• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Parti voir le bluesman Lucky Paterson, j’y trouve les amis de ma (...)

Parti voir le bluesman Lucky Paterson, j’y trouve les amis de ma mère

Olivier est parti, un peu à l’aveuglette, la semaine dernière au New Morning, pour découvrir une des figures historiques du blues, Lucky Peterson. Et là, surprise : ils ont vu des dizaines de parents grimper sur les tables.

A l’origine, on le sait, le blues était chanté par des esclaves noirs. En fait, le terme vient de l’expression anglaise "Blue devils" qui signifie "idées noires". C’est un peu comme s’il fallait vendre son âme au diable pour pouvoir jouer et comprendre cette musique. Et mercredi, au New Morning, le public français de Peterson avait compris le message. Dites vous bien qu’une soirée blues, c’est une occasion pour vos parents de faire exactement ce qu’ils vous interdisent :
1. Ils picolent un max ! La bière coule à flot, puis vole sur les voisins au rythme de la grosse caisse.
2. Ils se pelotent dans le noir mais parfois se trompent de partenaire. Y’aura toujours l’excuse de l’alcool.
3. Ils chantent... Enfin crient à tue tête, leur musique de sauvage à eux !
4. Ils sautent sur les sièges à pieds joints, au rythme des solos de Lucky Peterson
5. Ils montent sur les tables pour voir leurs idoles. Du coup, on se demande même si leur chambre n’est pas placardée de posters de John Lee Hooker et de BB King.
6. Ils écoutent le groupe sans boules Quies. Remarque ils s’en fichent, finalement ils sont déjà vieux et presque sourds.
7. Ils ont l’impression de s’y connaître en zik et d’avoir vécu un truc énorme.

Mais ne vous y trompez pas. Les parents restent les parents :
8. Il y a toujours quelque chose qui les gêne : la scène est trop loin, la basse est trop faible...
9. Les autres spectateurs bougent trop, parlent trop fort, font du bruit.
10. Bon, mais il faut que jeunesse se passe comme ils disent. Et pendant ce temps-là, nous, on est tranquilles !

Mais au fait, Lucky Peterson c’est qui ?

Un petit gars qui a fait son premier concert à 3 ans et un premier single à 5 ! Mais rien à voir avec Jordy : lui est bourré de talent. Maître de la guitare électrique et de l’orgue, il officie les standards du Rock & Roll et du Rythm & Blues suivant l’humeur du moment. Il se balade dans la salle portant sa gratte comme un 3ème bras et finit sur le bar pour un riff digne des plus grands.



Photos du concert et clip vidéo ici


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • morice morice 5 août 2008 12:48

     une façon fort réjouissante de voir le blues, félicitations !


    • Emmanuel Aguéra LeManu 8 mars 2009 23:08

      A 51 balais je fais partie de ces excités qui ne tiennent pas en place pendant un shuffle bien emmené.
      Avec des collègues dont je vous parlerai un jour, on a animé des jams blues dans un lieu métal/techno/punk/indy/garage et la bonne jeunesse, déjantée au MDA, ou pas du tout, nous donnait du "Bonsoir monsieur..." et nos soirées étaient connues comme les "soirées de vieux", même si elles déménageaient parfois autant que celles de Lucky Pat, nous je vous parlerai aussi colatéralement.
      Un peu de blues sur AgoraVox, Yeah man !
      Et comme on est entre nous "savez-vous ce qu’on entends quand on passe un disque de blues à l’envers ?"
      "......."
      la femme de bluesman qui revient.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires