• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Ode à Clio, sa vie, son œuvre

Ode à Clio, sa vie, son œuvre

Jalonnée de progrès, de passions et conflits, notre belle nation, en ses vertes années tout en moi a nourri l’envie de vous conter humblement jusqu’ici ce que j’en ai appris…

Aux origines…

Avant même que soit Jésus de Nazareth de Marie enfant-roi à sa crucifixion, un noble chef gaulois, déjà, se mit en quête de peuples asservis obtenir une union. Le plus grand dictateur que la Rome ait connu, bien avant qu’aujourd’hui le rang en soit honni, vint alors défaire l’Arverne son ami, on le sait à présent pour le bien des vaincus. Comme tout grand empire aux frontières barbares dont l’aura s’étiole, face aux Huns, face aux Francs, ce prestige romain en nos terres va choir devant chrétienne foi, son ultime assaillant.

 

Les Médiévales…

Premier de nos aïeux à avoir pris leçon du pouvoir éternel de telle religion, le voici couronné, baptisé, consacré : Clovis s’est élevé et nous voilà Français ! De force et de grandeur fit montre aussi Martel qui des Carolingiens fut solide tutelle, repoussant de l’épée les nuées sarrasines infestant le domaine d’horreurs intestines. De dynastie sacrée la couronne dorée ceint ainsi l’Empereur dont la barbe fleurit ; cette Europe soudée dont il fut le nabi, las, déclinera de vile postérité. En nos siècles suivants, l’Auguste promoteur d’un royaume bastion à l’image du Louvre sera d’un malheureux Cœur de Lion le dompteur que le peuple, devant lys de Bouvines, approuve.

Par le sang de son sang s’éveillera Saint-Louis, homme lige de Dieu dès la Blanche régence, mais l’altruiste nature que légendes asphyxient, se perdra en coûteuses Croisades à outrance. À dessein politique, le nouveau héros offrit à tout mérite d’égaler naissance ; ainsi trouvant appui en États Généraux, Philippe le Maudit y spolia quintessence. Le temporel occultant le spirituel, on brûla Templiers, la milice papale… Œuvrant en fieffé politicien médiéval les biens de feus vassaux seront butin du Bel.

 

Valois et Bourbons…

Eu égard au Normand qui seul en prit la tête nulle âme ne parvint en territoire anglais ; notre fiel mutuel né d’esprit de conquêtes en guerre de Cent Ans s’en vit dégénérer. Séraphique pucelle au charisme divin menant hommes en troupeaux piétinant l’occupant, à l’écoute des cieux, douce Jeanne est aux siens ce que fut Geneviève en Lutèce d’antan. Son aveugle dessein de rosser le Saxon l’enjoignit à hisser sur le trône un coquin : la jetant en pâture à l’évêque porcin, il fit poindre flammes de cendres et de tisons.

Vainqueur à Marignan, bâtisseur à Chambord, François, premier du nom, figurant Renaissance se para des artistes en offrant résidence et obtint de ceux-ci un culturel essor. Deux titans ne pouvant gouverner de concert, le monarque mécène cède au conquérant laissant à Charles Quint, outre succès probants, l’attrayant Nouveau Monde des siens découvert. Puisqu’il n’est de saison vouée à l’harmonie, celle-ci connaîtra son lot d’ignominies : par Luther et consorts autrefois chahutée, l’Église ne s’émut d’ouailles massacrées.

Rescapé, abjurant ses innées convictions, le bon Roi Navarrais satisfit les factions mais d’un Édit nantais qui se voulait arbitre, il se vit remercié en perdant vie et titre. Officiant en régent d’un falot souverain,l’intransigeant prélat en La Rochelle craint, autocrate intendant en sa pourpre royale, renvoya, dos-à-dos, obédiences rivales. Commence alors pour tous un règne d’opulence : chérubin mis à mal par noble convoitise, l’aplomb du jeune Roi scandera sa méfiance à l’égard de Princes courtisant son emprise.

 

Révolutions…

Genèse de ce temps idoine au changement où nul onc n’opposa aux serviles courbettes ni de corps, ni d’esprit, de sensible argument, la vitrine Versailles à l’agonie s’apprête… Par jeu de Lumières sur la plèbe illettrée, despotisme éclairé plutôt que Roi-Soleil telle est vierge marotte en laquelle s’éveille poudré, bien établi, le philosophe aisé. Prémices de révolte en âpre société, le tumulte des rues fit écho aux idées et pour Salut Public Robespierre jugea, décapita Capet… puis à son tour chuta. De cette ère de troubles nos couleurs sont nées qui bientôt claqueront comme voile en tempête, présent paradoxal du commis La Fayette, héros américain plus qu’il n’est des Français.

Mais jeune République du monde bannie ne peut trouver repos qu’après guerres finies : l’Europe mercenaire de perfide Albion ainsi s’inclinera devant… Napoléon. Aux combats, quels qu’ils soient, mûrit son ambition, exemplaire attribut de par les faits acquis : seule France aujourd’hui, dans un constant souci d’auto-flagellation l’en blâme sans raison. Même Paris, depuis, oubliant son mérite refuse polémiques ou débats d’opinion ; honte à mes congénères niant qu’ils en héritent car nul endroit présent n’en portera le nom ! Le courage en ces temps n’est plus vertu des Rois et le notre cavale au timbre du canon, se réfugiant à Gand où l’on se sent chez soi flanqué de ces ultras qui flattent les Bourbon.

La fessée en retour n’en sera que plus sèche car les jeunes valeurs versées aux quatre vents des mains du « diable Corse » sont aux masses mèche embrasant monarchique credo pour longtemps. Le Tiers émancipé se risque alors au front, réclamant libertés, triplant Révolution pour marier encore Empire et République… Faisant le jeu latent d’ambitions politiques.

 

L’essor politique…

Loin des trames bourgeoises au profit acharnées, loin du bouillant succès de nos sciences sur Dieu, notre réel progrès fut vœu de charité :gloire à toi, Ozanam, gloire au plus haut des cieux ! D’autant vont émerger les chantres du social : opposant toutes classes en éternelle lutte, ils maudiront avoirs, en espérant la chute, méprisant les ferments qui leur sont piédestal. Misère et injustice en sont fonds de commerce de là leur intérêt propre à les sustenter, car ces chers phalanstères dont les rêves les bercent mèneront au goulag un peuple décimé.

L’anarchie voue alors à l’Empire ses maux comme les deux Victor mis en bières voisines, l’un dévot de Brumaire, l’autre de Dessalines qui verront en Sedan le « petit » Waterloo. Tels de féroces loups, de rage les victimes, convaincus de leurs droits, de leur manque d’estime, la folie va gagner les furieux communards, preuve en est qu’en la tourbe… intelligence est rare. Déjà entrebâillées, les portes de l’Ecole se verront éventrées par un certain Ferry qui par même béguin pour la pédagogie soumettra l’Africain aux lois de Métropole.

 

Le « vingtième »…

À la croisée des siècles, émaillés de rancoeurs, l’hémicycle s’octroie du pouvoir moindre trace, au profit d’un Jaurès aux confrères acteurs, dont l’immense faconde assène coups de grâce. Soit affaire Dreyfus en qui l’on vit Judas, soit laïcité que revendique l’État, tout parti disputé revêtit verbiage qui sera désormais tricolore apanage. D’une plaie en Bosnie le sang va s’écouler jusque dans nos tranchées, par le « Tigre » comblées ; le Talion bat son plein, Rethondes attend sa belle, mais la vie, écoeurée, s’accorde bagatelles.

Truculent contraste entre pires ennemis : France devint cigale et Allemagne fourmi ; folle victime d’un pacifisme outrancier, la première en seconde ne vit les guerriers. Dans un ultime élan de fierté surannée, abusant la candeur du suffisant Français, l’État met à sa proue un lénifiant patron : faute de s’imposer, courtisons le Teuton ! L’élu sera Pétain, vieille gloire d’antan, de l’issue de Verdun principal artisan, mais repu de combats, sursitaire au trépas, le vieil homme choisit de n’agir en soldat. L’en blâmer aujourd’hui est trait d’hypocrisie : la gageure léguée par esprits non-violents était de gouverner en dépit d’occupants, un peuple désarmé, hostile à tout conflit. Il est certes moins vain, du reste plus habile, que l’on soit à Alger ou à Londres cagot, de prôner résistance et ardeur en exil, d’y séduire Moulin, Brossolette ou Malraux.

Mais vivre en Hexagone affranchi de tout camp fut luxe non exempt de bassesses humaines ; qu’il est dès lors aisé d’y porter jugement lorsque l’âme n’y a enduré toutes haines ! En l’absence du brun, le rouge est au zénith : s’adjugeant de tout progrès social un mérite la classe bien-pensante exerce son charisme faisant là preuve d’un cérébral onanisme. S’engageant outre-mer en de sots compromis, Grand Charles fut Pilate aux yeux de nos Harkis, tandis que leurs bourreaux, en « porteurs de valises » aux vertus affectées, trouveront entremise. Le strabique écrivain en est le souverain ; ce mandarin paré d’absolue vérité, nonobstant ses aïeux, vomira son venin à la truffe nantie plus que tout abhorrée.

Se laissant investir un certain mois de Mai, la jeunesse rentière, éprise d’idéaux , privée de tous malheurs, en réclamant son lot, du haut de son confort va scander mélopées. De laïques dictées au voile autorisé, du colon tutélaire au mal impérialiste, tout parait cartésien aux yeux des humanistes conjuguant au présent verve de leurs aînés. En cet étau d’antinomiques convictions, ils alimentent sélective tolérance, ne reniant nullement leurs funestes cautions, récoltant colombins de putrides semences.




De luttes en acquis, de la base au sommet, notre Histoire façonne les mœurs de demain : ni bannière étoilée, ni Charia dévoyée n’auront tel héritage un jour entre les mains.

EG

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Claudius Claudius 6 mai 2014 09:57

    Bel essai, dont la qualité première est d’être littéraire


    Quant à la vérité, elle est rarement si mal portée : le Français pacifiste !

    Le Français, il a déclaré toutes les guerres, inconscient instrument il est vrai de la sournoise Angleterre et de l’illusion des lumières

    Il les a toutes perdues

    Heureusement, sa vitalité lui permet de résister à tout adversaire

    Du ponant à l’orient, du Capricorne au cancer

    • deinon 7 mai 2014 03:14

      Interessant article. 

      Continuez s’il vous plait.
      Une petite question : quel est le site de la photo ?
      Merci.

      • Éric Guéguen Éric Guéguen 7 mai 2014 09:14

        Les jardins de Bayou Bend, à Houston au Texas.

        Cordialement.


      • Jean Marie Thiboult Jean Marie Thiboult 20 juin 2014 14:18

        Et vous avez essayé de le faire sur l’histoire de la Bretagne ?


        • Éric Guéguen Éric Guéguen 20 juin 2014 14:28

          Non ! smiley
          Je vais peut-être vous étonner, mais je connais bien mieux l’histoire de France.


        • Jean Marie Thiboult Jean Marie Thiboult 20 juin 2014 16:43

          Si vous vous en donniez la peine, je suis sûr que vous pourriez le faire.

          Mais vous avez raison : vous m’étonnez.


          • Éric Guéguen Éric Guéguen 20 juin 2014 16:51

            J’ai trop de choses sur le feu actuellement pour m’y consacrer.
            Merci en tout cas.


          • Jean Marie Thiboult Jean Marie Thiboult 20 juin 2014 17:07

            Je me suis permis de m’adresser ainsi à vous parce que vous portez un patronyme breton.

            Mais peut-être avez-vous choisi un pseudo et n’êtes-vous pas Breton ?

            Et n’avez-vous donc pas l’âme bretonne ?

            Vous êtes natif de Bretagne ? Vous y demeurez ?


            • Éric Guéguen Éric Guéguen 20 juin 2014 18:09

              C’est mon vrai nom et mon vrai prénom.
              Pour tout dire, je suis né à Brest il y a 40 ans jour pour jour.
              Fils de militaire, j’ai habité un peu partout avant d’atterrir et de me fixer en région parisienne.
              Je défends toujours la Bretagne contre ses détracteurs... sauf lorsqu’il s’agit de la mettre en concurrence avec la France, qui n’a pas d’équivalent pour moi. smiley
               
              Et vous d’où êtes-vous ?
              Au plaisir, cher compatriote.
              EG


            • Jean Marie Thiboult Jean Marie Thiboult 20 juin 2014 18:22

              Je suis Vannetais.

              Vous avez vraiment beaucoup de talent.

              Kenavo.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires