• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Partcours n°11 à Dakar

Partcours n°11 à Dakar

La onzième édition du Partcours a commencé le 25 novembre et se termine le 11 décembre 2022, quinze jours d’événements dans trente espaces d’art.

Instagram @partcours / Facebook @partcours.dakar http://www.partcours.art/

JPEG - 128.5 ko
Espace Médina

Le Partcours est la principale manifestation annuelle, collective, des espaces d’art et de savoir dans la capitale du Sénégal. C’est sans doute une expérience unique pour tout le continent. Toutes les formes d’art y sont présentes : peinture, sculpture, architecture, installation, vidéo, impression, photographie, performance et discussions. Les vernissages sont ouverts à tous, organisés par jour et par quartier. Les espaces restent connectés tout au long de l’année, dans un échange soutenu sur les actualités culturelles de Dakar.

Par ailleurs, la ville se métamorphose sous l’effet d’une boulimie foncière, dans le non-respect de la nature et du patrimoine architectural. L’implantation locale des espaces d’art et des créateurs y préserve un sens, un engagement citoyen. Ces lieux préservent la possibilité de s’étonner devant le mystère des quartiers et l’identité de la ville. Autant de fragments, de gestes, disséminés dans la cité et réunis en un mouvement collectif qui éclate au moment annuel du Partcours. Empreintes dans la ville, où chacune des propositions est comme une graine, comme un chemin à suivre pour mieux s’y perdre.

Il n’est pas possible de tout dire.

Je suis obligé d’être injuste et de parler de ce que j’ai saisi à la volée :

Le plus remarquable m’a paru être, à l’Institut français, ce film en immersion visuelle et sonore totale, qui montre le processus de création collectif d’une œuvre tissée. On chausse des lunettes hermétiques et un casque audio et le miracle est que l’on est au centre de ce que l’on voit comme on est tout le temps au milieu du réel, à ceci près qu’on est au milieu d’un reportage. On voit les spectateurs de cette magie technologique s’agiter doucement et rechercher à droite à gauche en haut et en bas à voir on ne sait quoi. Comme des schizophrènes paisibles, les spectateurs se donnent involontairement en spectacle. L’histoire que l’on suit est belle et calme : celle d’artistes regroupés dans l’« Atelier Ndokette » qui se concertent dans leur création, s’inspirant aussi de méthode ancestrale de Guinée, du Sénégal… Il y a un lien, me semble-t-il, avec les créations en tissu d’Hyacinthe Ouattara, liées au Mali.

A l’Atelier céramique des Almadies, Mauro Petroni nous présente un artiste remarquable et quasiment inconnu Abou Ndiaye, dont l’œuvre a été dispersée, après sa mort précoce. Son style coloré marie des influences surréalistes, (je pense à Chirico, Dali) mâtinées de références mythologiques croisées complexes… un peintre inoubliable. Teo Petroni a réalisé une plaquette somptueuse sur Abou Ndiaye (en plus de la plaquette du Partcours).

JPEG - 127.2 ko
Maquette de Teo Petroni

Little Sun et RAW Material Company présentent SUÑU JANT, constellation d'œuvres disséminées dans la ville, sur une idée originale de trois collectifs d'artistes locaux, KENU LAB'Oratoire des Imaginaires, Yataal Art et Kër Thiossane. Ces installations imaginent un avenir climatique juste, avec l'énergie solaire comme fondement : un festival de quartier le temps d’un week-end, un abri dans un marché nocturne, un jardin communautaire revivifié ou encore un atelier de création textile pour jeunes femmes.

Le Partcours est comme focus d’art plastique et politique dans une ville en pleine transformation et fortement active et créative, côté artistique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 2022 17:30

    Attention aux symboles maçonniques. LE 11. Déjà que les Diables (Oeuvre au noir) ont été éliminés. Manquerait plus que Messi gagne... Pourquoi le onze... Parce que onzième signe du zodiaque est le verseau, qui devrait enterrer l’ère des poissons. Seulement voilà. La véritable carte du Tarot qui représente l’ère du verseau est la 17ème : L’étoile ou la lettre Pé ou PHE de l’alphabet Hébreux. Le 17 est le chiffre de Rose-Croix. Et surtout le 17 janvier. Amusant car ayant mon anniversaire justement ce jour. Si on lit les éphémériques, le 17 janvier correspond au 26ème degré du capricorne. Et Pluton (Poutine) reste collé sur ce degré qui chez moi correspond à mon chiron (Ophiuchus). Et le jour de mon anniversaire. PLuton passe au 27ème degré... En plus, c’est un jour Solaire : le dimanche.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 2022 17:34

      L’ère des poissons étant associée au catholicisme bien. Vois la forme de la mitre papale....


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 2022 17:53

        L’ère des poissons étant bien associée au catholicisme. Voir la forme de la mitre papale.... deux têtes de poisson...



        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 2022 18:06

          N’oublions pas que le Mali est lié à l’étoile SIRIUS. Pour ceux qui ont lu : le renard pâle de Griaule. LES DOGONS... No DOG, NO GOD... et à Mélusine. Dans toutes les traditions, nous avons des femmes et des hommes à queue de serpent : Erechtée le défenseur d’Athènes ; Eros parfois représenté ainsi ; de même l’Isis-Thermoutis des terres cuites du Caire et la déesse égyptienne des moissons Renenoutet, suivant l’exemple de Nuilil, déesse de l’agriculture et de la civilisation des Sumériens ; Nommo le dieu des Dogons du Mali, à une forme anguipède, comme parfois Gargantua ; les nâginis du Népal et de l’Inde…


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 2022 19:06
            Publié le 17/01/2018 à 03:50 , mis à jour à 11:08

            Le 17 janvier fait date à Rennes-le-Château. Le chiffre 17 d’une part, les nombreux événements rattachés à cette date par ailleurs, la symbolique de la Ste Roselyne (Rose Ligne) encore plus étrange, sans oublier le phénomène lumineux de l’église de l’ancienne capitale du Razès dit des « pommes bleues ». 

            Phénomène lumineux

            Il est tout un processus lumineux qui circule au sein de l’église, depuis 10 h 30 du matin jusqu’à 13 heures (midi pommes bleues) puis s’efface ensuite, petit à petit, jusqu’à disparaître totalement quelques minutes après à peine.

            Lorsque ce phénomène atteint son apogée, les personnes présentes au sein de l’édifice sont conscientes de vivre quelque chose d’extraordinaire qui se reproduit immuablement tous les 17 janvier. Il aura fallu toute la possession par les hommes de l’Art (maîtres constructeurs) pour permettre à cette apparence d’exister sur la chaire à « midi pommes bleues » : posséder et maîtriser des notions d’astronomie, de géométrie et un travail de maçonnerie en adéquation totale.

            En effet, c’est le déplacement du soleil à cette période à travers le Sagittaire (Chiron) (plusieurs fois cité par allusion dans la même église et possesseur de la sagesse dans la mythologie grecque) qui permet d’atteindre un alignement des plus extraordinaires depuis la fenêtre derrière St Antoine de Padoue avec trois cercles de lumière blancs (désignés par Jésus), un rouge (frappe les encoches) et un bleu illuminent la planète que Jésus tient dans sa main gauche et plus étrange encore laissant apparaître comme par magie une croix Ankh…


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 2022 19:10

              Il est un point indispensable pour que cette alchimie se produise : le soleil. Rarement absent, il fait toujours son apparition durant parfois à peine quelques instants à l’heure dite. Ce serait oublier le vent qui peut parfois diminuer le phénomène car un conifère planté par Bérenger Saunière a tant grandi que ses branches projettent une ombre et rendent parfois le phénomène mineur.

              Ils sont nombreux à venir de tous pays, et parfois même bien plus loin que l’Europe pour admirer « les pommes bleues ».

              Les références provenant du message rapporté par l’abbé Saunière entre 1891 et 1893 (selon les auteurs) depuis Paris (berger) et ainsi transcrit « Bergère pas de tentation que Poussin Teniers gardent la clef pax DCLXXXI par la croix et ce cheval de Dieu j’achève ce daemon de gardien à midi pommes bleues » donneront à n’en pas douter aux plus réticents visiteurs l’occasion de mieux apprécier le vaste domaine d’investigations qu’il reste à parcourir pour trouver la clé des mystères de Rennes-le-Château…

              Car il est un point où tout le monde s’accorde au village : c’est-à-dire

              qu’il n’y en n’a pas qu’un mystère dans ce village. J’ignorais jusqu’à ce jour que CHIRON était dans coup. Merci à l’auteur de l’article...


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 2022 19:17

                Nées le 17 janvier : Françoise Hardy et surtout Dalida qui vécu avec le fameux COMTE de Saint Germain... Le moins que l’on puise dire, c’est que c’est troublant...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité