• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > On va revoir les étoiles

On va revoir les étoiles

 

« On va revoir les étoiles »

roman d'Emmanuel Sérot

Editions Philippe Rey

189 pages

février 2019

 

Douceur, poésie dans un livre sur la fin de vie

 

Ils ont beaucoup donné, ont élevé leurs enfants et ont eu une vie bien remplie mais un jour, lui et elle ne peuvent plus rester dans cette vieille maison où ils coulaient des heures paisibles.

Les enfants et notamment le narrateur sont contraints de placer leurs deux parents aimés....

La vieillesse du couple et la maladie de l'épouse font qu'ils n'ont plus leur autonomie.

C'est une rupture brutale pour le fils qui raconte, une rupture fondamentale pour le couple qui s'en va vers l'inconnu mais s'en aperçoivent-ils ?

Le fils les conduit vers cette maison de retraite, sans rien brusquer, tout doucement.

La candeur de sa mère lui rappelle ses propres enfants «  Non, les vieux ne retombent pas en enfance, je crois qu'ils remontent en enfance. »

C'est une vision optimiste, positive de la vieillesse.

Certains disent que la vieillesse est un naufrage... ce qui est certain et l'auteur le montre bien, son père semble être monté dans un bateau sur un grand fleuve qui le conduira vers l'issue fatale.

L'auteur reste toujours réaliste et nous fait partager ses peurs et ses angoisses :

«  Avec les vieux, la folie marque des points et grignote chaque jour des parts de marché sur les vivants  » et de poursuivre : « Et si elle gagne suffisamment de terrain, que va devenir mon père ? »

Non, la maison de retraite, si elle est bien choisie n'est pas un mouroir et les jours peuvent s'écouler heureux même si au bout il y a l'inexorable.

Les soignants sont là, prévenants....Comme les enseignants de la maternelle avec les tout petits, il y le petit geste qui calme, les petites intentions dans le respect de ces adultes qui sont, de fait, en fin de vie.

La logique économique va à l'encontre des objectifs qui sont affichés.

Il est intolérable que la toilette soit, à certains moments, faute de personnels, limitée à 7 malheureuses et petites minutes.

Il y aurait tant à faire.

Comme beaucoup d'autres le narrateur n'a pas vu le déclin progressif de ces deux êtres chéris....

Ils étaient si forts hier et si démunis aujourd'hui.

Son père est encore, debout sur sa barque, «  il est descendu trop loin sur ce fleuve, il ne remontera plus jusqu'à moi ».

Oui mais ils sont là, encore, profitons de chaque instant.

Ce livre m'a touché, vous touchera : il ressemble à une poésie, à une musique.... c'est la vie telle que nous la connaissons ou que nous la connaîtrons, celle qui continue avec nos parents et qui se poursuit après, malgré tout.

 

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Positronique 24 mai 17:30

    Tain Chalot t’es morbide en ce moment , c’est mon avenir que t’es en train de décrire , et franchement çà fout les boules , je préfère pas y penser. Non seulement tu pleurniches pour les sans dents , mais tu nous scrafes le moral avec les vioques.


    • Jean De Songy 24 mai 21:49

      NE PAYER PAS DE TVA AU MICRON POUR FINANCER SON BÉTONNAGE COLONIAL

       

      livres audio en mp3

      http://www.litteratureaudio.com/

       

      Sur youtube aussi

      ex Voyage au bout de la nuit, très bien lu par Podalydès
      https://www.youtube.com/watch?v=1Pmu5scSA38
      https://www.youtube.com/watch?v=1z7fWcxjgM4


      • baldis30 25 mai 08:49

        @Jean De Songy

        bonjour,
         bien d’accord et en outre
        instrumentalisation des enfants, ce qui est réprimé dans les sociétés dites évoluées dont parait-il ( apparence  ?!) ..... la nôtre !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès