• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Parler, Lire, écrire, compter, penser

Parler, Lire, écrire, compter, penser

L'école, tout simplement ....

Et si nous en restions là ?

robert-doisneau-l-information-scolaire-ecole-rue-buffon-paris-v-1956.jpg

*1

De réformes en réformes, les penseurs du ministère de l'instruction publique chargent la mule d'une école exsangue qui ne forme plus que des ânes bâtés. La faute à des élites qui n'agissent, semble-t-il, que pour satisfaire aux effets d'annonce sans plus se soucier de la réalité du terrain. Ainsi, confondant depuis toujours éducation et enseignement, il faut désormais se préoccuper de former le futur citoyen, travailleur, consommateur, chauffeur et voyageur, sans lui fournir au préalable les bases incontournables du savoir élémentaire.

L'école ne devrait d'ailleurs pas se parer de l'étiquette saugrenue d'Éducation Nationale. L'éducation relève de la seule responsabilité des familles et si celles-ci sont défaillantes ou pire même, contre formatrices, il est impossible à l'école d'inverser le cours des choses. C'est d'ailleurs l'une des causes principales de la catastrophe actuelle qui ne pourra s'inverser que lorsqu'on ce préalable aura été posé clairement.

L'école ne devrait pas s'encombrer l'esprit en multipliant les objectifs et les missions. Les siennes sont simples et devraient se réduire à former un futur adulte, capable par la suite de comprendre le monde qui l'entoure en maîtrisant les savoirs de base qui feront de lui un être autonome et responsable.

C'est donc autour des savoirs primordiaux que devrait se limiter la mission de l'instruction publique et néanmoins nationale. Parler tout d'abord : ce maître mot, si souvent oublié dans les directives nationales, les programmes et les contenus d'enseignement. Il est d'ailleurs assez naturel d'évacuer cette attente dans des classes où trop d'élèves sont dépourvus d'éducation. Le travail de l'oral suppose respect et écoute, concentration et effort : des valeurs devenues obsolètes …

L'oral est le parent pauvre de nos pratiques scolaires. Il exige tant de discipline qu'il est souvent préférable d'y renoncer, faute d'une capacité réelle à se faire entendre d'une part et permettre l'écoute de tous d'autre part. L'occupation est préférable à l'attention quand celle-ci est impossible. Ne nous leurrons pas ; c'est par souci d'ordre que cette dimension essentielle est évacuée, si commodément de nos contenus.

bavardage.jpg

*2

Écrire et Lire, qu'importe l'ordre, sont des éléments indissociables. S'exprimer par écrit tout en donnant du sens à ce qu'on lit, transmettre des sensations, des sentiments, des opinions par un écrit cohérent, structuré et étayé devrait être le grand chantier des années-collèges. Mais là encore, ces exigences supposeraient déjà une maîtrise de la parole, l'appropriation d'un vocabulaire suffisant pour permettre la pensée et donc l'écriture. Nous sommes à des années- lumières de cette attente.

Aimer lire, s'approprier la communication écrite, lui redonner ses lettres de noblesse, correspondre à nouveau, y compris avec tous les moyens numériques, tout en refusant les abréviations, les raccourcis, les simplifications qui n'ont pas leur place à l'école. Défendre la francophonie de manière radicale et bannir les anglicismes dans notre apprentissage du français sont des postures incontournables pour les missionnaires de la langue que devraient être les enseignants.

Compter sur le bout des doigts, connaître par le cœur la valeur des nombres, les tables et les sens des opérations. Calculer à la machine ou à la main, de tête ou sur un papier, en étant sans cesse capable d'évaluer la cohérence des résultats, devrait constituer les bases de l'enseignement mathématique. Au lieu de quoi nous construisons en suspension des compétences qui se veulent élaborées sans que les fondations aient été stabilisées.

Le recul des mathématiques dans ce pays est un parfait exemple du renoncement qui a été le nôtre en ce domaine. Le refus d'instituer très tôt les quatre opérations, le renoncement devant la calculatrice, instrument nécessaire sans doute mais qui ne doit pas supplanter le calcul, les tergiversations entre les anciens et les modernes, la théorie des ensembles et les mathématiques qui se voulaient modernes, ont abaissé le niveau de toute une population au ras des pâquerettes .

Tout cela d'abord au service de la pensée, cet outil indispensable pour faire usage de son libre arbitre. Apprendre à penser par soi-même et non en répétant sottement le discours des aînés des maîtres, des directeurs de conscience ou des parents. Maîtriser des schémas de réflexion, analyser, comparer, se former une opinion, l'argumenter ; autant de compétences qui se passent fort bien des conditionnements insidieux que sous-tendent toutes les éducations diverses et variées que nos chers législateurs veulent nous imposer.

JPEG - 50.8 ko

*3

Éducation au développement durable, à la programmation, à la sécurité routière, à la citoyenneté, à l'économie, à l'entreprise bientôt. Éduquer, c'est contraindre et programmer, c'est maintenir à l'intérieur d'un cadre, c'est brimer et plier. L'enseignement est tout autre chose ; c'est donner les clefs de la liberté, c'est ouvrir tous les possibles, c'est laisser le libre choix, c'est simplement accompagner et pour cela, messieurs et mesdames les décideurs, il suffit de bien peu : savoir Parler, Lire, Écrire, Compter, Penser.

*4

C'est sans doute beaucoup trop, vous qui ne voulez qu'asservir et préparer les futurs opprimés, les moutons serviles au service d'un libéralisme qui se moque de l'intelligence des masses. Vous êtes à leur botte pour détruire ce qui reste de notre école ; vous rendrez certainement des comptes devant l'histoire, il sera alors trop tard …

Communalement vôtre.

4GvhyfgZHE-Gskp9NCVG5jmMewQ@500x264.jpg

Notes complémentaires d'un militant très actif du réseau SLECC :

1 : Nous avons eu de très longues discussions, au sein de l'association, avant de choisir le sigle SLECC pour Savoir Lire Ecrire Compter Calculer. Le Parler est évidemment important mais on peut l'envisager en deux étapes : le parler de la langue "maternelle" qui se développe avant l'école primaire et le parler "magistral" qui se construit plutôt après, sur les bases d'une bonne connaissance de la langue écrite. Mais il n'est pas du tout à exclure de la liste que tu as établi. Pour le Penser, les discussions furent plus vives mais nous l'avons rejeté avec l'idée que l'école ne peut pas prétendre apprendre à penser sans risquer de fournir du "prêt à penser", avec tout ce que cela comporte de totalitaire. Le Lire et l'Ecrire (considérés dans tous leurs niveaux) sont les meilleurs outils à développer pour forger une pensée qui sera libre. Le Calculer est le complément du Compter, comme l'Ecrire est celui du Lire.

2 : Là , tu mets le doigts sur un phénomène important : tout comme on ne peut apprendre à écrire qu'en apprenant à lire, à calculer qu'en apprenant à compter, on ne peut apprendre à parler qu'en apprenant à écouter (que ce soit au sein de la famille ou à l'école). J'ajouterai bien Écouter au Parler.

3 : Le Lire-Ecrire-Compter-Calculer est devenu un mécanisme vide de sens à partir du moment où on l'a déconnecté du monde réel que l'on découvrait à l'école primaire à travers les leçons de choses, la géographie, l'histoire et le travail manuel et la littérature. La littérature "enfantine", l'éveil et l'éducation à la citoyenneté ne sont que du Canada-Dry. Mais le pire est à venir car on envisage de remplacer le canada-dry par de l'opium : les nouvelles technologies ouvrent la porte d'un autre monde, le virtuel.

4 : Un nouveau vocabulaire significatif traduit cette orientation : former - la formation.


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 11 décembre 2014 09:10

    Il n’est pas bon d’instruire le peuple , c’est une folie que la classe dominante ne peux supporter.


    Revenons au fondamentaux du 19 ième siècle avec la puissance de la lobotomisation de la TV 

    Karl revient , personne ne se souvient que la lutte des classes n’a jamais cessé

    Philippe

    • C'est Nabum C’est Nabum 11 décembre 2014 18:21

      devphil30


      La lutte des classes supposent désormais qu’il y ait des écoles différentes, des endroits d’excellence et des zones abandonnées

    • Dzan 11 décembre 2014 10:25

      « Un peuple instruit, est difficile a diriger »
      Je ne sais plus qui a dit ça.
      J’ai retrouvé mon cahier de CM1 année 1955. Je l’ai montré a des jeunes intits, qui n’en sont pas encore revenus, du niveau de ce que l’on nous enseignait.
      De plus, on apprenait la discipline, avoir les mains propres, la morale, l’instruction civique, et même un peu de dessin industriel
      Avec un Certificat d’Etudes Primaires, nous savions dessiner (de mémoire) la carte de France, avec ses fleuves et principaux affluents ; etc...
      Beaucoup de cette génération, une fois le « certoche » obtenu, rentraient en apprentissage, et parfois, le CAP obtenu, devenaient artisans à leur tour.
      Nous, gens de ces générations, celle du CEP, de cette école de la République sommes des dinosaures.


      • Michel DROUET Michel DROUET 11 décembre 2014 11:30

        Bonjour Dzan
        J’ai vécu les mêmes choses. Le goût d’apprendre ne m’a jamais quitté. C’est ainsi que j’ai pu faire une belle carrière dans la fonction publique au cours de laquelle j’ai pu constater les ravages de l’école dans des générations (diplômées !) plus jeunes que les nôtres.
        Je continue à constater ces ravages aujourd’hui dans mes activités d’aide aux demandeurs d’emplois, mais comme vous le citez : « Un peuple instruit... »... Ce qui n’a rien à voir avec un peuple « diplômé ».


      • C'est Nabum C’est Nabum 11 décembre 2014 18:22

        Dzan


        Vous devez vous tromper puisqu’il faut reconnaître que le niveau ne cesse d emonter C’est le dogme actuel et le bûcher est promis à celui qui prétend le contraire

      • Passante Passante 11 décembre 2014 11:54

        salut Nabum,


        au début j’étais surtout pas d’accord de dépolitiser autant, d’isoler la question pédagogie, république loin... platon ? allons donc.
        bon ok.

        puis poser l’écoute comme valeur, récit de l’urgence déjà, c’est perdu écoute ?
        ah.
        donc tout est perdu. tout.

        impression d’un grand brouhaha de plus en plus dilacéré, 
        & quelle locomotive a dû passer sur mon berceau pour que j’ai pu ouïr un tel vacarme ?

        mais la scène :
        de plus en plus de luminescences, pulsionnellement chargées, 
        toujours objets partiels, le pur cercle pulsionnel, branlettes, 
        vaste tétine ! attention bébé...
        tous les âges ça marche, 
        au pas -
        tu les jettes devant, t’as la paix.

        foutez-moi la paix ils disaient.
        foutez-moi ?..

        donc millions de gosses devant écrans, paix des mamans,
        et les autres qui se demandaient, (c’était d’ur) :

        on va quand même pas leur apprendre à penser ?
        quand même pas. smiley

        • C'est Nabum C’est Nabum 11 décembre 2014 18:24

           Passante


          Je vous demande pardon ! 

          Penser c’est vraiment trop risqué ! Ils pourraient s’en prendre véritablement aux responsables des injustices quand ils se contenteront de bruler les voitures de leurs voisins, ce qui est plus confortable pour les premiers nommés.

        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 décembre 2014 16:27

          @ Nabum,

          Je redis ce que j’ai déjà dit dans votre article précédent : « Peu de gens comprennent que vous avez mis le doigt sur le problème mondial N° 1 »  ! « L’éducation » s’est mis d’accord pour abrutir les gosses afin de les rendre plus malléables à la volonté politique ! Vous comprenez, le mot « éducation » est comme celui de « démocratie » bâtardisé à volonté aujourd’hui ; tout dépend de ce qu’on a envie de produire !

          Le fossé lexical se creuse

          Par Mohammed MADJOUR (---.---.---.239) 8 décembre 16:37

          • C'est Nabum C’est Nabum 11 décembre 2014 18:25

            Mohammed MADJOUR


            La mondialisation passe par la crétinisation générale

          • Ruut Ruut 11 décembre 2014 16:30

            Pourquoi vous n’êtes pas ministre de l’EN ?
            Notre pays s’en porterait mieux.


            • C'est Nabum C’est Nabum 11 décembre 2014 18:26

               Ruut


              Parce que je n’ai pas les dents qui rayent le plancher, je n’ai pas l’envie de briser tous ceux qui ne sont pas d’accord avec moi, je n’ai pas le gout du luxe et de la gloire.

            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 décembre 2014 16:57

              Finalement je suis bien heureux d’avoir eu mon CEP, il y a de cela des siècles !


              • C'est Nabum C’est Nabum 11 décembre 2014 18:27

                Mohammed MADJOUR


                Vous pouvez en être fier

              • mmbbb 11 décembre 2014 21:45

                @ NABUM J ’ai 49 ans Vous idealisez un peu trop le passe j’etais tres bon en science et j’aimais apprendre d’ailleurs je faisais du latin en 5 eme j’ai du change de college pour des raisons familiales Ce fut un drame le prof de francais et de math en depression le prof de math remplace au bout de 3 mois une loque avec des chemises dechirees et n’ayant pas la maitrise de sa matiere Ses explications sur les equations parametriques furent laborieuses Scolarite foutue en l air je n’avais pas de fric pour me payer des cours de rattrapage et le suivi scolaire etait nul les profs n’avaient que peu d’interet pour notre avenir et il importait que nos soyons cases Du gachis vraiment du gachis La france ce pays ces droits sa devise egalite fraternite liberte tout ceci n’a plus aucune resonnance Desormais j’habite pres de Lyon cette ville est bourre d ecoleds privees j’ai une collegue dont ces 4 enfants ont suivi leur scolarite dans ces etablissements et ont reussi Etonnant Ce que vous ne dite pas et ce que souligne notamment divers rapports de la cour des comptes notre systeme et selectif et si vous n’avez la chance des le depart d’avoir une structure familiale vous etes deja pratiquement noye. Moi je ,e suis pas un laicard borne et j’aurais aime faire ma scolarite dans le prive Par ailleurs tous les gosses de l’elite de gauche ne frequentent plus les bancs publics afin les etablissments pour la plebe Maintenant j’ai tourne la page mais j’ai vraiment une totale indifference pour ce pays je m’en tape un peu et je vis assez egoistement


                • C'est Nabum C’est Nabum 12 décembre 2014 11:48

                  mmbbb


                  Je ne peux vivre ainsi 

                  C’est plus fort que moi même si je sais que c’est vous qui avez raison 

                •  C BARRATIER C BARRATIER 11 décembre 2014 22:15

                  Les temps ont changé, mais de manière élémentaire, si les familles ne respectent pas les enseignants, comment les enfants pourraient ils les respecter ?

                  Quand parents, enseignants se rencontrent, ils trouvent facilement la solution.Voir en table des news :

                  Ecole publique : Enfin une refondation qui la conforte ?

                  http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=217

                  De manière plus générale les gens apprennent plus leurs droits que leurs devoirs. Pourtant la Révolution a produit une déclaration des devoirs...jamais abrogée !

                  Devoirs de l’homme et du citoyen

                  http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=210



                  • C'est Nabum C’est Nabum 12 décembre 2014 11:49

                     C BARRATIER


                    Les devoirs, l’école veut les supprimer c’est iansi mettre le doigts de l’engrenage et permettre leur disparition à tous points de vue 

                  • L'enfoiré L’enfoiré 12 décembre 2014 16:52

                    Bonsoir Nabum,


                     Considérez-vous comme un « bon créateur d’étincelles » comme je le décrivais ?
                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires