter un œil sur la position officielle du Vatican sur le sujet de la science, l’évolution, et le big bang.


                  • La mouche du coche La mouche du coche 3 janvier 2015 18:57

                    Oui le vatican commence à accepter l’évolutionnisme, ce qui est une honte. Il suit l’air du temps et renie ses textes. Le poisson pourrit par la tête. J’espère que le pape lit mes commentaires parce que là il se dévoie de la doctrine et ce n’est pas bien.


                  • trevize trevize 3 janvier 2015 19:07

                    ha bah voilà ! merci, on est tous fixés maintenant ! On sait ce qu’il en est !

                    Vous êtes un bigot créationniste. Comme prévu, vous n’avez rien de neuf à apporter sur le sujet.

                    Merci, au revoir bonne année et tout ça.


                  • La mouche du coche La mouche du coche 3 janvier 2015 19:47

                    Et paf. je savais bien que tout ce qui vous intéresse est de classer les gens dans les cases que le Système vous a incrusté dans la tête. L’évolutionniste est déjà dans la Matrix mais fort heureusement il y a une mouche du coche qui lui tourne autour en faisant bzz bzz et qui lui empêche de continuer à penser en rond. C’est à ça que je sers. Bizzzee à vous aussi. smiley


                  • trevize trevize 3 janvier 2015 20:11

                    On est tous dans la même case.

                    Je ne suis pas un « évolutionniste » ce mot est vide. Je milite pour la paix entre la science et la religion ; les deux sont complémentaires et non opposées.

                    Je déteste que la science considère Dieu comme une fadaise, et les prophètes comme des psychotiques. Tout comme je déteste que les religieux étroits d’esprits qui tapent sur la science car elle ne colle pas mot pour mot à leurs textes. Pour moi, la théorie de l’évolution et la genèse ne sont pas antinomiques, bien au contraire, elles disent la même chose. C’est ce qu’affirment les créationnistes aussi, mais avec un esprit guerrier : ils veulent que la religion mette la science au pas, ce qui ne peut pas se produire et ne se produira pas.

                    La vérité est beaucoup plus complexe que ce que pensent ces deux types de personnes.

                    Scientifiques et religieux sont en guerre. Chaque camp veut gagner, convaincre l’autre, soit avoir raison et que l’autre ait tort

                    Mais pourtant, ce sont les deux camps qui ont tort. Tout ce qui compte, c’est la connaissance. Et la connaissance, c’est la science + la foi. Impossible que l’un des deux éradique l’autre, impossible de comprendre l’univers si on laisse une des deux parties de côté. Les scientifiques boudent la foi comme un épiphénomène, les religieux veulent carrément brûler la science car elle ne colle pas à une lecture littérale des texte religieux.

                    Vous (religieux) êtes trop à cheval sur vos textes, vous les prenez au pied de la lettre, refusez de les interpréter comme il se doit ; ceci est dû à la perte de l’Esprit Saint.Vous ne le sentez presque plus, et vous faites tout pour le retenir, en devenant extrêmement virulent face à la science.

                    Arrêtez d’avoir peur ! l’Esprit Saint est de retour, il est déjà là, vous le sentiriez si vous étiez un peu ouvert. Et il mettra tout le monde d’accord en mettant fin à cette querelle puérile.


                  • La mouche du coche La mouche du coche 3 janvier 2015 21:33

                    Commentaire sympa. Pour ma part, je ne souhaite éradiquer personne. Je combats les évolutionnistes parce que je pense qu’ils se trompent, c’est tout. Je constate qu’ils sont de moins en moins virulents. Ils ne se moquent plus parce qu’ils doutent et n’arrivent plus à aligner un texte sérieux. Ce doit être ça, ce que vous appelez le retour de l’Esprit Saint. Le bon sens redescend sur la terre. Contrairement à ce que nous dit l’histoire officielle athée, les religieux ont toujours étudiés « les merveilles de la nature ». Le dogme n’a jamais empêcher la connaissance. D’accord avec vous pour autant pour ne pas prendre le texte saint par la lettre mais avec esprit. La Bible est symbolique.


                  • Zip_N Zip_N 4 janvier 2015 13:42

                    Le roi de l’invective c’est quand bien vous Trévize pour êtes tellement hypocrites que vous vous en rendez même plus compte., Retournez mettre la tête dans le sable comme vous savez si bien le faire dans vos articles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires